Category: Numérique

Loi numérique : quelle ambition pour la France ?

formationnumerique2En attendant le Projet de loi sur le numérique prévu pour la rentrée, Manuel Valls a présenté le 18 juin 2015 la stratégie numérique du gouvernement qui s’appuie sur le Rapport du Centre National du Numérique (CNNum) « Ambition numérique », synthèse de la concertation lancée en octobre 2014.

Comme le souligne la chercheuse Francesca Musini dans son interview sur la Commission parlementaire sur le numérique « Jusqu’à présent les parlements ont plutôt légiféré de façon réactive par rapport au numérique, sur des questions spécifiques. C’est une bonne idée d’essayer de faire autrement, d’avoir une réflexion sur le long terme. »

Le gouvernement a avancé 14 mesures qui reprennent plus ou moins les 70 propositions du rapport Ambition numérique (4 thèmes et 70 propositions ayant impliqué la participation de 5000 personnes et de près de 18 000 contributions en ligne … !)

Alors que les programmes précédents se limitaient souvent au champ économique ou à la propriété intellectuelle comme la LCEN (Loi pour la confiance en l’économie numérique) en 2004 et la HADOPI (Loi favorisant la diffusion et la protection de la création sur internet) en 2009, le projet de loi numérique 2015 envisage tous les domaines touchés par le numérique. Comme l’affirme Benoît Thieulin, Président du Conseil national du numérique dans la préface du rapport « plusieurs numériques sont possibles et il est temps de construire un numérique européen, plus politique, plus conforme aux promesses d’’empouvoirement’ comme à celles des pères fondateurs. Il revient à la France et à l’Europe de définir ce numérique et de mettre en place des
politiques publiques pour le construire. »

Politique et gouvernance de l’internet
Pour Axelle Lemaire, interviewée dans Le Monde, « la France ne peut pas « se permettre d’être passive dans cette révolution, nous devons mettre la barre le plus haut possible et imprimer le changement partout pour moderniser l’action publique ». »

– inscription de la neutralité du net dans la loi « Je souhaite inscrire dans la loi une définition claire de la neutralité du Net qui assure à tous un même accès aux réseaux à tous les opérateurs » Manuel Valls, Gaité Lyrique, 18/06/15.

– ouverture des données publiques déjà entamée avec Etalab. Instauration d’une administration générale des données. En 2016, la France prendra la présidence du « Partenariat pour un gouvernement ouvert » (Open Governement Partnership).

– instauration d’une « Charte des droits du citoyen et du numérique » avec le Conseil de l’Europe.

– création d’un « État plateforme » avec des API (interface de programmation d’application) pour interroger les bases de données de l’État et créer de nouveaux services

Économie : croissance, innovation, disruption
Intégrer les nouveaux paradigmes : rapidité de croissance, concurrence internationale et innovation sous toutes ses formes. Accélérer la transformation numérique des entreprises et fluidifier leurs relations : charte entre grands groupes et start-upsAxelle Lemaire :« Montrer que la France est un pays attractif, que nous y innovons, que nos entreprises décrochent des contrats ».

- A l’international : soutenir la montée en puissance de la « French Tech », rencontre entre start-ups et grands financeurs, mais aussi accompagner la révolution technologique des pays du Sud.

– Promouvoir une « économie de la donnée » avec la création de « données d’intérêt général » dans des secteurs clés : transport, santé, énergie et tourisme

– encourager la coopération entre entreprises traditionnelles et start-ups et la transition numérique pour les TPE et PME avec des services numériques pour chaque filière

Cependant, l’innovation numérique dans l’économie fera aussi l’objet d’une loi « Macron 2″ au second semestre comme le révèle la Lettre de l’Audiovisuel du 21/07.

Médiation numérique et protection de l’utilisateur

– Renforcer la médiation numérique pour accompagner son usage pour les particuliers

– Inspection par les services de la concurrence des « conditions générales d’utilisation » sur grands sites opérant en France

– modification de la loi sur les données personnelles ; possibilité de transporter ses données d’un service à un autre

– Régulation des plateformes pour protéger les utilisateurs sans brider l’innovation

Enseignement et recherche

– Favoriser une science ouverte par la libre diffusion des publications et des données de la recherche

– Mise en place de « la grande école du numérique »  : labellisation des formations centrées sur le numérique (universités, collectivités, associations)

– Déploiement du plan numérique pour l’éducation : 200 collèges pilotes à la rentrée 2015, généralisation à la rentrée 2016

Social et Santé

– lancement de l' »Emploi Store » : bouquet de services Pôle Emploi (site + applications) pour les demandeurs d’emploi

– Déploiement du plan « Médecine du futur » : filières françaises de biotechnologies, médecine personnalisée et dispositifs connectés.

Si ces mesures collent à l’actualité et semblent même devancer les directives européennes (neutralité du net, données personnelles) avec certaines innovations (données d’intérêt général, start-ups d’Etat), on a malgré tout l’impression de se trouver devant un catalogue d’initiatives hétéroclites, loin de l’atmosphère inspirée du rapport Ambition numérique.

Ce dernier réaffirme d’abord le socle de principes qui décrivent l’horizon de la société numérique : le numérique doit être au service d’une société solidaire « inclusion de tous, bénéfices au niveau individuel et collectif, garanties propres au droit commun grâce à une « Collaboration entre société civile, réseau académique, communauté technique et acteurs économiques ».  Aller vers une ‘société ouverte’ et favorisant l’horizontalité dans l’organisation et la participation de tous les acteurs (salariés, agents, clients, utilisateurs) ; préserver l’État de droit et la protection des droits fondamentaux. « C’est un modèle nouveau qu’il faut inventer : celui qui met le numérique au service du pouvoir d’agir et de l’émancipation individuelle comme collective. » (Préface de B. Thieulin)

Les propositions d’Ambition numérique

Pour un gouvernement plus ouvert « renforcer la transparence et la traçabilité de ses processus décisionnels en généralisant les outils de visualisation des textes normatifs et de leur élaboration. Évaluation des politiques publiques sur le principe de l’open data ». Renforcer la littératie numérique des agents publics. Pour les services numériques au public : « partir des usages pour améliorer leur conception. »

- Loyauté dans l’environnement numérique : Protéger les libertés fondamentales, implication dans la gouvernance du Net et affirmation du principe de la neutralité du Net.
Internet est un ‘bien commun’, bénéficiant à l’ensemble de la société. Favoriser une approche globale, alliant la neutralité des réseaux avec une gouvernance du numérique démocratique et des règles de fiscalité internationale équitables.

Reconnaissance d’un droit à l’autodétermination informationnelle en donnant aux individus la maîtrise sur leurs données personnelles pour qu’ils puissent tirer parti de leurs valeurs d’usage.

Principe de loyauté des plateformes et des algorithmes destinés à la personnalisation, au classement et au référencement.
Loyauté des plateformes vis-à-vis de leurs clients et utilisateurs, particuliers et professionnels. Obligation générale de transparence, d’information et de non-discrimination.
Réaffirmation de l’Etat de droit, incompatible avec des régimes d’exception pour pouvoir garantir l’équilibre entre sécurité et libertés publiques.

Ce thème reprend les conclusions de la « Commission de réflexion et de propositions ad hoc sur le droit et les libertés à l’âge du numérique » à l’Assemblée nationale. Voir à ce sujet l’Interview de la sociologue Francesca Musini sur Mysciencework : «  Il y a deux grandes questions sur lesquelles on a commencé à réfléchir. D’un côté, l’équilibre entre surveillance et vie privée, comment préserver les données personnelles face à tout un ensemble de stratégies de surveillance des utilisateurs. De l’autre, la liberté d’expression sur internet et les moyens techniques qui permettraient d’assurer la diversité des opinions, comme par exemple en préservant la neutralité du Net. »
Ces principes ne peuvent qu’entrer en contradiction avec la Loi sur le renseignement adopté en juin 2015.

- La société face à la métamorphose numérique Numerique

Affirmer un objectif politique d’’empouvoirement’ des individus : pouvoir de contrôle, mais aussi pouvoir d’agir, individuellement et collectivement.
Refaire société par les communs : promotion des pratiques collaboratives. Encourager l’économie collaborative tout en la régulant.
Promouvoir un espace informationnel partagé pour réaliser la diffusion d’un internet ouvert : la co-création comme mode d’inclusion et d’éducation. Faire de la publication ouverte une obligation légale pour la recherche bénéficiant de fonds publics. Définir positivement et élargir le domaine public. Faire évoluer et clarifier l’exception pédagogique pour une meilleure adéquation avec les usages numériques.

S’appuyer sur le numérique pour réduire les inégalités par un travail d’éducation et de médiation autour de la littératie numérique. Cette préconisation reprend l’idée du Rapport Camani/Verdier sur la Médiation numérique : responsabilité de l’Etat qui « doit veiller à ce que toute personne puisse acquérir les compétences numériques qui lui garantissent un accès au droit, à l’emploi, à la connaissance, à l’épanouissement individuel et à la vie collective ».
« L’État devrait donc, en particulier s’assurer que le développement de ces  technologies ne conduise pas à accentuer des clivages existants, qu’ils soient de nature sociale, culturelle, générationnelle ou liés à des disparités géographiques. »
Repenser nos systèmes collectifs entre optimisation, réforme et rupture.
Relation avec la Communauté Européenne pour un marché unique du numérique : principales orientations : réforme du copyright, régulation des plateformes et lutte contre le « géoblocking ». « A l’échelon européen, la France doit être une force de mobilisation et d’interpellation » Benoît Thieulin.

Le débat

Mais ces préconisations pour la loi numérique ne satisfont pas tout le monde. Alors que « Savoirscom1 » salue les orientations du rapport du CNNum en faveur des Communs, des organisations de professionnels de l’informatique comme Syntec numérique ou l’AFDEL ont réagi de façon mitigée, comme le souligne l’article du Monde informatique. Tout en reconnaissant le travail de grande ampleur réalisé par le CNN et l’aspect très riche de ses contributions, ces organisations professionnelles se démarquent de l’enthousiasme ambiant.

