Posts tagged: Entreprises

Intelligence artificielle : quels impacts sur l’économie et la société ?

IALes progrès de la recherche en intelligence artificielle en ont fait un sujet incontournable des tendances de la décennie actuelle. Annoncées depuis les années 1960, les avancées dans cette discipline complexe se sont confirmées depuis les années 2000, grâce, notamment, au ‘machine learning’ (apprentissage automatique : les machines ‘apprennent’ à partir des jeux de données qui leur sont proposés) et à son dernier développement le ‘deep learning’ qui s’appuie sur les ‘réseaux de neurones’ : des algorithmes de machine learning sont utilisés pour entraîner les couches profondes de réseaux de neurones. Plutôt que de modéliser de vastes quantités d’information (ex : calculer tous les coups possibles dans une partie d’échec), les réseaux de neurones apprennent tout seuls en digérant des millions de données (Maddyness). Combinés avec des mégadonnées (big data), ces intelligences artificielles réalisent des opérations et des actions qui dépassent en rapidité et en pertinence les actions humaines. Cela explique le succès de ces technologies cognitives au Web Summit de Lisbonne en novembre dernier où robots et véhicules autonomes ont joué les vedettes.

Les exemples des récents succès de l’automatisation et de l’IA se multiplient : les taxis autonomes, comme Lyft à Boston ; la prévention des suicides grâce à leur détection sur les messages Facebook, la prédiction (réussie) de la personne de l’année au magazine Time, la découverte de nouvelles exoplanètes dans un partenariat Google-NASA, etc. Comme le souligne Olivier Ezratty dans son post, l’intelligence artificielle n’est pas un produit. Il n’y a pas de logiciels d’intelligence artificielle mais des solutions d’intelligence artificielle très variées qui s’appuient sur plusieurs dizaines de briques logicielles différentes qui vont de la captation des sens, notamment audio et visuels, à l’interprétation des informations, au traitement du langage et à l’exploitation de grandes bases de données et de connaissances structurées ou non structurées.

Combinée avec une voix de synthèse, Chaï, une application d’intelligence artificielle permet d’écouter sur son téléphone mobile la suite d’un livre papier à l’endroit exact où l’on s’est arrêté. Cette application convient plus à un documentaire qu’à un ouvrage de fiction. Idéal pour réviser ses cours dans les transports en commun ! Les fichiers audios comportent des dictionnaires qui enrichissent le texte, en transformant par exemple les sigles et acronymes en termes développés. Et comme le confirme Alexis Botaya, qui présentait ce produit au salon HumainxMachines, aucun problème de droit d’auteur en raison d’un accord avec les éditeurs : le traitement s’effectuant à partir du fichier de l’ouvrage avant son impression et le client doit avoir acheté le livre papier.

Au Japon, l’entreprise Tasei se propose de lutter contre le surmenage de ses employés en leur envoyant des drones bourdonner autour d’eux et leur jouer « Auld Lang Syne », la chanson écossaise qui signale au Japon la fermeture des magasins … Comme l’explique Nelly Lesage dans Numérama, les Japonais peuvent effectuer plus de 80h d’heures supplémentaires par mois ! Le modèle T-Frend est doté d’une caméra qui surveille le comportement des employés et se déclenche quand ils dépassent les horaires. Pour une fois, la surveillance est utilisée pour le bien-être des travailleurs !

En Chine, la reconnaissance faciale est généralisée dans la vie quotidienne et le piéton qui traverse au feu rouge est vite repéré et sa photo affichée au carrefour ! Comme l’explique Leng Biao, professeur de vision informatique à Pékin, cité dans l’article du Monde, « L’important ce sont les algorithmes. Quand il s’agit de reconnaitre une personne dont on a la photo, la reconnaissance faciale est très fiable, on trouve même des logiciels gratuits sur internet ». Et comme en Chine les gens sont moins préoccupés des questions de vie privée, cette méthode est bien acceptée…   1486620188464

Ces performances se sont multipliées depuis une quinzaine d’années et ne manquent pas de soulever controverses et inquiétudes aussi bien parmi les scientifiques et géants du net (Stephen Hawking, Elon Musk et Bill Gates) que dans le grand public. Laurent Alexandre, le chirurgien et homme d’affaire, voudrait au contraire, « casser la gueule à l’Europe pour avancer ». Comme le souligne Pierre Cheminade dans la Tribune, pour le créateur de Doctissimo l’Europe a déjà perdu la bataille du numérique et « que pour ne pas perdre la guerre et sortir d’une situation de « colonie numérique sans souveraineté », la France doit renforcer la recherche en intelligence artificielle et supprimer la protection des données personnelles. ».

Ces préoccupations autant éthiques que réglementaires ont amené le gouvernement français à confier au mathématicien et député Cédric Villani, une mission sur ce sujet, accompagnée d’une consultation publique. Au niveau européen, Margarethe Vestager, commissaire européenne à la concurrence, est intervenue au Web Summit pour affirmer que le marché unique européen n’a pas vocation à être régi par « la loi de la jungle, mais par la démocratie à l’œuvre, pour le respect de la concurrence au service de l’innovation » .

 

Les principaux secteurs impactés   Un-groupe-de-recherche-créé-pour-encadrer-lintelligence-artificielle-des-robots

De nombreux secteurs et services sont déjà ou seront bientôt touchés par ces innovations technologiques, et ce à différents niveaux.

  • Les transports avec les véhicules autonomes
  • La santé avec des programmes de détection de maladies (cancers)
  • La relation client avec l’utilisation d’agents conversationnels et de traitement automatique de courrier électronique
  • La sécurité avec la reconnaissance faciale et les technologies de vision artificielle
  • L’urbanisme avec la ville connectée (smart city)

L’enseignement, la psychothérapie, le journalisme, la politique et même la littérature pourraient être touchés par cette vague d’automatisation. Mais pour le moment toutes les professions ‘créatives’ sont relativement épargnées.

Des informations contradictoires sur les conséquences socio-économiques et l’emploi de l’automatisation de l’industrie et des services se multiplient sans s’annuler pour autant … Nelly Lesage dans son article de Numerama évoque « un rapport du cabinet McKinsey & Cie qui estime que 800 millions de travailleurs perdront leur emploi d’ici 2030, en raison de l’automatisation ». Cette « invasion des robots » touchera surtout les pays les plus avancés, comme l’Allemagne et les Etats-Unis. Les métiers impliquant une interaction humaine, comme les médecins, les avocats, les enseignants et les barmen, devraient, quant à eux être préservés. La vidéo publiée dans le Monde « Serons-nous un jour remplacés par des intelligences artificielles » cite une étude du cabinet Roland Berger de 2014 qui prévoit que 3 millions d’emplois pourraient disparaître d’ici 2025 à cause des intelligences artificielles ! Et les métiers engendrés en retour par le secteur robotique ne compenseront pas ces disparitions. Plus préoccupant encore, ces mesures ne se limitent pas aux métiers simples et répétitifs … Dans son article de l’Usine digitale, Christophe Bys, en revanche, cite une étude internationale de Cap Gemini selon laquelle « les entreprises qui ont recours à l’intelligence artificielle n’ont majoritairement pas détruit d’emplois. Elles en ont même créé. ». Toutefois cette étude qui relativise l’impact de l’IA porte sur un périmètre restreint d’entreprises (dont le chiffre d’affaire est supérieur à 500 millions de dollars). Les pays européens (France, Espagne, Pays-Bas) ont déployé moins d’initiatives IA que l’Inde ou l’Australie …

