Posts tagged: Savoir

Vers une modification du droit d’auteur en Europe ?

La Commission européenne vient de lancer une consultation auprès des citoyens sur la « modernisation » du droit d’auteur et du copyright. Ceux-ci, auteurs, créateurs, consommateurs ou gestionnaires, ont jusqu’au 5 mars pour exprimer leur opinion. Les résultats seront publiés dans un Livre Blanc qui servira de base au projet de directive sur la modernisation du droit d’auteur qui sera soumis au Parlement européen après les élections européennes de mai 2014.
Comme on pouvait le prévoir, deux camps s’affrontent sur ce sujet :
- d’un côté les syndicats d’auteurs et de créateurs qui défendent une conception « classique » de la créativité et du droit d’auteur, tout en dénonçant l’amalgame réalisé par la Commission européenne entre droit d’auteur et copyright (qui relève plus des éditeurs ou d’une marque commerciale alors que le droit d’auteur offre une protection financière et morale aux créateurs).
- de l’autre les défenseurs du partage sur internet qui favorisent les pratiques non marchandes et une économie culturelle équitable plutôt que les industries culturelles traditionnelles.

Cette consultation européenne arrive à un moment où les grands éditeurs intensifient leurs contrôles sur les œuvres en circulation sur la toile, allant même jusqu’à utiliser des robots pour traquer les « pirates » comme le relate SILex à propos de la mésaventure d’Alain Hurtig. Celui-ci avait récupéré un exemplaire du Droit à la paresse de Paul Lafargue sur le site de l’ABU, donc relevant complètement du domaine public. Or Editis et les Éditions de la Découverte lui ont intimé l’ordre (par mail) de le retirer à travers leur intermédiaire « Attributor » (qui utilise des robots). En fait, il y avait eu confusion avec une autre édition, augmentée, de l’ouvrage, publiée par La Découverte. Évidemment, après quelques jour de « buzz » sur twitter, Editis et La Découverte sont revenus sur leur décision … !

Outre la multiplications de DRM qui entravent les usages des consommateurs, comme partager, revendre, prêter une œuvre numérique, les grands éditeurs veulent imposer leurs propres lois. C’est le cas d’Elsevier qui en simplifiant le « data mining » sur ses bases de données obligent les établissements, comme les BU françaises à travers l’accord avec le consortium Couperin, de passer par une API connectée à la plateforme ScienceDirect … Cela limite les possibilités d’analyse et retarde considérablement l’accès aux données. De plus, les citations ne doivent pas dépasser 200 caractères du texte original, ce qui contredit ouvertement l’exception de « courte citation » du droit d’auteur et des droits voisins …!

« Last but not least », Facebook vient de s’arroger le droit de contrôler les contenus publiés sur le réseau social grâce à un brevet digne de « Minority Report » ! Ce dispositif permet d’utiliser les informations de profils d’utilisateurs et des « signes sociaux » pour déterminer si des contenus partagés sont piratés ou non. Et Facebook prétend même « prédire » quels internautes seraient susceptibles de faire circuler des contenus piratés, comme dans la nouvelle de Philip K. Dick (et dans le film éponyme) !
Toutes ces péripéties justifieraient bien un « dépoussiérage » du droit d’auteur, au moins au niveau européen …

Consultation publique sur la révision des règles de l’Union européenne en matière de droit d’auteur
Commission européenne – Le Marché unique de l’UE, 2013

Mobilisation pour défendre ou moderniser le droit d’auteur en Europe. – par Antoine Oury – Actualitté, 31/01/14

Réponse de la Quadrature du Net à la consultation publique de la Commission européenne sur la réforme du droit d’auteur en Europe. – La Quadrature du Net, janvier 2014

L’Europe consulte sur le droit d’auteur encore et toujours. – Par Guillaume Champeau – Numérama, 05/12/13

Les Syndicats d’auteurs mobilisés pour défendre le droit d’auteur. – par Antoine Oury – Actualitté, 055/02/14

Participez à la consultation de la Commission européenne sur le droit d’auteur et signez la pétition des créateurs. – Creators for Europe, janvier-mars 2014

DRM et copyright : la liberté du consommateur en jeu. – Par Clément Solym – Actualitté, 10/002/14

Message à Editis : laissez « Le droit à la paresse » dans le domaine public !. – S.I.Lex, 05/02/14

Data Mining : quand Elsevier écrit sa propre loi – par Pierre-Carl Langlais. – Sciences communes, 08/02/14

Et Facebook inventa le Robocopyright social. – S.I.Lex, 05/12/13

Le retour des sciences sociales : «Humanités ou humanisme numérique(s) » ?