Le syndicat Syntec s’inquiète de la remise en cause de la neutralité technologique de l’achat public « L’ouverture forcée des codes sources est une demande inacceptable en matière de propriété intellectuelle » indique Syntec dans un communiqué. L’Afdel rejette, quant à elle « une vision anti-industrielle du numérique ». L’Association française des éditeurs de logiciels juge ‘dogmatiques’ les propositions sur le logiciel libre et estime « anxiogènes et éloignées du marché » les propositions autour des plateformes et des données personnelles. « L’exclusion des éditeurs de logiciels de la commande publique au profit des projets de développement spécifiques est une atteinte inacceptable au principe de neutralité technologie » ; « L’Afdel souhaite que l’Etat s’appuie au contraire sur les PME et les start-ups du numérique, quel que soit leur modèle, pour se numériser ». Quant à la régulation des plateformes, il s’agit pour l’Afdel, d’une ‘vison défensive’ du numérique et elle juge ‘iconoclaste’ les propositions d’encadrement des algorithmes … !

D’autre part, une controverse s’est ouverte ces derniers jours autour des ‘données d’intérêt général’, données détenues ou collectées par des SPIC (Service Public à caractère Industriel et Commercial) comme la SNCF, la RATP ou l’INSEE. SavoirsCom1 explique que la « réticence à ouvrir les données de certains secteurs stratégiques, comme les transports, est souvent liée à la crainte qu’elles ne soient ensuite accaparées par de gros acteurs en position dominante (Google par exemple). » Pour contrer ces monopoles on envisage la mise en place de redevances ou de systèmes Freemium. Pour sa part, « SavoirsCom1 préconise d’appliquer les mêmes principes que ceux qui ont cours dans le champ du logiciel libre … en choisissant des licences comportant une clause de partage à l’identique ».

L’adoption du projet de loi sur le renseignement et de la loi Macron contredisent dans une certaine mesure les affirmations sur l’économie et la société ouverte et collaborative préconisée par le Rapport « Ambition numérique ». Quelle proportion de ce rapport sera définitivement conservée dans la Loi numérique ? C’est ce qui permettra d’évaluer la distance entre une généreuse utopie et la ‘realpolitik’ ….

Diconet1

Bonnes vacances et bel été à tous !

Loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique. – Légifrance, 22/06/04

Loi n° 2009-669 du 12 juin 2009 favorisant la diffusion et la protection de la création sur internet (1).- Légifrance, 13/06/09

Kadri, Pierre-Sofiane. - Une sociologue intègre la commission « droit et liberté à l’âge du numérique à l’Assemblée. – Mysciencework, 16/07/14

Elbaze, Gérald/ – Le rapport Carmani-Verdier : un rapport historique pour la médiation numérique. – Médias-cité, 30/10/14

Lemoine, Philippe. – La transformation numérique de l’économie française : Rapport au gouvernement.- Ministère de l’économie, novembre 2014. pdf.

François Hollande « Le numérique est devenu notre langue ». – Regards sur le numérique, 07/05/15

Ambition numérique : Pour une politique française et européenne de la transition numérique. Rapport remis au Premier ministre. – CNNum, 18/06/15

Bohic, Clément. – Projet de loi numérique : les préconisations du CNNum. – ITespresso, 18/06/15

Belouezzane, Sarah ; Untersinger, Martin. – Le gouvernement présente sa stratégie numérique pour la France. – Le Monde, 18/06/15 – MAJ 17/07/15

Samama, Pascal. – Concertation numérique : une charte entre le CAC 40 et les startups.01Net, 22/06/15

Mettons les Communs au coeur de la future loi sur le numérique ! – SavoirsCom1, juin 2015

Le projet de loi sur le numérique rendu public en juillet. – Le Monde informatique, 22/06/15

Projet de loi relatif au renseignement (PRMX1504410L). – Légifrance, 25/06/15

Quelle pédagogie à l’heure du numérique ?

300x200xRTEmagicC_PEDAGOGIE_SAINTHILAIRE_01.jpg.pagespeed.ic.BzeethoVGeL’innovation pédagogique est au centre du débat qui agite la société française autour de la réforme du collège. Comme le rappelle Dominique Roux dans un article des Échos, les élèves sont à présent des « digital natives » et l’usage d’outils numériques leur paraît naturel. Et ce, de la maternelle à l’université. Quels changements le numérique pourrait-il apporter à l’enseignement et comment ?

Comme le dit Michel Guillou dans son dernier billet : « J’ai l’impression qu’on n’a pas compris, après l’avoir écrit, ce que signifiait vraiment « L’école change avec le numérique » et qu’on n’a pas pris mesure, avec cette réforme du collège, des mutations en cours. » Et le bloggeur d’exposer les 31 défis amenés par le numérique, dont un des premiers est que ce phénomène n’est « ni un outil ni une fin en soi » …

En ce qui concerne l’enseignement supérieur, Educpros fait l’inventaire du Top 10 des pédagogies innovantes à l’Université. Classes inversées, fablabs, réalité virtuelle, etc. De nombreuses innovations accompagnent l’entrée du numérique dans l’enseignement, mais s’ils bouleversent les habitudes des enseignants et des étudiants, ces nouveaux outils ne suffisent pas à transformer la pédagogie. Comme le souligne Marcel Lebrun dans une interview « Le numérique peut avoir un impact sur la pédagogie, à condition que celle-ci change ».

Dans le monde anglo-saxon, on se rend compte que les enseignants ont une pratique très limitée des technologies de l’information et des compétences acquises en ligne. Katrina Schwartz explique dans son post, citant le rapport du ‘Project Tomorrow’ Learning in the 21st century, que les enseignants en formation, les ‘professeurs de demain’, apprennent des techniques d’hier, alors qu’ils maîtrisent déjà des compétences numériques plus évoluées comme l’usage des médias sociaux et des appareils mobiles … De même, Michelle Wise, souligne dans The real Revolution in Online Education isn’t MOOCs (Harvard Business Review), que ce qui va vraiment révolutionner le système éducatif ce ne sont pas les MOOCs qui offrent des cours en ligne gratuits et massifs, qui ne sont que la version technologique des cours magistraux traditionnels, mais la nouvelle architecture de transmission et d’échange de savoirs et de pratiques sur internet. Évidemment, l’auteur envisage plutôt l’aspect pragmatique de ces connaissances qui concernent plus les besoins réels des entreprises : « But there is a new wave of online competency-based learning providers […] but creating a whole new architecture of learning that has serious implications for businesses and organizations around the world. “ Là aussi l’utilisation et la pratique des médias sociaux permettent d’acquérir et de développer de nouvelles compétences, très utiles dans des secteurs comme le marketing ou la communication d’entreprise.

Classe-inversée-300x173C’est aussi l’avis d’Emmanuel Davidenkoff dans l’article de Regards d’étudiants en ce qui concerne les MOOCs : « Parfois on appelle MOOCS un cours filmé, ce qui n’est pas plus élaboré que ce que l’on fait quand on met une caméra devant quelqu’un qui parle, et ça, on sait le faire depuis que la télévision existe » mais aussi : « Je pense effectivement qu’au vu du redécoupage des séquences que cela impose, avec la nécessité et toutes les possibilités de collecter des données sur la façon dont les gens réagissent, on devrait pouvoir de plus en plus faire des propositions assez engageantes pour que des personnes qui, aujourd’hui, seraient réticentes ou décrocheraient assez vite rentrent dans les apprentissages, et réussissent à apprendre ». Grâce au recueil de données personnelles le numérique permettrait « d’industrialiser ce qui relève aujourd’hui de l’artisanat, le suivi individuel ». E. Davidenkoff rassure aussi sur le caractère hybride de l’enseignement : les Moocs n’ont pas vocation à remplacer tous les cours en présentiel …

L’importance de la présence des enseignants est d’ailleurs rappelée par le philosophe Michel Serres dans son interview à Vousnousils : ‘On n’a jamais eu autant besoin d’enseignants’. Si les enseignants et les médecins n’ont plus le monopole du savoir, c’est une chance : « Si on s’intéresse au cancer par exemple, il est possible d’effectuer des recherches sur Internet, mais on ne va rien y comprendre. Il sera toujours indispensable de contacter un spécialiste qui pourra nous transmettre son savoir. » Il en est de même dans les amphis où les étudiants ont déjà consulté sur Wikipedia le sujet du cours, mais ont besoin des compétences de l’enseignant pour mieux assimiler ces connaissances. « Le travail des enseignants s’en trouve allégé car l’information est déjà passée, mais leur rôle de passeur de connaissances reste inchangé. »

Michael Godsey va encore plus loin dans son post The deconstruction of K12 teacher (The Atlantic). Le professeur va passer du statut d’’expert en contenu’ à celui de ‘facilitateur technologique’, les contenus étant dispensés soit par des ‘super-profs’ dans les Moocs, soit sur des sites comme TED.melting pot d'enfants du monde

C’est bien ce que souligne Marcel Lebrun dans son interview : « doter les établissements d’outils numériques ne suffit pas. Il faut des formations plus méthodologiques, qui laissent moins de place aux savoirs eux-mêmes mais sont davantage tournées vers la manière d’apprendre. » . En effet, « en allant chercher des informations autour de lui, dans la société, l’étudiant acquiert un savoir que l’enseignant n’a pas forcément, ce qui place celui-ci dans une position d’apprenant. »

On assiste ainsi à de nouvelles formes d’apprentissage comme la pollinisation comme l’explique Marc Dennery dans C-Campus. « Reprenant l’image du monde végétal, on peut dire que les grains de savoir circulent d’agents de savoir à agents de savoir, comme des grains de pollen vont de plante en plante. » Les agents du savoir pouvant être aussi bien les apprenants eux-mêmes, mais également des bases de ressources pédagogiques (wiki, réseau social d’entreprise).

Les Français sont bien conscients de l’impact de ces nouveaux types d’apprentissage, comme le souligne Dominique Roux dans l’entretien aux Echos : « 72 % des sondés considèrent que l’enseignement numérique accroît l’autonomie d’apprentissage des élèves ». C’est ce que Christine Vaufray indique dans son post  MOOC : cours du prof ou cours des gens ?  « Le MOOC des gens, c’est celui dans lequel les informations transmises et les activités proposées stimulent l’apparition d’une multitude de commentaires, productions, débats, actions… qui constituent en finale la véritable matière du cours, bien plus que l’information initiale. ».belleimage
Learning in the 21st century : Digital experiences and expectations of tomorrow teachers. – SpeakUp – Project Tomorrow Report, 2013.

