Posts tagged: Professionnels de l’information

Réflexions sur l’ « IFLA Trend Report » : les défis qui attendent les professionnels dans la société de l’information

Twitter network of @OIIOxfordLe dernier « Trend Report » de l’IFLA , publié juste avant le Congrès de Singapour en août 2013, « Riding the Waves or Caught in the Tide? Navigating the evolving information environment” se penche sur les principales tendances qui marquent notre environnement informationnel.

Cette fois, ce ne sont pas des problèmes techniques, ou même scientifiques que le numérique pose à la profession et aux médiateurs, mais plutôt des questions éthiques et philosophiques, voire politiques, dues notamment à l’émergence du ‘big data’ avec le recueil d’un grand nombre de données personnelles pour toute transaction.

Le rapport présente cinq grandes tendances pour le futur proche :
- Les nouvelles technologies vont en même temps étendre et restreindre l’accès à l’information en fonction des publics concernés.
L’extension concerne le développement de l’ouverture des données publiques (open data), des archives ouvertes, des « e-commons » (savoirs communs), etc.
Les limites, ce sont les restrictions à l’accès : DRM, mots de passe, biométrie. Mais aussi le fossé numérique qui se creuse, créant une situation d’inclusion/exclusion en ce qui concerne les compétences numériques (information literacy skills).
- Les cours en ligne vont aussi bien démocratiser que bouleverser l’enseignement au niveau mondial. D’un côté les MOOC (cours en ligne massifs), les ressources éducatives en ligne vont permettre un apprentissage tout au long de la vie (lifelong learning), mais cet enseignement informel et souvent la pédagogie inversée (flipped learning) qu’il implique, vont remettre en question toute la structure éducative.
- Les frontières autour de la vie privée et la protection des données personnelles doivent être redéfinies. Le scandale de l’utilisation de métadonnées de messageries et de réseaux sociaux par la NSA et les multinationales de l’information ont révélé au monde que l’on pouvait traquer des individus à travers leurs connexions numériques et leur téléphone mobile … ! Tout cela a remis en cause la confiance que tout un chacun avait dans l’internet et le numérique … Comme le dit Philippe Mussi, conseiller régional Vert de la région PACA en introduction de la Semaine européenne de l’Open data : « l’ouverture des données, c’est la reprise en main par le citoyen de l’espace démocratique. Elles doivent être ouvertes, car c’est politique, et parce que c’est dangereux. Oui, les nouvelles libertés présentent des dangers. Dans un paysage général où le monde s’ouvre, où la transparence est à la fois demandée et imposée par la société, la transparence de la gestion publique est de toute première importance. On ne peut plus imaginer de démocratie fermée sur la propriété de la connaissance de la chose publique. Nous devons tous contribuer à cet objectif-là !” [Cité dans InteretActu].
- Dans ces sociétés hyper-connectées, de nouvelles voix et de nouveaux groupes vont émerger pour s’emparer de problèmes sociaux ou politiques à travers des actions collectives et de nouveaux médias.
- Les nouvelles technologies vont transformer l’économie mondiale : de nouveaux modèles économiques vont s’imposer à travers structures innovantes (e-commerce, mobilité, etc.).
En 2016, on prévoit 10 milliards d’appareils mobiles connectés à l’internet. Il y a aussi la technologie que l’on porte sur soi (wearable), comme les « Google Glasses ».

Mais en quoi tout ceci concerne les bibliothèques ?
Imaginons un usager entrant dans une bibliothèque portant ces fameuses lunettes « moteur de recherche » : de fait avec cet instrument, il peut mettre toutes les personnes présentes (lecteurs + bibliothécaires) sous surveillance … !! Comment les bibliothèques pourraient-elles rester des lieux sûrs dans ces conditions ? Il faudra désormais trouver le moyen de concilier la technophilie avec le respect de l’intimité …

Les cours en ligne, par exemple, sont des mines d’or en ce qui concerne les données personnelles. Les résultats de tests, les progrès réalisés par les étudiants, et d’autres informations sont importants pour les éducateurs pour évaluer les apprenants et améliorer leur enseignement. Mais dans un environnement mondial de plus en plus numérisé et connecté, il faut se poser la question : qui d’autre a accès à ces données ?
Il faut donc penser non seulement à gérer ces informations indispensables à l’enseignement, mais aussi à les protéger.

