Numérique : quelques prévisions pour 2016

mail-delivery-what-1900-french-artists-thought-the-year-200-would-be-likeRien de particulièrement révolutionnaire dans les différentes prédictions pour 2016. Les principales tendances amorcées ces dernières années se confirment : prépondérance des appareils mobiles, cloud et mégadonnées, automatisation et intelligence artificielle, notamment avec l’internet des objets et les villes connectées. On retrouve l’essentiel des prédictions tech/médias du rapport Deloitte pour 2015, cité par Barbara Chazelles dans Méta-média : abandon de la télévision par les jeunes au profit des vidéos sur mobiles et généralisation des paiements mobiles ; renouvellement des smartphones (phablettes) ; internet des objets, imprimantes 3D et drones (surtout pour les entreprises). En revanche, les e-books ne décollent toujours pas, le livre papier conservant la préférence des lecteurs !

objets-connectesLa sécurité des protocoles et des applications va devenir le grand défi dans le contexte des mégadonnées et de l’internet des objets comme le souligne Mike Martin, responsable de la société d’engineering internet Nfrastructure, dans l’interview accordée à ITBriefcase.

Au niveau de l’enseignement et de la formation, les Moocs et la formation en ligne et à distance investissent la formation professionnelle. L’intelligence artificielle pénètre aussi le champ de l’éducation avec la présence d’algorithmes qui vont intégrer l’école et l’Université pour évaluer la progression des apprenants tout en recueillant une quantité importante de données personnelles, comme l’évoque Audrey Watters dans The algorithmic future of education

1200px-france_in_xxi_century._school1Enfin, les représentations visuelles évoluent aussi, c’est ce que démontre la banque d’image Getty Image avec les tendances 2016 Creative in Focus, expliqué par Alice Pairo dans Méta-Média : 6 types d’images se profilent pour 2016 : l’outsider, le divin, l’homme augmenté, le disgracieux, la solitude et le surréalisme ….!

Bonnes fêtes et meilleurs voeux pour 2016 !

prédictions-1900-futur-e1365458441758

Chazelle, Barbara. – 10 prédictions tech/médias pour 2015 (Deloitte). – Méta-média, 04/02/15

Watters, Audrey. – The Algorithmic Future of Education. – Hackeducation, 22/10/15

IT Briefcase Exclusive Interview : Top IOT Trends and Predictions for Organizations in 2016. – IT Briefcase, 02/12/15

Pairo, Alice. – Social media : 10 tendances pour 2016. – Méta-média, 06/12/15

Les villes intelligentes connecteront 1,6 milliards d’objets communicants en 2016. – L’embarqué, 08/12/15

Économie du numérique : Axway dévoile 10 prévision pour 2016. – Axway, 08/12/15

Noirfontaine, Elisabeth. – L’internet des objets, allié des ressources humaines ou outil de déshumanisation du travail ?Usine digitale, 22/12/15

Larcher, Stéphane. – Google travaille sur une messagerie instantanée dopée à l’IA et aux chatbots. – L’informaticien, 23/12/15

Cavazza, Frédéric. – Mes 10 prédictions pour 2016. – FredCavazza, 23/12/15

Pairo, Alice. – 6 tendances visuelles pour 2016. – Méta-média, 23/12/15

Ezratty, Olivier. – Méta-prédictions pour 2016. – Opinions libres, 27/12/15

Environnement et numérique : opposition ou complémentarité. Le cas des « cleantechs »

logoCop21Apparus tous deux dans les années 1970, les enjeux de l’environnement et du numérique sont souvent associés dans les ruptures sociétales du 21e siècle (les premiers ‘geeks’ étaient souvent écolos), mais aussi opposés en raison de l’énorme consommation énergétique et des pollutions provoquées par l’usage des technologies de l’information et de la communication. L’empreinte écologique d’internet et des dispositifs numériques a notamment été interrogée et suspectée de participer au dérèglement climatique. Un certain nombre d’associations ont tiré le signal d’alarme et on assiste depuis quelque temps à des propositions de solutions ‘propres’ et responsables aussi bien de la part de grandes sociétés que de jeunes pousses, les ‘cleantechs’.

L’empreinte écologique : la consommation énergétique du numérique

L’internet pèserait 300 millions de tonnes de CO2 par an d’après le site Ecolo Info. Quant aux data centers, ils représenteraient à eux seuls près de 3% des 10% de l’électricité mondiale consommée par l’écosystème numérique d’après le blog de Completel. Comme l’a rappelé Axelle Lemaire lors de sa présentation des cleantechs ambassadrices à la COP21 le 30 novembre, les seuls mails du Ministère (Bercy) consomment l’équivalent de 14 allers-retours Paris-New-York !

On pourrait multiplier les chiffres, cela n’épuiserait pas le sujet …. C’est ce qu’explique Hubert Guillaud dans son dernier post : si la consommation énergétique d’internet s’est sensiblement réduite depuis quelques années, l’augmentation des utilisateurs du réseau et surtout la consommation croissante d’énergie par chacun (multiplication des appareils mobiles, même s’ils consomment moins que les fixes) augmente la consommation énergétique globale, surtout en raison de la consommation de données distantes et particulièrement de vidéos.

Ce qu’il faudrait c’est une « limitation de vitesse » sur internet comme sur l’autoroute … Le réseau des réseaux serait peut-être un peu moins performant mais plus durable dans une économie décarbonnée ! Si les géants du Net (Apple, Facebook, Google) font des efforts pour utiliser des énergies renouvelables dans leurs data centers, comme le reconnaît Greenpeace, cité par Guillaume Serries dans son article sur ZDNet, Microsoft est obligé d’admettre, en revanche, que « sa neutralité carbone », réalisée depuis 2012, est remise en question par la croissance des services de cloud …empreinte-ecologique-avenir-investir

Ces grandes infrastructures (data centers, cloud) ne sont pas les seules en cause dans la surconsommation d’énergie : tous les appareils en mode ‘veille’ sont également impliqués. En outre, de plus en plus d’équipements domestiques et industriels doivent rester en permanence en fonctionnement : ordinateurs de bureau, serveurs, routeurs, caméras de surveillance …

L’empreinte écologique : les pollutions chimique et électronique

Notre communication quotidienne ne pourrait pas se réaliser sans le concours de matériaux toxiques indispensables (jusqu’à présent) à la fabrication des appareils mobiles, notamment pour les batteries : les ‘terres rares’ ou lanthanides. Comme le souligne l’article de Géo : « l’extraction et le traitement des terres rares polluent et produisent des déchets toxiques ». Et évidemment, cette extraction se passe souvent dans les pays du Sud et dans des conditions souvent indignes : « en Mongolie intérieure, la radioactivité mesurée dans les villages près de la mine de Baotou serait 32 fois supérieure à la normale (contre 14 fois à Tchernobyl) » !

Une solution serait le recyclage des déchets électroniques pour répondre à la demande croissante de terres rares. Mais là aussi, ce n’est pas toujours le comportement responsable qui prévaut dans cette industrie. Le recyclage des ‘Déchets d’équipements électriques et électroniques’ ou D3E est très contrôlé et encadré en France et en Europe, comme l’explique la FAQ de Future Arte, mais il existe un trafic international d’exportations illégales de déchets électroniques où les conditions de travail et d’exploitation de matériaux échappent à toute réglementation … !

Un peu plus controversé, l’effet nocif des ondes électromagnétiques. Des cas de personnes électrohypersensibles ont été reconnus, dus à l’intolérance aux ondes électromagnétiques provenant des équipements de téléphonie mobile dans l’environnement. Même si l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’environnement française (ANSES) estime que les données scientifiques ne montrent pas d’’effet avéré’ des ondes sur la santé, elle préconise néanmoins un certain nombre de précautions aux personnes hypersensibles, les effets à long terme étant encore inconnus (article de TVinfo). En revanche, les associations comme EHS-MCS préconisent une totale isolation du système numérique aux personnes électrohypersensibles !

Le numérique au secours des dérèglements climatiques : désinvestissement des énergies fossiles et investissement dans l’économie décarbonnéecampaign_di_0

Tous les jours, de grandes entreprises, des institutions et des collectivités locales abandonnent les énergies fossiles pour investir dans l’énergie propre. Lors de la présentation Cleantech, Pascal Canfin évoque $ 500 milliards d’investissement public et privé dans des projets qui contribuent à la décarbonisation de l’économie.

De grands patrons de multinationales dont plusieurs du secteur numérique (Bill Gates de Microsoft, Jeff Bezos d’Amazon, Marc Zuckerberg de Facebook, Xavier Niel de Free, Jack Ma d’Alibaba, etc.) ont fondé l’initiative « Breakthrough energy coalition » qui a pour objectif est d’investir dans les technologies d’énergie propre en misant sur les entreprises émergentes.

Ces initiatives sont révélatrices de l’émergence d’une disruption dans l’industrie et l’économie mondiale. Pascal Canfin a comparé la situation actuelle à celle de l’Europe à la veille de la Première guerre mondiale : dans les années 1900, Paris était envahi par le crottin de cheval qui représentait une véritable pollution à l’époque … Le développement de l’automobile pendant la guerre de 14 a fait disparaître ce problème (tout en créant un autre). Pour parvenir à une économie décarbonnée, neutre en carbone en 2060, il n’y a pas d’autre moyen que la jonction de l’économie verte et de l’économie numérique. En 2006, Nicolas Stern, chef du service économique britannique, a présenté dans un rapport indépendant (Stern Review) le caractère inéluctable du changement climatique et analysé ses coûts et conséquences sur la croissance et le développement. Cet économiste, qui est à présent le vice-président de la Banque Mondiale, a démontré que si on n’apportait pas de solutions durables à ce problème, le changement climatique risquait de coûter plus cher à l’économie mondiale … !

La COP21 représente une partie de ce défi (politique mondiale), mais il faut aussi que des entrepreneurs le relèvent aussi. L’économie contemporaine finance encore trop de projets avec l’énergie fossile …

L’innovation au service du climat : la recherche-développement des ‘cleantechs’

climate-solutions-idea-bulb-lead-972x514Comme l’a souligné Axelle Lemaire, il y a urgence à apporter des solutions par l’innovation. C’est pourquoi la French Tech se met au vert. Le numérique est devenu une transition nécessaire dans la transition écologique.

Des géants industriels aussi bien que des universités et des centres de recherche ont fait le pari de l’innovation en soutenant des jeunes pousses.

Au côté de grands groupes, les organismes de recherche participent à une exposition au Grand Palais pour présenter au public l’action des scientifiques sur la question climatique à l’occasion de la COP21. Les chercheurs partagent leurs connaissances avec les visiteurs et présentent des solutions pour lutter et s’adapter au changement climatique. L’INRIA, représentant la recherche en informatique et automatique, est partie prenante de plusieurs projets (énergie alternative, recyclage des déchets, transport, ville intelligente).