Schwartz, Katrina. - Are teachers of tomorrow prepared to use innovative tech ?KQED News, 13/02/13

De la transmission à la pollinisation des savoirs. – C-Campus- Le blog, 30/12/13

Weise, Michelle. – The real revolution in online education isn’t MOOCs. – Harvard Business Review, 17/10/14

« Le numérique aura toute sa place dans l’enseignement ». E. Davidenkoff. – Regards d’étudiants, 16/11/14

Blitman, Sophie. – Marcel Lebrun : « L’écart entre collaboration et aliénation numérique est étroit ». – L’Etudiant, 26/11/14

Godsey, Michael. – The deconstruction of the K12 teacher. – The Atlantic, 25/03/15

Michel Serres : “On n’a jamais eu autant besoin des enseignants !”. – Vousnousils, 03/04/15

MOOC : cours du prof ou cours des gens ?Jamais sans mon laptop, 10/05/15

Les 31 défis pour le collège mais aussi pour l’Ecole et l’Université. – Culture numérique, 23/05/15

Roux, Dominique. – Le numérique pour enseigner autrement. – Les Echos, 27/05/15

 

Le « moi quantifié » sera-t-il l’ homme nouveau du XXIe siècle ?

objects-connectésLes « objets connectés » sont en train d’envahir notre quotidien : montre, lunettes, chaussettes, réfrigérateur et même arrêt de bus …. ! De plus en plus d’objets et de services sont décrétés ‘intelligents’ (smart) ou connectés et combinés à la révolution de traitement des ‘big data’, ils sont censés bouleverser notre vie quotidienne. Santé, urbanisme, transports devraient être impactés par ces nouveaux gadgets, sans parler même du marketing ou de l’éducation !

Avec les ‘wearables’, appareils « prêt-à-porter », on se rapproche de l’’informatique intime’, comme la nomme Idriss J. Aberkane dans le Point.

Les ordinateurs, en se miniaturisant, se sont de plus en plus rapprochés du corps humain, jusqu’à le pénétrer (pace-maker ou implants divers) …

A quoi vont nous servir tous ces capteurs qui nous entortillent comme une véritable toile d’araignée … Car le web n’est plus lointain ou dans les nuages, il est sur nous ou en nous ! La sécurité sociale peut sans problème dérembourser les médicaments ou réduire les prestations médicales : de nouvelles starts-up ont trouvé la solution, plus besoin de déranger le médecin ; une bague ou un bracelet connecté vont pouvoir mesurer le taux de sucre pour les diabétiques ou le nombre de pas que doit parcourir un obèse pour maigrir ! Chacun pourra surveiller son état physique à tout moment et apprécier les progrès qu’il aura pu réaliser. Le « quantified self » doit permettre de se jauger en continu.

Mais dans ces conditions, l’humain est-il encore acteur de ses décisions ou n’est-il qu’une partie de l’interaction, qu’un somme de données reflétées dans les capteurs ? Ce ‘moi quantifié’ est-il toujours un sujet ou la somme de tronçons physiques ou psychiques, qui s’imbriquent dans des états physiologiques et des comportements ? Des « dividuels » comme les nomme Alain Damasio dans son roman de science-fiction « La zone du dehors » ?

Sans évoquer les problèmes éthiques et juridiques que posent déjà la gestion et le traitement de ces milliards de données plus que personnelles (santé, comportement, émotions, etc …) qui transitent forcément sur les « nuages » de grandes entreprises multinationales … Depuis quelques semaines, on ne compte plus le nombre de piratages effectués sur les données de santé … !

Olivier Ertzscheid démontre dans son post du 17 septembre 2014 « Vous prendrez bien deux doigts de digital ?» comme l’humain perd progressivement le pouvoir en passant de l’index du web 1.0 (lien hypertext) au pouce levé (Like) du web social, pour perdre complètement la main dans le « World wide wear » et l’internet des objets …. ! Le pouce et l’index permettaient l’activité de préhension nécessaire pour toute interaction. Tandis qu’avec les objets connectés, apparaît « une forme d’appréhension qui vient de l’incapacité de « préhension » et donc de « com-préhension ». Car pour com-prendre le numérique, il nous faut le prendre « ensemble » » (ibid). 05894964-photo-illustration-objets-connectes

Pourtant, d’après le rapport « The Wearable Future », de PWC d’octobre 2014, 20% d’Américains posséderaient déjà des objets connectés, et le succès pour ces appareils ne devrait que croître, surtout parmi les « millenials » (jeunes nés autour de l’an 2000). Même si sur l’échantillon analysé (1000 personnes), 33% de ces « adopteurs précoces » n’utilisent plus ou très peu ces objets (bandeaux, bracelets) et plus de 80% s’inquiètent de l’impact de cette technologie sur leur vie privée et sur les brèches possible de sécurité qu’ils pourraient comporter, plus de 50% de ces consommateurs sont plutôt favorables à l’avenir des wearables … Ils soulignent trois avantages dans cette technologie : la sûreté, notamment en ce qui concerne les enfants, une vie plus saine grâce aux exercices organisés par ces objets, et enfin leur simplicité et facilité d’usage …

Mais que faire de toutes ces données recueillies par ces appareils (qui communiquent entre eux, sans forcément en informer le sujet …) et qui peut les interpréter ? C’est la question que se pose Marie-Julie Catoir-Brisson dans son article « Du moi quantifié au corps comme objet connecté » : est-ce aux médecins à gérer ces informations provenant des patients, ce qui risque de remettre en cause la relation médecin patient … D’autant plus que « presque tous ceux qui ont utilisé ces appareils déclarent qu’ils ont modifié leurs habitudes d’une manière ou d’une autre (5).» Ce qui signifie que l’usage de ces objets connectés au quotidien transforme le rapport de l’individu à son propre corps et surtout à sa représentation. » (ibid).

L’étude de Goldman Sachs de septembre 2014 « The Internet of Things : making sense of the next mega-trend » examine les enjeux impliqués par les 28 milliards d’objets connectés à l’horizon 2020. Le rapport identifie cinq champs d’adoption : les « wearables », les voitures connectées, les maisons (domotique), les « villes intelligentes «  (smart cities) et enfin l’industrie, les transports, l’énergie et la santé. Cinq caractéristiques définissent aussi cette nouvelle technologies, résumés par l’acronyme S-E-N-S-E : Sensing (les capteurs) : température, pression, accélération ; Efficient : ajoute de l’intelligence aux processus ; Network : connecte les objets au réseau qui passe du ’Cloud computing’ au ‘fog computing’ (brouillard, buée), à la logique plus floue … ; Specialized : processus spécifiques et fragmentation ; Everywhere : ubiquité et présence ‘pervasive’. Les entreprises vont se concentrer sur ces nouveaux produits comme source de revenus grâce aux économies d’échelle et à la productivité. Mais il va falloir mettre en place les infrastructures nécessaires pour ce nouveau système : wifi, plateformes, applications, etc., avec les smartphones comme interfaces privilégiées … !
Là encore, l’étude met en garde sur les risques d’atteintes à la vie privée et les failles de sécurité …objets-connectes

A ce propos, la « Working party » sur la protection des données personnelles de l’Union européenne a émis une « Opinion sur les récents développements de l’internet des objets » adoptée le 16 septembre 2014. Tout en se réjouissant des avantages que cette technologie apportera aussi bien à l’industrie qu’aux citoyens européens, la WP29 rappelle qu’elle doit respecter la vie privée et s’inquiète des défis de sécurité qui sont associés à l’Internet des objets. La vulnérabilité de ces appareils, souvent déployés en dehors des structures traditionnelles de l’industrie de l’information, révèle un manque de sécurité dans leur construction (perte de données, infection de virus, accès non autorisé aux données personnelles, usages intrusif des ‘wearables’). Pour cela, elle propose d’incorporer le maximum de garanties dans ces objets et recommande aux usagers de garder un contrôle complet de leurs données personnelles …

 

Aberkane, Idriss J. – Demain, l’informatique intime. – Le Point, 15/08/14

Catoir-Brisson, Marie-Julie. – Du « moi quantifié » au corps comme objet connecté. – Métamorphoses des écrans, 23/08/14

The Internet of Things : makinge sense of the next mega-trend. –  Goldman Sachs Report, 03/09/14

The language of the Internet of Things. – The Economist, 06/09/14

Ertzscheid, Olivier. – Vous prendrez bien deux doigts de digital ?. – Affordance.info, 19/09/14

Opinion 8/2014 on the recent developments of the Internet of Things/ Article 29 Data Working Party. – Europa.eu, 16/09/14

Bonnet, Florence. – Big Data, objets connectés : il faut protéger le « prosommateur ». – Journal d u Net, 30/09/14

Wearable Technology Future is ripe for growth. – Pwc, 21/10/14

Guillaud, Hubert. – Dans un monde de smartphones, les gadgets doivent s’adapter. -InternetActu, 14/01/15

Au tribunal de l’internet ! Données de santé : les conditions de leur partage. – Le Point, 23/03/15

 

 

Liberté ou sécurité … Sur le web, quelle alternative ?

bigdata_image2On a beaucoup évoqué la liberté d’expression ces derniers jours, de même que le besoin de sécurité et de surveillance du Net. Mais est-il possible de concilier ces deux piliers de la démocratie, dans un contexte de mondialisation accrue de l’information et d’obsession sécuritaire ?