C’est aussi le point de vue de Bertrand Diard, président de Tech in France, dans son interview dans la Croix « La robotisation dans l’industrie n’a pas réduit le volume d’emplois. Ce qui l’a fait, ce sont les délocalisations vers la Chine. L’Allemagne, qui est très robotisée, a créé de la richesse et de l’emploi industriel, alors que la France, dans le même temps, en a perdu. » De nouveaux métiers devraient émerger autour de ces nouvelles technologies et il faut développer la formation des travailleurs qui pourraient ainsi s’adonner à des tâches plus intéressantes. Alain Guillemolles a interviewé dans le même article Romain Guers, délégué syndical au Crédit Mutuel. Cette banque a adopté Watson, l’agent intelligent d’IBM (ce chatbot est aussi en fonction chez Orange et Bouygue Telecom) pour l’assister dans le traitement des données de la relation clients : « il n’est pas question de remplacer les conseillers bancaires par des robots. […] l’outil ‘intelligent’ aide les chargés de clientèle à trier le courrier en fonction des priorités exprimées par les clients. De plus, ils ont accès à un « assistant » qui peut répondre à certaines demandes d’information en épargne et assurance. Mais le conseiller commercial reste le pivot de la relation avec le client. ». Là aussi, la mise en place de l’outil IA n’a pas eu d’impact sur l’emploi. Pour le moment, car les outils intelligents apprennent très vite …

On retrouve ici les deux conceptions de l’IA : d’une part, l’IA comme assistant de l’humain qui permet de réaliser l’’homme augmenté’, doté de sortes de prothèses technologiques ; d’autre part, l’IA autonome qui arriverait à une sorte de ‘conscience’ !

cover-MIT-600x399Dans la recherche médicale, en revanche, l’outil intelligent n’est pas encore vraiment fiable. Watson devait permettre aux soignants « de passer moins de temps sur la littérature et plus de temps pour prendre soin des patients ». Comme le souligne Jean-Yves Paillé dans la Tribune, « L’IA destinée à trouver des solutions afin de personnaliser les traitements en cancérologie est pour le moment décevante, en particulier dans les diagnostics ». Le système souffre d’un certain nombre de biais : d’abord dans les publications scientifiques : sur 700 000 articles publiés par an en médecine, de nombreuses publications n’ont pas de valeur. « La machine n’est pas capable aujourd’hui de faire la différence entre ce qui ne vaut rien et un article intéressant » comme l’analyse Guy Vallencien dans

« La médecine sans médecin » cité dans l’article. De plus près de 2% des scientifiques admettent « avoir fabriqué, falsifié ou modifié des données ou des résultats au moins une fois. » « jusqu’à 33,7% ont avoué d’autres pratiques de recherche douteuses » d’après l’étude de Plos One.  Mais aussi l’intelligence artificielle s’appuie sur des données médicales spécifiques aux protocoles de soins des Etats-Unis et aurait du mal à s’adapter aux méthodes de différents pays où les protocoles peuvent différer … « L’IA ne peut pas être plus neutre et performantes que les données dont elle dispose ».

Ethique et réglementation

L’éthique fait partie des principaux axes définis par la mission Villani et concerne de nombreux aspects du déploiement de ces technologies. Aux États-Unis, les géants du numérique, Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft, IBM ainsi que de nombreux chercheurs s’engagent pour développer une intelligence artificielle responsable et éthique. Le Partnership on AI to benefit people and society (Partenariat sur l’IA au service des citoyens et de la société), organisation à but non lucratif, a pour objectif la compréhension du public sur l’IA et la définition de meilleures pratiques dans ce domaine.

Au Québec, le préambule de la Déclaration de Montréal a été dévoilé en clôture du Forum sur le développement socialement responsable de l’intelligence artificielle le 3 novembre. Portant sur les thèmes de la cybersécurité, la responsabilité légale, la psychologie morale, le marché du travail, le système de santé et la ville intelligente, le Forum a comme ambition la ‘coconstruction’ entre le public, les experts et les pouvoirs publics. Comme l’a déclaré Guy Breton, recteur de l’UdM « Les avancées de l’intelligence artificielle toucheront progressivement tous les secteurs de la société et nous devons poser, dès maintenant, les balises qui encadreront son développement afin qu’il soit conforme à nos valeurs et porteur d’un véritable progrès social.» Les-rendez-vous-du-numérique-et-du-développement-commercial

En France, la CNIL dans son rapport des enjeux éthiques des algorithmes et de l’intelligence artificielle, présenté le 15 décembre, réaffirme deux principes fondateurs et préconise six recommandations opérationnelles pour permette à l’Homme de garder la main. Tout d’abord, le principe de loyauté : l’intérêt de l’utilisateur doit primer ; un principe de vigilance/réflexivité ensuite en organisant « un questionnement régulier, méthodique et délibératif à l’égard de ces objets mouvants ». Ces principes pourraient s’inscrire dans une nouvelle génération de garanties et de droits fondamentaux à l’ère numérique.

Parmi les recommandations : former à l’éthique tous les acteurs-maillons de la ‘chaîne algorithmique’ ; rendre les systèmes algorithmiques compréhensibles ; encourager la recherche sur l’IA éthique ; renforcer la fonction éthique au sein des entreprises. Comme le dit Isabelle Falque-Pierrotin, Présidente de la CNIL « L’objectif de ce débat est de garantir que l’intelligence artificielle augmente l’homme plutôt qu’elle ne le supplante et participe à l’élaboration d’un modèle français de gouvernance éthique de l’intelligence artificielle ».

Alexandra Yeh évoque dans son compte-rendu de la Conférence Nouvelles pratiques du journalisme de l’Ecole de Journalisme de Sciences Po, la proposition de Dominique Cardon pour une ‘éducation des algorithmes’. Comme on s’en est rendu compte dans les années 1980, les tentatives de programmer les machines à raisonner comme des humains avec des règles et des systèmes de décisions logiques sont vouées à l’échec. L’humain n’est pas un être pleinement rationnel et ses décisions dépendent souvent de facteurs imprévisibles (contextes, affects, sensibilité). Il faut donc « apprendre aux machines à analyser nos comportements plutôt que nos représentations ». Pour Dominique Cardon « nous devons réfléchir à la façon dont voulons éduquer les algorithmes ». Car nous sommes responsables des biais de l’IA (cf le cas des IA racistes).

Avec l’automatisation, les dilemmes moraux vont se multiplier : en plus de gérer les actions accidentelles ou intentionnelles de leurs inventions, les chercheurs en AI devront faire face à de tels dilemmes. Par exemple, face à une situation de danger, l’IA de la voiture autonome devra décider qui épargner en cas d’accident : une femme enceinte ou un homme âgé ; renverser un enfant ou deux adultes ? En fait, décider lesquels d’entre nous devront vivre ou mourir …  Jean-François Bonnefons, professeur à la Toulouse School of Economics, explore ces dilemmes avec le projet Moral Machine qui « confronte les internautes à ce genre de situations pour leur demander de trancher, a déjà recueilli 40 millions de décisions ». Ce programme permet d’identifier les critères pesant dans la décision, les variations selon le type de personne (genre, âge, CSP, nationalité) et les différences culturelles et géographiques. Si les choix moraux sont relativement homogènes (sauver les humains plutôt que les animaux ), les résultats montrent qu’il n’existe pas de règle d’éthique totalement universelle, même si des convergences locales existent dans le monde …

A l’instar des avancées de l’intelligence artificielle, les préoccupations éthiques et politiques à ce sujet sont un « work in progress ». Nous aurons l’occasion d’y revenir à l’avenir.

data-672x372Bonnes fêtes et meilleurs vœux pour 2018

Pour aller plus loin

L’intelligence artificielle, quelles conséquences pour l’emploi. – Les Numériques – Dossier, 17/12/17

Comment permettre à l’Homme de garder la main ? Rapport sur les enjeux éthiques des algorithmes et de l’intelligence artificielle. – CNIL, 15 décembre, 2017

Cheminade, Pierre. – Laurent Alexandre : « La France a perdu sa souveraineté numérique ». – La Tribune, 13/12/17

Georges, Benoît. – Ce que les Français attendent de l’intelligence artificielle. Les Échos, 12/12/17

Paillé, Jean-Yves. – Dans la santé, Watson, l’IA d’IBM, doit encore faire ses preuves.La Tribune, 08/12/17

Simonite, Tom. – Artificial Intelligence seeks an Ethical Conscience. – Wired, 12/07/17