Au niveau des entreprises innovantes, les start-ups ‘greentech’ ont l’avantage d’être agiles et participatives. Sur les 21 start-ups sélectionnées pour être les ambassadrices à la COP21, 13 ont été choisies par le public. Le contenu des solutions numériques est aussi transversal et transdisciplinaire. Certaines solutions permettent le suivi précis et prédictif des consommations d’énergie. L’intelligence des mégadonnées permet de créer des ‘smart data’, notamment avec des objets connectés et de promouvoir de nouveaux usages, comme l’application Plume Labs. Créée par une équipe de jeunes ingénieurs pour démocratiser l’accès à l’information concernant la qualité de l’air urbain, cette start-up française permet aux utilisateurs de suivre, prédire et réduire leur exposition à la pollution de l’air !

Ces jeunes pousses s’appuient aussi bien sur la participation du public que sur un partenariat industriel public et privé. Ces initiatives ne sont qu’un premier pas dans un cercle vertueux qui devrait amener à une prochaine révolution industrielle. C’est le thème du Forum de l’OCDE qui doit se tenir à Paris les 14 et 15 décembre 2015.

nasa-climate-change-projection

 

HM Treasury – Cabinet Office. – Stern Review on the Economics of Climate Change. – The National Archives, [2006]. Pdf.

Rapport Stern : coût des changements climatiques.Réseau Action Climat France, 12/10/06

Manach, Jean-Marc. – Ecologie : le numérique fait partie de la solution, pas du problème. – InternetActu, 14/04/09

Livre ou Ipad ?Carbone 4, 2012 [Métro, 03/03/11]

La Porte, Xavier de. – Energie, pollution et internet. – InternetActu, 01/10/12

Flipo, Fabrice ; Dobré, Michèle ; Michot, Manon. – La face cachée du numérique : l’impact environnemental des nouvelles technologies. – Paris, L’Echappée, 2013

Weiler, Nolwlenn. – Cette empreinte écologique que les consommateurs ont bien du mal à voir.Bastamag, 20/01/14

Le numérique c’est plus écologique ? Kaizen, 22/04/14

Paris désinvestit des énergies fossiles. Maison de la Chimie, 1er Septembre 2015. – European Greens.

Redefining industrial revolution : OECD 2015 Green Growth and Sustainable Development Forum (14-15 December 2015, Paris). – OECD Insights, 07/11/15

21 start-ups des cleantechs ambassadrices de la French Tech à la COP21 : le concours du 12 au 27 novembre 2015/ Sous le haut patronage du Ministère de l’Economie, de l’industrie et du Numérique. – Dossier de presse pdf.

Serries, Guillaume. – COP21 : quid de l’impact des data centers ? ZDNet, 27/11/15

COP21 : La recherche se mobilise pour le climat. Solutions Cop21, Paris 2015. – Ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, 27/11/15

Breackthrough Energy coalition. – [28 November 2015]

Dolan, Kerry A. – Bill Gates, Mark Zuckerberg & more than 20 other billionaires launch coalition to invest in clean energy. – Forbes, 29/11/15

Jost, Clémence. – COP21 : nos pratiques numériques sont-elles écologiques ? Archimag, 30/11/15

Guillaud, Hubert. – Avons-nous besoin d’une vitesse limitée sur l’internet ?InternetActu, 01/12/15

.

Quel prêt pour le livre numérique ? La controverse autour du projet PNB

Des-écrits-aux-écrans1Un an après l’ouverture au public du premier dispositif de prêt numérique dans les bibliothèques publiques (Projet PNB), une polémique divise les bibliothécaires, notamment après la mise en service de ce prêt dans les bibliothèques de la Ville de Paris le 13 octobre.

Le Collectif SavoirsCom1 a même appelé à bloquer le système en téléchargeant des fichiers de livres disponibles jusqu’à épuisement avec le mot d’ordre « chasse aux jetons ». Pour ce groupe de bibliothécaires, chercheurs et juristes, ce modèle est inabordable pour des budgets publics et surtout l’implantation de DRM (verrous numériques) dans les fichiers des e-books va à l’encontre de la philosophie des communs communs – célébré la même semaine par les bibliothèques de Paris avec le Festival Numok pendant « Le Temps des communs ». La CGT Culture de la Ville de Paris soutient aussi l’action du Collectif en dénonçant « l’indigence du système comme du modèle ». Le livre numérique coûte plus cher à la bibliothèque que le livre papier (jusqu’à trois ou quatre fois), et de plus, il s’agit d’une licence et non d’une acquisition définitive. Cette licence est limitée dans le temps (6 ans pour la Ville de Paris) et en nombre d’emprunts simultanés (30 maximum). Ensuite la bibliothèque est obligée de racheter un exemplaire … Le syndicat appelle à « un autre rapport de force avec les éditeurs et à un droit de prêt similaire au droit du livre papier sans contrainte de durée et de nombre de prêt ».

Le Réseau Carel avait alerté dès 2013 sur le coût élevé de l’acquisition au titre et sur le choix de la licence à la place de l’achat définitif dans le projet PNB. Les budgets des bibliothèques n’y résisteraient pas et ces dernières perdraient leur rôle patrimonial en n’étant plus propriétaires des collections.

De son côté, l’ABF (Association des bibliothécaires de France) s’est inquiétée dans un communiqué « du manque de transparence de l’expérimentation PNB, et à part quelques retours, d’aucune évaluation de ce service un an après sa mise en œuvre ». L’ABF rappelle aussi que ce dispositif entre en contradiction avec les accords interprofessionnels du 8 décembre 2014 « qui appelle à la diversité des modèles du livre numérique en bibliothèque ». Le PNB risque aussi de provoquer une fracture territoriale dans la mesure où ce sont de très grandes collectivités (Montpellier, Grenoble, Paris), disposant de suffisamment de ressources financières, qui mettent en œuvre ce service. Le PNB crée donc « une inégalité d’accès à la lecture sur l’ensemble du territoire français ». De plus, la complexité du modèle avec les DRM rend difficile d’accès à ce service une grande partie des usagers qui ne sont pas à l’aise avec le numérique. Cette exclusion entre en contradiction avec les principes fondamentaux de la charte BibLib. L’ABF demande enfin au Ministère de la Culture de « diligenter une véritable étude indépendante qui puisse faire le point sur cette année d’évaluation ».

Comble d’incompréhension, des bibliothécaires parisien(ne)s qui ont pris l’initiative de relayer ce communiqué sur twitter ont été sommés de retirer immédiatement leurs twits par le Bureau des bibliothèques (BBL) rattaché au cabinet de Bruno Julliard … ! Le travail de veille des professionnels se voit ainsi censuré ! Même si le BBL est revenu ensuite sur sa décision

Comment en est-on arrivé là ? A la différence des BU, les bibliothèques publiques ne disposaient pas véritablement de prêt de e-books, exceptées quelques expériences de prêt de liseuses. 6a00d8342e8a5353ef01b8d120387c970c

La première vague d’initiative remonte à 2011 pour la phase de prospection et de concertation. Le projet PNB regroupant les établissements de Montpellier, Grenoble, Aulnay-Sous-Bois et Levallois s’est ouvert au public à l’automne 2014. Il intervient dans un contexte où seules 4% des grandes bibliothèques disposent d’un service de prêt d’e-books malgré la multiplication des distributeurs (Bibliovox, Lekti, Numilog, l’Harmatèque, etc.).

L’originalité du modèle PNB – projet interprofessionnel soutenu par le CNL – réside dans l’existence d’une interface réalisée par l’opérateur Dilicom qui permet l’articulation entre les différents acteurs : éditeurs et diffuseurs (catalogue de livres) ; libraires (offres des distributeurs aux collectivités) ; bibliothèques et usagers. Les livres peuvent être téléchargés ou lus en ligne (streaming).

La chaîne de gestion du prêt numérique prend en charge l’ensemble des étapes nécessaires au fonctionnement du service. Chaque collectivité établit les partenariats qui lui conviennent ; Montpellier, par exemple, avec la librairie Sautemps, le logiciel Archimed et le prestataire ePagine. L’objectif est de préserver et de stabiliser la place des libraires.

Des expériences semblables ont lieu dans le monde. Au niveau francophone, le Québec et la Belgique ont adopté le même modèle, avec la participation de librairies agrées. En 2014, le système québécois pretnumerique.ca a enregistré près d’un million d’emprunt avec une moyenne de 20 000 prêt par mois. La licence fonctionne comme pour le prêt papier : 1 copie = 1 utilisateur (pas de prêt simultané) ce qui rend l’exemplaire emprunté immédiatement indisponible pour les autres lecteurs ! Là aussi, les e-books empruntés sont chrono-dégradables, ils s’effacent automatiquement à la fin de la période de prêt ; chaque copie peut être empruntée 55 fois, ensuite il faut acquérir un nouvel exemplaire. Jean-François Cusson, responsable du service, reconnait qu’il peut paraître absurde d’introduire la notion d’exemplaire dans l’univers numérique, mais pour des raisons pragmatiques, les bibliothèques ont préféré utiliser les systèmes de diffusion existants …
En Belgique francophone, un consortium de bibliothèques a rejoint le dispositif PNB.

Aux Etats-Unis et au Canada anglophone, les bibliothèques s’adressent directement aux plateformes de distribution commerciales sans passer par la médiation des libraires. home-big-image-220772a036b791a8c8cd39132d932b2a

La présence des libraires dans le dispositif PNB est un des principaux arguments utilisés dans la réponse à l’offensive de SavoirsCom1. Grâce à leur médiation, les bibliothèques ne se font pas cannibaliser par les acteurs commerciaux du Net (Google, Amazon) qui proposent des abonnements à la Netflix au consommateur-lecteur … Et concurrencent le service public !

Laurent Soual, bibliothécaire consultant, rappelle dans une tribune sur Actualitté, que c’est l’avenir des bibliothèques qui est en jeu : ce sont « les seules institutions légitimes pour proposer un service de prêt numérique aux usagers. Si ce service n’est pas efficient, elles perdront toute légitimité aux yeux des décideurs et des élus pour continuer à proposer leurs services traditionnels ou pour en proposer de nouveaux » !

Les bibliothécaires des établissements qui ont expérimenté le projet PNB ont posté une réponse collective aux critiques de SavoirsCom1 et de l’ABF : coût élevé du système et des livres numériques, utilisation des DRM et complexité du dispositif, service réservé aux grandes bibliothèques, offre de livres numériques restreinte, etc… Les bibliothécaires expérimentateurs explicitent leurs choix en soulignant qu’une évaluation est prévue au bout de deux ans et la plupart des bibliothèques sont à moins d’un an d’expérience.Le Collectif SavoirsCom1 s’est empressé d’y répondre avec Dix idées reçues pour prolonger le débat sur PNB et le prêt numérique ….

Après les bibliothécaires et les lecteurs, ce sont à présent les auteurs qui se sentent floués par le PNB. Dans le prêt numérique, l’auteur touche une part sur le prix du livre, mais ne touche aucune compensation pour le prêt, alors qu’un e-book peut être emprunté entre 20 et 40 fois ! Ce manque de compensation touche aussi les éditeurs. Même si la rémunération est supérieure à celle du livre imprimé, cette offre va permettre des usages défavorables à toute la chaîne du livre.