Alors que la France se targue d’être le pays des droits de l’homme et de défendre à tout prix la liberté d’expression, depuis quelques années, ce droit subit un certain nombre de restrictions, et plus particulièrement sur l’internet …

Avant même les attentats de janvier, le gouvernement français avait pris des mesures accentuant la surveillance et les écoutes sur les communications électroniques. Avec la Loi de programmation militaire de 2013 d’abord, en étendant le périmètre des écoutes à de nombreux cas : l’Etat peut accéder directement aux données des opérateurs télécoms, FAI ou hébergeurs web sans nécessiter l’aval d’un juge « en prévention du terrorisme, de la criminalité ou de la délinquance organisées, ou de la reconstitution ou du maintien de groupement dissous » comme le souligne le Journal du Net. Et à présent, au lendemain des attentats, un décret prévoit de bloquer, sans contrôle judiciaire, une liste de sites établis par l’OCLCTIC (Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication). Même si Manuel Valls se défend de vouloir promulguer un « Patriot Act » à la française, ces mesures restreignent de façon significative les droits des citoyens en ligne. Alors que l’Union européenne tente depuis quelques années de protéger les données personnelles, notamment en empêchant les Etats-Unis à avoir accès aux fichiers des passagers européens (Passenger Name Record, PNR), le Ministre de l’intérieur explique dans Les Echos, que « les textes européens de lutte contre le terrorisme ne suffisent plus et qu’il faut adapter le système Schenguen lors des contrôles aux frontières ». Jean-Pierre Laborde, directeur du Comité contre le terrorisme de l’ONU, tout en étant en faveur d’un PNR européen, reconnaît dans une interview au Monde que la France dispose déjà d’un dispositif juridique suffisamment préventif et répressif sur la question et qu’une nouvelle loi sur le terrorisme n’apporterait rien de plus, avant d’avoir éprouvé la dernière loi qui vient d’être adoptée il y a à peine deux mois. De plus, « la France a des obligations en vertu des traités européens qu’elle a signés et qu’elle ne pourrait envisager une loi comme le Patriot Act sans entraîner des questionnements sur les règles de la libre circulation dans l’espace de l’Union européenne. » Enfin les lois antiterroristes doivent aussi prendre en compte « les obligations internationales concernant les droits de l’homme » … C’est aussi le point de vue d’Isabelle Falque-Pierrotin, Présidente de la CNIL, citée dans Numerama  « Parce que les libertés publiques sont consubstantielles à l’Etat de droit dont elles constituent le cœur, aucun impératif de sécurité ne peut conduire à leur remise en cause profonde » .donnees-persos-111705

D’autre part, en France, on comprend moins que nos valeurs universelles héritées des Lumières (liberté de mouvement et d’expression, notamment vis-à-vis des croyances religieuses, laïcité) soient moins partagées par les peuples du monde entier. Or, une publication quasi confidentielle comme Charlie Hebdo, est propulsée grâce au web au niveau de l’ensemble de la planète … Et comme une image en dit plus qu’un millier de mots … ! Et surtout, les populations qui sont aussi attachées à la liberté d’expression comme les anglo-saxons ne comprennent pas les limites que la France met à ce droit fondamental : incitation à la haine, racisme, xénophobie, etc… Comme le fait remarquer le philosophe américain Steve Fuller dans un article de Al Rasub, les Etats ne seraient plus en mesure de protéger l’ensemble des populations si tout le monde se comportaient effectivement en « Charlie » … Et la défense de la liberté d’expression risquerait de se transformer en apologie de l’autodéfense et du port d’armes, en raison de l’insuffisance des forces de sécurité publique pour protéger les citoyens !

Cette double incompréhension risque de multiplier les dérapages, aussi bien en France qu’à l’étranger, notamment en ce qui concerne la censure et la répression sur l’internet…

sécurité

Internet-signalement.gouv.fr.
Portail officiel de signalement des contenus illicites de l’internet

LOI n° 2013-1168 du 18 décembre 2013 relative à la programmation militaire pour les années 2014 à 2019 et portant diverses dispositions concernant la défense et la sécurité nationale. – Journal Officiel, version consolidée au 29/01/15

Champeau, Guillaume. – La CNIL dit « oui mais » à la surveillance accrue sur internet. – Numerama, 26/01/15

Fuller, Steve William. – Charlie Hebdo : a bonanza for gun owners in the making? – Al-Rasub, 20/01/15

« Un système d’échange de données serait plus efficace et protecteur de la liberté des citoyens »/ Entretien Jean-Paul Laborde, propos recueillis par Jacques Follerou. – Le Monde, 14/01/15

Fredouelle, Aude. – A quoi pourrait ressembler un « Patriot Act » à la française » ? Journal du Net, 14/01/15

Cazeneuve « Il nous faut adapter le système Schenguen ». – Les Echos, 11/01/15

#CharlieHebdo : Non à l’instrumentalisation sécuritaire. – Quadrature du Net, 09/01/15

Champeau, Guillaume. – Sites terroristes : le gouvernement notifie son projet de blocage à Bruxelles. – Numerama, 09/01/15

Rees, Marc. – Les écoutes légales des conversations sous Skype bientôt possibles. – NextINpact, 06/01/15

Lefebvre, Arnaud. – Big Brother en France : en 2015 le gouvernement aura accès à toutes les données des internautes. – Express.be, 02/01/15

Madden, Mary. – Public perception of privacy and security in the post-Snowden era. – Pew Research Center, 12/11/14

Lire, écrire à l’ère numérique – 2 – Ecriture et éditorialisation

La grammatologie

84135761_oComme il a été évoqué dans le post précédent, l’écriture est très liée au dispositif de lecture. L’écriture n’est pas la transcription fidèle de la parole pleine sur un support, ce n’est pas une simple reproduction du langage. C’est ce que Derrida explique dans la De la Grammatologie[1]  « La brisure [de l’écriture] marque l’impossibilité pour un signe, pour l’unité d’un signifiant et d’un signifié, de se produire dans la plénitude d’un présent et d’une présence absolue ». Cette distance de l’écriture par rapport au langage et à la pensée, va être traduite par la notion de ‘trace’ : « cette trace est l’ouverture de la première extériorité en général […] : l’espacement ». Derrida arrive ensuite à la notion de ‘gramme’ (que l’on retrouve dans ‘programme’ « Depuis l’’inscription génétique’ et les ‘courtes chaînes’ programmatiques réglant le comportement de l’amibe ou de l’annélide jusqu’au passage au-delà de l’écriture alphabétique de l’ordre du logos et d’un certain homo sapiens, la possibilité du gramme structure le mouvement de son histoire ». On retrouve ici l’idée de codage spécifique de certaines aires neuronales que le neuropsychologue Stanislas Dehaene avait identifié pour la lecture. C’est ce que souligne aussi Christian Fauré dans son post Généalogie d’un lecteur : L’écriture est une ‘grammatisation’ (le codage) d’un message et la lecture, la ‘dégrammatisation’. En lisant, on écrit aussi dans le cerveau, on décode ce qui est tracé sur le support. Si on n’effectuait pas ce processus de décodage, on lirait comme une ‘tête de lecture’, sans rien comprendre … ! Ou tout au moins en ne comprenant que très partiellement …. traces

La lecture, surtout dans un environnement scientifique, s’accompagne souvent d’écriture, soit sur le support lui-même, annotations, surlignages, soit sur un autre support : fiche de lecture, notice, etc. Ces balisages divers signalent que la lecture a dépassé le stade alphabétique pour atteindre un stade cognitif : tri, sélection. Comme le fait remarquer Christian Fauré, peu importe si on ne relit pas ses propres annotations, car « souligner un livre c’est aussi et en même temps écrire dans son cerveau ». Ces gribouillis si souvent réprimés par les éducateurs et les bibliothécaires – c’est vrai qu’ils endommagent les ouvrages – vont retrouver une nouvelle vie avec le numérique ! Les lecteurs ‘écrivants’ d’aujourd’hui vont aussi pouvoir partager leurs commentaires avec d’autres lecteurs comme dans les bibliothèques du Moyen-Age où chaque clerc ajoutait son commentaire dans la marge ! La différence, c’est que l’on peut les faire apparaître ou disparaître en fonction des besoins.

Dans l’environnement numérique des e-books, chaque lecteur peut conserver ses annotations sur la plateforme de lecture en ligne. De même, de nombreux outils existent pour catégoriser et annoter les articles et blogs sur la Toile. C’est ce qui me permet d’écrire moi-même ce post à partir de tous les articles que j’ai recensé sur Diigo à partir du tag ‘écriture’moleskine_ecriture_infinie_698

L’éditorialisation du web

Le grammatologue allemand Ulmer appelle cette nouvelle compétence ‘electracy’, electronic literacy. C’est pourquoi l’écriture dans l’environnement numérique ne peut être la reproduction à l’identique de l’œuvre numérisée, comme c’est le cas aujourd’hui des e-books et des revues en ligne. C’est l’objet de la série de séminaires organisés depuis 2011 par l’IRI au Centre Georges Pompidou « Ecritures numériques et éditorialisation ». Dominique Cardon et Audrey Laplante démontrent dans une de ces conférences comment fonctionne le dispositif d’éditorialisation de contenus sur le web. Grâce à une structuration des données par des algorithmes, l’internaute les atteint après un ‘parcours de lecture’. Il ne se trouve pas directement en relation avec les producteurs de contenus. La plupart du temps, il doit passer par les algorithmes des moteurs de recherche (PageRank de Google) ou des réseaux sociaux (EdgeRank de Facebook).

L’écriture sur le web passe aussi par les différentes sortes de messageries (mels, messageries instantanées, microblogging) qui permettent aux individus d’exprimer leurs opinions et leurs sentiments sur toutes sortes d’informations et d’évènements. Et ce, pas seulement au moyen d’écriture alphabétique mais aussi à travers plusieurs autres médias : infographies, photos, vidéos, etc.

Avec les sites web, blogs et réseaux sociaux, l’écriture n’est plus réservée aux seuls professionnels, journalistes ou spécialistes en communication des entreprises ou des organismes publics. Chacun peut devenir rédacteur ou éditeur de son propre contenu … Malgré l’importance et l’omniprésence des images, fixes ou animées, les jeunes n’ont jamais autant écrit qu’en ce début de 21e siècle !

De plus, des outils dédiés (Framapad) permettent de plus en plus une écriture collaborative, qui va de l’administration à la recherche (compte rendus de réunions, de colloques) à la fiction (cadavres exquis, romans collectifs).