Après avoir régné sans partage sur l’intelligentsia occidentale, notamment en France, dans les années 1960-70, les sciences humaines et sociales (SHS) ont subi un repli dans les années 1980-90 – les « années fric » du capitalisme financier et surtout de la disparition des idéologies … Elles reviennent aujourd’hui sur le devant de la scène, mais elles se sont entre temps mondialisées et hyper-spécialisées. Mais surtout elles disposent désormais d’outils plus performants : les « Humanités numériques ».
C’est ce qu’explique le sociologue Michel Wieviorka dans un entretien à Libération la veille du colloque international « Penser global »

Mais que sont donc ces « Humanités numériques » ? D’après Wikipédia, c’est « un domaine de recherche au croisement de l’informatique, des arts, lettres, sciences humaines et sciences sociales ». Elles permettent, par l’utilisation des outils numériques, la modélisation et la représentation graphique d’oeuvres et de pratiques sociales, mais aussi « la prise en compte des contenus numériques comme objets d’étude ».

C’est aussi cette dimension scientifique que Bruno Latour veut utiliser dans son concept d’ »Humanités scientifiques » qui sera l’objet de son CLOM (Cours en Ligne Ouvert et Massif) « Scientific Humanities » sur la plate-forme de France Université Numérique (FUN). Il s’agit de prendre en compte les conditions de production de ces disciplines et de les évaluer à l’aune d’un processus cognitif. C’est dans cette optique que les différentes opinions qui se reflètent dans les pratiques sociales que sont la politique, la morale ou la philosophie, sans oublier les oeuvres littéraires et artistiques, pourront être analysées et représentées grâce aux outils numériques. Car seuls ces outils informatiques seront en mesure de traiter la quantité industrielle de données, le « Big data » dont on dispose désormais..

Deux grandes manifestations ont remis cet automne, les sciences humaines et sociales au centre des préoccupations numériques :
Horizon 2020 – Perspectives européennes pour les sciences. Vilnius, 23-24 septembre 2013
Forum Mondial des sciences sociales. Montréal, octobre 2013

Mais en se soumettant à la logique du numérique, la société et les SHS ne risquent-elles pas de perdre l’humanisme qui les caractérisaient les Lumières ou la Renaissance ?
« Pour un humanisme numérique », c’est le défi que lance le philosophe canadien Milad Doueihi, dans un essai récent. Le numérique, à travers « le code informatique fondé sur le calcul, romprait avec notre rapport historique à l’écriture et aux pratiques lettrées ». Tout y passe : le droit, les modèles économiques et politiques. « L’informatique a cette propriété d’encourager le passage et l’expression de toute activité à ces propres termes ». Le numérique opère une rupture historique avec l’humanisme classique… D’où la nécessité de penser un « humanisme numérique » pour nous préserver d’une « robotisation » de l’humain.

Mais n’est-ce pas aussi ce que défendent les partisans des Humanités numériques comme Wieviorka ? Car il ne s’agit pas de réduire la recherche en SHS aux seules mesures (souvent quantitatives) permises par ces nouveaux outils. Même si la figure de l’intellectuel, dominant la scène culturelle, est en train de s’estomper au profit d’une plus grande collaboration des chercheurs entre eux, mais aussi avec le grand public, grâce à internet et aux réseaux sociaux, les « digital humanities » ne se réduisent pas à une boite à outils. Elles permettent aussi de prendre en compte les contenus numériques comme objets d’étude. En devenant objet de la recherche, les différents usages et pratiques numériques ne vont pas de prendre le dessus. Les chercheurs restent les sujets de leurs travaux, et ne risquent pas de se transformer en « cyborgs », hybrides bio-électroniques que les « Transhumanistes » attendent comme le Messie.
C’est, en effet, contre cette nouvelle croyance, le Transhumanisme, la « Singularité » de Ray Kurzweil, que Milad Doueihi veut lutter en prônant le retour à un nouvel humanisme, à une nouvelle éthique face à la « conversion numérique ».