Affaire à suivre …

Mazin, Cécile. – Des e-books en bibliothèque, certes, mais à certaines conditions.Actualitté, 09/10/13

Oury, Antoine. – Première approche de PNB pour les bibliothécaires français. – Actualitté, 11/08/14

Bibliothèque de Grenoble : ouverture de Bibook, l’offre de livres numériques PNB . – Aldus, 08/09/14

PNB ou le livre numérique inabordable pour les bibliothèques. - SavoirsCom1, 12/2014

Des livres numériques : où je veux, quand je veux ! - Paris.fr Bibliothèques, 14/10/15

Mercier, Sylvère. – Prêt numérique en bibliothèque : critique constructive d’un modèle inadapté. – SavoirsCom1, 10/2015

Collectif SavoirsCom1. – Prêter des livres numériques comme des livres papier : une fausse évidence. – Rue 89, 15/10/15

L’ABF alerte sur le sur dispositif Prêt numérique en Bibliothèque. – ABF, 16/10/15

Les critiques contre les conditions de prêt numérique en bibliothèque (PNB) rendent fou Bruno Julliard. – Social Nec Mergitur, 19/10/15

Bibliothèques : le prêt numérique en question en France. – Aldus, 19/10/15

Ne serait-il pas dommage de refuser sa chance au projet PNB ?Actualitté, 21/10/15

Soual, Laurent. - Prêt numérique en bibliothèque n’est pas le TGV Lyon-Turin. – Actualitté, 22/10/15

Oury, Antoine. – PNB : la rémunération des auteurs reste problématique. – Actualitté, 23/10/15

Dix idées reçues sur le débat sur PNB et le prêt numérique. – SavoirsCom1, 10/2015

 

Le « Meilleur des mondes » des GAFA : l’intelligence artificielle et les biotechnologies aux commandes des « Big companies » du Net

1cf44d7975e6c86cffa70cae95b5fbb2-2Les GAFA (Google Apple Facebook Amazon) – que l’on devrait désormais appeler AAFA, Google, le moteur de recherche historique n’étant plus qu’un département de l’entité Alphabet qui couvre plusieurs champs de recherche – misent de plus en plus sur l’intelligence artificielle et les sciences et technologies de la santé dans leur course à l’hégémonie sur la toile …

Si XLab, labo de recherche  de Google a déjà lancé la Google Car (voiture autonome) et les Google Glasses (lunettes de réalité augmentée), d’après 01Net « M », l’assistant personnel de Facebook nous promet de trouver le cadeau idéal pour nos ‘amis’ en utilisant les millions de données personnelles que le réseau social recueille (à leur insu souvent …) sur le web. Avec un milliard d’utilisateurs, c’est un jeu d’enfant !

Mais, qu’il s’agisse de mégadonnées (big data) ou d’intelligence artificielle, on reste encore dans l’informatique, or les Géants du net ont voulu se diversifier dans un domaine qui va prendre de plus en plus d’importance au 21e siècle : la santé et les biotechnologies. C’est Bill Gates, l’ancien patron de Microsoft qui s’est lancé le premier avec sa fondation contre le paludisme.

Comme l’explique Olivier Ertzscheid dans Rue 89, Le Web 4.0 sera celui du génome : on est passé du web 1.0 qui a permis d’indexer des documents et de les rechercher (moteurs de recherche) au web 2.0, le web social qui recense les profils sur les réseaux sociaux ; avec le web 3.0 on passe aux objets connectés et au World Wide Wear « où le corps devient une interface comme les autres ». Après cela, après les plateformes de l’’économie du partage’ qui concurrencent de plus en plus de secteurs traditionnels, que reste-il à indexer ? L’ADN. C’est ce champ que les big companies vont investir pour créer le « web généticiel ». Olivier Ertzschied cite une étude du MIT l’Internet de l’ADN « dont l’objectif est de documenter chaque variation de chaque gène humain et de déterminer quelles sont les conséquences de ces différences ». Il évoque ainsi la possibilité « de structurer une économie de ‘servicialisation’ du vivant ». Dans cette bio-économie, Google est, bien sûr, très présent. Mais pour le moment, en dehors des délires transhumanistes du gourou Ray Kurtzweil, fondateur de la Singularity University, dont le modeste objectif est de « vaincre la mort », la société de biotech Calico du groupe Alphabet, pose ses jalons. Elle vient de s’allier avec les laboratoires français SANOFI pour travailler sur le traitement du diabète ; la société de biotechnologie avait déjà réalisé un partenariat avec la firme de santé Dexcom sur des minuscules capteurs permettant de mesurer le taux de glucose dans le sang et Google X avec Novartis pour des lentilles de contact connectées pour le même objectif, mais là à partir des larmes … !090422165949

Les autres grands acteurs du net s’investissent aussi dans d’autres secteurs comme les plateformes de services ou les objets connectés. « Amazon Home Services » connecte l’internaute à des professionnels de services à domicile, du plombier au professeur de yoga comme l’indique Charlotte Volta dans un post de l’Atelier, tandis que le Pentagone s’allie à Apple pour créer des objets connectés militaires (article du Monde Informatique).
Google se retrouve évidemment dans ce genre de plateformes, la société prévoit même de lancer sa propre place de marché permettant de connecter les internautes avec les fournisseurs de services directement, à partir de la page de résultats ! Quant aux TICE et à l’éducation en ligne, Google a déjà sa plateforme, cf post de Frédéric Lardinois sur Techcrunch, et propose son école en ligne devançant toutes les réformes des éducations nationales ! Toujours au niveau de l’éducation, Amazon fournit désormais les manuels scolaires aux écoles de New York pour une période de trois ans. Mais, comme le souligne l’article d’Actualitté, les e-books comportent des DRM qui les rendent impossibles à utiliser pour les malvoyants …

Mais les géants du Net ne sont pas tous américains … Alibaba, la star montante chinoise investit aussi dans l’intelligence artificielle pour traiter les big data. C’est ce qu’explique Guillaume Périssat dans l’Informaticien : la société « vient d’ouvrir une plateforme cloud dédiée à l’analyse de grands volumes de données, mêlant deep learning, machine learning et analyse prédictive avec une puissance de calcul inégalée et une ergonomie à toute épreuve ».000010180_imageArticlePrincipaleLarge

Devant toutes ces initiatives, notamment dans les secteurs de la santé et de l’éducation, on peut se poser la question : quid des États et des institutions internationales ? Or, comme le souligne le chirurgien Laurent Alexandre, cité par Hervé le Crosnier, invité des Matins d’été sur France Culture « Google et les autres géants du net sont plus puissants que les Etats. Quel Etat peut investir un milliard de dollars dans la recherche ? Pourtant, il est de la responsabilité du politique d’investir dans les nouvelles technologies ». Or comme rappelle Hervé le Crosnier, « un milliard c’est ce que Google doit au fisc français … ». Ces activités donnent un pouvoir énorme à ces entreprises : les algorithmes mis en œuvre permettent de comprendre beaucoup de choses à partir des données personnelles et à agir. Grâce à l’intelligence artificielle et au ‘deep learning’, ils peuvent non seulement classifier et interpréter les données recueillies, mais aussi analyser les émotions (ex : reconnaissance faciale des photos dans Facebook) et ainsi définir les « besoins » des utilisateurs. Des chercheurs de Cambridge assurent dans une étude pouvoir déduire l’âge, le genre, la religion et l’opinion politique des utilisateurs à partir des seuls « like » du réseau social … !

D’autre part, lorsque l’ont fait une recherche sur Google, le ‘Page rank’, l’algorithme du moteur de recherche, va sélectionner sur l’ensemble des résultats ceux qui correspondent le plus à l’utilisateur : à partir des recherches précédentes mais aussi de la géolocalisation (programmes du cinéma d’à côté, par ex.). Cet algorithme représente le modèle que Google se fait de ce que nous sommes. On arrive ici à la limite de la personnalisation.

Comme l’exprime Henri Verdier dans son blog, « C’est le réel lui-même qui est retranscrit en données, qui est analysé à un nouveau niveau de granularité ». Le ‘quantified self’, ce ‘moi quantifié’ peut traduire, à travers les mesures des objets connectés de bien-être (bracelets, vêtements), soit « un désir de maitrise de son propre destin, de connaissance de soi, soit une menace sur la vie privée […] la pénétration de l’empire du management dans la sphère la plus intime du corps ».

Comme le rappelle Sophie Coisne, rédactrice en chef de La Recherche, la médecine personnalisée, si elle peut apporter des réponses appropriées dans des cas très précis, peut aussi représenter un grand danger, par exemple dans le cas des médicaments adaptés à chacun, car on n’a plus aucun contrôle sur les données … Cela implique des protocoles de recherche qui coûtent des millions, un pur fantasme !

Il faut réfléchir à la question : « Qui fixe les buts ? La machine ou les humains ? » « Deviendrons-nous les ‘entrepreneurs’ de nos données, ou serons-nous progressivement enserrés dans des étaux, asservis voire ‘marchandisés’ » (Henri Verdier) ?

Il existe néanmoins des projets institutionnels dans ces technologies de pointe. L’Union européenne, à travers son programme H2020 présente 17 projets de robotique (robots industriels, bras articulés, humanoïdes de compagnie) impliquant de l’intelligence artificielle et des éléments de cognitique.

Il en est de même en France dans le cadre du Commissariat général à la Stratégie et à la Prospective qui a produit l’étude « La dynamique d’internet : Prospective 2030 ».

A la différence de ceux des Gafa, ces projets prennent en compte les contraintes juridiques liées aux données personnelles, du moins on peut l’espérer …

objets-connectes

France ; Premier Ministre ; Commissariat général à la stratégie et à la prospective. – La dynamique d’internet : Prospective 2030. – Études n°1, 2013. via Slideshare.

L’intelligence artificielle, le nouveau dada de Google. – ITespresso, 24/10/14

Bazin, Amélie ; Pacary, Jade ; Jean, Camille. – La lovotique : vers des machines reconnaissant les émotions ?Culturenum, 03/12/14 (U. de Caen – notes de synthèses par les étudiant(e)s).

Regalado, Antonio. – Internet of DNA. – MIT Technology Review, 2015.