Lausson, Julien. – Intelligence artificielle : la Mission Villani vous demande votre avis. – Numérama, 07/12/17

Tisseron, Serge. - IA, robots qui parlent et robots sous influence.InaGlobal, 06/12/17

Yeh, Alexandra. – IA et journalisme : quelle éthique ?Meta-media, 05/12/17

#NPDJ Les nouvelles pratiques du journalisme 2017. – École de journalisme de Sciences Po, 04/12/17

Lesage, Nelly. – Un rapport estime que les robots vont prendre 800 millions d’emplois d’ici 2030. – Numérama, 30/11/12

2067, des robots dans la ville/Usbek & Rica. – Inriality, 28/11/17

Kiefer, Bertrand ; Navaris, Sophie. – « La médecine, le dernier lieu où l’on peut exprimer sa sensibilité » Entretien. – Tribune de Genève, 25/11/17

Maignan, Iris. – #Étude : les Français, pas (du tout) prêts pour l’intelligence artificielle. – Maddyness, 25/11/17

Web Summit 2017 à Lisbonne : que retenir du Davos de la Tech ? - FrenchWeb, 16/11/17

Guillemoles, Alain. - Watson mène la révolution de l’intelligence artificielle. – La Croix, 13/11/17

Deluzarche, Céline. – #IA : Deep learning, le grand trou de l’intelligence artificielle. – Maddyness, 13/11/17

Quel sera l’impact de l’intelligence artificielle sur l’emploi. – La Croix, 13/11/17

Piquard, Alexandre. – L’intelligence artificielle, star inquiétante du Web Summit à Lisbonne. – Le Monde, 10/11/17

Déclaration de Montréal pour un développement responsable de l’intelligence artificielle. – Université de Montréal, 03/11/17

Gavois, Sébastien. – Intelligence artificielle : enjeux économiques et cadres légaux s’invitent au Sénat. – NextInpact, 26/10/17

Ezratty, Olivier. – Les usages de l’intelligence artificielle. – Opinions libres, 19/10/17. – E-book téléchargeable.

Intelligence artificielle, une nouvelle mission confiée à France Stratégie. – France Stratégie – Premier Ministre,16/10/17

Yann Le Cun ; « Aujourd’hui, Facebook est entièrement construit autour de l’intelligence artificielle » Entretien. – Le Monde, 03/10/17 – vidéo.

Environnement et numérique : opposition ou complémentarité. Le cas des « cleantechs »

logoCop21Apparus tous deux dans les années 1970, les enjeux de l’environnement et du numérique sont souvent associés dans les ruptures sociétales du 21e siècle (les premiers ‘geeks’ étaient souvent écolos), mais aussi opposés en raison de l’énorme consommation énergétique et des pollutions provoquées par l’usage des technologies de l’information et de la communication. L’empreinte écologique d’internet et des dispositifs numériques a notamment été interrogée et suspectée de participer au dérèglement climatique. Un certain nombre d’associations ont tiré le signal d’alarme et on assiste depuis quelque temps à des propositions de solutions ‘propres’ et responsables aussi bien de la part de grandes sociétés que de jeunes pousses, les ‘cleantechs’.

L’empreinte écologique : la consommation énergétique du numérique

L’internet pèserait 300 millions de tonnes de CO2 par an d’après le site Ecolo Info. Quant aux data centers, ils représenteraient à eux seuls près de 3% des 10% de l’électricité mondiale consommée par l’écosystème numérique d’après le blog de Completel. Comme l’a rappelé Axelle Lemaire lors de sa présentation des cleantechs ambassadrices à la COP21 le 30 novembre, les seuls mails du Ministère (Bercy) consomment l’équivalent de 14 allers-retours Paris-New-York !

On pourrait multiplier les chiffres, cela n’épuiserait pas le sujet …. C’est ce qu’explique Hubert Guillaud dans son dernier post : si la consommation énergétique d’internet s’est sensiblement réduite depuis quelques années, l’augmentation des utilisateurs du réseau et surtout la consommation croissante d’énergie par chacun (multiplication des appareils mobiles, même s’ils consomment moins que les fixes) augmente la consommation énergétique globale, surtout en raison de la consommation de données distantes et particulièrement de vidéos.

Ce qu’il faudrait c’est une « limitation de vitesse » sur internet comme sur l’autoroute … Le réseau des réseaux serait peut-être un peu moins performant mais plus durable dans une économie décarbonnée ! Si les géants du Net (Apple, Facebook, Google) font des efforts pour utiliser des énergies renouvelables dans leurs data centers, comme le reconnaît Greenpeace, cité par Guillaume Serries dans son article sur ZDNet, Microsoft est obligé d’admettre, en revanche, que « sa neutralité carbone », réalisée depuis 2012, est remise en question par la croissance des services de cloud …empreinte-ecologique-avenir-investir

Ces grandes infrastructures (data centers, cloud) ne sont pas les seules en cause dans la surconsommation d’énergie : tous les appareils en mode ‘veille’ sont également impliqués. En outre, de plus en plus d’équipements domestiques et industriels doivent rester en permanence en fonctionnement : ordinateurs de bureau, serveurs, routeurs, caméras de surveillance …

L’empreinte écologique : les pollutions chimique et électronique

Notre communication quotidienne ne pourrait pas se réaliser sans le concours de matériaux toxiques indispensables (jusqu’à présent) à la fabrication des appareils mobiles, notamment pour les batteries : les ‘terres rares’ ou lanthanides. Comme le souligne l’article de Géo : « l’extraction et le traitement des terres rares polluent et produisent des déchets toxiques ». Et évidemment, cette extraction se passe souvent dans les pays du Sud et dans des conditions souvent indignes : « en Mongolie intérieure, la radioactivité mesurée dans les villages près de la mine de Baotou serait 32 fois supérieure à la normale (contre 14 fois à Tchernobyl) » !

Une solution serait le recyclage des déchets électroniques pour répondre à la demande croissante de terres rares. Mais là aussi, ce n’est pas toujours le comportement responsable qui prévaut dans cette industrie. Le recyclage des ‘Déchets d’équipements électriques et électroniques’ ou D3E est très contrôlé et encadré en France et en Europe, comme l’explique la FAQ de Future Arte, mais il existe un trafic international d’exportations illégales de déchets électroniques où les conditions de travail et d’exploitation de matériaux échappent à toute réglementation … !

Un peu plus controversé, l’effet nocif des ondes électromagnétiques. Des cas de personnes électrohypersensibles ont été reconnus, dus à l’intolérance aux ondes électromagnétiques provenant des équipements de téléphonie mobile dans l’environnement. Même si l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’environnement française (ANSES) estime que les données scientifiques ne montrent pas d’’effet avéré’ des ondes sur la santé, elle préconise néanmoins un certain nombre de précautions aux personnes hypersensibles, les effets à long terme étant encore inconnus (article de TVinfo). En revanche, les associations comme EHS-MCS préconisent une totale isolation du système numérique aux personnes électrohypersensibles !

Le numérique au secours des dérèglements climatiques : désinvestissement des énergies fossiles et investissement dans l’économie décarbonnéecampaign_di_0

Tous les jours, de grandes entreprises, des institutions et des collectivités locales abandonnent les énergies fossiles pour investir dans l’énergie propre. Lors de la présentation Cleantech, Pascal Canfin évoque $ 500 milliards d’investissement public et privé dans des projets qui contribuent à la décarbonisation de l’économie.

De grands patrons de multinationales dont plusieurs du secteur numérique (Bill Gates de Microsoft, Jeff Bezos d’Amazon, Marc Zuckerberg de Facebook, Xavier Niel de Free, Jack Ma d’Alibaba, etc.) ont fondé l’initiative « Breakthrough energy coalition » qui a pour objectif est d’investir dans les technologies d’énergie propre en misant sur les entreprises émergentes.