Toutes ces activités laissent évidemment des traces sur les réseaux. Nous retrouvons donc ici la notion-clé de l’écriture théorisée par Derrida : la ‘trace’. Ce sont ces traces qui vont alimenter aussi bien la surveillance des « Big brothers » dictatoriaux ou démocratiques que les serveurs des entreprises et des organisations à travers le traitement des mégadonnées (Big Data)… !

2013-05-22 003Le traitement de certaines traces, les métadonnées, vont servir de balises sémantiques pour se repérer dans le chaos du web, c’est le rôle des moteurs de recherche. Ces derniers explorent le web en lisant d’abord des milliards de pages à l’aide de logiciels robots et les indexent automatiquement. Ensuite, ils ne se contentent pas de présenter les résultats de façon brute : ceux-ci sont présentés, éditorialisés en fonction d’algorithmes bien précis (PageRank).

En attendant les robots-écrivains, les ‘robots-journalistes’ !

Slate signale l’expérience d’Associated Press avec la rédaction d’articles par des logiciels robots. Pour le moment il s’agit essentiellement de dépêches traitant les résultats financiers d’entreprises financières américaines qui vont être intégrées en direct dans le fil international d’AP. Même s’il s’agit pour le moment de tâches de base qui ne passionnent pas les journalistes (extraire des informations des bases de données) mais que les automates sont beaucoup plus rapides et efficaces à traiter … Tous les professionnels de l’information, documentalistes, veilleurs, traducteurs, rédacteurs se sentent menacés par l’émergence de cette concurrence virtuelle, mais l’intelligence artificielle a encore de grands progrès à faire avant mettre en dangers toutes ces professions intellectuelles … automated robot journalism

[1] Derrida, Jacques. – De la grammatologie. – Paris, Ed. de Minuit, 1967.


 Enseigner l’écriture numérique. – Dossier séminaire PRECIP – UTC de Compiègne, 4-5 avril 2012 – Revue Skhole.fr

Généalogie d’un lecteur (2) : l’écriture du lecteur. – Christian Fauré, 01/07/12

L’écriture numérique, une écriture sociale ? – Le rendez-vous des lettres – Eduscol, 2012

Gilliot, Jean-Marie ; Scarlatti, Serge. – Écritures collaboratives pour des cours ouverts sur le web. – Institut Mines Télécom – Télécom Bretagne, 2012

How does writing modifies your brain ? [infographic]. – Daily Infographic, 26/05/13

750 auteurs réunis pour l’écriture d’un roman collectif. – Actualitté, 07/11/13

De la stratégie de contenu web à la stratégie d’information web. – Plume interactive, 10/06/13

Sicot, Timothée. – SMS et réseaux sociaux améliorent l’écriture des étudiants. – L’Atelier : disrupture innovation, 24/09/13

Cardon, Dominique ; Laplante, Audrey. – Algorithmes et éditorialisation automatisée – Ecriture numérique et éditorialisation. – Polemic Tweet, 24/04/14

Oresmus, Will. – Journalisme-robot : le soulèvement des machines à écrire. – Slate, 27/07/14

 

 

Big Data, petite synthèse : quelle évolution ?

Big-DataLe « Big Data » est en train d’envahir tous les secteurs d’activité et du savoir. Les entreprises, l’administration publique, l’université et la recherche ne jurent plus que par le recueil, l’analyse, le traitement et la représentation  de ces « grandes données ». L’internet, et particulièrement le Web 2.0, occupe évidemment une place privilégiée dans ce dispositif, notamment grâce aux réseaux sociaux qui drainent à eux seuls des téraoctets, voire des pétaoctets d’informations … Il existe aussi d’autres lieux, les silos d’informations que représentent les bases de données ‘factuelles’, engrangées par les grandes entreprises ou les institutions publiques, locales, nationales, européennes et internationales  (INSEE, Eurostat, OCDE, etc.).

Mais alors, qu’est-ce qui différencie le ‘big data’ de ces bases de données ‘historiques’ que les statisticiens produisent et traitent depuis des décennies ?

Définition de Wikipedia : Les big data, littéralement les grosses données2,3, parfois appelées données massives4, est une expression anglophone utilisée pour désigner des ensembles de données qui deviennent tellement volumineux qu’ils en deviennent difficiles à travailler avec des outils classiques de gestion de base de données ou de gestion de l’information. L’on parle aussi de datamasse5 en français par similitude avec la biomasse.

 

Les sept caractéristiques

Rob Kitchin, dans une interview du blog de la LSE « Impact of Social Sciences » les définit par sept traits caractéristiques : d’abord les 3 V : volume, vélocité et variété. La volumétrie est énorme sans commune mesure avec les bases de données ; la vitesse est proche du temps réel, quant à la variété, elle concerne toutes sortes de données, structurées ou non structurées, avec des références temporelles ou spatiales. Ensuite l’exhaustivité de l’objectif (saisir une population ou un système en entier), la granularité dans la résolution, avec des informations aussi détaillées que possible et indexées. Enfin, l’aspect relationnel, avec des champs communs (catégories) permettant de générer des ensembles de données différents, la flexibilité et l’évolutivité : on peut à tout moment ajouter ou modifier des champs.

big-data-will-drive-the-next-phase-of-innovation-in-mobile-computingOn comprend ainsi en quoi les big data sont différentes des grandes bases de données traditionnelles. Si on prend l’exemple du recensement, la base est aussi très importante en volume (la population d’un pays), exhaustive, relationnelle et indexée, mais elle a une vitesse très basse (une fois tous les dix ans), une très faible variété d’informations (30-40 questions au maximum), et ne présente aucune flexibilité ou évolutivité.

 

Protéiforme, incertain et partiel …

Les big data sont cependant loin d’être parfaites ! Elles présentent un certain nombre de caractéristiques qui tiennent à la complexité de leur production. Malgré leur désir d’exhaustivité, elles sont toujours partielles, incomplètes, pleines de biais et d’incertitudes … Mais surtout, ces données ne viennent pas de nulle part, elles ont été produites, construites par des systèmes, conçus et testés dans un environnement scientifique, entourées par des contextes et des intérêts divers. Dans ces conditions, contrairement à l’allégation de Chris Anderson dans Wired, les données ne vont pas « parler par elles-même », on ne va pas « laisser les algorithmes trouver des modèles là où la science est impuissante », et faire que « la corrélation remplace la causalité », notre compréhension du monde émergerait alors des données et non d’une théorie, « de l’induction, plutôt que de la déduction » …

Si les données sont liées à une pratique scientifique, les sciences sont aussi basées sur les données (data driven science), notamment grâce à la ‘fouille de données’ (data mining). D’où l’importance de l’analyse exploratoire avec une approche contextuelle qui permettra de déterminer si les modèles qui en ressortent ont un sens ou sont aléatoires … C’est là que devrait s’instituer une philosophie, une épistémologie des datasciences.

big-data-318x211

L’importance du contexte : la « fabrication des données »

C’est cette ‘culture des données’ que souligne aussi Evelyne Ruppert, maître de conférence en sociologie au Goldsmith College de Londres et spécialiste des données, dans un  article de MyScienceWork. Les données sont construites et le processus de fabrication est aussi important que la donnée elle-même. Il est donc indispensable de disposer d’informations sur la construction des données, sur les pratiques et les décisions sur la façon dont elles sont consignées par l’administration (pour les données publiques). C’est le rôle des métadonnées. Les données brutes ne sont pas utilisables en tant que telles. Il existe des diversités de saisie et de pratiques qui ne peuvent pas être homogénéisées. Il faut distinguer entre les corrélations inédites qui peuvent ressortir des jeux de données et interprétations qui en sont déduites.

Dans le contexte de la réutilisation des données, il ne faudrait pas réduire la complexité qui les caractérise en simplifiant aussi bien les données que les outils. Il existe très peu de personnes qui peuvent télécharger tel quel un jeu de données. D’où l’importance de la médiation avec la présence d’infomédiaires, des experts bénévoles (ou pas ?) qui présentent les données à travers de représentations graphiques, d’interfaces de visualisation. On trouve aussi des applications gratuites produites par des associations. Mais cela implique de choisir ce qui doit être mis en lumière, ainsi que des valeurs et des jugements. L’open data ne représente qu’une petite partie de ce qui est disponible. Cette sélection  nécessite une prise de conscience de ce qui doit être diffusé et de l’esprit critique …

Jean-Pierre Malle souligne aussi l’importance de l’incertitude et de l’aspect ‘constructiviste’ des big data dans le MOOC sur « la Datascience et l’analyse situationnelle » (IonisX). En datascience, il n’y a pas de ‘vérité scientifique’, chacun doit la construire en fonction de ses besoins ou de ses intérêts … Pour une discipline qui est censée engendrer l’industrie du 21e siècle et restructurer toute l’économie, on pourrait s’inquiéter à moins ! Apparemment, c’est grâce à son caractère polymorphe et protéiforme que la ‘datamasse’ pourrait changer la donne dans un univers dominé par l’incertitude et l’individualisme … !

La disparition de la moyenne marque aussi la différence essentielle entre les big data et les statistiques. Comme le souligne Lev Manovich, dans son interview sur Place de la Toile, cité par Xavier de la Porte dans InternetActu, la statistique vise la moyenne, par exemple la taille des soldats en 1830, alors que l’objectif des big data est l’exception. Elles débusquent les ‘signaux faibles’ que l’on perçoit moins dans les grandes masses, la ‘longue traîne’ des usages particuliers ! C’est aussi le propos de Tyler Cowen dans son ouvrage « Average is over » (la fin de la moyenne), cité par Jean-Laurent Cassely dans Slate. Cette évolution ouvre le règne du « sur mesure » (customised) : les services devront s’adapter à la diversité de la clientèle. Les clients noteront bientôt les services (médecins, avocats, professeurs, commerçants), comme ils seront eux-mêmes notés en tant que consommateurs ou usagers de ces services. Le score de l’e-réputation de chacun le suivra partout, grâce à la vente de fichiers ! Et si l’on refuse d’être noté, on risque de disparaître des radars et ainsi de devenir suspect, donc mal-noté !