European Commission ; CORDIS. – Robotics gets celebrated with 17 new projects under H2020.Cordis.europa, 27/01/15

Intelligence artificielle : jusqu’où iront les réseaux sociaux ?La Recherche, avril 2015

Voltat, Charlotte. – Quand les géants du Net s’attaquent à l’industrie du service.L’Atelier, 30/04/15

Ertzscheid, Olivier. – Le web 4.0 sera celui du génome, et il y a de quoi flipper. – Rue 89-L’Obs, 07/03/15

Belfort, Guillaume. – Google signe avec Novartis pour des lentilles de contact connectées. – Clubic, 15/07/15

Intelligence artificielle, transhumanisme : quel futur les GAFA nous préparent-ils ? – Avec Sophie Coisne et Hervé Le Crosnier. – Les matins d’été – France Culture, 19/08/15

Lardinois, Frédéric. – Google classroom gets an update ahead of new school year. – Techcrunch, 24/08/15

Périssat, Guillaume. – Alibaba lance une offre de service en intelligence artificielle destinée au Big Data. – L’informaticien, 25/08/15

Gary, Nicolas. – New-York signe avec Amazon, aveugle aux problème de lecture ? - Actualitté, 27/08/15

Facebook annonce « M », un assistant personnel intégré à la messagerie.01Net, 28/08/15

Filippone, Dominique. – Le Pentagone s’allie avec Apple pour créer des objets connectés militaires.Le Monde informatique, 28/08/15

Le Quantified self, pivot de la révolution des données. – Henri Verdier Blog, 30/08/15

Dove, Jackie. – Google Life Sciences teams up withe Sanofi to,take down diabetes. – The Next Web, 01/09/15

Fredouelle, Aude. – Quels sont les projets connus de Google X ?Journal du Net, 02/09/15


Loi numérique : quelle ambition pour la France ?

formationnumerique2En attendant le Projet de loi sur le numérique prévu pour la rentrée, Manuel Valls a présenté le 18 juin 2015 la stratégie numérique du gouvernement qui s’appuie sur le Rapport du Centre National du Numérique (CNNum) « Ambition numérique », synthèse de la concertation lancée en octobre 2014.

Comme le souligne la chercheuse Francesca Musini dans son interview sur la Commission parlementaire sur le numérique « Jusqu’à présent les parlements ont plutôt légiféré de façon réactive par rapport au numérique, sur des questions spécifiques. C’est une bonne idée d’essayer de faire autrement, d’avoir une réflexion sur le long terme. »

Le gouvernement a avancé 14 mesures qui reprennent plus ou moins les 70 propositions du rapport Ambition numérique (4 thèmes et 70 propositions ayant impliqué la participation de 5000 personnes et de près de 18 000 contributions en ligne … !)

Alors que les programmes précédents se limitaient souvent au champ économique ou à la propriété intellectuelle comme la LCEN (Loi pour la confiance en l’économie numérique) en 2004 et la HADOPI (Loi favorisant la diffusion et la protection de la création sur internet) en 2009, le projet de loi numérique 2015 envisage tous les domaines touchés par le numérique. Comme l’affirme Benoît Thieulin, Président du Conseil national du numérique dans la préface du rapport « plusieurs numériques sont possibles et il est temps de construire un numérique européen, plus politique, plus conforme aux promesses d’’empouvoirement’ comme à celles des pères fondateurs. Il revient à la France et à l’Europe de définir ce numérique et de mettre en place des
politiques publiques pour le construire. »

Politique et gouvernance de l’internet
Pour Axelle Lemaire, interviewée dans Le Monde, « la France ne peut pas « se permettre d’être passive dans cette révolution, nous devons mettre la barre le plus haut possible et imprimer le changement partout pour moderniser l’action publique ». »

– inscription de la neutralité du net dans la loi « Je souhaite inscrire dans la loi une définition claire de la neutralité du Net qui assure à tous un même accès aux réseaux à tous les opérateurs » Manuel Valls, Gaité Lyrique, 18/06/15.

– ouverture des données publiques déjà entamée avec Etalab. Instauration d’une administration générale des données. En 2016, la France prendra la présidence du « Partenariat pour un gouvernement ouvert » (Open Governement Partnership).

– instauration d’une « Charte des droits du citoyen et du numérique » avec le Conseil de l’Europe.

– création d’un « État plateforme » avec des API (interface de programmation d’application) pour interroger les bases de données de l’État et créer de nouveaux services

Économie : croissance, innovation, disruption
Intégrer les nouveaux paradigmes : rapidité de croissance, concurrence internationale et innovation sous toutes ses formes. Accélérer la transformation numérique des entreprises et fluidifier leurs relations : charte entre grands groupes et start-upsAxelle Lemaire :« Montrer que la France est un pays attractif, que nous y innovons, que nos entreprises décrochent des contrats ».

- A l’international : soutenir la montée en puissance de la « French Tech », rencontre entre start-ups et grands financeurs, mais aussi accompagner la révolution technologique des pays du Sud.

– Promouvoir une « économie de la donnée » avec la création de « données d’intérêt général » dans des secteurs clés : transport, santé, énergie et tourisme

– encourager la coopération entre entreprises traditionnelles et start-ups et la transition numérique pour les TPE et PME avec des services numériques pour chaque filière

Cependant, l’innovation numérique dans l’économie fera aussi l’objet d’une loi « Macron 2″ au second semestre comme le révèle la Lettre de l’Audiovisuel du 21/07.

Médiation numérique et protection de l’utilisateur

– Renforcer la médiation numérique pour accompagner son usage pour les particuliers

– Inspection par les services de la concurrence des « conditions générales d’utilisation » sur grands sites opérant en France

– modification de la loi sur les données personnelles ; possibilité de transporter ses données d’un service à un autre

– Régulation des plateformes pour protéger les utilisateurs sans brider l’innovation

Enseignement et recherche

– Favoriser une science ouverte par la libre diffusion des publications et des données de la recherche

– Mise en place de « la grande école du numérique »  : labellisation des formations centrées sur le numérique (universités, collectivités, associations)

– Déploiement du plan numérique pour l’éducation : 200 collèges pilotes à la rentrée 2015, généralisation à la rentrée 2016

Social et Santé

– lancement de l' »Emploi Store » : bouquet de services Pôle Emploi (site + applications) pour les demandeurs d’emploi

– Déploiement du plan « Médecine du futur » : filières françaises de biotechnologies, médecine personnalisée et dispositifs connectés.

Si ces mesures collent à l’actualité et semblent même devancer les directives européennes (neutralité du net, données personnelles) avec certaines innovations (données d’intérêt général, start-ups d’Etat), on a malgré tout l’impression de se trouver devant un catalogue d’initiatives hétéroclites, loin de l’atmosphère inspirée du rapport Ambition numérique.

Ce dernier réaffirme d’abord le socle de principes qui décrivent l’horizon de la société numérique : le numérique doit être au service d’une société solidaire « inclusion de tous, bénéfices au niveau individuel et collectif, garanties propres au droit commun grâce à une « Collaboration entre société civile, réseau académique, communauté technique et acteurs économiques ».  Aller vers une ‘société ouverte’ et favorisant l’horizontalité dans l’organisation et la participation de tous les acteurs (salariés, agents, clients, utilisateurs) ; préserver l’État de droit et la protection des droits fondamentaux. « C’est un modèle nouveau qu’il faut inventer : celui qui met le numérique au service du pouvoir d’agir et de l’émancipation individuelle comme collective. » (Préface de B. Thieulin)

Les propositions d’Ambition numérique

Pour un gouvernement plus ouvert « renforcer la transparence et la traçabilité de ses processus décisionnels en généralisant les outils de visualisation des textes normatifs et de leur élaboration. Évaluation des politiques publiques sur le principe de l’open data ». Renforcer la littératie numérique des agents publics. Pour les services numériques au public : « partir des usages pour améliorer leur conception. »

- Loyauté dans l’environnement numérique : Protéger les libertés fondamentales, implication dans la gouvernance du Net et affirmation du principe de la neutralité du Net.
Internet est un ‘bien commun’, bénéficiant à l’ensemble de la société. Favoriser une approche globale, alliant la neutralité des réseaux avec une gouvernance du numérique démocratique et des règles de fiscalité internationale équitables.

Reconnaissance d’un droit à l’autodétermination informationnelle en donnant aux individus la maîtrise sur leurs données personnelles pour qu’ils puissent tirer parti de leurs valeurs d’usage.

Principe de loyauté des plateformes et des algorithmes destinés à la personnalisation, au classement et au référencement.
Loyauté des plateformes vis-à-vis de leurs clients et utilisateurs, particuliers et professionnels. Obligation générale de transparence, d’information et de non-discrimination.
Réaffirmation de l’Etat de droit, incompatible avec des régimes d’exception pour pouvoir garantir l’équilibre entre sécurité et libertés publiques.

Ce thème reprend les conclusions de la « Commission de réflexion et de propositions ad hoc sur le droit et les libertés à l’âge du numérique » à l’Assemblée nationale. Voir à ce sujet l’Interview de la sociologue Francesca Musini sur Mysciencework : «  Il y a deux grandes questions sur lesquelles on a commencé à réfléchir. D’un côté, l’équilibre entre surveillance et vie privée, comment préserver les données personnelles face à tout un ensemble de stratégies de surveillance des utilisateurs. De l’autre, la liberté d’expression sur internet et les moyens techniques qui permettraient d’assurer la diversité des opinions, comme par exemple en préservant la neutralité du Net. »
Ces principes ne peuvent qu’entrer en contradiction avec la Loi sur le renseignement adopté en juin 2015.

- La société face à la métamorphose numérique Numerique

Affirmer un objectif politique d’’empouvoirement’ des individus : pouvoir de contrôle, mais aussi pouvoir d’agir, individuellement et collectivement.
Refaire société par les communs : promotion des pratiques collaboratives. Encourager l’économie collaborative tout en la régulant.
Promouvoir un espace informationnel partagé pour réaliser la diffusion d’un internet ouvert : la co-création comme mode d’inclusion et d’éducation. Faire de la publication ouverte une obligation légale pour la recherche bénéficiant de fonds publics. Définir positivement et élargir le domaine public. Faire évoluer et clarifier l’exception pédagogique pour une meilleure adéquation avec les usages numériques.

S’appuyer sur le numérique pour réduire les inégalités par un travail d’éducation et de médiation autour de la littératie numérique. Cette préconisation reprend l’idée du Rapport Camani/Verdier sur la Médiation numérique : responsabilité de l’Etat qui « doit veiller à ce que toute personne puisse acquérir les compétences numériques qui lui garantissent un accès au droit, à l’emploi, à la connaissance, à l’épanouissement individuel et à la vie collective ».
« L’État devrait donc, en particulier s’assurer que le développement de ces  technologies ne conduise pas à accentuer des clivages existants, qu’ils soient de nature sociale, culturelle, générationnelle ou liés à des disparités géographiques. »
Repenser nos systèmes collectifs entre optimisation, réforme et rupture.
Relation avec la Communauté Européenne pour un marché unique du numérique : principales orientations : réforme du copyright, régulation des plateformes et lutte contre le « géoblocking ». « A l’échelon européen, la France doit être une force de mobilisation et d’interpellation » Benoît Thieulin.

Le débat

Mais ces préconisations pour la loi numérique ne satisfont pas tout le monde. Alors que « Savoirscom1 » salue les orientations du rapport du CNNum en faveur des Communs, des organisations de professionnels de l’informatique comme Syntec numérique ou l’AFDEL ont réagi de façon mitigée, comme le souligne l’article du Monde informatique. Tout en reconnaissant le travail de grande ampleur réalisé par le CNN et l’aspect très riche de ses contributions, ces organisations professionnelles se démarquent de l’enthousiasme ambiant.

