Posts tagged: Management

Travail et numérique : un nouveau paradigme ? – 2. L’entreprise et l’organisation en question

1370941087_generation_yLe numérique n’apporte pas seulement des transformations techniques sur le lieu de travail, comme on l’a vu avec l’automatisation croissante dans le post précédent, c’est toute l’organisation du travail et l’emploi qui sont remis en question.

La structure pyramidale de l’entreprise d’abord, avec son fonctionnement ‘top-down’, ne pourra pas tenir longtemps face à l’émergence de la dimension horizontale d’internet. A l’ère de la communication ‘tout azimut’ sur les réseaux sociaux, il serait difficile de ne pas prendre en compte le point de vue des salariés … Cela pourrait d’ailleurs être un des facteurs de réussite des réseaux sociaux d’entreprises (RSE) : Facebook travaille à mettre au point une version pour l’entreprise de son célèbre réseau … Et les grandes entreprises françaises ont pris la mesure de l’importance de la dimension collaborative au travail : voir à ce sujet le rapport d’octobre 2014 du groupe de travail du CIGREF  « Aujourd’hui dans les entreprises, les formes de management changent sous l’impulsion des transformations numériques qui s’opèrent. Les logiques d’efficacité opérationnelles nécessitent de s’appuyer sur les femmes et les hommes de l’entreprise ainsi que les réseaux formels et informels qu’ils constituent. L’entreprise espère ainsi fluidifier et accélérer les flux d’information, favoriser, partager les bonnes pratiques et faire émerger des idées nouvelles ».

Les « Géants du web », comme Google ou Microsoft ont aussi compris qu’il fallait laisser une certaine liberté à leurs salariés pour leur permettre de développer leur créativité. La firme de Mountain View accorde 20% de leur temps de travail à ses employés pour développer leur propre projet ; c’est grâce à cela que nous bénéficions d’applications comme Gmail, Google Maps ou d’un logiciel de numérisation de livres … formationnumerique2

L’emploi stable et permanent est en passe d’être dépassé : exit le CDI, place à l’intermittence généralisée … ! Mais avec un revenu de base pour survivre comme le souligne Xavier de la Porte, citant Thierry Crouzet dans InternetActu. Avec la croissance de la précarité, le salariat qui représente depuis deux siècles le modèle du rapport au travail, devrait peu à peu disparaître au profit d’autres formes de rapports à l’emploi. C’est aussi ce qu’explique Bernard Stiegler dans une interview sur We demain : le modèle salarial keynésien implique « de redistribuer via les salaires, une partie des gains de productivité réalisés grâce à la technologie, et constituer ainsi du pouvoir d’achat ». C’est sur ce paradigme que reposait l’Etat providence fondé sur la croissance. Mais ce modèle est sous perfusion depuis la crise de 2008 … ! C’est pourquoi il faudrait penser à une nouvelle redistribution, à un nouveau paradigme.

Si les technologies de l’information peuvent générer de nouvelles contraintes et multiplier les aspects négatifs dans l’organisation du travail (intensification du travail, morcellement de tâches, externalisation, contrôle  et surveillance accrue des salariés, sans oublier les troubles psycho-sociaux), comme le souligne Amandine Brugière dans InternetActu, elles permettent aussi une personnalisation du travail, une autre articulation entre travail et vie personnelle.

L’atelier Digiwork (Fing) a imaginé 8 scénarios pour le travail à l’ère numérique, avec pour chacun, des tendances contradictoires :

–          « numérique libéral » : précarité, chômage, outsourcing, CDD, augmentation du temps de travail, digital labor (exploitation des internautes), désengagement de la ‘génération Y’, surveillance ….

–          Le modèle ‘autonome’ : collaboration, auto-entrepreneur, porosité entre temps de travail et temps personnel, mode projet, modèle contributif, marchand ou non.

La multiplication des plateformes web peut aussi bien amener une nouvelle forme d’exploitation au service des consommateurs comme les services Uber (taxis) ou AirBn’B (chambres) que de la participation contributive à but non-marchand. Ces services s’accompagnent de collectifs de travail, impliquant des réseaux physiques et numériques, qui dépassent les limites physiques et organisationnels de l’entreprise ou de l’administration. Ces nouveaux organigrammes reposent sur le principe du « BYON » (Bring Your Own Network).

labo Ethique numerique_logoLes adeptes du télétravail peuvent se retrouver aussi dans des lieux bien matériels, les espaces de co-working. Là aussi, l’unité de lieu et de temps dans l’entreprise se dilue et se multiplie au rythme de ces nouveaux modes d’organisation. Le lieu de travail devient aussi « entreprise apprenante », grâce à la » formation de pair à pair ». Le management aussi se renouvelle dans « l’entreprise agile », il fonctionne principalement en mode projet, distribué de pair à pair : le fameux « scrumisme ».