Cette « physique sociale » comme la nomme Sandy Pentland, chercheur au Media Lab du MIT, cité par Hubert Guillaud dans InternetActu, résulterait de la rencontre entre les big data et les sciences sociales. L’ »extraction de la réalité » rendrait possible la modélisation mathématique de la société ! Avec les big data, nous allons pouvoir recueillir suffisamment de données comportementales pour permettre aux scientifiques de développer « une théorie causale de la structure sociale » et d’établir une « explication mathématique » de la société … Les scientifiques vont pouvoir ainsi recueillir des milliards d’informations en temps réel sur des millions de personnes et pouvoir appréhender en même temps le niveau global et singulier. Cette physique sociale permettra aussi une meilleure circulation des idées qui devrait renouveler les relations sociales, par exemple, dans une ville.

 

Valoriser les données données de la recherche

Mais les données de la recherche, surtout en sciences sociales, sont loin d’avoir les moyens de valoriser leurs résultats. C’est ce qu’expliquent Dave Carr et Natalie Banner du Wellcome Trust, dans un article d’Impact of social sciences. Ils préconisent le partage des données entre chercheurs pour optimiser les effets du big data. Actuellement, il existe peu de stimuli pour le partage des données. Une enquête auprès des chercheurs montre les barrières qui ralentissent ce processus : manque de financement, detemps,  de compétences, de dépôts institutionnels ou de ressources informatiques. Mais c’est surtout le manque de reconnaissance et de valorisation, le peu de protection de la vie privée, les données utilisées de façon inappropriée, la perte de crédit intellectuel qui inquiètent les chercheurs ! Seul un changement de paradigme dans la culture scientifique permettrait d’apporter un meilleur soutien aux chercheurs. C’est ce que propose un organisme britannique transdisciplinaire, l’EAGDA Calls (Expert Advisadory Group on Data Access). Ses recommandations portent sur trois grands points : le financement de la gestion des données pendant tout le cycle de vie de la recherche ; la reconnaissance du partage des données comme valorisation des résultats de la recherche ; le soutien aux compétences clés et aux ressources, notamment à travers des partenariats avec de nouveaux métiers (data manager).

 

Les Plans pour une économie du Big Data en France et en Europe

Face à ce nouveau secteur de l’économie de la connaissance, l’Union européenne et la France ont prévu des programmes pour développer des infrastructures et encadrer la réglementation de cette activité.

La Commission européenne compte sur le partenariat public-privé pour le développement du Big data en Europe. Elle veut s’appuyer sur les secteurs innovants de l’informatique et de la robotique pour mettre en place de grandes infrastructures : des réseaux d’outils de traitement de données destinés aux PME, à la recherche-développement et au  secteur public ; un grand réseau pour la recherche et l’éducation ; une fondation technologique pour le big data dans l’industrie des communications mobiles.

Des mesures juridiques sont aussi prévues pour des licences standards, les jeux de données et la réutilisation, surtout en ce qui concerne les données ouvertes (Open Data). En matière de confiance et sécurité, la Commission a prévu un Guide des bonnes pratiques pour un archivage sécurisé, une réflexion sur la propriété des données et le contrôle des usagers sur la technologie infonuagique (Trusted Cloud Europe).

En France, le Plan Big data vise un marché de 9 milliards d’euros et 130 000 emplois (dont 80 000 créations) à l’horizon 2020. Il a comme objectifs le soutien à l’écosystème des start-up et l’assouplissement de la loi informatique et liberté. Il veut faire de la France le leader mondial des Big Data, grâce à la formation de ‘data scientists’ et à la ‘French Tech’. La création, en partenariat avec la FING (expérience MesInfos), d’un « Espace personnel de confiance Big Data »

Le plan s’appuie aussi sur un partenariat public-privé impliquant les écoles et les organismes de recherche, les acteurs publics et les industries et acteurs privés : Orange, La Poste, Axa, GDF, etc.

data-672x372

 

Ruppert, Evelyne ; Kadri, Pierre-Sofiane. – L’open data est-il un leurre politique ? Entretien. - MyScienceWork, 08/07/14

La Porte, Xavier de. – Une société de données n’est pas une société statistique. – InternetActu, 07/07/14

Biseul, Xavier. – Le plan big data vise à créer 80 000 emplois d’ici 2020. – 01Net, 03/07/14

Faucheux, Olivia. – Public : la révolution du Big Data. – Acteurs Publics, 02/07/14 (vidéo)

Making the most of Data-driven Economy. – Commission européenne – Memo 14/455, 02/07/14

Carr, Dave ; Banner, Natalie. – Maximising the value of research data: developing incentives and changing cultures. – Impact of Social Sciences, 01/07/14

Kichin, Rob ; Carrigan, Mark. – The philosophy of Data Science (Series) – Rob Kichin « Big data should complement small data not replace it ». – Impact of Social Sciences, 27/06/14

Cassely, Jean-Laurent. – Pourquoi on notera bientôt nos comportements d’usagers, de consommateurs et d’être humain. – Slate, 17/06/14

Guillaud, Hubert. – Big Data : vers l’ingénierie sociale. – InternetActu, 20/05/14

Datascience et analyse situationnelle : dans les coulisses du Big Data (MOOC). – IONISx, 04/06/14-26/07/14

Enseignement et numérique : quelles difficultés, quels enjeux ?

l2code-cssUne controverse s’est développée récemment en France sur la nécessité d’enseigner le numérique à l’école. Doit-on en faire une discipline comme les autres, comme les maths ou l’instruction civique ? Ou au contraire, aborder chaque aspect de ce nouveau champ de connaissance à partir des autres enseignements : philosophie, droit, économie, physique, etc. comme le propose Michel Guillou, dans son post sur la « littératie numérique » ?

Il faudrait d’abord définir ce que l’on entend aujourd’hui par numérique, notion qui recouvre un grand nombre de connaissances et d’activités et bien distincte de l’informatique, aussi bien la théorie que la technologie spécifique. Or, un projet de loi vient d’être déposé à l’Assemblée nationale pour instituer l’ apprentissage du code informatique à l’école primaire (NextINpact, 13/06/14). Cet apprentissage, appuyé d’ailleurs par le Conseil national du numérique, est préconisé dans le ‘nouveau socle de connaissance’ du Ministère de l’éducation nationale.

Mais si une certaine base de connaissances et de pratique des algorithmes est indispensable à une bonne éducation, il paraît excessif de faire de nos « chères têtes blondes » des ‘codeurs’ émérites ! En effet, l’informatique est fondée sur la logique, et cette matière n’est abordée qu’en terminale, avec la philosophie … ! Il vaut mieux apprendre aux élèves à « mettre à plat » un problème ou une situation à l’aide d’algorithmes comme une recette de cuisine, comme l’explique Tasneem Raja dans « Is coding the new literacy? ». Une fois que les enfants auront compris ce qu’est une itération comme on comprend la composition d’une sauce en cuisine, les « petit(e)s malin(e)s pourront s’inscrire en atelier de ‘code’ pour programmer, par exemple, le jeu vidéo de leurs rêves, comme ils/elles peuvent s’inscrire à un atelier de pâtisserie, pour réaliser de magnifiques cupcakes ;-) Il existe d’ailleurs des tutoriels très attractifs pour les très jeunes amateurs, comme le montre ce programme de Mitch Resnick du Medialab du MIT. tarif-e-learning

Mais l’informatique ne représente qu’un aspect, essentiel certes, des si vieilles « Nouvelles technologies de l’information et de la communication » NTIC ou TIC, rebaptisées « numérique » depuis quelques années …. Les usages de ces technologies ont pénétré tous les champs de notre vie quotidienne. Les jeunes « digital natives » n’envisagent même plus la vie sans ces services … Comme certains pratiquent apparemment mieux que leurs enseignants, on pourrait penser qu’il est inutile de leur enseigner quoi que ce soit à ce sujet !

Or la pratique n’est pas la connaissance et encore moins la conscience des mécanismes ou des enjeux qui sous-tendent ces usages technologiques. En raison des inégalités très lourdes qui existent dans la société actuelle, seule l’école peut répondre à cette nécessité. Il est indispensable que les enseignants apportent un éclairage sur ce que recouvrent un profil Facebook, une messagerie instantanée, un téléchargement ou une recherche Google. Les enseignants peuvent bien sûr être assistés par des documentalistes et bibliothécaires, pour la recherche documentaires et les ressources numériques.

Si le numérique est effectivement « ignoré de la maternelle à l’ENA », comme l’affirment les participants d’ EDUCNUM 2014 , cité par Renaissance Numérique, que représente-t-il au juste ? « De la culture et de l’humain. On dépasse la technique et l’informatique » comme le twitte Clotilde Chevet, ou « Une culture générale numérique englobe à la fois le code, les images ou les questions des libertés » pour Sophie Pène.

Plutôt que d’apprendre à coder, les élèves ont d’avantage besoin d’ « apprendre à penser par eux-mêmes, à ‘décoder’, à ‘déchiffrer’  » analyse Olivier Le Deuff dans le Guide des égarés. Ils doivent être formés à une « culture nouvelle », en produisant un « nouveau régime de savoirs … C’est la question de la formation du citoyen dans des environnements complexes où se produisent différentes lectures et écritures ».

Mais qu’en est-il de l’utilisation des techniques numériques dans l’enseignement ? Les TICE, le e-learning, et à présent les MOOC, arrivent-ils à transformer l’éducation ? Assistons-nous à un nouveau paradigme pédagogique grâce au numérique ?
Si les moyens techniques et humains, et surtout la formation des enseignants, sont loin d’être opérationnels, certains indicateurs portent à l’optimisme.

Le e-learning permet d’abord aux apprenants à être plus autonomes, moins passifs face à l’enseignement du maître. Le ‘blended learning’ combine la transmission des connaissances et les compétences de l’enseignant avec des modules de e-learning, une recherche de contenus, des exercices et des ‘jeux sérieux’, et surtout des échanges avec d’autres étudiants et enseignants grâce aux forums de discussion.

Comme le souligne Mathieu Cisel dans son post « ce ne sont pas seulement les équipes pédagogiques qui s’adaptent ; pour les apprenants aussi c’est une évolution très importante de la posture face à l’apprentissage. Beaucoup plus d’autonomie, d’autonomisation et de responsabilisation » (La Révolution MOOC, 26/05/14).