Wieviorka, Michel. – Mettre le numérique au service des humanités. – Libération, 10/05/13

Humanités numériques. – Wikipedia

Latour, Bruno. – Scientific Humanities : MOOC. – FUN, 2014/01-03

Douihei, Milad. – Pour un Humanisme numérique. – Paris : Seuil, 2011. – (La librairie du 21e siècle)

Féraud, Jean-Christophe. – Pour un humanisme numérique. – Libération, 20/10/13

Vilnius Declaration. – Horizons for Social Sciences and Humanities. Vinius (Lithuania), 24 september 2013

Wieviorka, Michel. – Horizons for Social Sciences and Humanities : what follows Vilnius ? Michel Wieviorka Sociologue – Hypothèse.org, 23/09/13

Transformations sociales et ère numérique. – Forum mondial des sciences sociales 2013. Montréal

World Social Science Forum: Building a global platform for social sciences in the digital age. – Impact of Social Sciences – Blog LSE, 09/10/13

Transhumanisme. – Wikipedia

Humanity+ : Elevating the Human Condition

Kurzweil, Ray. – The singularity is near : when huamans transcend biology. – New York, Toronto, London : Penguin Books, 2005

Vion-Dury, Philippe. – Le transhumanisme français : que des surhommes, pas des sous-hommes. – Le Nouvel Observateur, 03/11/13

Les MOOCs, révolution pédagogique ou expression d’un conservatisme universitaire?

Un an après les universités américaines (voir le post de Prospectibles d’octobre 2012), l’enseignement supérieur français ouvre officiellement sa plateforme de « Cours en Ligne Ouverts et Massifs » (CLOMs : les fameux MOOCs) avec France Université Numérique (FUN).

Mais que recouvre exactement ce concept ? On connaissait depuis longtemps la « formation ouverte et à distance (FOAD), que le CNED assure toujours, même s’il a mis un peu de temps à se moderniser …

Un MOOC peut en cacher un autre … On distingue aujourd’hui deux types de Moocs :
- Les cMOOC (comme connectivisme), orientés vers la construction par l’apprenant lui-même de ses connaissances et compétences, en se référant à la théorie de l’apprentissage de George Siemens et Stephen Downes (voir l’article « connectivisme » dans Wikipedia). Dans cette théorie, les élèves et les étudiants sont capables d’apprendre seuls, avec des supports technologiques. Le savoir émerge de la mise en commun de leur expériences et n’est pas transmis par un professeur « ex cathedra ».
- Les xMOOCs reflètent un courant plus « transmissif » qui consistent en cours magistraux « coupés en rondelles » (vidéos d’une dizaine de minutes), accompagnés de quiz et d’exercices. C’est ce modèle qu’ont adoptés les MOOCs américains les plus connus : Coursera et edX. On a toujours la structure du cours magistral : le professeur délivre son cour du haut de sa chaire devant un certain nombre d’étudiants, mais c’est le périmètre de l’amphi qui s’est énormément élargi … Il est aujourd’hui aux dimension de la Terre entière, et l’unité de temps et de lieu n’est plus obligatoire sur la scène mondialisée ! Grâce aux nouvelles technologies et aux terminaux mobiles, les apprenants n’ont plus besoin de se retrouver dans la même salle à la même heure !
Comme l’explique Marcel Lebrun, professeur en technologies de l’éducation à l’ULB, dans son Blog de M@rcel, « on passe ainsi dans un éternel balancement du ‘Sage on the stage’ au ‘Guide on the side’ ». Ce professionnel de l’éducation s’interroge: « S’agit-il de ‘savoirs en boite’ (du fastlearning) promus par des SupersCampus d’une éducation devenue mondiale et dont les MOOCs seraient les vitrines ? Ou d’un soubresaut médiatisé d’un enseignement ex-cathedra hérité d’une époque où la lecture était la seule voie de la transmission ? Ou encore de la préparation en douce d’un guet-apens économique [...] »

Mais comme M@rcel, nous préférons nous concentrer sur l’aspect positif de ce phénomène, en y voyant « une occasion historique de construire ensemble un nouvel humanisme numérique ».
Un des éléments qui y contribue le plus semble être la « pédagogie inversée » (flipped learning).