Le syndicat Syntec s’inquiète de la remise en cause de la neutralité technologique de l’achat public « L’ouverture forcée des codes sources est une demande inacceptable en matière de propriété intellectuelle » indique Syntec dans un communiqué. L’Afdel rejette, quant à elle « une vision anti-industrielle du numérique ». L’Association française des éditeurs de logiciels juge ‘dogmatiques’ les propositions sur le logiciel libre et estime « anxiogènes et éloignées du marché » les propositions autour des plateformes et des données personnelles. « L’exclusion des éditeurs de logiciels de la commande publique au profit des projets de développement spécifiques est une atteinte inacceptable au principe de neutralité technologie » ; « L’Afdel souhaite que l’Etat s’appuie au contraire sur les PME et les start-ups du numérique, quel que soit leur modèle, pour se numériser ». Quant à la régulation des plateformes, il s’agit pour l’Afdel, d’une ‘vison défensive’ du numérique et elle juge ‘iconoclaste’ les propositions d’encadrement des algorithmes … !

D’autre part, une controverse s’est ouverte ces derniers jours autour des ‘données d’intérêt général’, données détenues ou collectées par des SPIC (Service Public à caractère Industriel et Commercial) comme la SNCF, la RATP ou l’INSEE. SavoirsCom1 explique que la « réticence à ouvrir les données de certains secteurs stratégiques, comme les transports, est souvent liée à la crainte qu’elles ne soient ensuite accaparées par de gros acteurs en position dominante (Google par exemple). » Pour contrer ces monopoles on envisage la mise en place de redevances ou de systèmes Freemium. Pour sa part, « SavoirsCom1 préconise d’appliquer les mêmes principes que ceux qui ont cours dans le champ du logiciel libre … en choisissant des licences comportant une clause de partage à l’identique ».

L’adoption du projet de loi sur le renseignement et de la loi Macron contredisent dans une certaine mesure les affirmations sur l’économie et la société ouverte et collaborative préconisée par le Rapport « Ambition numérique ». Quelle proportion de ce rapport sera définitivement conservée dans la Loi numérique ? C’est ce qui permettra d’évaluer la distance entre une généreuse utopie et la ‘realpolitik’ ….

Diconet1

Bonnes vacances et bel été à tous !

Loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique. – Légifrance, 22/06/04

Loi n° 2009-669 du 12 juin 2009 favorisant la diffusion et la protection de la création sur internet (1).- Légifrance, 13/06/09

Kadri, Pierre-Sofiane. - Une sociologue intègre la commission « droit et liberté à l’âge du numérique à l’Assemblée. – Mysciencework, 16/07/14

Elbaze, Gérald/ – Le rapport Carmani-Verdier : un rapport historique pour la médiation numérique. – Médias-cité, 30/10/14

Lemoine, Philippe. – La transformation numérique de l’économie française : Rapport au gouvernement.- Ministère de l’économie, novembre 2014. pdf.

François Hollande « Le numérique est devenu notre langue ». – Regards sur le numérique, 07/05/15

Ambition numérique : Pour une politique française et européenne de la transition numérique. Rapport remis au Premier ministre. – CNNum, 18/06/15

Bohic, Clément. – Projet de loi numérique : les préconisations du CNNum. – ITespresso, 18/06/15

Belouezzane, Sarah ; Untersinger, Martin. – Le gouvernement présente sa stratégie numérique pour la France. – Le Monde, 18/06/15 – MAJ 17/07/15

Samama, Pascal. – Concertation numérique : une charte entre le CAC 40 et les startups.01Net, 22/06/15

Mettons les Communs au coeur de la future loi sur le numérique ! – SavoirsCom1, juin 2015

Le projet de loi sur le numérique rendu public en juillet. – Le Monde informatique, 22/06/15

Projet de loi relatif au renseignement (PRMX1504410L). – Légifrance, 25/06/15

Quelle pédagogie à l’heure du numérique ?

300x200xRTEmagicC_PEDAGOGIE_SAINTHILAIRE_01.jpg.pagespeed.ic.BzeethoVGeL’innovation pédagogique est au centre du débat qui agite la société française autour de la réforme du collège. Comme le rappelle Dominique Roux dans un article des Échos, les élèves sont à présent des « digital natives » et l’usage d’outils numériques leur paraît naturel. Et ce, de la maternelle à l’université. Quels changements le numérique pourrait-il apporter à l’enseignement et comment ?

Comme le dit Michel Guillou dans son dernier billet : « J’ai l’impression qu’on n’a pas compris, après l’avoir écrit, ce que signifiait vraiment « L’école change avec le numérique » et qu’on n’a pas pris mesure, avec cette réforme du collège, des mutations en cours. » Et le bloggeur d’exposer les 31 défis amenés par le numérique, dont un des premiers est que ce phénomène n’est « ni un outil ni une fin en soi » …

En ce qui concerne l’enseignement supérieur, Educpros fait l’inventaire du Top 10 des pédagogies innovantes à l’Université. Classes inversées, fablabs, réalité virtuelle, etc. De nombreuses innovations accompagnent l’entrée du numérique dans l’enseignement, mais s’ils bouleversent les habitudes des enseignants et des étudiants, ces nouveaux outils ne suffisent pas à transformer la pédagogie. Comme le souligne Marcel Lebrun dans une interview « Le numérique peut avoir un impact sur la pédagogie, à condition que celle-ci change ».

Dans le monde anglo-saxon, on se rend compte que les enseignants ont une pratique très limitée des technologies de l’information et des compétences acquises en ligne. Katrina Schwartz explique dans son post, citant le rapport du ‘Project Tomorrow’ Learning in the 21st century, que les enseignants en formation, les ‘professeurs de demain’, apprennent des techniques d’hier, alors qu’ils maîtrisent déjà des compétences numériques plus évoluées comme l’usage des médias sociaux et des appareils mobiles … De même, Michelle Wise, souligne dans The real Revolution in Online Education isn’t MOOCs (Harvard Business Review), que ce qui va vraiment révolutionner le système éducatif ce ne sont pas les MOOCs qui offrent des cours en ligne gratuits et massifs, qui ne sont que la version technologique des cours magistraux traditionnels, mais la nouvelle architecture de transmission et d’échange de savoirs et de pratiques sur internet. Évidemment, l’auteur envisage plutôt l’aspect pragmatique de ces connaissances qui concernent plus les besoins réels des entreprises : « But there is a new wave of online competency-based learning providers […] but creating a whole new architecture of learning that has serious implications for businesses and organizations around the world. “ Là aussi l’utilisation et la pratique des médias sociaux permettent d’acquérir et de développer de nouvelles compétences, très utiles dans des secteurs comme le marketing ou la communication d’entreprise.

Classe-inversée-300x173C’est aussi l’avis d’Emmanuel Davidenkoff dans l’article de Regards d’étudiants en ce qui concerne les MOOCs : « Parfois on appelle MOOCS un cours filmé, ce qui n’est pas plus élaboré que ce que l’on fait quand on met une caméra devant quelqu’un qui parle, et ça, on sait le faire depuis que la télévision existe » mais aussi : « Je pense effectivement qu’au vu du redécoupage des séquences que cela impose, avec la nécessité et toutes les possibilités de collecter des données sur la façon dont les gens réagissent, on devrait pouvoir de plus en plus faire des propositions assez engageantes pour que des personnes qui, aujourd’hui, seraient réticentes ou décrocheraient assez vite rentrent dans les apprentissages, et réussissent à apprendre ». Grâce au recueil de données personnelles le numérique permettrait « d’industrialiser ce qui relève aujourd’hui de l’artisanat, le suivi individuel ». E. Davidenkoff rassure aussi sur le caractère hybride de l’enseignement : les Moocs n’ont pas vocation à remplacer tous les cours en présentiel …

L’importance de la présence des enseignants est d’ailleurs rappelée par le philosophe Michel Serres dans son interview à Vousnousils : ‘On n’a jamais eu autant besoin d’enseignants’. Si les enseignants et les médecins n’ont plus le monopole du savoir, c’est une chance : « Si on s’intéresse au cancer par exemple, il est possible d’effectuer des recherches sur Internet, mais on ne va rien y comprendre. Il sera toujours indispensable de contacter un spécialiste qui pourra nous transmettre son savoir. » Il en est de même dans les amphis où les étudiants ont déjà consulté sur Wikipedia le sujet du cours, mais ont besoin des compétences de l’enseignant pour mieux assimiler ces connaissances. « Le travail des enseignants s’en trouve allégé car l’information est déjà passée, mais leur rôle de passeur de connaissances reste inchangé. »

Michael Godsey va encore plus loin dans son post The deconstruction of K12 teacher (The Atlantic). Le professeur va passer du statut d’’expert en contenu’ à celui de ‘facilitateur technologique’, les contenus étant dispensés soit par des ‘super-profs’ dans les Moocs, soit sur des sites comme TED.melting pot d'enfants du monde

C’est bien ce que souligne Marcel Lebrun dans son interview : « doter les établissements d’outils numériques ne suffit pas. Il faut des formations plus méthodologiques, qui laissent moins de place aux savoirs eux-mêmes mais sont davantage tournées vers la manière d’apprendre. » . En effet, « en allant chercher des informations autour de lui, dans la société, l’étudiant acquiert un savoir que l’enseignant n’a pas forcément, ce qui place celui-ci dans une position d’apprenant. »

On assiste ainsi à de nouvelles formes d’apprentissage comme la pollinisation comme l’explique Marc Dennery dans C-Campus. « Reprenant l’image du monde végétal, on peut dire que les grains de savoir circulent d’agents de savoir à agents de savoir, comme des grains de pollen vont de plante en plante. » Les agents du savoir pouvant être aussi bien les apprenants eux-mêmes, mais également des bases de ressources pédagogiques (wiki, réseau social d’entreprise).

Les Français sont bien conscients de l’impact de ces nouveaux types d’apprentissage, comme le souligne Dominique Roux dans l’entretien aux Echos : « 72 % des sondés considèrent que l’enseignement numérique accroît l’autonomie d’apprentissage des élèves ». C’est ce que Christine Vaufray indique dans son post  MOOC : cours du prof ou cours des gens ?  « Le MOOC des gens, c’est celui dans lequel les informations transmises et les activités proposées stimulent l’apparition d’une multitude de commentaires, productions, débats, actions… qui constituent en finale la véritable matière du cours, bien plus que l’information initiale. ».belleimage
Learning in the 21st century : Digital experiences and expectations of tomorrow teachers. – SpeakUp – Project Tomorrow Report, 2013.