Ces initiatives sont révélatrices de l’émergence d’une disruption dans l’industrie et l’économie mondiale. Pascal Canfin a comparé la situation actuelle à celle de l’Europe à la veille de la Première guerre mondiale : dans les années 1900, Paris était envahi par le crottin de cheval qui représentait une véritable pollution à l’époque … Le développement de l’automobile pendant la guerre de 14 a fait disparaître ce problème (tout en créant un autre). Pour parvenir à une économie décarbonnée, neutre en carbone en 2060, il n’y a pas d’autre moyen que la jonction de l’économie verte et de l’économie numérique. En 2006, Nicolas Stern, chef du service économique britannique, a présenté dans un rapport indépendant (Stern Review) le caractère inéluctable du changement climatique et analysé ses coûts et conséquences sur la croissance et le développement. Cet économiste, qui est à présent le vice-président de la Banque Mondiale, a démontré que si on n’apportait pas de solutions durables à ce problème, le changement climatique risquait de coûter plus cher à l’économie mondiale … !

La COP21 représente une partie de ce défi (politique mondiale), mais il faut aussi que des entrepreneurs le relèvent aussi. L’économie contemporaine finance encore trop de projets avec l’énergie fossile …

L’innovation au service du climat : la recherche-développement des ‘cleantechs’

climate-solutions-idea-bulb-lead-972x514Comme l’a souligné Axelle Lemaire, il y a urgence à apporter des solutions par l’innovation. C’est pourquoi la French Tech se met au vert. Le numérique est devenu une transition nécessaire dans la transition écologique.

Des géants industriels aussi bien que des universités et des centres de recherche ont fait le pari de l’innovation en soutenant des jeunes pousses.

Au côté de grands groupes, les organismes de recherche participent à une exposition au Grand Palais pour présenter au public l’action des scientifiques sur la question climatique à l’occasion de la COP21. Les chercheurs partagent leurs connaissances avec les visiteurs et présentent des solutions pour lutter et s’adapter au changement climatique. L’INRIA, représentant la recherche en informatique et automatique, est partie prenante de plusieurs projets (énergie alternative, recyclage des déchets, transport, ville intelligente).

Au niveau des entreprises innovantes, les start-ups ‘greentech’ ont l’avantage d’être agiles et participatives. Sur les 21 start-ups sélectionnées pour être les ambassadrices à la COP21, 13 ont été choisies par le public. Le contenu des solutions numériques est aussi transversal et transdisciplinaire. Certaines solutions permettent le suivi précis et prédictif des consommations d’énergie. L’intelligence des mégadonnées permet de créer des ‘smart data’, notamment avec des objets connectés et de promouvoir de nouveaux usages, comme l’application Plume Labs. Créée par une équipe de jeunes ingénieurs pour démocratiser l’accès à l’information concernant la qualité de l’air urbain, cette start-up française permet aux utilisateurs de suivre, prédire et réduire leur exposition à la pollution de l’air !

Ces jeunes pousses s’appuient aussi bien sur la participation du public que sur un partenariat industriel public et privé. Ces initiatives ne sont qu’un premier pas dans un cercle vertueux qui devrait amener à une prochaine révolution industrielle. C’est le thème du Forum de l’OCDE qui doit se tenir à Paris les 14 et 15 décembre 2015.

nasa-climate-change-projection

 

HM Treasury – Cabinet Office. – Stern Review on the Economics of Climate Change. – The National Archives, [2006]. Pdf.

Rapport Stern : coût des changements climatiques.Réseau Action Climat France, 12/10/06

Manach, Jean-Marc. – Ecologie : le numérique fait partie de la solution, pas du problème. – InternetActu, 14/04/09

Livre ou Ipad ?Carbone 4, 2012 [Métro, 03/03/11]

La Porte, Xavier de. – Energie, pollution et internet. – InternetActu, 01/10/12

Flipo, Fabrice ; Dobré, Michèle ; Michot, Manon. – La face cachée du numérique : l’impact environnemental des nouvelles technologies. – Paris, L’Echappée, 2013

Weiler, Nolwlenn. – Cette empreinte écologique que les consommateurs ont bien du mal à voir.Bastamag, 20/01/14

Le numérique c’est plus écologique ? Kaizen, 22/04/14

Paris désinvestit des énergies fossiles. Maison de la Chimie, 1er Septembre 2015. – European Greens.

Redefining industrial revolution : OECD 2015 Green Growth and Sustainable Development Forum (14-15 December 2015, Paris). – OECD Insights, 07/11/15

21 start-ups des cleantechs ambassadrices de la French Tech à la COP21 : le concours du 12 au 27 novembre 2015/ Sous le haut patronage du Ministère de l’Economie, de l’industrie et du Numérique. – Dossier de presse pdf.

Serries, Guillaume. – COP21 : quid de l’impact des data centers ? ZDNet, 27/11/15

COP21 : La recherche se mobilise pour le climat. Solutions Cop21, Paris 2015. – Ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, 27/11/15

Breackthrough Energy coalition. – [28 November 2015]

Dolan, Kerry A. – Bill Gates, Mark Zuckerberg & more than 20 other billionaires launch coalition to invest in clean energy. – Forbes, 29/11/15

Jost, Clémence. – COP21 : nos pratiques numériques sont-elles écologiques ? Archimag, 30/11/15

Guillaud, Hubert. – Avons-nous besoin d’une vitesse limitée sur l’internet ?InternetActu, 01/12/15

.

Le « Meilleur des mondes » des GAFA : l’intelligence artificielle et les biotechnologies aux commandes des « Big companies » du Net

1cf44d7975e6c86cffa70cae95b5fbb2-2Les GAFA (Google Apple Facebook Amazon) – que l’on devrait désormais appeler AAFA, Google, le moteur de recherche historique n’étant plus qu’un département de l’entité Alphabet qui couvre plusieurs champs de recherche – misent de plus en plus sur l’intelligence artificielle et les sciences et technologies de la santé dans leur course à l’hégémonie sur la toile …

Si XLab, labo de recherche  de Google a déjà lancé la Google Car (voiture autonome) et les Google Glasses (lunettes de réalité augmentée), d’après 01Net « M », l’assistant personnel de Facebook nous promet de trouver le cadeau idéal pour nos ‘amis’ en utilisant les millions de données personnelles que le réseau social recueille (à leur insu souvent …) sur le web. Avec un milliard d’utilisateurs, c’est un jeu d’enfant !

Mais, qu’il s’agisse de mégadonnées (big data) ou d’intelligence artificielle, on reste encore dans l’informatique, or les Géants du net ont voulu se diversifier dans un domaine qui va prendre de plus en plus d’importance au 21e siècle : la santé et les biotechnologies. C’est Bill Gates, l’ancien patron de Microsoft qui s’est lancé le premier avec sa fondation contre le paludisme.

Comme l’explique Olivier Ertzscheid dans Rue 89, Le Web 4.0 sera celui du génome : on est passé du web 1.0 qui a permis d’indexer des documents et de les rechercher (moteurs de recherche) au web 2.0, le web social qui recense les profils sur les réseaux sociaux ; avec le web 3.0 on passe aux objets connectés et au World Wide Wear « où le corps devient une interface comme les autres ». Après cela, après les plateformes de l’’économie du partage’ qui concurrencent de plus en plus de secteurs traditionnels, que reste-il à indexer ? L’ADN. C’est ce champ que les big companies vont investir pour créer le « web généticiel ». Olivier Ertzschied cite une étude du MIT l’Internet de l’ADN « dont l’objectif est de documenter chaque variation de chaque gène humain et de déterminer quelles sont les conséquences de ces différences ». Il évoque ainsi la possibilité « de structurer une économie de ‘servicialisation’ du vivant ». Dans cette bio-économie, Google est, bien sûr, très présent. Mais pour le moment, en dehors des délires transhumanistes du gourou Ray Kurtzweil, fondateur de la Singularity University, dont le modeste objectif est de « vaincre la mort », la société de biotech Calico du groupe Alphabet, pose ses jalons. Elle vient de s’allier avec les laboratoires français SANOFI pour travailler sur le traitement du diabète ; la société de biotechnologie avait déjà réalisé un partenariat avec la firme de santé Dexcom sur des minuscules capteurs permettant de mesurer le taux de glucose dans le sang et Google X avec Novartis pour des lentilles de contact connectées pour le même objectif, mais là à partir des larmes … !090422165949