L’histoire de cette nouvelle pédagogie est contée dans le dernier article de Xavier de la Porte dans InternetActu. Le proviseur d’un lycée américain, qui est aussi l’entraîneur de l’équipe de baseball, poste une série de courtes vidéos sur Youtube portant sur des passes techniques pour que les élèves (et surtout ses fils!) puissent les ‘réviser’ avant de pratiquer sur le terrain … Ces vidéos ont du succès ! Les élèves les regardent et même plusieurs fois. !« Ils assimilent les stratégies et cela laisse plus de temps, à l’entraînement, pour la mise en application et la pratique. ».
Convaincu du bien-fondé de sa méthode, le proviseur demande à des enseignants en sciences sociales de tenter une inversion avec une classe. Les cours sont mis en ligne et les heures de classes sont consacrées à la discussion et à la pratique. Les résultats de cet établissement, plutôt en difficulté, sont spectaculaires : les taux d’échecs aux évaluations sont en gros divisés par deux et ce, dans toutes les matières !
L’analyse de cette méthode montre essentiellement deux points importants :
- en dehors de la classe, les élèves préfèrent regarder les vidéos que de faire des devoirs … et surtout peuvent les regarder plusieurs fois
- à l’intérieur de la classe : la classe devient le lieu des questions. Ce qui permet aux enseignants d’identifier plus rapidement ceux qui n’ont pas compris.
Les enseignants doivent à présent plus réfléchir à la présentation de leurs cours, avec des contenus innovants.

Avec cette méthode, on assiste en fait à un paradoxe : en poussant jusqu’au bout la logique de ce que permet la technologie, on arrive à sa disparition : «la technologie sort totalement de la classe, qui devient le lieu de la discussion, des questions. «

Comme le souligne Michel Serre dans « Petite Poucette« , le sujet du savoir change avec les nouvelles technologies. « De même donc que la pédagogie fut inventée (paideia) par les Grecs, au moment de l’invention et de la propagation de l’écriture ; de même qu’elle se transforma quand émergea l’imprimerie, à la Renaissance ; de même, la pédagogie change totalement avec les nouvelles technologies. » Il en est de même du cadre dans lequel ce cadre est dispensé : « voici des jeunes gens auxquels nous prétendons dispenser de l’enseignement, au sein de cadres datant d’un âge qu’ils ne reconnaissent plus : bâtiments, cours de récréation, salles de classe, bancs, tables, amphithéâtres, campus, bibliothèques, laboratoires même, j’allais même dire savoirs… cadres datant, dis-je, d’un âge et adaptés à une ère où les hommes et le monde étaient ce qu’ils ne sont plus. » (ibid).

France Université numérique

Les MOOC : entre mirage technologique et virage pédagogique … le retour !. – Blog de M@rcel, 30/09/13

Serre, Michel. – Petite Poucette. Les nouveaux défis de l’éducation. – Institut de France, 01/03/11

Serre, Michel ; Stiegler, Bernard. – Philosophie magazine numéro 62, septembre 2012: « Pourquoi nous n’apprendrons plus comme avant ». – Vidéo sur Vimeo

Xavier de La Porte. – L’école inversée, ou comment la technologie produit sa disparition. InternetActu, 21/10/13

Le numérique, les bibliothèques, les big data et notre rapport au monde

Cette énumération à la Prévert peut sembler chaotique, mais elle révèle un certain malaise qui s’empare de nous devant la mutation des usages qu’implique le numérique dans notre vie quotidienne, et plus particulièrement dans les bibliothèques.
Cette réflexion m’est venue, en cette fin 2012 à la lecture de quelques posts décrivant la situation actuelle face au numérique.