Les étudiants utilisent de plus en plus des moteurs de recherche pour répondre à leurs questions de cours. Il faudrait analyser leurs habitudes de recherche pour évaluer l’influence qu’elles ont sur leurs réponses. Est-ce vraiment toute l’information dont ils ont besoin ? Ces algorithmes appartiennent à des sociétés multinationales et surtout ont été développés pour augmenter les revenus des publicités en ligne. Cela devrait faire réfléchir les bibliothécaires et les enseignants lorsqu’ils encouragent les étudiants à utiliser ces outils …

D’autre part, si toutes les réponses sont dans l’algorithme, que devient la bibliothèque ?

D’après l’enquête de l’Oxford Internet Institute, actuellement les gens ont plus confiance dans les FAI (fournisseurs d’accès internet) que dans les médias et les principales institutions politiques, sociales ou économiques (journaux, entreprises, gouvernements, etc.).

Mais si les technologies de recherche limitent la quantité et la diversité d’information en fonction des usages, des langues et de la localisation géographique, peut-on encore avoir confiance dans les résultats fournis par les moteurs de recherche ?
Comment les bibliothécaires et les éducateurs pourraient-ils désormais assurer aux étudiants et aux usagers qu’ils accèdent bien à l’information pertinente et non à celle que leur données agglomérées a permis à l’algorithme de trouver ? Dans ce cas de figure, « comment qualifier « la chance » (J’ai de la chance) ? Comment édifier des communautés fondées sur l’inattendu ? » Louis Zacharilla – Global Intelligent Community Forum.

Les gouvernements, même les plus démocratiques, filtrent de plus en plus l’accès à l’information en ligne sous prétexte de prévention du terrorisme ou de l’ »immoralité ».
Les bibliothèques se sont toujours opposées à la censure : a-t-on prévu des réponses adéquates à cette problématique ?
Si ces pratiques se développent, les bibliothèques pourront-elles mener à bien leurs mission de recueil et de préservation de la mémoire numérique ? Cross-language blog linking in the aftermath of the 2010 Haitian earthquake

Future Libraries : infinite possibilities – IFLA WLIC 2013 IFLA World Library and Information Congress – 79th IFLA General Conference and Assembly. – 17-23 August 2013, Singapore

Riding the Waves or Caught in the Tide? Navigating the Evolving Information Environment. – Insights frond the Trend Report – IFLA, 16/08/2013

Livre numérique, médiation et service de référence en ligne, droit d’auteur – Congrès IFLA Singapour 2013. – Bibliobsession, 30/08/13

Guillaud, Hubert. – Open data (1/3) : la technique a-t-elle pris le pas ? - Internet Actu, 12/07/13

Oxford Internet Institute – University of Oxford

Oxford Internet Survey (OxIS) 2013 Report Lauch

Intelligent Community Forum

Sur les MOOC et le e-learning
Voir le Scoop It ProspecBib : Formation en ligne & à distance

Sur l’open access et les archives ouvertes
Voir le Scoop It : Open Access Now !

Sur la société de surveillance et l’utilisation des données personnelles
voir le Scoop it : Big Brother, little sisters

Big data et web sémantique : une opportunité pour les profeessionnels de l’information

A propos du système Prism, François Géré de l’Institut d’Analyse Stratégique l’a reconnu dans Libération : « En France nous faisons la même chose que les Américains […] Toutefois, nous réduisons le périmètre aussi bien géographique (essentiellement en Europe et en Afrique) que sémantique (le nombre de mots-clés) ».
Mots-clés, métadonnées, web sémantique, les documentalistes se trouvent ici en terrain connu !

Avec les « Big data » et leurs réservoirs énormes de données, un champ immense s’ouvre aux professionnels de l’information, la sélection et la qualification des métadonnées qui leur sont attachées, autrement dit l’indexation.
Bien sûr, d’importants progrès ont été réalisés en indexation automatique et en traitement automatique du langage (TAL), et avec les masses de données textuelles que l’on peu traiter, des rapprochements de termes peuvent s’effectuer et produire des modèles de description, comme l’explique Nathalie Aussenac-Gilles dans Graphéméride. « Pour faciliter la recherche d’informations précises, de points de vue, d’opinions [… ] il est nécessaire de caractériser la nature des informations et des connaissances véhiculées par les contenus […] ne pas rester au niveau des mots, donc de passer au niveau des concepts ».