Schwartz, Katrina. - Are teachers of tomorrow prepared to use innovative tech ?KQED News, 13/02/13

De la transmission à la pollinisation des savoirs. – C-Campus- Le blog, 30/12/13

Weise, Michelle. – The real revolution in online education isn’t MOOCs. – Harvard Business Review, 17/10/14

« Le numérique aura toute sa place dans l’enseignement ». E. Davidenkoff. – Regards d’étudiants, 16/11/14

Blitman, Sophie. – Marcel Lebrun : « L’écart entre collaboration et aliénation numérique est étroit ». – L’Etudiant, 26/11/14

Godsey, Michael. – The deconstruction of the K12 teacher. – The Atlantic, 25/03/15

Michel Serres : “On n’a jamais eu autant besoin des enseignants !”. – Vousnousils, 03/04/15

MOOC : cours du prof ou cours des gens ?Jamais sans mon laptop, 10/05/15

Les 31 défis pour le collège mais aussi pour l’Ecole et l’Université. – Culture numérique, 23/05/15

Roux, Dominique. – Le numérique pour enseigner autrement. – Les Echos, 27/05/15

 

France vs Union européenne : Quelle évolution pour le droit d’auteur ?

llc_droit_d_auteurLa Commission européenne avait lancé début 2014 une consultation sur la modernisation du droit d’auteur (cf Prospectibles). Parmi les propositions qui serviront de base à la nouvelle directive se trouve le rapport au Parlement européen de la jeune eurodéputée allemande du Parti Pirate (apparenté écologiste) Julia Réda.

Ce rapport qui sera soumis au vote fin mai a été présenté au Sénat le 3 avril par Julia Reda elle-même. Un des principaux objectifs de ce rapport est l’harmonisation du droit d’auteur au sein de l’Union européenne et aussi une mise à jour de ce droit dans le contexte de la société numérique, la dernière directive datant de 2001 (avant Facebook et YouTube) …

Cet « aggiornamento » voudrait pouvoir accorder plus de choix aux utilisateurs sans pour autant réduire les prérogatives des auteurs.

En effet, si la directive 2001 s’applique à l’ensemble des membres de l’UE, chaque pays dispose d’exceptions différentes. Par exemple, dans le cas de l’entrée dans le domaine public : « Le petit prince » d’Antoine de Saint-Exupéry, disparu en 1944, devrait être partout dans le domaine public (70 ans après la disparition de l’auteur) … Sauf en France, où Saint-Exupéry, héro de guerre, dispose de 30 ans de plus … !

Le rapport fait déjà l’objet de 550 amendements et d’un intense lobbying, notamment de la part d’organismes français, soutenus par la Ministre de la Culture Fleur Pellerin. « La position de la France devrait être simple à établir : ne pas accepter le principe de la réouverture de cette directive tant que la nécessité réelle des solutions existantes n’a pas été démontrée » : c’est la conclusion du rapport du juriste Pierre Sirinelli, présenté le 18 novembre au Conseil supérieur de la propriété littéraire et artistique.

On comprend que les ayants-droit s’inquiètent de cette réforme : le Commissaire européen au numérique Günther Oettinger, ayant déclaré le sujet prioritaire et sa volonté de « libérer la créativité » et briser les barrières nationales, confortant sur ce point le projet de ‘marché unique numérique’ du Président de la Commission Jean-Claude Juncker.copyright

Si l’on comprend bien les préoccupations des syndicats d’auteurs et de créateurs qui ne désirent pas un ‘nivellement par le bas’ de la diversité culturelle européenne où l’on favorise les « tuyaux » au détriment des contenus (JM Cavada), il faut reconnaître qu’avec l’internet le consommateur culturel est devenu transfrontalier. Il peine à comprendre pourquoi il peut avoir accès à certains contenus (presse, revues, réseaux sociaux) partout, (ou du moins dans les pays où la censure ne sévit pas) et pas à d’autres (films, séries, programmes TV) en fonction de réglementations spécifiques de chaque pays …

Les propositions du Projet de Rapport Reda

  • Reconnaissance de la nécessité d’une protection juridique pour les auteurs et créateurs et interprètes et aussi pour les producteurs et éditeurs dans la commercialisation des œuvres. Amélioration de la position contractuelle des auteurs par rapport aux intermédiaires.
  • Introduction d’un titre européen unique du droit d’auteur qui s’appliquerait directement et uniformément dans l’ensemble de l’UE pour pallier le manque d’harmonisation de la directive 2001/29 CE
  • Poursuite de la suppression des obstacles à la réutilisation des informations du secteur public en exemptant les œuvres du secteur public de la protection du droit d’auteur.
  • Protection des œuvres du domaine public, par définition non soumises au droit d’auteur et qui devraient pouvoir être utilisées et réutilisées sans obstacles techniques ou contractuels.
  • Harmonisation de la durée de protection du droit d’auteur qui ne dépasse pas les normes internationales fixées dans la Convention de Berne (50 ans après le décès de l’auteur).
  • Exceptions et limitations : harmonisation des exceptions ; rendre obligatoires les exceptions facultatives (droit à la citation, copie privée) ; création de nouvelles exceptions : représentation (photos ou vidéos) d’œuvres d’arts ou de monuments sur internet ; prêt numérique (e-books) pour les bibliothèques ; extension du droit de citation (vidéo). Suppression des limitations territoriales (audiovisuel ; chronologie des médias). Les droits se négocieraient au niveau européen plutôt qu’au niveau national.

Rien de très révolutionnaire dans ces propositions, si ce n’est la volonté d’étendre à l’ensemble de l’Union des lois qui existent pour certains Etats-membres. Comme l’explique Julia Reda sur son blog « Nous devons promouvoir la diversité culturelle. Mais la diversité culturelle n’est pas la même chose qu’une diversité de lois. »

Une des principales critiques contre ce projet est que la suppression des limites territoriales serait une porte ouverte pour les GAFA et autres multinationales américaines comme Netflix qui profiteraient d’un copyright unique européen pour imposer leurs conditions aux créateurs et éditeurs. Ces entreprises sont déjà bien installées sur le web européen et profitent plus de la manne publicitaires que les acteurs traditionnels (médias, éditeurs). C’est cette part grandissante des « intermédiaires techniques » qui ne soutiendraient pas assez la création que dénonce le rapport Sirinelli, commandé par le Ministère de la culture pour défendre le point de vue français dans cette réforme du droit d’auteur. Ce rapport voudrait pouvoir surtout renforcer le droit d’auteur et réduire les exceptions. Il s’oppose également au « fair use » à l’américaine qui serait une ‘liste ouverte d’exceptons’. En revanche, l’exception de copie privée devrait être rendue obligatoire pour le paiement de la redevance dans les pays qui y sont encore opposés. Le rapport demande aussi un réexamen de la directive sur le commerce électronique.droitsdauteurs2

En effet, pour ses détracteurs, le projet Reda ne s’attaque pas assez au problème du piratage et de la contrefaçon … Et le fait que la rapporteure est membre du Parti Pirate n’arrange pas les choses !

Mais les acteurs français ne sont pas tous contre la réforme du droit d’auteur. Les bibliothécaires et les chercheurs soutiennent l’idée d’un ‘fair copyright’ qui permet les exceptions pédagogiques et le prêt numérique. Contrairement à ce que soutenait Lionel Maurel au lendemain du Congrès de l’IFLA dans son blog S.I.Lex, les professionnels de l’information ne se limitent pas à défendre les exceptions. L’Interassociation Archives Bibliothèques Documentation (IABD) soutient le London Manifesto des bibliothécaires britanniques en affirmant : « Une législation sur le droit d’auteur équilibrée (fair copyright) à travers l’Europe sont des droits essentiels.  Sans eux, nous ne parviendrions pas à soutenir efficacement la recherche, l’innovation et la croissance et nous entraverions l’ambition d’un marché unique du numérique. ».

Les préconisations des bibliothécaires français et britanniques sont assez proches du rapport Reda : harmonisation des exceptions, normes ouvertes, droit de prêt numérique, harmonisation de la durée de protection, droit d’acquérir une licence d’utilisation, droit d’explorer (fouille de textes) : analyse informatique des ouvrages pour les bibliothèques, droits pour les personnes handicapées : ratification du Traité de Marrakech, droits d’usages transnationaux, numérisation de masse, etc.

On retrouve ces préoccupations chez les chercheurs, comme dans la présentation d’Eric Verdeil à l’Ecole doctorale SHS de Lyon « Publications scientifiques en sciences humaines et sociales à l’ère du numérique : enjeux pour les chercheurs » : valorisation du ‘fair use’, copyleft et Creative Commons.

On est encore loin d’avoir épuisé les domaines d’application du droit d’auteur : les impressions 3D font partie des prochains défis : les sénateurs viennent finalement de décider que les imprimantes 3D ne seraient pas soumises à la redevance pour copie privée … ! En revanche, les tracteurs ‘connectés’ (cf le dernier post d’Affordance) vont devoir embarquer des DRM dans les codes informatiques qui les font fonctionner et empêcher les utilisateurs de ‘bidouiller’ pour les dépanner !

copyright1

IFLA 2014 : les bibliothèques et le piège des exceptions. – S.I.Lex, 29/09/14

Günter Oettinger promet une réforme du droit d’auteur d’ici deux ans.Euractiv, 30/09/14

Rapport de la mission sur la révision de la directive 2001/29/CE sur l’harmonisation de certains aspects du droit d’auteur et des droits voisins dans la société de l’information/Pierre Sirinelli – Conseil supérieur de la propriété littéraire et artistique, octobre 2014

Mon rapport sur le droit d’auteur dans l’UE. - Julia Reda, 16/12/14

Rees, Marc. – Fleur Pellerin aiguise ses armes pour défendre les ayants droits à Bruxelles. – NextInpact, 13/01/15

Projet de rapport sur la mise en œuvre de la directive 2001/29/CE du Parlement européen et du Conseil du 22 mai 2001 sur l’harmonisation de certains aspects du droit d’auteur et des droits voisins dans la société de l’information/Julia Reda – Parlement européen ; Commission des affaires juridiques, 15/01/2015

Un rapport parlementaire plaide pour le détricotage du droit d’auteur. – Euractiv, 20/01/15

Rees, Marc. – Rapport Reda : la commission ITRE veut concilier anciens et modernes. – NextInpact, 03/03/15

La mobilisation sur le droit d’auteur devrait étendre le champ de la réforme en cours. – Euractiv, 13/03/15

Gary, Nicolas. – Auteurs et éditeurs : les relations empirent en France. – Actualitté, 20/03/15

The London Manifesto : Time for reform ? – 1709 Blog, 01/03/15

La culture européenne n’est pas confinée aux frontières nationales – n’utilisons pas le droit d’auteur pour la forcer à l’être (discours au Sénat). – Julia Reda, 04/04/15

L’IABD soutient le London Manifesto qui prône une réforme européenne du droit d’auteur favorable aux bibliothèques, aux archives et aux services de documentation. – IABD, 04/94/15

Gary, Nicolas. - IABD : pour une législation équilibrée du droit d’auteur, le fair copyright. – Actualitté, 06/04/15

Langlais, Pierre-Carl. – Le droit d’auteur ne fait vivre qu’une minorité d’artistes. – L’Obs, 08/04/15

Verdiel, Eric. – Publications scientifiques en sciences humaines et sociales à l’heure du numérique : enjeux pour les chercheurs. – Lyon, Ecole doctorale SHS, session 2015 [Slideshare]

Rees, Marc. – Pas de taxe copie privée pour les imprimantes 3D. – NextInpact, 27/04/15

Du Digital labor au copytalisme. – Affordance.info, 28/04/15

 

Le « moi quantifié » sera-t-il l’ homme nouveau du XXIe siècle ?

objects-connectésLes « objets connectés » sont en train d’envahir notre quotidien : montre, lunettes, chaussettes, réfrigérateur et même arrêt de bus …. ! De plus en plus d’objets et de services sont décrétés ‘intelligents’ (smart) ou connectés et combinés à la révolution de traitement des ‘big data’, ils sont censés bouleverser notre vie quotidienne. Santé, urbanisme, transports devraient être impactés par ces nouveaux gadgets, sans parler même du marketing ou de l’éducation !