Les autres grands acteurs du net s’investissent aussi dans d’autres secteurs comme les plateformes de services ou les objets connectés. « Amazon Home Services » connecte l’internaute à des professionnels de services à domicile, du plombier au professeur de yoga comme l’indique Charlotte Volta dans un post de l’Atelier, tandis que le Pentagone s’allie à Apple pour créer des objets connectés militaires (article du Monde Informatique).
Google se retrouve évidemment dans ce genre de plateformes, la société prévoit même de lancer sa propre place de marché permettant de connecter les internautes avec les fournisseurs de services directement, à partir de la page de résultats ! Quant aux TICE et à l’éducation en ligne, Google a déjà sa plateforme, cf post de Frédéric Lardinois sur Techcrunch, et propose son école en ligne devançant toutes les réformes des éducations nationales ! Toujours au niveau de l’éducation, Amazon fournit désormais les manuels scolaires aux écoles de New York pour une période de trois ans. Mais, comme le souligne l’article d’Actualitté, les e-books comportent des DRM qui les rendent impossibles à utiliser pour les malvoyants …

Mais les géants du Net ne sont pas tous américains … Alibaba, la star montante chinoise investit aussi dans l’intelligence artificielle pour traiter les big data. C’est ce qu’explique Guillaume Périssat dans l’Informaticien : la société « vient d’ouvrir une plateforme cloud dédiée à l’analyse de grands volumes de données, mêlant deep learning, machine learning et analyse prédictive avec une puissance de calcul inégalée et une ergonomie à toute épreuve ».000010180_imageArticlePrincipaleLarge

Devant toutes ces initiatives, notamment dans les secteurs de la santé et de l’éducation, on peut se poser la question : quid des États et des institutions internationales ? Or, comme le souligne le chirurgien Laurent Alexandre, cité par Hervé le Crosnier, invité des Matins d’été sur France Culture « Google et les autres géants du net sont plus puissants que les Etats. Quel Etat peut investir un milliard de dollars dans la recherche ? Pourtant, il est de la responsabilité du politique d’investir dans les nouvelles technologies ». Or comme rappelle Hervé le Crosnier, « un milliard c’est ce que Google doit au fisc français … ». Ces activités donnent un pouvoir énorme à ces entreprises : les algorithmes mis en œuvre permettent de comprendre beaucoup de choses à partir des données personnelles et à agir. Grâce à l’intelligence artificielle et au ‘deep learning’, ils peuvent non seulement classifier et interpréter les données recueillies, mais aussi analyser les émotions (ex : reconnaissance faciale des photos dans Facebook) et ainsi définir les « besoins » des utilisateurs. Des chercheurs de Cambridge assurent dans une étude pouvoir déduire l’âge, le genre, la religion et l’opinion politique des utilisateurs à partir des seuls « like » du réseau social … !

D’autre part, lorsque l’ont fait une recherche sur Google, le ‘Page rank’, l’algorithme du moteur de recherche, va sélectionner sur l’ensemble des résultats ceux qui correspondent le plus à l’utilisateur : à partir des recherches précédentes mais aussi de la géolocalisation (programmes du cinéma d’à côté, par ex.). Cet algorithme représente le modèle que Google se fait de ce que nous sommes. On arrive ici à la limite de la personnalisation.

Comme l’exprime Henri Verdier dans son blog, « C’est le réel lui-même qui est retranscrit en données, qui est analysé à un nouveau niveau de granularité ». Le ‘quantified self’, ce ‘moi quantifié’ peut traduire, à travers les mesures des objets connectés de bien-être (bracelets, vêtements), soit « un désir de maitrise de son propre destin, de connaissance de soi, soit une menace sur la vie privée […] la pénétration de l’empire du management dans la sphère la plus intime du corps ».

Comme le rappelle Sophie Coisne, rédactrice en chef de La Recherche, la médecine personnalisée, si elle peut apporter des réponses appropriées dans des cas très précis, peut aussi représenter un grand danger, par exemple dans le cas des médicaments adaptés à chacun, car on n’a plus aucun contrôle sur les données … Cela implique des protocoles de recherche qui coûtent des millions, un pur fantasme !

Il faut réfléchir à la question : « Qui fixe les buts ? La machine ou les humains ? » « Deviendrons-nous les ‘entrepreneurs’ de nos données, ou serons-nous progressivement enserrés dans des étaux, asservis voire ‘marchandisés’ » (Henri Verdier) ?

Il existe néanmoins des projets institutionnels dans ces technologies de pointe. L’Union européenne, à travers son programme H2020 présente 17 projets de robotique (robots industriels, bras articulés, humanoïdes de compagnie) impliquant de l’intelligence artificielle et des éléments de cognitique.

Il en est de même en France dans le cadre du Commissariat général à la Stratégie et à la Prospective qui a produit l’étude « La dynamique d’internet : Prospective 2030 ».

A la différence de ceux des Gafa, ces projets prennent en compte les contraintes juridiques liées aux données personnelles, du moins on peut l’espérer …

objets-connectes

France ; Premier Ministre ; Commissariat général à la stratégie et à la prospective. – La dynamique d’internet : Prospective 2030. – Études n°1, 2013. via Slideshare.

L’intelligence artificielle, le nouveau dada de Google. – ITespresso, 24/10/14

Bazin, Amélie ; Pacary, Jade ; Jean, Camille. – La lovotique : vers des machines reconnaissant les émotions ?Culturenum, 03/12/14 (U. de Caen – notes de synthèses par les étudiant(e)s).

Regalado, Antonio. – Internet of DNA. – MIT Technology Review, 2015.

European Commission ; CORDIS. – Robotics gets celebrated with 17 new projects under H2020.Cordis.europa, 27/01/15

Intelligence artificielle : jusqu’où iront les réseaux sociaux ?La Recherche, avril 2015

Voltat, Charlotte. – Quand les géants du Net s’attaquent à l’industrie du service.L’Atelier, 30/04/15

Ertzscheid, Olivier. – Le web 4.0 sera celui du génome, et il y a de quoi flipper. – Rue 89-L’Obs, 07/03/15

Belfort, Guillaume. – Google signe avec Novartis pour des lentilles de contact connectées. – Clubic, 15/07/15

Intelligence artificielle, transhumanisme : quel futur les GAFA nous préparent-ils ? – Avec Sophie Coisne et Hervé Le Crosnier. – Les matins d’été – France Culture, 19/08/15

Lardinois, Frédéric. – Google classroom gets an update ahead of new school year. – Techcrunch, 24/08/15

Périssat, Guillaume. – Alibaba lance une offre de service en intelligence artificielle destinée au Big Data. – L’informaticien, 25/08/15

Gary, Nicolas. – New-York signe avec Amazon, aveugle aux problème de lecture ? - Actualitté, 27/08/15

Facebook annonce « M », un assistant personnel intégré à la messagerie.01Net, 28/08/15

Filippone, Dominique. – Le Pentagone s’allie avec Apple pour créer des objets connectés militaires.Le Monde informatique, 28/08/15

Le Quantified self, pivot de la révolution des données. – Henri Verdier Blog, 30/08/15

Dove, Jackie. – Google Life Sciences teams up withe Sanofi to,take down diabetes. – The Next Web, 01/09/15

Fredouelle, Aude. – Quels sont les projets connus de Google X ?Journal du Net, 02/09/15


Travail et numérique : un nouveau paradigme ? – 2. L’entreprise et l’organisation en question

1370941087_generation_yLe numérique n’apporte pas seulement des transformations techniques sur le lieu de travail, comme on l’a vu avec l’automatisation croissante dans le post précédent, c’est toute l’organisation du travail et l’emploi qui sont remis en question.