Avec le web sémantique (ou web de données ou ‘linked data’), « les données de toutes formes produites par tous les acteurs se trouvent interconnectées, identifiées sans ambiguïté et reliées les unes aux autres » Hervé Verdier, Directeur d’Etalab. En ‘typant’ ces données dans des ontologies, le web sémantique « met en place une indexation des pages web, mais aussi potentiellement des concepts absents du web dont une description sur le web est possible (personne, lieu, date, élément abstrait, objet physique » Pierre Couchet, « A quoi sert le Web sémantique en histoire et philosophie des sciences et des techniques » Semantic HPST

Ces nouveaux thesaurus linguistiques s’appuient sur des ‘triplets’ : sujet, prédicat et objet.
« Concrètement, un thésaurus relie des concepts entre eux selon des relations précises : synonyme, homonyme, hiérarchie, terme associé. L’ontologie ajoute des règles et des outils de comparaison sur et entre les termes, groupes de termes et relations : équivalence, symétrie, contraire, cardinalité, transitivité… Ainsi, l’ontologie est une étape supérieure au thésaurus selon l’ontology spectrum. » – Définir une ontologie avec OWL. – Les Petites Cases 11/11/05
En taggant par exemple un fichier contenant une photo, on pourra non seulement caractériser la photo, mais si ces mots-clés sont partagés, on pourra regrouper des photos similaires. Grâce à cette organisation des connaissances, on pourra classer une photo du Château de Versailles, rejetée comme « monument de Paris », si l’on a l’information que « Versailles est ‘Acôtéde’ Paris ou que Versailles et Paris sont deux villes ‘SituéeDans’ l’Ile de France » Nathalie Assenac-Gilles.

Bien sûr, ces langages OWL (Ontology Web Langage) demandent une bonne familiarité avec l’informatique (XML) et la logique, sans parler de connaissances linguistiques, mais les bibliothécaires/documentalistes ont tout à fait leur rôle à jouer dans la construction de ces bases de connaissances. L’exemple de l’ontologie du vin réalisée à Stanford, cité par le WC3, le montre : on retrouve des mots-clés, des caatégories, des propriétés et des noms de lieux.

Les professionnels de l’information qu’ils (elles) sont pourraient aussi bien construire ces bases de connaissances (en collaboration avec des informaticiens) que servir d’appui aux chercheurs pour qualifier les résultats de la recherche. La BNF l’a d’ailleurs bien compris avec la réalisation avec le projet « data.bnf.fr« web sémantique

Géré, François ; Hofnung, Thomas. – « En France, nous faisons la même chose ». Libération, 1er juillet 2013

Couchet, Pierre. – À quoi sert le web sémantique, en Histoire et Philosophie des Sciences et des Techniques ?. – Semantic HPST, 13/06/13

Fabien Gandon – Le web sémantique. – Graphemeride, 15/04/13

Le Web de données à la BnF : data.bnf.fr

Berners-Lee, Tim et al. – A Framework for Web Science. – Foundations and trends in web science, vol.1:n°1, 2006

Définir une ontologie avec OWL. – Les petites cases, 11/11/05

OWL Web Ontology Language Guide. – W3C, 10/02/04

Ontology of wines

Bachimont, Bruno. – Engagement sémantique et engagement ontologique : conception et réalisation d’ontologies en Ingénierie des connaissances.- INA, 2000 (pdf)

Le numérique, les bibliothèques, les big data et notre rapport au monde

Cette énumération à la Prévert peut sembler chaotique, mais elle révèle un certain malaise qui s’empare de nous devant la mutation des usages qu’implique le numérique dans notre vie quotidienne, et plus particulièrement dans les bibliothèques.
Cette réflexion m’est venue, en cette fin 2012 à la lecture de quelques posts décrivant la situation actuelle face au numérique.

D’abord l’enquête « Les Français et le savoir« , réalisée cet été par la TNS Sofres et cité dans « Veille documentaire » : le savoir est jugé important pour 56% des Français et 54% des personnes actives regrettent de ne pas y consacrer plus de temps … Quand à son utilité, pour 42% des interrogés, le savoir permet de « comprendre le monde qui nous entoure ».