Avec les ‘wearables’, appareils « prêt-à-porter », on se rapproche de l’’informatique intime’, comme la nomme Idriss J. Aberkane dans le Point.

Les ordinateurs, en se miniaturisant, se sont de plus en plus rapprochés du corps humain, jusqu’à le pénétrer (pace-maker ou implants divers) …

A quoi vont nous servir tous ces capteurs qui nous entortillent comme une véritable toile d’araignée … Car le web n’est plus lointain ou dans les nuages, il est sur nous ou en nous ! La sécurité sociale peut sans problème dérembourser les médicaments ou réduire les prestations médicales : de nouvelles starts-up ont trouvé la solution, plus besoin de déranger le médecin ; une bague ou un bracelet connecté vont pouvoir mesurer le taux de sucre pour les diabétiques ou le nombre de pas que doit parcourir un obèse pour maigrir ! Chacun pourra surveiller son état physique à tout moment et apprécier les progrès qu’il aura pu réaliser. Le « quantified self » doit permettre de se jauger en continu.

Mais dans ces conditions, l’humain est-il encore acteur de ses décisions ou n’est-il qu’une partie de l’interaction, qu’un somme de données reflétées dans les capteurs ? Ce ‘moi quantifié’ est-il toujours un sujet ou la somme de tronçons physiques ou psychiques, qui s’imbriquent dans des états physiologiques et des comportements ? Des « dividuels » comme les nomme Alain Damasio dans son roman de science-fiction « La zone du dehors » ?

Sans évoquer les problèmes éthiques et juridiques que posent déjà la gestion et le traitement de ces milliards de données plus que personnelles (santé, comportement, émotions, etc …) qui transitent forcément sur les « nuages » de grandes entreprises multinationales … Depuis quelques semaines, on ne compte plus le nombre de piratages effectués sur les données de santé … !

Olivier Ertzscheid démontre dans son post du 17 septembre 2014 « Vous prendrez bien deux doigts de digital ?» comme l’humain perd progressivement le pouvoir en passant de l’index du web 1.0 (lien hypertext) au pouce levé (Like) du web social, pour perdre complètement la main dans le « World wide wear » et l’internet des objets …. ! Le pouce et l’index permettaient l’activité de préhension nécessaire pour toute interaction. Tandis qu’avec les objets connectés, apparaît « une forme d’appréhension qui vient de l’incapacité de « préhension » et donc de « com-préhension ». Car pour com-prendre le numérique, il nous faut le prendre « ensemble » » (ibid). 05894964-photo-illustration-objets-connectes

Pourtant, d’après le rapport « The Wearable Future », de PWC d’octobre 2014, 20% d’Américains posséderaient déjà des objets connectés, et le succès pour ces appareils ne devrait que croître, surtout parmi les « millenials » (jeunes nés autour de l’an 2000). Même si sur l’échantillon analysé (1000 personnes), 33% de ces « adopteurs précoces » n’utilisent plus ou très peu ces objets (bandeaux, bracelets) et plus de 80% s’inquiètent de l’impact de cette technologie sur leur vie privée et sur les brèches possible de sécurité qu’ils pourraient comporter, plus de 50% de ces consommateurs sont plutôt favorables à l’avenir des wearables … Ils soulignent trois avantages dans cette technologie : la sûreté, notamment en ce qui concerne les enfants, une vie plus saine grâce aux exercices organisés par ces objets, et enfin leur simplicité et facilité d’usage …

Mais que faire de toutes ces données recueillies par ces appareils (qui communiquent entre eux, sans forcément en informer le sujet …) et qui peut les interpréter ? C’est la question que se pose Marie-Julie Catoir-Brisson dans son article « Du moi quantifié au corps comme objet connecté » : est-ce aux médecins à gérer ces informations provenant des patients, ce qui risque de remettre en cause la relation médecin patient … D’autant plus que « presque tous ceux qui ont utilisé ces appareils déclarent qu’ils ont modifié leurs habitudes d’une manière ou d’une autre (5).» Ce qui signifie que l’usage de ces objets connectés au quotidien transforme le rapport de l’individu à son propre corps et surtout à sa représentation. » (ibid).

L’étude de Goldman Sachs de septembre 2014 « The Internet of Things : making sense of the next mega-trend » examine les enjeux impliqués par les 28 milliards d’objets connectés à l’horizon 2020. Le rapport identifie cinq champs d’adoption : les « wearables », les voitures connectées, les maisons (domotique), les « villes intelligentes «  (smart cities) et enfin l’industrie, les transports, l’énergie et la santé. Cinq caractéristiques définissent aussi cette nouvelle technologies, résumés par l’acronyme S-E-N-S-E : Sensing (les capteurs) : température, pression, accélération ; Efficient : ajoute de l’intelligence aux processus ; Network : connecte les objets au réseau qui passe du ’Cloud computing’ au ‘fog computing’ (brouillard, buée), à la logique plus floue … ; Specialized : processus spécifiques et fragmentation ; Everywhere : ubiquité et présence ‘pervasive’. Les entreprises vont se concentrer sur ces nouveaux produits comme source de revenus grâce aux économies d’échelle et à la productivité. Mais il va falloir mettre en place les infrastructures nécessaires pour ce nouveau système : wifi, plateformes, applications, etc., avec les smartphones comme interfaces privilégiées … !
Là encore, l’étude met en garde sur les risques d’atteintes à la vie privée et les failles de sécurité …objets-connectes

A ce propos, la « Working party » sur la protection des données personnelles de l’Union européenne a émis une « Opinion sur les récents développements de l’internet des objets » adoptée le 16 septembre 2014. Tout en se réjouissant des avantages que cette technologie apportera aussi bien à l’industrie qu’aux citoyens européens, la WP29 rappelle qu’elle doit respecter la vie privée et s’inquiète des défis de sécurité qui sont associés à l’Internet des objets. La vulnérabilité de ces appareils, souvent déployés en dehors des structures traditionnelles de l’industrie de l’information, révèle un manque de sécurité dans leur construction (perte de données, infection de virus, accès non autorisé aux données personnelles, usages intrusif des ‘wearables’). Pour cela, elle propose d’incorporer le maximum de garanties dans ces objets et recommande aux usagers de garder un contrôle complet de leurs données personnelles …

 

Aberkane, Idriss J. – Demain, l’informatique intime. – Le Point, 15/08/14

Catoir-Brisson, Marie-Julie. – Du « moi quantifié » au corps comme objet connecté. – Métamorphoses des écrans, 23/08/14

The Internet of Things : makinge sense of the next mega-trend. –  Goldman Sachs Report, 03/09/14

The language of the Internet of Things. – The Economist, 06/09/14

Ertzscheid, Olivier. – Vous prendrez bien deux doigts de digital ?. – Affordance.info, 19/09/14

Opinion 8/2014 on the recent developments of the Internet of Things/ Article 29 Data Working Party. – Europa.eu, 16/09/14

Bonnet, Florence. – Big Data, objets connectés : il faut protéger le « prosommateur ». – Journal d u Net, 30/09/14

Wearable Technology Future is ripe for growth. – Pwc, 21/10/14

Guillaud, Hubert. – Dans un monde de smartphones, les gadgets doivent s’adapter. -InternetActu, 14/01/15

Au tribunal de l’internet ! Données de santé : les conditions de leur partage. – Le Point, 23/03/15

 

 

Lire, écrire … Voir ! Les technologies au service des déficients visuels

deficient-visuelSMS, mails, objets connectés, notre monde numérique multiplie les écrans où lecture et écriture sont un passage obligé à la communication. Seul le téléphone et la radio font encore exception …

Ces usages semblent exclure un grand nombre de non-voyants et de malvoyants de l’accès à la société de l’information et de la connaissance. Or, ce sont précisément ces nouvelles technologies qui vont apporter, en partie, des réponses adéquates à ce handicap.

Le Congrès « Vision innovation » qui s’est tenu à l’UNESCO le 10 février 2015 en partenariat avec l’Institut de la vision, avait pour objectif de répondre à ces défis. Comme l’affirme le Pr Sahel, Directeur de l’Institut de la vision « Nous sommes aujourd’hui dans un moment particulier où l’innovation pourrait venir au-devant des patients que ce soit pour limiter l’aggravation de la maladie ou pour vivre mieux avec un handicap visuel.

Ces innovations sont très importantes et beaucoup de technologies proviennent d’autres domaines que la médecine. Si la dimension « accessibilité » est intégrée dans la réflexion, le design et l’ergonomie d’un produit ou d’un service, il n’en sera que plus riche et universel. ».

L’accessibilité en bibliothèque et en ligne

L’accessibilité a été un des principaux objectifs des bibliothèques pour compenser le handicap. A la Bibliothèque de Sciences Po, comme dans d’autres établissements, des aménagements ont été réalisés pour les déficients visuels : salle insonorisée et équipements adaptés, clavier et imprimante braille, synthèse vocale, zoom texte, etc. La bibliothèque de l’IEP de Toulouse s’est dotée d’un téléagrandisseur  « Clearview Speech Couleur ». Équipé d’un logiciel de synthèse vocale et d’un logiciel d’agrandissement d’écran, il facilite la lecture, la création de fichiers informatiques, la numérisation des documents ainsi que la consultation sur internet. Toujours à Toulouse, mais à la médiathèque José Cabanis, une application spécifique permet l’identification par synthèse vocale de tous les documents via leur étiquette RFID. Positionné sur un document le petit lecteur DAISY (Digital Accessible Information System) énonce les principales informations : auteur, titre, résumé … En équipant ainsi tous les documents et pas seulement les collections adaptées, la Médiathèque permet une mixité entre voyants et malvoyants, lorsque ces derniers s’y rendent en famille … b_touch

Et évidemment, la bibliothèque de l’Association Valentin Haüy a créé une bibliothèque numérique de livres audio, Eole et met gratuitement à disposition de personnes handicapées plus de 6000 ouvrages sur un site internet dédié. Les ouvrages en braille numérique ou audio sont au format DAISY qui permet une navigation plus aisée. La bibliothèque bénéficie dans ce cas de l’exception « handicap » du droit d’auteur et des droits voisins qui permet la reproduction et la représentation des œuvres au profit des personnes en situation de handicap. Sur ce thème, l’ARALD (Agence Rhône-Alpes pour le livre et la documentation) organise avec la Médiathèque Valentin Haüy une Journée d’information « Bibliothèque, accessibilité et numérique » le 5 mars 2015 à Lyon.