La structure pyramidale de l’entreprise d’abord, avec son fonctionnement ‘top-down’, ne pourra pas tenir longtemps face à l’émergence de la dimension horizontale d’internet. A l’ère de la communication ‘tout azimut’ sur les réseaux sociaux, il serait difficile de ne pas prendre en compte le point de vue des salariés … Cela pourrait d’ailleurs être un des facteurs de réussite des réseaux sociaux d’entreprises (RSE) : Facebook travaille à mettre au point une version pour l’entreprise de son célèbre réseau … Et les grandes entreprises françaises ont pris la mesure de l’importance de la dimension collaborative au travail : voir à ce sujet le rapport d’octobre 2014 du groupe de travail du CIGREF  « Aujourd’hui dans les entreprises, les formes de management changent sous l’impulsion des transformations numériques qui s’opèrent. Les logiques d’efficacité opérationnelles nécessitent de s’appuyer sur les femmes et les hommes de l’entreprise ainsi que les réseaux formels et informels qu’ils constituent. L’entreprise espère ainsi fluidifier et accélérer les flux d’information, favoriser, partager les bonnes pratiques et faire émerger des idées nouvelles ».

Les « Géants du web », comme Google ou Microsoft ont aussi compris qu’il fallait laisser une certaine liberté à leurs salariés pour leur permettre de développer leur créativité. La firme de Mountain View accorde 20% de leur temps de travail à ses employés pour développer leur propre projet ; c’est grâce à cela que nous bénéficions d’applications comme Gmail, Google Maps ou d’un logiciel de numérisation de livres … formationnumerique2

L’emploi stable et permanent est en passe d’être dépassé : exit le CDI, place à l’intermittence généralisée … ! Mais avec un revenu de base pour survivre comme le souligne Xavier de la Porte, citant Thierry Crouzet dans InternetActu. Avec la croissance de la précarité, le salariat qui représente depuis deux siècles le modèle du rapport au travail, devrait peu à peu disparaître au profit d’autres formes de rapports à l’emploi. C’est aussi ce qu’explique Bernard Stiegler dans une interview sur We demain : le modèle salarial keynésien implique « de redistribuer via les salaires, une partie des gains de productivité réalisés grâce à la technologie, et constituer ainsi du pouvoir d’achat ». C’est sur ce paradigme que reposait l’Etat providence fondé sur la croissance. Mais ce modèle est sous perfusion depuis la crise de 2008 … ! C’est pourquoi il faudrait penser à une nouvelle redistribution, à un nouveau paradigme.

Si les technologies de l’information peuvent générer de nouvelles contraintes et multiplier les aspects négatifs dans l’organisation du travail (intensification du travail, morcellement de tâches, externalisation, contrôle  et surveillance accrue des salariés, sans oublier les troubles psycho-sociaux), comme le souligne Amandine Brugière dans InternetActu, elles permettent aussi une personnalisation du travail, une autre articulation entre travail et vie personnelle.

L’atelier Digiwork (Fing) a imaginé 8 scénarios pour le travail à l’ère numérique, avec pour chacun, des tendances contradictoires :

–          « numérique libéral » : précarité, chômage, outsourcing, CDD, augmentation du temps de travail, digital labor (exploitation des internautes), désengagement de la ‘génération Y’, surveillance ….

–          Le modèle ‘autonome’ : collaboration, auto-entrepreneur, porosité entre temps de travail et temps personnel, mode projet, modèle contributif, marchand ou non.

La multiplication des plateformes web peut aussi bien amener une nouvelle forme d’exploitation au service des consommateurs comme les services Uber (taxis) ou AirBn’B (chambres) que de la participation contributive à but non-marchand. Ces services s’accompagnent de collectifs de travail, impliquant des réseaux physiques et numériques, qui dépassent les limites physiques et organisationnels de l’entreprise ou de l’administration. Ces nouveaux organigrammes reposent sur le principe du « BYON » (Bring Your Own Network).

labo Ethique numerique_logoLes adeptes du télétravail peuvent se retrouver aussi dans des lieux bien matériels, les espaces de co-working. Là aussi, l’unité de lieu et de temps dans l’entreprise se dilue et se multiplie au rythme de ces nouveaux modes d’organisation. Le lieu de travail devient aussi « entreprise apprenante », grâce à la » formation de pair à pair ». Le management aussi se renouvelle dans « l’entreprise agile », il fonctionne principalement en mode projet, distribué de pair à pair : le fameux « scrumisme ».

Les jeunes aujourd’hui sont assez réalistes sur ce que l’avenir leur réserve au niveau professionnel, ils sont bien conscients que le numérique risque de détruire de nombreux emplois, mais d’autre part, ils accueillent assez positivement les innovations de l’entreprise. C’est ce que souligne le post de Tommy Pouilly dans Regards sur le numérique.

En bouleversant l’organisation du travail, le numérique implique toute la société, et ce aussi bien au niveau technologique et économique qu’en matière de transmission des savoirs. Dans l’entreprise ‘connectée’, comme l’explique Elsa Bastien dans Digital Society Forum (Orange) « les jeunes comme les aînés ont des choses à apporter et à s’apporter : à la nouvelle génération la transmission de la culture numérique et ses nouvelles « manières de faire » et à la génération en place le transfert de ce que l’on apprend sur le temps long, la connaissance du métier et de l’entreprise. ».

Pour aller plus loin

Pouilly, Tommy. – Les « sans bureau fixe » à la conquête du mieux-vivre en ville. – Regards sur le numérique, 16/10/13

Bys, Christophe. – « La notion de temps de travail n’a plus de sens dans de nombreux métiers » explique Henri Isaac. - Usine Digitale, 25/10/13

Kaplan, Daniel. – Travailler autrement ? Mutations des lieux et des temps du travail. – Digiwork – La FING, 18/04/14

Comment travaillerons-nous demain ?  – Regards sur le numérique, 03/06/14

Bastin, Côme. - Bernard Stiegler : « L’emploi salarié devient minoritaire ». – We Demain, 13/06/14

Boboc, Anca ; Taboy, Thierry. – Numérique et transformations du monde du travail : vers de nouveaux équilibres. – Digital Society Forum, 06/14

Brugière, Amandine. - La métamorphose du travail. – InternetActu, 27/06/14

Les réseaux sociaux d’entreprise. – Cigref, octobre 2014 (pdf)

Leclerc, François. – Huit scénarios extrêmes pour imaginer comment nous travaillerons demain. – La Tribune, 17/10/14

Sussan, Rémi. – L’avenir du bureau. – InternetActu, 30/10/14

Guillaud, Hubert. – Le bonheur au travail ? Sérieux ! - InternetActu, 03/11/14

Pouilly, Tommy. – Recruteurs du futur cherchent jeunes hors du système. – Regards sur le numérique, 26/11/14

 

Travail et numérique : un nouveau paradigme ? 1 – Les avancées robotiques

NaoDes messages contradictoires parviennent pour définir l’évolution  du travail à l’ère numérique. D’une part, le numérique est considéré comme le secteur d’avenir, avec à la clé des dizaines de milliers d’emplois, comme le prévoit le Plan Big Data ; d’autre part, l’automatisation croissante de nombreux secteurs risque de détruire des millions d’emplois si l’on en croit l’étude de Roland Berger, citée par RSLN.

Mais, plus profondément, c’est la structure même du travail et de l’emploi qui est remise en question avec l’introduction des technologies de l’information dans l’entreprise. Certains s’interrogent déjà sur la survie de l’entreprise, notamment en raison de la disparition des coûts de transaction : c’est ce qui ressort dans la synthèse réalisée par l’Atelier de l’emploi du Livre blanc de l’Aspen Institute   « The future of work 2 : comment la technologie transforme le travail ».  La structure verticale, fondée sur la hiérarchie des entreprises traditionnelles va être de plus en plus remplacée par l’horizontalisation et la décentralisation des organisations.

Aujourd’hui, nous examinerons uniquement l’impact des avancées du numérique et de la robotique sur le marché du travail.