Ce monde qui change si vite et dans des proportions si importantes qu’il peut en désarçonner certains, comme ces bibliothécaires dont parle Pierre Marige dans le dernier article d’Aka Reup « Numériquement incapables : stigmatisation et acculturation », ceux qui semblent « réfractaires à tout ce qui touche l’informatique », ceux qui déclarent, comme beaucoup de nos contemporains « Moi, de toute façon, j’y comprend rien ».
La stigmatisation qui découle de cette ignorance autoproclamée des nouvelles technologies est finement analysée et Marige démontre comment on passe d’un tri entre ‘intellectuels’ et ‘manuels’ à la différence entre ‘scientifiques’ et ‘littéraire’ pour finir avec les ‘connectés’ ou ‘digital natives’ et les vieux ‘incapables’. Pour finir par constater que ces jeunes nés avec l’internet sont en fait moins à l’aise qu’il n’y paraît avec le numérique … Et ont toujours besoin d’un bon médiateur pour trouver leurs références en bibliothèque …;-). La plupart de ces « digital natives », à part quelques ‘génies de l’informatique’ ne fait qu’utiliser ces nouveaux outils, ils n’en ont pas une connaissance approfondie. Tandis que les bibliothécaires, loin de simplement « s’adapter à ces nouvelles technologies, participent à leur création ». D’où l’importance de la formation continue dans le métier.

Dans la dernière livraison d’Internet Actu, Hubert Guillaud revient sur notre compréhension du monde avec l’arrivée des ‘big data’. Dans « De la statistique aux big data : ce qui change dans notre compréhension du monde« , il analyse l’intervention de Dominique Cardon sur ce sujet aux « Entretiens du nouveau monde industriel », les 17 et 18 décembre au Centre Pompidou.

Depuis quelques années, tout un chacun (militants, citoyens, entreprises, pouvoir publics) est d’accord pour « le partage et l’ouverture des données ». Tout le monde souhaite les rendre publiques. Mais ces précieuses données sont utilisées différemment suivant que l’on est journaliste, statisticien ou « data scientist ».
Alors que les statisticiens ont pour objectif de « dézoomer » ces informations pour comprendre la réalité sociale en la modélisant pour faire ressortir les corrélations entre catégories, le modèle des données ‘ouvertes’ « consiste à porter sur la place publique de la donnée ‘brute’ […] La plus proche possible du mythe d’une ‘nature sociale originale’ ». Le mouvement open data préfère les cartographies aux catégories et favorisent la personnalisation et l’individualisation. Les catégories sociologiques représentaient un monde désincarné, alors que l’univers des données parle à chacun de chacun. Ce décalage permet de mieux comprendre la crise des interprétations face aux nouveaux savoirs.

Un dernier post récapitule les nouvelles tendances du web en 2012. Il s’agit du : « [Best of 20012] Web : les 5 tendances majeures de l’année » sur FrenchWeb.fr .
Ces cinq grandes évolutions sont
- le boom de l’économie collaborative
- [H factor] le retour du facteur humain
- l’obsession des données et le quantified-self
- la déferlante des abonnements
- le real time bidding et les places d’Ad Exchange
Toutes ces informations devraient nous permettre de mieux méditer sur notre rapport au monde et au savoir pendant la trêve des confiseurs et mieux aborder l’année 2013 …

Bonnes Fêtes et Meilleurs voeux pour 2013

Pixel Perfect Digital – Free stock photos

Service(s) aux usagers : une innovation en bibliothèque qui remonte à un siècle !

Le ou les « service(s) aux usagers » (SAU : département auquel j’appartiens à Bibliothèque de Sciences Po) fait partie des dernières préconisations en matière d’activités des bibliothèques. Ils se retrouvent, par exemple au cœur des interventions de la Journée d’étude de l’ADBS, lors de l’i-Expo 2012.

Or, on retrouve cette préoccupation dans l’ouvrage d’Eugène Morel (1869-1934), « La Librairie publique », datant de 1908 et cité dans l’article de Lydie Ducolomb « Eugène Morel et la section des bibliothèques moderne : une réflexion sur la formation professionnelle des bibliothécaires au début du XXe siècle », publié dans le BBF de février 2012.
Pour ce bibliothécaire visionnaire « Il faut exciter sans cesse le public, le fournir de renseignement de toute sorte, chercher pour lui [...], suivre l’actualité, dresser à chaque moment l’état des ressources de la librairie sur les sujets les plus diveers : une guerre, des tarifs douaniers, une loi sociale, une invention nouvelle … »