D’abord l’enquête « Les Français et le savoir« , réalisée cet été par la TNS Sofres et cité dans « Veille documentaire » : le savoir est jugé important pour 56% des Français et 54% des personnes actives regrettent de ne pas y consacrer plus de temps … Quand à son utilité, pour 42% des interrogés, le savoir permet de « comprendre le monde qui nous entoure ».

Ce monde qui change si vite et dans des proportions si importantes qu’il peut en désarçonner certains, comme ces bibliothécaires dont parle Pierre Marige dans le dernier article d’Aka Reup « Numériquement incapables : stigmatisation et acculturation », ceux qui semblent « réfractaires à tout ce qui touche l’informatique », ceux qui déclarent, comme beaucoup de nos contemporains « Moi, de toute façon, j’y comprend rien ».
La stigmatisation qui découle de cette ignorance autoproclamée des nouvelles technologies est finement analysée et Marige démontre comment on passe d’un tri entre ‘intellectuels’ et ‘manuels’ à la différence entre ‘scientifiques’ et ‘littéraire’ pour finir avec les ‘connectés’ ou ‘digital natives’ et les vieux ‘incapables’. Pour finir par constater que ces jeunes nés avec l’internet sont en fait moins à l’aise qu’il n’y paraît avec le numérique … Et ont toujours besoin d’un bon médiateur pour trouver leurs références en bibliothèque …;-). La plupart de ces « digital natives », à part quelques ‘génies de l’informatique’ ne fait qu’utiliser ces nouveaux outils, ils n’en ont pas une connaissance approfondie. Tandis que les bibliothécaires, loin de simplement « s’adapter à ces nouvelles technologies, participent à leur création ». D’où l’importance de la formation continue dans le métier.

Dans la dernière livraison d’Internet Actu, Hubert Guillaud revient sur notre compréhension du monde avec l’arrivée des ‘big data’. Dans « De la statistique aux big data : ce qui change dans notre compréhension du monde« , il analyse l’intervention de Dominique Cardon sur ce sujet aux « Entretiens du nouveau monde industriel », les 17 et 18 décembre au Centre Pompidou.

Depuis quelques années, tout un chacun (militants, citoyens, entreprises, pouvoir publics) est d’accord pour « le partage et l’ouverture des données ». Tout le monde souhaite les rendre publiques. Mais ces précieuses données sont utilisées différemment suivant que l’on est journaliste, statisticien ou « data scientist ».
Alors que les statisticiens ont pour objectif de « dézoomer » ces informations pour comprendre la réalité sociale en la modélisant pour faire ressortir les corrélations entre catégories, le modèle des données ‘ouvertes’ « consiste à porter sur la place publique de la donnée ‘brute’ […] La plus proche possible du mythe d’une ‘nature sociale originale’ ». Le mouvement open data préfère les cartographies aux catégories et favorisent la personnalisation et l’individualisation. Les catégories sociologiques représentaient un monde désincarné, alors que l’univers des données parle à chacun de chacun. Ce décalage permet de mieux comprendre la crise des interprétations face aux nouveaux savoirs.

Un dernier post récapitule les nouvelles tendances du web en 2012. Il s’agit du : « [Best of 20012] Web : les 5 tendances majeures de l’année » sur FrenchWeb.fr .
Ces cinq grandes évolutions sont
- le boom de l’économie collaborative
- [H factor] le retour du facteur humain
- l’obsession des données et le quantified-self
- la déferlante des abonnements
- le real time bidding et les places d’Ad Exchange
Toutes ces informations devraient nous permettre de mieux méditer sur notre rapport au monde et au savoir pendant la trêve des confiseurs et mieux aborder l’année 2013 …

Bonnes Fêtes et Meilleurs voeux pour 2013

Pixel Perfect Digital – Free stock photos

Le numérique change-t-il le rapport au savoir ?