Les progrès en intelligence artificielle et en robotique

Malgré quelques annonces fracassantes depuis une trentaine d’années, l’intelligence artificielle (IA) n’avait pas vraiment effectué d’avancées significatives et la robotique était cantonnée à certains secteurs industriels et restait encore très coûteuse ….

Mais il semblerait que ces deux activités de pointe, très liées par ailleurs, aient réalisé récemment un bond qualitatif permettant désormais de les prendre en compte dans l’avenir du marché du travail !

Alors, menaces ou opportunités ? C’est ce qu’analyse le PewResearch Internet Project dans une enquête auprès de 1896 experts. A la question « Quel va être l’impact des avancées de la robotique et de l’IA à l’horizon 2025 ? », une petite moitié (48%) a une réponse pessimiste : les robots et les agents intelligents vont peu à peu remplacer un grand nombre de travailleurs, aussi bien des ouvriers et des employés que des cadres, provoquant de grandes inégalités et du désordre social. Les autres experts (52%) prévoit en revanche que ces technologies ne vont pas remplacer plus d’emplois que ceux qu’ils vont créer d’ici 2025 ! Ils font confiance à l’inventivité humaine pour créer de nouveaux emplois, de nouveaux secteurs d’activité, de nouvelles façons de gagner sa vie, comme cela s’était passé à l’aube de la Révolution industrielle …. !

Mais tous les prospectivistes ne sont pas aussi optimistes ! Dans son étude, Roland Berger prévoit que 20% des tâches seront automatisées d’ici à 2025, les robots mettant au chômage 3 Millions de personnes ! Céline Deluzarche recense dans Le Journal du Net les 25 métiers bientôt remplacés par des robots … Et là encore, cela ne concerne pas uniquement les tâches répétitives des métiers manuels, mais des professions comme pilote d’avion, gardien de prison, pompier, agriculteur ou psychologue !! C’est pourquoi Bill Gates préconise dans une interview à l ‘American Institute Entreprise de taxer plutôt le capital et la consommation que le travail salarié ….

Le numérique, pourvoyeur d’emplois ?Fotolia_6549225_S-350X220

Quant au numérique, ce secteur ne produirait pas autant d’emplois qu’il en détruit … ;-( L’étude de Roland Berger compare par exemple, le nombre de postes créés par Instagram au moment de son rachat par Facebook (13) au nombre de salariés chez Kodak à son apogée (140 000) … !  Dans leur étude (U. d’Oxford, 2013) sur l’avenir de l’emploi et l’automatisation, Carl Frey et Michael Osborne estiment que 47% des emplois américains sont menacés ! Mais ils font aussi remarquer que ce dilemme s’est déjà posé dans l’histoire du marché du travail au siècle passé et que de nouvelles activités sont venues remplacer les emplois détruits par les différentes innovations : industries après  agriculture, services plutôt qu’industries, etc.

C’est dans cette perspective, avec l’idée que la plupart des métiers de demain n’ont pas encore été inventés, que le « Plan Big Data », un des 34 plans de reconquête industrielle lancé par le gouvernement en octobre 2013, vise à positionner la France parmi les leaders mondiaux dans ce nouveau secteur. Il prévoit un marché de 9 milliards d’euros à l’horizon 2020 et 130 000 emplois dont 80 000 créations ! La Commission européenne, prévoit, au niveau de l’UE,  900 000 postes à pourvoir en 2015. Mais cela implique des formations en masse de ‘data scientists’, sans parler des juristes et autres spécialistes de manipulations et trafics de données à prévoir avec la CNIL pour protéger les données personnelles.

Ces prévisions sont cependant toujours projetées dans un marché du travail et un écosystème économique semblables à ceux que nous connaissons. Or, de nombreuses tendances indiquent qu’ils sont en pleine mutation et que les organisations du travail actuelles (entreprises verticales, salariat) sont en voie de disparition …

Dans un prochain post, nous examinerons les alternatives à ce modèle économique et aux nouvelles façons de travailler (et de vivre !) que nous prépare l’avenir ! robots-option-binaire

The Future of Work II : comment la technologie transforme le travail ? par l’Atelier de l’Emploi. – ManPower Group, 10/05/11

Frey, Carl Benedict ; Osborne, Michael A. – The Future of Employment :How jobs are susceptible of computerisation ? - Oxford University, Sept. 2013

Guillaud, Hubert. - Comment travaillerons-nous ? - InternetActu, 18/02/14

Bill Gates says robots and automation will take jobs. – Next Big Future, 28/05/14

Comment travaillerons-nous demain ?Regards sur le Numérique, 03/06/14

Biseul, Xavier. – Le Plan BigData vise à créer 80 000 emplois d’ici à 2020. – 01Net, 03/07/14

Fumard, Camille. – Les métiers du numérique meilleur vivier pour lutter contre le chômage. – Regards sur le Numérique, 29/07/14

Robotisation du travail : jusqu’où l’Homme est-il prêt à « s’augmenter » sans perdre son emploi ? – Regards sur le Numérique, 30/07/14

Smith, Aaron ; Anderson, Janna. – AI, Robotics and the Future of Jobs. – PewResearch Internet Project, 06/08/14

Les classes moyennes face à la transformation digitale. - Roland Berger, 27/10/14

Trujillo, Elsa. – Les robots pourraient détruire 3 Millions d’emplois en France d’ici 2025. – Regards sur le Numérique, 28/10/14

Barbaux, Aurélie. – Les algorithmes vont-ils remplacer les fonctionnaires ? – Usine digitale, 06/11/14

 

L’exploitation des données : un secteur très prometteur ….

« Quand je serai grand, je ferai du commerce de données personnelles ! » Cette remarque ironique exprimée dans l’émission néanmoins sérieuse de France 5 sur le numérique, le « Vinvinteur« , résume assez bien l’importance que prennent ces nouvelles ressources.

Les données, personnelles ou publiques, sont devenues le nouvel « or noir » du 21e siècle ! Celles que l’on appelle le « Big data » sont maintenant extraites en très grande quantités dans les flux des réseaux sociaux et des très nombreuses communications qui s’échangent sur la Toile.

Comme le souligne Michel Vajou dans la dernière Dépêche du GFII, IBM, grâce à son dernier outil, le Social Media Analytics va pouvoir analyser et synthétiser de très gros volumes de données issues des réseaux sociaux. Contrairement à ce qui se passait précédemment, ces données ne sont pas « propriétaires », elles n’appartiennent pas à des entreprises qui les auraient consolidées et structurées dans des entrepôts, ce sont des données ouvertes, transitant par des réseaux ouverts.
Grâce à ce service, les grandes marques de consommation pourront connaître les avis et les réactions (‘sentiment analysis’) des consommateurs sur leurs produits.

Mais les données ne se trouvent pas seulement sur les réseaux sociaux. On les détecte aussi à partir des objets qui nous entourent, à commencer par le smartphone, notre ‘double’ numérique, si l’on en croit Dominique Boullier et son projet Habitele.
Dans le cadre d’une recherche globale sur ‘smartphone et vie privée’, la CNIL s’est associée à l’INRIA avec le projet « Mobilitis ». Celui-ci consiste à analyser en profondeur les données personnelles enregistrées, stockées et diffusées par le smartphone. En constituant une expérience ‘in vivo’ sur un nombre limité de personnes (6 iPhones) et d’applications (géolocalisation, photos, carnet d’adresses et identifiants téléphone), les chercheurs comptent pouvoir répondre à un certain nombre de questions vitales pour la vie privée des utilisateurs : qui accède à l’identifiant unique de l’appareil, à la localisation, au carnet d’adresse, etc.
De nombreuses applications récupèrent, par exemple, l’identifiant unique Apple du téléphone (UDID), qui ne peut pas être modifié par l’utilisateur. Apple a annoncé que cette situation va bientôt être modifiée, mais en attendant de nombreux acteeurs (développeurs d’applis) sont destinataires de ces données, invisibles pour l’utilisateur …!
La CNIL souhaite développer l’accompagnement de ces acteurs pour qu’ils intègrent les problématiques « Informatique et Libertés » dans une démarche « Privacy by Design ».