On retrouve là les services « push » que les bibliothèques et centres de documentation peuvent mettre au service de touts les catégories de lecteurs : jeunes lecteurs ou étudiants grâce aux réseaux sociaux ou blogs, dossiers documentaires ; services au chercheurs aussi, comme il en ressort dans l’article d’Archimag de Juin 2012 « Chercheurs, technologies et bibliothèques universitaires : questions d’usages ». Guillaume Nuttin y interroge trois responsables sur les besoins des chercheurs en information scientifique et technique (IST). Jean-Michel Barbiche, conservateur à la Bibliothèque de l’Ecole Centrale de Paris souligne « La qualité d’une bibliothèque ne se mesure pas à la quantité de documents qu’elle propose, mais à l’aune des services proposés autour des ressources ».
Odile Hologne, directrice déléguée à l’Information scientifique et technique à l’INRA explicite cette révolution copernicienne de l’activité documentaire « Nous avons repositionné complètement l’offre de services en IST pour les scientifiques : veille, bibliométrie, gestion des connaissances. Au lieu de nous positionner sur la gestion du stoock de documents, nous nous orientons sur l’analyse de l’information ».
Mais, comme le fait remarquer Ghislaine Charton, professeure à L’INTD « les chercheurs, dans leur grande majorrité, ne veulent pas être formés, faute de temps ou à cause d’autres priorités liées à leurs recherches. [...] Il faut lever les barrières techniques et mmultiplier les services d’accompagnement de l’usager, en présentiel ou à distance ».

La formation des utilisateurs devient ainsi une des principales activités des professionnels de l’information qui retrouvent là leur mission de médiation.

Ce sont ces nouvelles compétences des « bib/docs » qu’explore Claudine Masse, Directrice de l’EBD, dans sa contribution « Nouveaux territoires pour les professionnels de l’information : l’évolution des compétences » Journée d’étude de l’ADBS, i-Expo 2012.
Elle insiste sur les compétences à acquérir ou approfondir dans le cadre de son école. Outre le management et la gestion de projet, l’architecture de l’information, la gestion et la production de contenus, les futures bibliothécaires et documentalistes devront acquérir des compétences dans la veille et des compétences transverses : langue (anglais), informatique, travail en équipe, communication écrite et orale.
L’exploitation de ces compétences permettra une maîtrise des bases de l’information-documentation (gestion et recherche documentaire, traitement, produits et services doc.) mais aussi le développement d’une expertise : architecture de l’information, veille, conduite de projet, archive et record management, communication/marketing, etc.

Ces expertises se retrouvent dans l’analyse de Loïc Lebigre à cette même journée d’étude à i-Expo « Vers un observatoire ADBS des fonctions « information » : opportunités et enjeux ».
De nouvelles fonctions émergen t pour les professionnels de l’information à partir du contexte des évolutions technologiques et sociétales :
- la fonction de « Coordination » pour les pratiques collaboratives
- Celle d’ »éditorialisation » (curation) et d’ »Analyse expertise métier » devant la surabondance des données accessibles et raccourcissement des cycles (R&D, production, valorisation)
- La « Maîtrise d’usage et gouvernance du SI » face à l’innovation technologique permanente et la diversité des solutions mobilisables.

Dans sa communication « Valeurs ajoutée des médiateurs » à cette même journée d’étude, Ghislaine Chartron identifie quatre pôles de compétences pour les professionnels de l’information : Gestion-Qualité ; Informatique ; Performance de l’activité principale et Communication-formation.

Dans la conclusion de son article, Lydie Ducolomb souligne que « l’héritage d’Eugène Morel [consiste] en une conception globale du rôle du bibliothécaire dans la société : informer, communiquer, rendre service, permettre l’accès de tous à la culture »

Table ronde « Nouveaux territoires pour les professionnels de l’information » animée par Elisabeth Gayon, présidente de l’ADBS, sur le salon i-expo 2012 – Journée d’étude, 14 juin 2012

Ducolomb, Lydie. – Eugène Morel et la section des bibliothèques modernes : une réflexion sur la formation professionnelle des bibliothécaires au début du XXe siècle ». – Bulletin des bibliothèques de France. – (20012/02)t.57:n°1, p.35-38

Nuttin, Guillaume. – Chercheurs, technologies et bibliothèques universitaires : questions d’usages. – Archimag. – (2012-06)n°255, p. 21-22.

