Evolution des bibliothèques : où en est-on ?

4175783446_7e32581cf5_bLa fin des bibliothèques, souvent annoncée (presque autant que la fin du travail !), ne semble pas  encore réalisée. Au contraire, la dernière Enquête sur les publics et les usages des bibliothèques municipales du Ministère de la culture indique une augmentation de la fréquentation des bibliothèques publiques (40% des Français de plus de 15 ans contre 35% en 2005). Si toutes les bibliothèques ne sont pas devenues des ‘learning centres’ ou des ‘leisure centres’ comme dans d’autres pays, un certain nombre de mutations sont à l’œuvre, aussi bien dans les bibliothèques universitaires et de recherche que dans les BM et les médiathèques grand public.

Ces évolutions concernent autant l’offre d’activités des bibliothèques que les transformations plus profondes des métiers et des pratiques de l’information-documentation.

L’innovation est le maître-mot, comme le rappelle Clémence Jost dans Archimag en évoquant le thème central du Congrès de l’ABF en 2016 « L’innovation en bibliothèques ». Pour repenser la bibliothèque, Christine Tharel-Douspis, cite dans le BBF la « Bibliothèque en [r]évolution », thème de la Journée Régionale de la Commission lecture publique de Mobilis organisée en partenariat avec l’ENSSIB. Au programme, réseaux sociaux, usages différents et mouvants, BiblioRemix, co-construction, design thinking, expérience utilisateur, etc.

Diversification et offre de pratiques innovantes

Un certain nombre de bibliothèques ont introduit de nouveaux outils ou de nouvelles pratiques à destination des publics. Outre les incontournables ‘fablabs’, on trouve aussi :

  • Un kiosque qui distribue de courtes nouvelles rédigées par les étudiants à la Penn State University Library
  • Des « feuilletoirs» numériques (écrans tactiles insérés dans les rayonnages donnant accès aux 132 000 documents des collections en magasins) à la Bibliothèque Alexis de Toqueville à Caen
  • Des animations de réalité virtuelle avec casques à la Médiathèque Federico Fellini de Montpellier et à la bibliothèque de la Manufacture de Nancy FabLab
  • « Les Yeux docs », plateforme de vidéos documentaires à la BPI
  • Labo2 : laboratoire des usages numériques à la BM de Nantes : écriture, jeux vidéo, créations numériques, outils cartographiques
  • Une « grainothèque» à la BM Aimé Césaire de Villeneuve-La-Garenne : chacun peut apporter son sachet de graines dans un espace dédié où d’autres « semeurs » peuvent se servir gratuitement.
  • Un concours de « Bibtubeurs» à la BM de Bègles où de jeunes lecteurs réalisent des « Booktubes » : petite vidéo résumant un livre que l’on veut partager avec d’autres lecteurs. Donner en 5 minutes envie de lire le livre et apprendre à maîtriser les bases techniques de la réalisation vidéo.
  • La plateforme de photos Instagram d’étudiants sur des livres ou des activités de la bibliothèque. Comme La New York Public Library des d’autres BU américaines, la bibliothèque de la « London School of Economics” lance sa plateforme Instagram pour sa « Review of Books ».

Comme le souligne l’enquête sur les bibliothèques municipales « l’usage des équipements [de lecture publique] évolue également : autrefois axé sur l’emprunt et le livre, il s’est fortement diversifié, en lien avec la richesse des services proposés par les bibliothécaires, sur place, en ligne et hors les murs ».

Les transformations en profondeur des métiers de l’information et de la 6232096-9311528documentation

L’impact du numérique et de la communication n’est pas récent dans ces métiers et remonte bien à plus d’une trentaine d’années, mais les mutations se font surtout sentir depuis une dizaine d’années. Elles se traduisent par un certain nombre de transformations dans la vie professionnelle du domaine.