Et surtout, comme l’affirme Emmanuel Davidenkoff, Directeur de l’Étudiant, « n’attendons pas de savoir si le numérique améliore les apprentissages. Intégrons-le tout simplement, car il est notre nouveau monde ».

Tablet PC with cloud of application icons

Resnick, Mitch. – Let’s teach kids to code. – TED, nov. 2012

Berne, Xavier. – Faut-il sensibiliser les enfants au code dès l’école primaire ?Next INpact, 21/05/14

Tasneem, Raja. – Is coding the new literacy ? - Mother Jones, 06/14

Guillou, Michel. – Socle : tous les élèves doivent savoir publier. – Culture numérique, 13/05/14

Guillou, Michel. – Pour une littératie numérique qui traverse et éclaire les disciplines scolaires. – Culture numérique, 01/06/14

Une culture générale du numérique pour tous ! - Renaissance numérique, 02/06/14

Enseignement de l’informatique à l’école : l’Académie des technologies prend position. – vousnousils, 03/06/14

François Fourcade. – Le numérique ne peut s’affranchir des lois de la pédagogie. – Parlons pédagogie ! Blog Educpros, 03/06/14

Cisel, Mathieu. – MOOC : la question de l’autonomie des apprenants. – La Révolution MOOC – Blog Educpros, 26/05/14

Gauchet, Marcel ; Soulé, Véronique. – Internet oblige le prof à remettre de l’ordre dans du désordre : interview. – Libération, 06/06/14

Kumar, Lokesh. – Blended learning – Is it the right move for you?Upside Learning, 10/06/14

Davidenkoff, Emmanuel. – Intégrons le numérique à l’école, car il est notre nouveau monde. – L’Express, 13/06/14

Le Deuff, Olivier. – Il faut apprendre à décoder, l’enjeu d’un nouveau programme commun. – Guide des égarés, 15/06/14

Compagnon, Antoine ; Duquesne, Margaux. – L’école du futur vue par Antoine compagnon. - Journaleuse, 16/06/14

Apprenants en ligne : à la conquête de leur liberté. – Thot Cursus, 17/06/14

 

Le web a 25 ans … Survivra-t-il à toutes ses déviances ?

Internet1Le 12 mars 1989, il y a exactement 25 ans, l’informaticien britannique Tim Berners-Lee publiait un document qui décrivait le fonctionnement du World Wide Web. Élaboré dans un laboratoire du CERN à Genève, cet outil de communication devait surtout servir aux chercheurs du nucléaire …
Mais c’est grâce à ce navigateur que l’internet a été popularisé auprès du grand public. C’est lui qui, aujourd’hui, permet à 2,7 milliards d’internautes de se connecter sur la Toile et surtout d’interagir sur les réseaux sociaux ! Malheureusement, comme toute grande invention, le Web a aussi ses côtés négatifs, et ces dernières années ont été marquées du signe de la défiance, surtout depuis les révélations d’Edward Snowden sur les pratiques d’espionnage massif de la NSA et de détournements de données personnelles des internautes…

Sir Berners-Lee a d’ailleurs appelé ces jours-ci à un sursaut de civisme et d’éthique sur les réseaux par l’institution du d’une « Magna Carta » du Web.
En effet, le web était au départ porteur de valeurs de partage, d’échange et d’égalité, venues essentiellement des pionniers de la contre-culture américaine, comme le montre bien l’article d’Hubert Guillaud dans InternetActu, qui visaient une gestion collective et non commerciale de la circulation des informations et du savoir …
Aujourd’hui, l’essentiel du web est aux mains de multinationales de l’information, les « Géants du Web », les fameux GAFA (Google Apple Facebook Amazon et autre Microsoft …) et les internautes (enfin, ceux qui en sont conscients …) se méfient de plus en plus de moteurs qui pillent sans états d’âme les données personnelles pour les vendre aux publicitaires ou les donner (??) aux services secrets … La vie privée, est en effet devenue une « anomalie » aujourd’hui, comme l’a déclaré Vint Cerf, Chef évangéliste chez Google, ou tout au plus une illusion pour Mark Zuckerberg, le patron de Facebook … !

big-data-will-drive-the-next-phase-of-innovation-in-mobile-computing
Dans une étude récente le Pew Internet Project présente « 15 thèses sur l’avenir du numérique ». Malgré l’enthousiasme des chercheurs sur les progrès techniques, notamment en matière de santé, d’enseignement, d’évolution des relations internationales (« printemps arabe ») et de sécurité, 5 de ces thèses se présentent de façon beaucoup moins optimistes, « Less hopeful theses ».
Elles soulignent, d’abord l’élargissement du fossé numérique entre nantis et démunis (have & have not) qui reflète l’inégalité croissante des sociétés actuelles, amplifiée par l’écho des réseaux sociaux … !! De nombreux conflits risquent de se développer à l’instar des révolutions arabes.
Les abus et la criminalité se multiplient sur la toile, et évidemment le cyber-terrorisme. Outre la disparition de la vie privée et de la confidentialité, les « maladies numériques » (physiques, mentales et sociales) affectent de plus en plus les individus, familles et communautés.
Mais un des impacts majeurs se trouve au niveau géopolitique : Internet représente en effet un phénomène de mondialisation achevé qui ne reconnait plus la souveraineté des États ; les lois des différents pays ont du mal à s’appliquer à cet acteur transnational.
D’autre part, les gouvernements vont de plus en plus utiliser internet comme un instrument de contrôle politique et social : en répondant par la censure et la fermeture aux velléités d’ouverture et de liberté d’expression de leurs concitoyens …
De plus, en raison de la montée de la cyber-criminalité, la e-sécurité est en train de devenir le principal soucis des consommateurs et des internautes en général … bigdata_image2

Olivier Ertzscheid a une vision encore plus noire de l'avenir du Net. Pour ce spécialiste de l'information, l'internet va se diviser en deux entités : OuterWeb et InfraNet. Le web va se dissoudre et se diffuser dans une multiplicité d'objets connectés (l '»internet des objets ») tout autour de nous : écrans, murs, voiture, lunettes, montres, etc. Il deviendra le « World Wide Wear », un accessoire que l'on 'porte sur nous' … En devenant invisible, il sera d'autant plus dangereux !!

Les acteurs du web seront d'ailleurs de moins en moins humains. Les robots représentent déjà la majorité du trafic sur la Toile : certains pour nous rendre service (moteurs de recherche), d'autres pour des pratiques beaucoup moins avouables (cookies, surveillance, indexation des métadonnées des internautes à des fin commerciales, policières ou malveillantes). Ces informations vont servir à développer l'industrie du « Big data » qui devrait pouvoir prédire le comportement d'un grand nombre de consommateurs-citoyens par le traitement de masse de milliards de données et de métadonnées glanées sur les moteurs de recherche, les messageries et les réseaux sociaux.
Dans ces nouveaux réseaux, « l'essentiel des interactions s'effectuera en deçà de notre seuil de perception » !
Le premier web s'était construit autour du document et de l'écrit (clavier, souris), les nouveaux internets, mobiles désormais, s'élaborent autour des gestes et de la voix. L'image prend aussi une part prépondérante avec la multiplication des écrans : téléphone, tablettes, ordinateur portable viennent compléter l'usage de la télévision (connectée ou pas). Voir l'étude de Médiamétrie sur la consommation de vidéo.
On assiste aussi à une certaine privatisation des réseaux à travers les applications mobiles qui remettent en cause la gratuité et la neutralité du Net. Demain, il faudra peut-être payer pour avoir accès à un internet « nettoyé » des pilleurs de données personnelles, grâce un « opt-out » !

Aurélie Barbaux, dans l’Usine digitale s’inquiète d’une probable « mort d’internet ». Son article part aussi des révélations de Snowden qui risquent de donner le coup fatal. Les géants du Net vont passer « une année d’enfer » pour regagner la confiance des internautes et des gouvernements. Ces derniers ont d’ailleurs des tentations protectionnistes qui peuvent s’avérer « interneticides » … !
Aussi bien Jean-Marc Ayrault pour la France, qu’Angela Merkel pour l’Europe proposent des infrastructures « sûres » pour de nouveaux internets … ! Ces internets « privés », entourés de frontières, vont à l’encontre de l’idée du Réseau des réseaux et surtout sont en contradiction avec l’espace mondial où il se situe !
A. Barbaux cite l’ouvrage de Boris Beaude, chercheur à l’EPFL (Polytechnique de Lausanne), « Les fins d’Internet ». Celui-ci reprend « les mises à mal quasi définitives des valeurs qui ont porté la création du réseau mondial : liberté d’expression, résilience, abolition de l’espace, intelligence collective et partagée, gratuité et décentralisation. » Pour sauver l’internet, le chercheur appelle à forger une nouvelle valeur, « porter l’émergence du monde comme horizon politique pertinent pour l’humanité, comme espace d’identification et de projection autour d’intérêts communs »
On retrouve ici les enjeux éthiques, politiques et géopolitiques exprimés aussi bien par les thèses du Pew Internet Center que par Tim Berners Lee.

EFF_version_of_NSA_logo

Crochet-Damais, Antoine. – Le World Wide Web fête ses 25 ans. – Journal du Net, 10/003/14

Kiss, Jemima. – An online Magna Carta: Berners-Lee calls for bill of rights for web. – The Guardian, 12/03/14

Berners-Lee, Tim. – Statement from Sir Tim Berners-Lee on the 25th Anniversary of the Web. – PewResearch Internet Project, 11/03/14

Anderson, Janna ; Rainie, Lee. – 15 Theses About the Digital Future. – PewResearch Internet Project, 11/03/14

Ertzscheid, Olivier. – Outerweb et infranet : rendez-vous en 2063. – Affordance.Info, 02/02/14

Barbaux, Aurélie. – Internet peut-il mourir ?. – L’Usine digitale, 27/02/14

Guillaud, Hubert. – Ce que l’internet n’a pas réussi (1/4) : des rêves de pionniers à un monde post-Snowden. – InternetActu, 04/02/14

Anizon, Emmanuelle ; Tesquet, Olivier. – Que reste-t-il de notre vie privée sur Internet ?. – Télérama, 15/02/14

Things the NSA doesn’t want you to know. And why you should know about it :). – La Quadrature du Net, 2014

Le retour des sciences sociales : «Humanités ou humanisme numérique(s) » ?