Les jeunes aujourd’hui sont assez réalistes sur ce que l’avenir leur réserve au niveau professionnel, ils sont bien conscients que le numérique risque de détruire de nombreux emplois, mais d’autre part, ils accueillent assez positivement les innovations de l’entreprise. C’est ce que souligne le post de Tommy Pouilly dans Regards sur le numérique.

En bouleversant l’organisation du travail, le numérique implique toute la société, et ce aussi bien au niveau technologique et économique qu’en matière de transmission des savoirs. Dans l’entreprise ‘connectée’, comme l’explique Elsa Bastien dans Digital Society Forum (Orange) « les jeunes comme les aînés ont des choses à apporter et à s’apporter : à la nouvelle génération la transmission de la culture numérique et ses nouvelles « manières de faire » et à la génération en place le transfert de ce que l’on apprend sur le temps long, la connaissance du métier et de l’entreprise. ».

Pour aller plus loin

Pouilly, Tommy. – Les « sans bureau fixe » à la conquête du mieux-vivre en ville. – Regards sur le numérique, 16/10/13

Bys, Christophe. – « La notion de temps de travail n’a plus de sens dans de nombreux métiers » explique Henri Isaac. - Usine Digitale, 25/10/13

Kaplan, Daniel. – Travailler autrement ? Mutations des lieux et des temps du travail. – Digiwork – La FING, 18/04/14

Comment travaillerons-nous demain ?  – Regards sur le numérique, 03/06/14

Bastin, Côme. - Bernard Stiegler : « L’emploi salarié devient minoritaire ». – We Demain, 13/06/14

Boboc, Anca ; Taboy, Thierry. – Numérique et transformations du monde du travail : vers de nouveaux équilibres. – Digital Society Forum, 06/14

Brugière, Amandine. - La métamorphose du travail. – InternetActu, 27/06/14

Les réseaux sociaux d’entreprise. – Cigref, octobre 2014 (pdf)

Leclerc, François. – Huit scénarios extrêmes pour imaginer comment nous travaillerons demain. – La Tribune, 17/10/14

Sussan, Rémi. – L’avenir du bureau. – InternetActu, 30/10/14

Guillaud, Hubert. – Le bonheur au travail ? Sérieux ! - InternetActu, 03/11/14

Pouilly, Tommy. – Recruteurs du futur cherchent jeunes hors du système. – Regards sur le numérique, 26/11/14

 

La gestion du temps … retrouvé

 » Mais nous n’avons pas le temps … ! » Cette antienne est reprise à la fin de chaque réunion…
Pas le temps, plus le temps … Et dire que les nouvelles technologies devaient nous en faire gagner, du temps !
Deux articles récents, « Media-activisme » de Franco Berardi dans Multitudes et le dernier post d’Hubert Guillaud dans InternetActu « La technique est-elle responsable de l’accélération du monde » se penchent sur ce problème que l’on retrouve aussi dans un des derniers ateliers de Questions Numériques (FING) « Un meilleur usage du temps ».