Qui a peur des bibliothécaires en grève ? Le désamour des étudiants pour les BU des deux côtés de l’Atlantique

Sûrement pas les étudiants qui désertent de plus en plus les bibliothèques des campus d’Amérique du Nord … et de France !
C’est ce qu’explique « Annnoyed Librarian » dans le billet « If Striking Librarians Fell in the Forest … » sur le site du « Journal of Library.com ». En faisant référence à la grève menée la semaine précédente à la bibliothèque de l’University of Western Ontario (Canada), ce professionnel se pose la question de la gêne que cette manifestation pourrait occasionner, à part celle de la circulation au milieu du campus, en raison du piquet de grève …
En effet, le fait que certains services de référence ne soient pas assurés ne devrait pas perturber outre mesure les rares utilisateurs des « Reference Desk », déjà en voie de disparition dans certaines grandes BU américaines (cf le post consacré à ce sujet en juin dernier). D’autant que l’on assigne de plus en plus aux bibliothécaires des sujets sur lesquels ils/elles ne sont pas spécialisés … Aujourd’hui, on voit de plus en plus de scientifiques avoir la responsabilité d’un secteur des « Humanités » (lettres et sciences humaines), alors qu’auparavant c’était plutôt le contraire !

Mais en fait, cela n’a aucune importance, car comme l’affirme l’article « What Students don’t Know » de Steve Kolowich sur « Inside Higher Ed », les étudiants n’ont aucune idée de ce que les bibliothécaires peuvent leur apporter dans leur recherche documentaire … L’idée que les bibliothécaires sont experts sur des sujets universitaires ne leur vient même pas à l’esprit. Pour la plupart des étudiants, le personnel des bibliothèques ne sert qu’à orienter dans les différentes salles (en accès direct).

Pour analyser ces pratiques, les professionnels de cinq BU de l’Illinois, ne se sont pas contentés des enquêtes habituelles, ils ont embauché deux anthropologues sur le projet ERIAL (Ethnographic Research in Illinois Academic Libraries). Les résultats, qui seront publiés par l’ »American Library Association », dépassent les plus mauvaises prédictions. Seuls 30% des étudiants interrogés sont capables de mener une recherche documentaire correcte …;-( Et le mythe des « digital natives » en prend un coup ! Ces enfants de l’internet ne savent pas plus rechercher dans Google de façon pertinente … Mais les enseignants et les bibliothécaires sont aussi responsables de cet état de fait, car ils se mettent rarement au niveau de l’étudiant pour lui enseigner les bases de la recherche documentaire.

Cette ignorance et cette méconnaissance se retrouvent de ce côté-ci de l’Atlantique. C’est ce que révèle le mémoire de l’ENSSIB de Laurence Jung « Je ne travaille jamais en bibliothèque ». Enquête auprès d’étudiants non fréquentants ou faibles fréquentants. Michèle Battisti le cite dans son compte-rendu de l’Université d’été du GFII dans Paralipomènes pour évoquer l’importance de la médiation en bibliothèque.
Cette enquête sociologique analyse les représentations de la bibliothèque de ce « non public » qui représente plus de 13%% des étudiants (2006). La plupart de ceux qui fréquentent les bibliothèques les utilisent de plus en plus comme des « lieux de travail », calmes et silencieux. C’est d’ailleurs cet aspect ‘quasi religieux’ qui rebutent certains …

A l’autre bout du cursus universitaire, les chercheurs ont aussi déserté la bibliothèque physique, depuis qu’ils ont découvert la bibliothèque numérique ! L’un d’eux ignore même que c’est la BU qui gère ses abonnements en ligne !

Il est encore temps de récupérer cette désaffection, notamment en travaillant en amont avec les enseignants sur les disciplines. L’étude montre, en effet, que les variations d’utilisation des BU dépendent des sujets étudiés. Alors que les étudiants en sciences n’ont besoin de consulter aucun document jusqu’au master, les étudiants en lettres – qui sont souvent des étudiantes – sont « obligées » d’aller à la bibliothèque consulter ou emprunter des documents. Mais ceci est encore une exception française, car dans les pays anglo-saxons, les étudiants en sciences sont très tôt formés à la recherche documentaire.

EBooks : avenir du livre, fin de l’œuvre, système clos ou univers ouvert … (1ère partie)

Les ebooks et la numérisation des ouvrages annoncent-ils vraiment la fin du livre, comme on aime à le répéter depuis plus d’une décennie ?