  • Mise à jour de la terminologie en sciences et techniques de l’information (Archives 21)
  • Le rôle des bib-docs dans la lutte contre la désinformation et les Fake news. L’importance de la formation à l’’information literacy’ dans la construction des savoirs.
  • La contribution à l’encyclopédie Wikipédia, aussi bien en tant que professionnel avec l’évènement 1Bib1Ref (Un bibliothécaire, une référence), qu’en tant que médiateur pour faire connaître cette entreprise « Creative common » aux lecteurs. Comme le souligne Sylvain Machefert, auteur de ce chapitre, « Wikipédia peut aussi être le point de départ à une sensibilisation du public aux questions en lien avec le droit d’auteur », en raison de sa licence libre.
  • Le rôle croissant de la communication interne au sein de l’institution, notamment à travers les outils collaboratifs et les réseaux sociaux d’entreprises, comme Slack ou Teams.
  • Le rôle des bibliothèques de recherche dans le développement des Humanités numériques. Le rapport des Research Libraries UK souligne le rôle que pourraient avoir ces bibliothèques dans la création, l’archivage, la curation et la préservation d’outils pour la recherche en Humanités numériques. Le RLUK veut comprendre le rôle joué par ces bibliothèques dans la représentation numérique pour identifier les zones spécifiques à valoriser et aussi pour faciliter le partage des bonnes pratiques. 497671-rea-197588-011-580x310
  • Les nouvelles appellations des métiers de la documentation. Comme le relève E. Barthe dans son blog, cité par H. Girard dans la Gazette des Communes, le mot documentaliste, tel que le définit le code du Répertoire opérationnel des métiers et des emplois (ROME), ne correspond plus à la réalité du métier. Depuis le début des années 2000, on a vu émerger des knowledge managers, des gestionnaires de bases de données et de ressources numériques, des community managers et autres webmasters … Ces nouveaux métiers qui portent aussi sur la gestion des documents et de l’information n’apparaissent pas dans le code ROME 1601. Or, on trouve de nombreux emplois et postes pour ces dénominations … Cette évolution des métiers a été cartographiée par l’ADBS en 2013. Mais comme le remarque Archimag dans son 2e Baromètre sur l’emploi et le compétences (2016), d’autres compétences complémentaires sont nécessaires, comme le numérique ou la communication.
  • L’importance de la présence des bibliothèques sur les réseaux sociaux. Les bibliothèques se sont majoritairement investies dans les deux principaux réseaux sociaux Facebook et Twitter où se retrouvent la plupart des utilisateurs. Mais comme on l’a vu plus haut, certaines bibliothèques choisissent de participer à des activités plus ciblées sur certains réseaux, comme Instagram ou YouTube pour développer l’aspect prescripteur des lecteurs. Sur les réseaux sociaux dédiés aux livres qui remontent aux années 1990, on est passé des pionniers (Zazieweb), aux start-ups et à la professionnalisation (Babélio) pour atteindre une certaine concentration avec la pérennisation de certains sites (Sens critique) et une polarisation de la prescription avec la quasi disparition de la ‘longue traîne’. Comme le souligne Louis Wiart, dont l’étude est citée par Christine Tharel-Douspis dans son article du BBF, les réseaux sociaux ont un effet de caisse de résonnance : les best-sellers et les livres les plus cités concentrent le plus de visibilité, tandis que les catégories intermédiaires sont moins représentées … « Les réseaux sociaux ne bouleversent pas les champs des pratiques, mais fortifient le lien entre professionnels et usagers ».
  • Le « BiblioRemix » et le « nouveau paradigme de la participation ». Cette démarche veut accompagner l’évolution des bibliothèques vers le ‘3e lieu’ et rompre avec l’image stéréotypée de ces établissements. Elle implique la participation du public dans une démarche de décision et de gouvernance plus citoyenne. Il s’agit de repenser la bibliothèque avec les usagers, de co-concevoir les politiques publiques. Avec BiblioRemix, on passe du service public aux services aux publics. De nombreux exemples de projets sont cités dans l’article du BBF, dont les 4C aux Champs libres à Rennes (Création, collaboration, connaissance et citoyenneté).

Ces différentes tendances dessinent une nouvelle configuration des bibliothèques, où professionnels et usagers se retrouvent dans des pratiques où l’information passe par différents canaux comme la communication interne et extérieure, la formation, la participation, ou des outils comme les humanités numériques, la curation et l’échange aussi bien « in real life » que sur les réseaux sociaux.

communs

Mollett, Amy ; Mc Donnell, Anthony. – Five ways libraries are using Instagram to share collections and draw public interest. – Impact of Social Sciences, 16/04/14

Enquête sur les publics et les usages des bibliothèques municipales en 2016. – Ministère de la Culture et de la Communication – Livre et lecture, 16/06/16

Barclay, Donald A. – The challenge facing libraries in an era of fake news. – The Conversation, 05/01/17

Jost, Clémence. - Innovation : les bibliothèques, laboratoires de réinvention. – Archimag, 02/05/17

Machefert, Sylvain. – “Wikipédia et bibliothèques : agir en commun” dans Communs du savoir et bibliothèques/Lionel Dujol. – Paris, Cercle de la Librarie, 2017. Via Hal-archives ouvertes, 31/05/17

Tharel-Douspis, Christine. « Bibliothèque en (r)évolution ». – Bulletin des bibliothèques de France  n° 11. – 23/06/17

Kamposiori, Christina. – The role of Research Libraries in the creation, archiving, curation, and preservation of tools for the Digital Humanities. RLUK Report. – Research Library UK, cop. July 2017. Pdf.

La communication interne en bibliothèque : expérimentation de Teams, le Slack de Microsoft. – Hortensi-us, 15/07/17

Girard, Hélène. – Documentaliste : le poids du mot face aux mutations des fonctions.La Gazette des communes, 03/08/17

Enis, Matt/ – Penn State Libraries launch short stories dispensers. – Library Journal, 04/08/17

Ducharme, Daniel. – Un projet de mise à jour de la terminologie de base en sciences de l’information. – Archives 21, 15/08/17

L’inventivité en bibliothèque : les bibtubeurs, le concours de Booktube. – Actualitté, 29/08/17

Dillaerts, Hans.- Créer, gérer et animer un dispositif de Fab Lab au sein d’une bibliothèque publique : entretien avec Julien Amghar, créateur de l’espace Kénéré le Lab. – DLIS.Hypothèses.org, 06/09/17

 

 

Leave a Reply

Staypressed theme by Themocracy