Après avoir régné sans partage sur l’intelligentsia occidentale, notamment en France, dans les années 1960-70, les sciences humaines et sociales (SHS) ont subi un repli dans les années 1980-90 – les « années fric » du capitalisme financier et surtout de la disparition des idéologies … Elles reviennent aujourd’hui sur le devant de la scène, mais elles se sont entre temps mondialisées et hyper-spécialisées. Mais surtout elles disposent désormais d’outils plus performants : les « Humanités numériques ».
C’est ce qu’explique le sociologue Michel Wieviorka dans un entretien à Libération la veille du colloque international « Penser global »

Mais que sont donc ces « Humanités numériques » ? D’après Wikipédia, c’est « un domaine de recherche au croisement de l’informatique, des arts, lettres, sciences humaines et sciences sociales ». Elles permettent, par l’utilisation des outils numériques, la modélisation et la représentation graphique d’oeuvres et de pratiques sociales, mais aussi « la prise en compte des contenus numériques comme objets d’étude ».

C’est aussi cette dimension scientifique que Bruno Latour veut utiliser dans son concept d’ »Humanités scientifiques » qui sera l’objet de son CLOM (Cours en Ligne Ouvert et Massif) « Scientific Humanities » sur la plate-forme de France Université Numérique (FUN). Il s’agit de prendre en compte les conditions de production de ces disciplines et de les évaluer à l’aune d’un processus cognitif. C’est dans cette optique que les différentes opinions qui se reflètent dans les pratiques sociales que sont la politique, la morale ou la philosophie, sans oublier les oeuvres littéraires et artistiques, pourront être analysées et représentées grâce aux outils numériques. Car seuls ces outils informatiques seront en mesure de traiter la quantité industrielle de données, le « Big data » dont on dispose désormais..

Deux grandes manifestations ont remis cet automne, les sciences humaines et sociales au centre des préoccupations numériques :
Horizon 2020 – Perspectives européennes pour les sciences. Vilnius, 23-24 septembre 2013
Forum Mondial des sciences sociales. Montréal, octobre 2013

Mais en se soumettant à la logique du numérique, la société et les SHS ne risquent-elles pas de perdre l’humanisme qui les caractérisaient les Lumières ou la Renaissance ?
« Pour un humanisme numérique », c’est le défi que lance le philosophe canadien Milad Doueihi, dans un essai récent. Le numérique, à travers « le code informatique fondé sur le calcul, romprait avec notre rapport historique à l’écriture et aux pratiques lettrées ». Tout y passe : le droit, les modèles économiques et politiques. « L’informatique a cette propriété d’encourager le passage et l’expression de toute activité à ces propres termes ». Le numérique opère une rupture historique avec l’humanisme classique… D’où la nécessité de penser un « humanisme numérique » pour nous préserver d’une « robotisation » de l’humain.

Mais n’est-ce pas aussi ce que défendent les partisans des Humanités numériques comme Wieviorka ? Car il ne s’agit pas de réduire la recherche en SHS aux seules mesures (souvent quantitatives) permises par ces nouveaux outils. Même si la figure de l’intellectuel, dominant la scène culturelle, est en train de s’estomper au profit d’une plus grande collaboration des chercheurs entre eux, mais aussi avec le grand public, grâce à internet et aux réseaux sociaux, les « digital humanities » ne se réduisent pas à une boite à outils. Elles permettent aussi de prendre en compte les contenus numériques comme objets d’étude. En devenant objet de la recherche, les différents usages et pratiques numériques ne vont pas de prendre le dessus. Les chercheurs restent les sujets de leurs travaux, et ne risquent pas de se transformer en « cyborgs », hybrides bio-électroniques que les « Transhumanistes » attendent comme le Messie.
C’est, en effet, contre cette nouvelle croyance, le Transhumanisme, la « Singularité » de Ray Kurzweil, que Milad Doueihi veut lutter en prônant le retour à un nouvel humanisme, à une nouvelle éthique face à la « conversion numérique ».

Wieviorka, Michel. – Mettre le numérique au service des humanités. – Libération, 10/05/13

Humanités numériques. – Wikipedia

Latour, Bruno. – Scientific Humanities : MOOC. – FUN, 2014/01-03

Douihei, Milad. – Pour un Humanisme numérique. – Paris : Seuil, 2011. – (La librairie du 21e siècle)

Féraud, Jean-Christophe. – Pour un humanisme numérique. – Libération, 20/10/13

Vilnius Declaration. – Horizons for Social Sciences and Humanities. Vinius (Lithuania), 24 september 2013

Wieviorka, Michel. – Horizons for Social Sciences and Humanities : what follows Vilnius ? Michel Wieviorka Sociologue – Hypothèse.org, 23/09/13

Transformations sociales et ère numérique. – Forum mondial des sciences sociales 2013. Montréal

World Social Science Forum: Building a global platform for social sciences in the digital age. – Impact of Social Sciences – Blog LSE, 09/10/13

Transhumanisme. – Wikipedia

Humanity+ : Elevating the Human Condition

Kurzweil, Ray. – The singularity is near : when huamans transcend biology. – New York, Toronto, London : Penguin Books, 2005

Vion-Dury, Philippe. – Le transhumanisme français : que des surhommes, pas des sous-hommes. – Le Nouvel Observateur, 03/11/13

Big data et web sémantique : une opportunité pour les profeessionnels de l’information

A propos du système Prism, François Géré de l’Institut d’Analyse Stratégique l’a reconnu dans Libération : « En France nous faisons la même chose que les Américains […] Toutefois, nous réduisons le périmètre aussi bien géographique (essentiellement en Europe et en Afrique) que sémantique (le nombre de mots-clés) ».
Mots-clés, métadonnées, web sémantique, les documentalistes se trouvent ici en terrain connu !

Avec les « Big data » et leurs réservoirs énormes de données, un champ immense s’ouvre aux professionnels de l’information, la sélection et la qualification des métadonnées qui leur sont attachées, autrement dit l’indexation.
Bien sûr, d’importants progrès ont été réalisés en indexation automatique et en traitement automatique du langage (TAL), et avec les masses de données textuelles que l’on peu traiter, des rapprochements de termes peuvent s’effectuer et produire des modèles de description, comme l’explique Nathalie Aussenac-Gilles dans Graphéméride. « Pour faciliter la recherche d’informations précises, de points de vue, d’opinions [… ] il est nécessaire de caractériser la nature des informations et des connaissances véhiculées par les contenus […] ne pas rester au niveau des mots, donc de passer au niveau des concepts ».

Avec le web sémantique (ou web de données ou ‘linked data’), « les données de toutes formes produites par tous les acteurs se trouvent interconnectées, identifiées sans ambiguïté et reliées les unes aux autres » Hervé Verdier, Directeur d’Etalab. En ‘typant’ ces données dans des ontologies, le web sémantique « met en place une indexation des pages web, mais aussi potentiellement des concepts absents du web dont une description sur le web est possible (personne, lieu, date, élément abstrait, objet physique » Pierre Couchet, « A quoi sert le Web sémantique en histoire et philosophie des sciences et des techniques » Semantic HPST

Ces nouveaux thesaurus linguistiques s’appuient sur des ‘triplets’ : sujet, prédicat et objet.
« Concrètement, un thésaurus relie des concepts entre eux selon des relations précises : synonyme, homonyme, hiérarchie, terme associé. L’ontologie ajoute des règles et des outils de comparaison sur et entre les termes, groupes de termes et relations : équivalence, symétrie, contraire, cardinalité, transitivité… Ainsi, l’ontologie est une étape supérieure au thésaurus selon l’ontology spectrum. » – Définir une ontologie avec OWL. – Les Petites Cases 11/11/05
En taggant par exemple un fichier contenant une photo, on pourra non seulement caractériser la photo, mais si ces mots-clés sont partagés, on pourra regrouper des photos similaires. Grâce à cette organisation des connaissances, on pourra classer une photo du Château de Versailles, rejetée comme « monument de Paris », si l’on a l’information que « Versailles est ‘Acôtéde’ Paris ou que Versailles et Paris sont deux villes ‘SituéeDans’ l’Ile de France » Nathalie Assenac-Gilles.

Bien sûr, ces langages OWL (Ontology Web Langage) demandent une bonne familiarité avec l’informatique (XML) et la logique, sans parler de connaissances linguistiques, mais les bibliothécaires/documentalistes ont tout à fait leur rôle à jouer dans la construction de ces bases de connaissances. L’exemple de l’ontologie du vin réalisée à Stanford, cité par le WC3, le montre : on retrouve des mots-clés, des caatégories, des propriétés et des noms de lieux.

Les professionnels de l’information qu’ils (elles) sont pourraient aussi bien construire ces bases de connaissances (en collaboration avec des informaticiens) que servir d’appui aux chercheurs pour qualifier les résultats de la recherche. La BNF l’a d’ailleurs bien compris avec la réalisation avec le projet « data.bnf.fr« web sémantique

Géré, François ; Hofnung, Thomas. – « En France, nous faisons la même chose ». Libération, 1er juillet 2013

Couchet, Pierre. – À quoi sert le web sémantique, en Histoire et Philosophie des Sciences et des Techniques ?. – Semantic HPST, 13/06/13

Fabien Gandon – Le web sémantique. – Graphemeride, 15/04/13

Le Web de données à la BnF : data.bnf.fr

Berners-Lee, Tim et al. – A Framework for Web Science. – Foundations and trends in web science, vol.1:n°1, 2006

Définir une ontologie avec OWL. – Les petites cases, 11/11/05

OWL Web Ontology Language Guide. – W3C, 10/02/04

Ontology of wines

Bachimont, Bruno. – Engagement sémantique et engagement ontologique : conception et réalisation d’ontologies en Ingénierie des connaissances.- INA, 2000 (pdf)

Staypressed theme by Themocracy