Le « Livre du futur » (et non le futur du livre …) a figuré parmi les enjeux traités au dernier Congrès de l’IFLA à San Juan (Porto Rico). Il a été au centre d’un débat entre éditeurs, auteurs et bibliothécaires lors d’une session rapportée par Silvie Delorme, Directrice de la BU de Laval au Québec, dans son blog IFLA 2011 Laval. Comme le modèle économique de ce nouveau support n’est pas encore opérationnel, même les éditeurs (les ‘gros’ et les ‘spécialisés’) ne sont pas d’accord entre eux sur les accès simultanés. Quant aux bibliothèques, « elles devront devenir des points d’accès plutôt que des lieux de conservation » …

C’est aussi l’objet du Colloque international qui se tient les 5 et 6 septembre 2011 à Rio-de-Janeiro (Brésil) « E-Books et démocratisation de l’accès. Modèles et expériences de bibliothèques ». Le post « Évolution ou révolution » sur le site Rioscope.com.br pose la question « Comment les bibliothèques peuvent-elles continuer à jouer leur rôle traditionnel avec l’énorme augmentation de l’usage de Smartphones, iPads, Tablet-PCs et e-Readers portables? »

Ce qui ne rassure pas, par ailleurs les bibliothécaires, comme « New Jack Librarian » dans le post « Cassandra and the future of libraries without librarians » qui appréhende l’avenir de la bibliothèque sans bibliothécaires. Cette situation est surtout la conséquence des coupes sombres que subissent les BU américaines en raison des restrictions budgétaires. Les effectifs de certaines bibliothèques fondent, d’après ce post, et ce d’autant plus que certaines ne disposent pas d’une autonomie de recrutement par rapport aux universités dont elles dépendantes …

Mais la seconde raison avancée par New Jack est bien la numérisation croissante des ressources documentaires et plus particulièrement l’acquisition de « bouquets » de revues et bientôt de livres numériques, grâce à des consortiums de bibliothèques. Le travail de sélection et de gestion des collections réalisé jusqu’à présent par les bibliothécaires va bientôt être externalisé vers des sociétés comme « Proquest ».

Avec les bibliothèques numériques gérées par des tiers, la Bibliothèque universitaire risque de représenter plus un coût qu’un investissement pour ses institutions de tutelle. Les bibliothécaires doivent pouvoir répondre à ce défi, notamment à travers des services aux publics (étudiants, enseignants, chercheurs) et démontrer que leur travail incarne aussi bien les valeurs de la bibliothèque, que celles de l’enseignement et de la recherche et de la communauté universitaire.

La valeur ajoutée des Bibliothèques pour la recherche

L’ABDU (Association des Directeurs et personnels de direction des Bibliothèques Universitaires et de la Documentation) vient de faire traduire un rapport « The value of libraries for research and researchers » publié en mars 2011 par le Research Information Network (RIN) et Research Libraries United Kingdom (RLUK) du Royaume-Uni. « Valeur des bibliothèques pour la recherche et les chercheurs » présente les conclusions d’une étude, reposant sur l’analyse des données statistiques de 67 établissements d’enseignement supérieur du Royaume Uni ainsi que sur une analyse qualitative menée auprès de bibliothécaires et de chercheurs de neuf institutions d’enseignement supérieur britanniques, basée sur des entretiens et des « focus groups ». Il s’agissait de déterminer s’il existe une corrélation entre l’activité de la bibliothèque et les performances en matière de recherche de l’établissement.

Avec la numérisation des ressources, les chercheurs ne se déplacent plus pour fréquenter la Bibliothèque et ne considèrent celle-ci que comme comme un intermédiaire pour accéder aux documents. Comment re-fidéliser ces usagers spéciaux que sont les chercheurs et quels services leur proposer ?

L’étude recense 11 attitudes et bonnes pratiques recommandées pour adapter les services des bibliothèques aux besoins des chercheurs. Outre les compétences en information et organisation et une bonne maîtrise des sujets, il faut : des professionnels de l’information « proactifs », une forte culture de service, une bibliothèque ouverte sur son environnement, des ressources documentaires solides, un catalogue accessible au public, des espaces flexibles, un dépôt institutionnel, une position neutre dans l’institution et enfin arriver à faire percevoir la bibliothèque comme le « lieu » du savoir.

Ces attitudes conduiraient à une bonne connaissance de l’environnement extérieur en resserrant les liens entre chercheurs et bibliothécaires. Avec des services axés sur la recherche, la bibliothèque jouerait un rôle plus important dans l’institution. Cela améliorerait les pratiques documentaires des chercheurs dans un meilleur environnement de recherche.

En augmentant la visibilité et la réputation de la bibliothèque, ces aspects rejailliraient sur l’établissement universitaire. Ces bonnes conditions favoriseraient les financements et les bourses de recherche tout en accroissant le potentiel et la qualité de la recherche. Qui permettront, à leur tour, un meilleur recrutement et maintien de chercheurs qualifiés.