Mais le smartphone n’est pas le seul ‘mouchard’ de notre environnement numérique, bientôt d’autres objets rempliront cette fonction pour le plus grand bonheur de l’Intelligent Business’. Votre voiture pourra renseigner l’assureur sur vos habitudes de conduites, ou votre frigo intelligent déduira vos croyances religieuses à partir de vos habitudes alimentaires … Déjà nos liseuses nous trahissent ! Amazon prévient ses acheteurs de Kindle : outre les données pratiques (mémoire disponibles, historique des connexions, puissance du signal), le logiciel fournit aussi des informations sur le contenu numérique (la dernière page lue, les annotations, les signets, les passages surlignés, etc. .). Lire des e-book génère donc des informations pour les éditeurs et les distributeurs …! On pourra savoir quels lecteurs abandonnent un texte et lesquels finissent leurs livres … Et surtout les différentes formes de lecture par type de document (essai, fiction, poésie, etc.).

L’analyse des flux de Twitter a déjà permis de prédire le résultat d’élections de vedettes dans une émission de télé-réalité, style « Nouvelle Star » aux Etats-Unis. En recueillant des données très détaillées sur le comportement social des téléspectateurs sur Twitter pendant l’émission, des chercheurs de la Northeastern University de Boston ont démontré que l’élimination des concurrents pouvait être anticipée… Les données de géolocalisation ont semblé jouer un rôle non-négligent dans cette analyse, car on a pu déceler l’influence importante de l’origine géographique des participants sur le vote.

Une activité importante se dessine pour les années à venir dans l’exploitation de cette nouvelle ressource, notamment dans le secteur de la publicité ciblée et du commerce en ligne. Mais il ne faudrait pas que ces pratiques lèsent la source même de ces données : les personnes physiques : en fait vous, moi, n’importe qui un tant soit peu connecté aux outils et aux réseaux numériques !
D’où l’importance du combat pour la protection des données personnelles, aussi bien au niveau national, qu’européen et international.

Y-a-t-il une menace Internet ? Le gros t’chat avec Xavier de La Porte : entretien par Jean Marc Manach. – Le Vinvinteur, France 5, 18/05/13

Vajou, Michel . – Big Data : quand IBM décrypte les messages sur les réseaux sociaux. – La Dépêche du GFII, 22/05/13

Léonard, Clara. – Big Data : quand IBM décrypte les messages sur les réseaux sociaux. – ZDNet, 17/05/13

Guillaud, Hubert. – Big Data, la nouvelle étape de l’informatisation du monde. – InternetActu, 14/05/13

Pouilly, Denis. – L’internet des objets, le prochain chantier de la confidentialité des données. – Regards sur le numérique, 18/04/13

Voyage au cœur des smartphones et des applications mobiles avec la CNIL et Inria. – CNIL, 09/04/13

Lang, Daniel ; Pillet, Jean-Luc. – Menaces des TIC : données privées et comportement des utilisateurs. – Infosec – Université de Genève (Suisse).

Pépin, Guénaël. – La CNIL veut peser dans le débat européen sur la vie privée. – Le Monde, 23/04/13

Data : le nouvel or noir : dossier. – Inriality, 28/01/13

Alerte : notre vie privée bientôt détruite à Bruxelles. – La Quadrature du Net, 22/01/13

Habitele

Twitter data crunching the new crystal ball. – Science Blog, 30/08/12

Beuth, Marie-Catherine. – Lire des ebooks génère des données pour les éditeurs. – Étreintes digitales – Le Figaro, 02/07/12

Après le Conseil national du numérique, l’e-G8 : vers la privatisation du numérique ?

Cela avait commencé fin avril avec la création du Conseil National du Numérique : dans cette instance, censée conseiller le gouvernement sur le développement du numérique en France, on compte très peu de représentants de la société civile : ce sont essentiellement des chefs d’entreprises, représentants de multinationales des télécoms ou de l’édition (Orange, Bouygues, SFR, Alcatel, FNAC) ou grosses start-ups (DailyMotion, Illiad/Free, Meetic). Seul le « data-journaliste » d’Owni représente la presse en ligne.

Avec le e-G8, qui se tient actuellement à Paris (24-25 mai) Nicolas Sarkozy a voulu gravir un échelon : ce n’est plus seulement l’économie numérique française qui est invitée, mais les capitaines d’industrie de la Toile, les patrons de FaceBook, eBay, Google, Amazon se retrouvent dans ce Forum pour préparer le G8 de Deauville deux jours plus tard …
Là aussi, très peu de représentants de la société civile, exceptés Jimmy Wales (Wikipedia) et Lawrence Lessig (Creative Commons) qui défendent le libre accès, même la CNIL n’était pas invitée …;-(

La réaction ne s’est pas faite attendre : dès le premier jour des représentants de la société civile ont publié une déclaration sur la « Quadrature du Net » et ont aussitôt tenu leur propre conférence de presse au coeur du Forum …

Évidemment, pendant le Forum, deux visions se sont affrontées sur la question des droits de la propriété intellectuelle et de l’économie de la création sur internet … Les représentants de l’industrie culturelle sollicitent l’intervention des gouvernements si des accords volontaires n’étaient pas obtenus pour la protection de la propriété intellectuelle …. Cette vision de l' »internet responsable », régulé n’était pas du goût de John Perry Barlow, co-fondateur de l' »Electronic Frontier Foundation » …. Selon lui, il avait l’impression de ne pas venir de la même planète ! En tant qu’artiste, il n’a jamais vu les milliards de dollars, cités par les autres intervenants, générés par l’industrie de la création, même si les créateurs peuvent bien gagner leur vie sans toucher les dividendes de la propriété intellectuelle !

Droit d’auteur et internet : toujours des dissensions. Génération Nouvelles Technologies, 25/05/11

e-G8 : que faut-il en attendre ? par Philippe Leroy, ZDNet, 23/05/11

eG8 : la vie privée au programme des débats, mais sans la CNIL !. Numérama, 24/05/11

e-G8, le gros coup de colère de la société civile. Numérama, 25/05/11

«Forum eG8» : Les gouvernements et entreprises unis pour contrôler le Net. Quadrature du Net, 24/05/11

Grand retour des générations. La GenY d’un côté, la Gen4 lancée par Maurice Levy pour le eG8. Si, si ! Meilcourt, 23/05/11

Sarkozy expulse les libertés de son « internet civilisé » Bug Brother, 21/05/11

Blogs ou médias sociaux, que choisir ?

On a un peu vite enterré les blogs au profit des nouveaux acteurs de la toile que sont les médias sociaux. C’est ce qu’affirment Loïc Le Meur dans ses vidéos sur YouTube « Votre entreprise sur les médias sociaux » et aussi Julien Bonnel, qui le rapporte dans son post du 27 avril « Les blogs ne sont pas morts à l’ère des médias sociaux ». Il reprend les arguments de L. Le Meur (les blogs sont des points de rassemblement de communautés, ils permettent de développer beaucoup mieux une argumentation qu’avec les 140 caractères de Twitter ou les quelques lignes de FaceBook, le contenu d’un blog peut aussi se partager sur les réseaux sociaux) et en ajoute d’autres : le contenu d’un blog est beaucoup plus viral, il peut être archivé et est facilement accessible…
Mais il reconnait aussi les contraintes de rédaction et de temps qu’implique la tenue régulière d’un blog.
En fait, ce que souligne surtout Loïc Le Meur dans ses vidéos, c’est l’importance prise par les réseaux sociaux aujourd’hui. Pour une entreprise ou une institution, FaceBook, Twitter, YouTube ou Viadeo sont incontournables pour être présent sur la Toile. Toute organisation doit désormais penser sa communication en tenant compte de ces nouveaux médias. Blogs et réseaux sociaux ne s’opposent pas sur l’Internet, ils sont complémentaires.
C’est d’ailleurs grâce à la page FaceBook de Bibliobsession où j’ai trouvé ces informations que je vous communique sur ce blog ….;-)

Staypressed theme by Themocracy