Le copyright et l’accessibilité dans l’édition : le Traité de Marrakech (juin 2013)

Si en France et en Europe, le droit d’auteur comporte une exception de « handicap », ce n’était pas le cas dans le reste du monde et particulièrement aux Etats-Unis, où les lois sur le copyright ne permettaient pas de transformer les ouvrages numériques par la synthèse vocale ou le braille. Les associations de malvoyants ont dû mener une bataille au niveau international pour obtenir ces facilités pour les déficients visuels avec l’institution par l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) du Traité de Marrakech (27 juin 2013). Le traité reconnaît l’importance pour les personnes handicapées de disposer d’un « exemplaire en format accessible » afin « d’accéder à l’œuvre et d’y avoir accès aussi aisément et librement qu’une personne sans déficience visuelle ou autre difficulté de lecture des textes imprimés. ».

Les NBIC au service des aveugles et des déficients visuels

La journée « Vision – Innovation » a présenté toutes les solutions que les technologies actuelles permettent pour rendre la vue ou améliorer la vie aux personnes en situation de handicap.

Avec les NBIC (nanotechnologies, biotechnologies, informatique et sciences cognitives), chercheurs, ophtalmologistes, orthoptistes, laboratoires médicaux, opticiens, starts up et associations de patients tentent de répondre aux besoins des 4, 3 milliards de personnes qui ont une mauvaise vision dans le monde dont 2,5 milliards ne sont pas corrigés … Quant à la cécité, elle touche environ 5% de la population mondiale, à peu près le nombre d’habitants de l’Espagne …

Pour les plus touchés, les non-voyants, victimes de rétinopathies ou de DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge), des avancées formidables sont perceptibles et font espérer une solution assez proche, comme le système de restauration de la vision IRIS, développé par la ‘jeune pousse’ Pixium Vision. Cet implant rétinien remplace les fonctions physiologiques des cellules photo-réceptricesA de l’œil en stimulant électriquement les cellules nerveuses de la rétine interne qui transmettent ensuite l’information au cerveau via le nerf optique. Ce système fonctionne avec une caméra asynchrone et un petit ordinateur de poche : il devrait permettre au patient de se déplacer de façon autonome.prothese-optique

D’autres solutions ont été présentées comme les lunettes « intelligentes » à réalité augmentée de Light Vision pour les personnes atteintes de DMLA. En détectant les parties encore fonctionnelles de la rétine, le système affiche les bonnes images au bon endroit ! La société pense distribuer une centaine lunettes en 2016. GenSight Biologics préconise, en revanche une thérapie génique pour des rétinites, la DMLA et la dégénérescence des cellules du nerf optique. L’objectif est de développer des vecteurs issus des « Adeno-Associated Virus » (AAV) pour le traitement génique de certaines dystrophies rétiniennes.

Mais il n’y a pas que ces grandes pathologies, dans les pays développés, la presbytie atteint un grand nombre de personnes. L’application « Back in Focus » permet de lire sur écran sans ses lunettes. Ce support numérique permet de tirer parti des appareils mobiles pour avoir l’image corrigée pour la vision de chacun. C’est l’écran qui s’adapte aux yeux des personnes (âgées souvent) plutôt que les lunettes correctrices … ! Ca simplifie beaucoup la vie pour lire un SMS ou regarder un plan sur son smartphone !

Dassault Systemes a développé une simulation de réalité virtuelle en 3D pour la recherche médicale pour faire ressentir aux utilisateurs et aux soignants ce que vit une personne malvoyante ou en fauteuil roulant … Des simulations semblables sont aussi disponibles sur la vision des animaux : chat, chien ou oiseau. On peut voir ce que perçoivent nos compagnons à poil ou à plumes, au ras du sol ou dans les airs… !

Mais ce qu’ont surtout développé les services ophtalmologistes, les laboratoires et les opticiens, ce sont des parcours de soins et d’accompagnement des malades ; l’aspect humain et organisationnel primant ainsi sur les aspects thérapeutiques et technologiques.

L’autre grande innovation, c’est l’émergence des réseaux sociaux spécialisés à partir d’association de patients comme Retina ou Carenity. Les patients ne sentent plus seuls avec leur handicap et peuvent compter sur des communautés comprenant des médecins, bénévoles, soignants et personnes connaissant les mêmes affections.

 

Sciences Po accessible

Vision innovation 2015
UNESCO, 10 février 2015

Taillandier, Florent. - A quand des ebooks vraiment adaptés aux déficients visuels ? – CNET France, 28/05/13

European Commission. – Marrakech Treaty : Equal Access to Books for Visually Impaired and Print Disabled. – Disabled World, 28/06/13

Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI). – Traité de Marrakech visant à faciliter l’accès des aveugles, des déficients visuels et des personnes ayant d’autres difficultés de lecture des textes imprimés aux oeuvres publiées. – OMPI, 27/06/13

Kudzia, Kudzia. - Table ronde « Lire autrement : vers de nouveaux usages et de nouveaux services en bibliothèque. – Accessible ABF, 11/05/14

 

Liberté ou sécurité … Sur le web, quelle alternative ?

bigdata_image2On a beaucoup évoqué la liberté d’expression ces derniers jours, de même que le besoin de sécurité et de surveillance du Net. Mais est-il possible de concilier ces deux piliers de la démocratie, dans un contexte de mondialisation accrue de l’information et d’obsession sécuritaire ?

Alors que la France se targue d’être le pays des droits de l’homme et de défendre à tout prix la liberté d’expression, depuis quelques années, ce droit subit un certain nombre de restrictions, et plus particulièrement sur l’internet …

Avant même les attentats de janvier, le gouvernement français avait pris des mesures accentuant la surveillance et les écoutes sur les communications électroniques. Avec la Loi de programmation militaire de 2013 d’abord, en étendant le périmètre des écoutes à de nombreux cas : l’Etat peut accéder directement aux données des opérateurs télécoms, FAI ou hébergeurs web sans nécessiter l’aval d’un juge « en prévention du terrorisme, de la criminalité ou de la délinquance organisées, ou de la reconstitution ou du maintien de groupement dissous » comme le souligne le Journal du Net. Et à présent, au lendemain des attentats, un décret prévoit de bloquer, sans contrôle judiciaire, une liste de sites établis par l’OCLCTIC (Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication). Même si Manuel Valls se défend de vouloir promulguer un « Patriot Act » à la française, ces mesures restreignent de façon significative les droits des citoyens en ligne. Alors que l’Union européenne tente depuis quelques années de protéger les données personnelles, notamment en empêchant les Etats-Unis à avoir accès aux fichiers des passagers européens (Passenger Name Record, PNR), le Ministre de l’intérieur explique dans Les Echos, que « les textes européens de lutte contre le terrorisme ne suffisent plus et qu’il faut adapter le système Schenguen lors des contrôles aux frontières ». Jean-Pierre Laborde, directeur du Comité contre le terrorisme de l’ONU, tout en étant en faveur d’un PNR européen, reconnaît dans une interview au Monde que la France dispose déjà d’un dispositif juridique suffisamment préventif et répressif sur la question et qu’une nouvelle loi sur le terrorisme n’apporterait rien de plus, avant d’avoir éprouvé la dernière loi qui vient d’être adoptée il y a à peine deux mois. De plus, « la France a des obligations en vertu des traités européens qu’elle a signés et qu’elle ne pourrait envisager une loi comme le Patriot Act sans entraîner des questionnements sur les règles de la libre circulation dans l’espace de l’Union européenne. » Enfin les lois antiterroristes doivent aussi prendre en compte « les obligations internationales concernant les droits de l’homme » … C’est aussi le point de vue d’Isabelle Falque-Pierrotin, Présidente de la CNIL, citée dans Numerama  « Parce que les libertés publiques sont consubstantielles à l’Etat de droit dont elles constituent le cœur, aucun impératif de sécurité ne peut conduire à leur remise en cause profonde » .donnees-persos-111705

D’autre part, en France, on comprend moins que nos valeurs universelles héritées des Lumières (liberté de mouvement et d’expression, notamment vis-à-vis des croyances religieuses, laïcité) soient moins partagées par les peuples du monde entier. Or, une publication quasi confidentielle comme Charlie Hebdo, est propulsée grâce au web au niveau de l’ensemble de la planète … Et comme une image en dit plus qu’un millier de mots … ! Et surtout, les populations qui sont aussi attachées à la liberté d’expression comme les anglo-saxons ne comprennent pas les limites que la France met à ce droit fondamental : incitation à la haine, racisme, xénophobie, etc… Comme le fait remarquer le philosophe américain Steve Fuller dans un article de Al Rasub, les Etats ne seraient plus en mesure de protéger l’ensemble des populations si tout le monde se comportaient effectivement en « Charlie » … Et la défense de la liberté d’expression risquerait de se transformer en apologie de l’autodéfense et du port d’armes, en raison de l’insuffisance des forces de sécurité publique pour protéger les citoyens !

Cette double incompréhension risque de multiplier les dérapages, aussi bien en France qu’à l’étranger, notamment en ce qui concerne la censure et la répression sur l’internet…

sécurité

Internet-signalement.gouv.fr.
Portail officiel de signalement des contenus illicites de l’internet

LOI n° 2013-1168 du 18 décembre 2013 relative à la programmation militaire pour les années 2014 à 2019 et portant diverses dispositions concernant la défense et la sécurité nationale. – Journal Officiel, version consolidée au 29/01/15

Champeau, Guillaume. – La CNIL dit « oui mais » à la surveillance accrue sur internet. – Numerama, 26/01/15

Fuller, Steve William. – Charlie Hebdo : a bonanza for gun owners in the making? – Al-Rasub, 20/01/15

« Un système d’échange de données serait plus efficace et protecteur de la liberté des citoyens »/ Entretien Jean-Paul Laborde, propos recueillis par Jacques Follerou. – Le Monde, 14/01/15

Fredouelle, Aude. – A quoi pourrait ressembler un « Patriot Act » à la française » ? Journal du Net, 14/01/15

Cazeneuve « Il nous faut adapter le système Schenguen ». – Les Echos, 11/01/15

#CharlieHebdo : Non à l’instrumentalisation sécuritaire. – Quadrature du Net, 09/01/15

Champeau, Guillaume. – Sites terroristes : le gouvernement notifie son projet de blocage à Bruxelles. – Numerama, 09/01/15

Rees, Marc. – Les écoutes légales des conversations sous Skype bientôt possibles. – NextINpact, 06/01/15

Lefebvre, Arnaud. – Big Brother en France : en 2015 le gouvernement aura accès à toutes les données des internautes. – Express.be, 02/01/15

Madden, Mary. – Public perception of privacy and security in the post-Snowden era. – Pew Research Center, 12/11/14

Staypressed theme by Themocracy