BU américaines : vers la disparition du « Reference Desk » ?

Diamond Law Library Columbia UniversityYale Sterling LibraryBobst Library New York UniversityLe « Reference Desk », ce coeur des bibliothèques, est en train de connaître ses derniers jours aux États-Unis ! C’est un des éléments d’information que nous avons tiré du voyage d’étude qu’un groupe de la Bibliothèque de Sciences-po a effectué la semaine dernière dans les bibliothèques de New-York et Yale (voir le groupe Facebook « Voyage professionnel New York Libraries »).
En effet, à l’exception de la bibliothèque de droit de Columbia (Diamond Law Library) où le travail des ‘Reference librarians’ est encore très important en raison de la diversité et la complexité des sources aussi bien imprimées qu’électroniques, dans toutes les BU visitées, les professionnels on mis ou s’apprêtent à mettre en place de nouveaux services plus adaptés aux usages actuels des étudiants et des chercheurs.
C’est déjà le cas pour le Digital Social Science Center à Columbia qui met à la disposition des usagers de nombreuses bases de données factuelles (statistiques, géographiques, audiovisuelles) + tous les outils logiciels nécessaires pour utiliser, gérer et créer les produits (dataset) et graphiques obtenus. Dans cet environnement, les étudiants peuvent travailler individuellement ou en groupe et peuvent compter sur les conseils de l’équipe de bibliothécaires et d’experts.
A Yale, la Social Science Library va fusionner en partie avec la bibliothèque de sciences pour mettre en place le Statlab . Ce centre d’information statistique, fournit outre les bases de données et les outils logiciels, des conseils d’experts. Même aux États-Unis, les bibliothécaires ne sont pas encore formés à ce genre de pratique et ils sont secondés par une équipe de consultants qui forment et conseillent les étudiants.
Même schéma à la New York University Library où les départements de sciences sociales et des sciences dures collaborent pour gérer le Data Service Studio.

Évidemment, les renseignements aussi bien pratiques que bibliographiques se dématérialisent aussi. Outre les services de Questions-Réponses en ligne comme « QuestionPoint » de l’OCLC, les bibliothécaires se sont mises au « chat » (Messagerie instantanée) et aux SMS (voir la page « Ask a librarian » à la NYU Library) pour communiquer avec les étudiants …! C’est plus cool !A La New York Public Library, ce sont les bibliothécaires qui deviennent mobiles, et armé(e)s d’un IPad vont à la rencontre des utilisateurs !

Humanités numériques : le nouveau blog de l’INTD

Après les wikis du CNRS (Edition électronique en Sciences Humaines et sociale), l’INTD-CNAM vient de lancer un nouveau blog de veille sur les humanités numériques, avec le soutier financier du TGE Adonis. Digital Humanities International se propose d’appréhender les humanités numériques et les champs connexes au niveau international. Il s’adresse aux chercheurs en SHS et aux professionnels de l’information. Ses articles couvrent tout ce qui concerne l’édition électronique, le traitement des données numériques et les initiatives de libre accès (Open access).

Savoirs et bibliothèques

Dans son dossier consacré à la « Valorisation et production des savoirs en bibliothèque », Le BBF (vol.56:N°1, 2011) pose la question de la relation des bibliothèques au savoir. Ces dernières ne se limitent plus aujourd’hui à leur rôle d’accumulation (et de classement) des connaissances, mais comme l’évoque Yves Desrichard dans son édito « Va savoir », on pourrait « transformer nos collections en gisements et nos métiers en extractions (de savoirs) ». Face à l’effondrement de l’Education nationale, la bibliothèque pourrait récupérer ces publics (écoliers, collégiens, lycéens, étudiants), « pour les amener, à sa manière au savoir. »
C’est toujours ce souci de transmission de savoir qui habite la notion de « médiation numérique » explicitée dans « La pyramide d’un projet de médiation numérique », Bibliobsession, 8/04/11. Car la médiation numérique (coeur de métier du « bib/doc ») comme l’expliquait Sylvae, toujours dans Bibliobssession, il y a plus d’un an, n’est ni de la communication, ni du marketing public , mais « Tout dispositif technique, éditorial ou interactif mis en œuvre par des professionnels de l’information-documentation favorisant l’appropriation, la dissémination et l’accès organisé ou fortuit à tout contenu proposé par une bibliothèque à des fins de formation, d’information et de diffusion des savoirs ».

Staypressed theme by Themocracy