Les deux articles se réfèrent à l’œuvre du sociologue allemand Hartmut Rosa « Accélération : une critique sociale du temps », récemment mise à jour. Pour ce penseur, le diagnostic sociologique rejoint le diagnostic psychopathologique dans la perception moderne du temps avec un noyau commun de perturbation dans la relation au temps. Cela s’est traduit récemment par la classification de la procrastination (tendance à remettre systématiquement au lendemain des actions) en maladie … Cette pathologie, comme la dépression ou le ‘burn out’ proviendraient d’une modification des structures temporelles sociales : accroissement des vitesses et raccourcissement des horizons temporels. C’est ce que H. Rosa explique dans la synthèse parue dans « Les Cahiers du Rhizome » de Janvier 2012. Nous avons le sentiment que « tout ce qui dure, dure trop longtemps, consomme trop de temps et que nous devons courir plus vite, ne serait-ce que pour ‘tenir notre position’ ou rester au courant ».
Il distingue 3 dimensions dans cette accélération sociale :
– l ‘accélération technique : la vitesse de déplacement s’est multipliée par cent tandis que celle du traitement de l’information a été multipliée par 100 000 … ! C’est cette expérience qui est à l’origine du ‘rétrécissement de l’espace’
– l’accélération du changement social : le ‘rétrécissement permanent du présent’ qui nous déstabilise en ‘ringardisant’ de plus en plus vites toutes les innovations
– l’accélération des rythmes de vie qui nous pousse à faire plusieurs choses en même temps.
Entre le fast-food, le speed-dating et même le ‘power nap'(petite sieste réparatrice?), on n’arrête pas de faire du ‘mutitasking’ pour rentabiliser cette ressource au maximum !
Or toutes ces accélérations se heurtent à des limites naturelles, biologiques : celles de la terre, de l’écosystème global, de notre corps et de notre cerveau … qui peinent à digérer et à filtrer les pollutions physiques et informationnelles.. ! Comme le fait remarquer Franco Berardi « l’accélération du flux d’information produit un double effet sur la psycho-sphère de la société. Le premier est un temps d’attention réduit du fait de l’intensification des stimuli : plus l’info-stimulus est rapide, moins de temps d’attention et d’élaboration consciente est laissé au spectateur. […] Le second effet est une conformation résultant de la réaction au stimulus. Plus l’info-stimulation est rapide, moins nous avons de temps pour en extraire de la signification, par conséquent plus nous sommes obligés de réagir de façon automatique. ». On est loin des effets bénéfiques de la révolution numérique !

Dans ce contexte, le ralentissement et le freinage ne sont que des ‘effets collatéraux’ comme les embouteillages … On arrive à ce paradoxe où la vitesse de circulation baisse dans les agglomération en raison de l’accroissement de la circulation …. Voilà où mène la ‘dromocratie’ prédite par Paul Virilio dès 1977 !

Dans la mondialisation comme dans le capitalisme libéral, le temps est devenu une marchandise de plus en plus rare que l’on cherche à gagner le plus possible. Comment renverser ce paradigme ? Peut-on se réapproprier le temps et en avoir un usage durable ?
C’est le défi auquel voulaient répondre les « Questions numériques » 2013-2014.
Un des moyen de maîtriser cette accélération est de la considérer d’un point de vue de «développement durable » : le temps est une ressource naturelle que l’on croyait inépuisable, mais qui ne l’est pas. Son exploitation toujours plus intensive ne suffit pas à résoudre le problème, et l’inégalité de sa distribution en fait partie : sa gestion est autant une affaire individuelle que collective. En effet, tout le monde ne court après le temps : certaines personnes ont même trop de temps. Les exclus manquent de tout sauf de temps … Mais il n’est pas valorisé …;-(

Les nouvelles formes de gestion du temps :
– Le mouvement « Slow », d’abord individuel, mais maintenant étendu aux villes. Comme le ‘Slow tech’ : technique pour ralentir, valoriser la construction longue d’une pensée ou d’un projet ; le ‘slow blogging’ (ce que j’essaie de faire …;-)
– Le développement de lieux hybrides : ‘tiers lieux’, espaces de co-working
– Donner de la valeur au temps : acheter, offrir, partager du temps à travers des ‘Systèmes d’échanges locaux (SEL)
– Disposer d’un ‘capital-temps’ à tiroir avec un tiroir ‘vierge’ de temps personnel
– Une politique du temps : ‘droit au temps’ dans l’entreprise (voir expérience Google) et en général. Capital-temps personnel, mais aussi temps protégé de déconnexion et d’indisponibilité.

Berardi, Franco. – Média-activisme revisité. Multitudes, n°51. – 2012/4. – p.65-73

Guillaud, Hubert. – La technique est-elle responsable de l’accélération du monde. – InternetActu, 19/03/13

Rosa, Hartmut. – Aliénation et accélaration : vers une théorie critique de la modernité tardive. – Paris : La Découverte, 2012

Rosa, Hartmut. – Accélération et dépression. Réflexion sur le rapport au temps de notre époque. – Cahiers de Rhizome, n°43, janvier 2012.

Un meilleur usage du temps. – Questions numériques 2013/2014 : les promesses du numérique. – FING : Gaité Lyrique, 21 février 2013

Staypressed theme by Themocracy