C’est ce que Vincent Berger, Président de l’Université Paris Diderot – Paris 7 a déclaré lors du « Kick off » de la « Social Good week », le 25 septembre dernier dans l’amphi Buffon. Intitulé « Comment les nouvelles technologies changent le monde » cet évènement veut marquer l’impact positif des nouvelles technologies dans les relations sociales et économiques, notamment au travers de l’économie sociale et solidaires et des ONG sur le web.

Vincent Berger a insisté pour sa part sur l’impact du numérique à l’Université. Grâce au e-learning et aux « amphis numériques », des milliers d’étudiants peuvent se connecter à des cours en ligne. Cela représente une « rupture épistémologique » en pédagogie : le rapport au savoir est bouleversé. En consultant « Wikipedia » sur leur smartphone, les étudiants trouvent plus d’informations que dans tous leurs cours jusqu’en licence …!
Évidemment, ces contenus numériques ne suffisent pas : il faut encore apprendre aux étudiants à se retrouver dans ce savoir, à se répérer, apprendre à « savoir savoir » …;-)
La pédagogie traditionnelle du professorat, le cours magistral, est désormais obsolète ! Cette nouvelle relation entre l’individu et le savoir doit transformer la relation pédagogique pour développer l’esprit critique et pratique. Car le numérique n’éloigne pas les individus, au contraire, il les rapproche !

Cette alternative à l’enseignement professoral « top down », se retrouve dans l’enseignement « peer to peer » qui repose sur l’idée « que l’on a toujours quelque chose à apprendre de n’importe qui » comment nous l’explique l’article qui y est consacré dans le blog Learning Shelter. L’enseignant se trouve alors au même niveau que l’élève qui apporte autant sa contribution dans la relation pédagogique. En général, cela se passe dans un contexte de communauté d’apprenants sur une plate-forme collaborative comme Skillshare.

Quand aux cours en ligne à l’université, ils sont en train de faire exploser toutes les statistiques, notamment aux États-Unis. Les principales universités américaines ont multiplié récemment leurs plate-formes de e-cours, qui sont prises d’assaut par des étudiants du monde entier.
Il faut dire qu’à ce sujet, les universités américaines ont changé leur modèle économique. En adoptant le « freemium », le e-cours gratuit à travers des plate-formes comme Cousera ou Edx, ces universités prestigieuses (Harvard, MIT, Berkeley, Princeton) ne font plus payer des droits faramineux aux étudiants pour suivre leurs cours …!!
Ces derniers peuvent suivre ces cours à distance en temps réel, en faisant les mêmes exercices que les étudiants inscrits en présentiel, pratiquement sans bourse délier ! Seul l’examen est payant et souvent aussi le manuel d’accompagnement sous forme de e-book, avec des coûts relativement modiques, mais qui chiffrent à des dizaines de milliers d’exemplaires ! Il est vrai que ces cours ne donnent pas accès à ces précieux sésames que sont les diplômes universitaires, mais s’ils les ont bien suivis, les « e-étudiants » auront droit à un certificat qu’il pourront utiliser dans leur CV et leurs recherche d’emploi …;-)

Mais ces cours en ligne ne sont pas uniquement utilisés par des étudiants virtuels. Ceux qui sont « normalement » inscrits à ces cours y ont aussi recours : en les consultant à l’avance, ils peuvent poser des questions à l’enseignant et en débattre avec lui lorsqu’ils assistent aux cours, au lieu de passer leur temps à prendre des notes … Ce mode « hybride » d’enseignement devrait connaître un succès garanti.

Avec les « MOOC » (Massive Online Open Classroom ), les universités et bientôt les écoles vont être forcées de repenser leurs cours, les horaires et les modes d’évaluation (exercices, examens) des contenus éducatifs où l’interactivité et la créativité des étudiants devront être prises en compte.
——-
L’enseignement P2P. – Learning Shelter. 4/004/20012

Vasseur, Flore. – La salle de classe planétaire. – Le Monde, 09/08/2012.

L’université en ligne est-elle l’avenir de l’éducation ?. – Blog – Regards sur le Numérique, 13/008/2012

Service(s) aux usagers : une innovation en bibliothèque qui remonte à un siècle !

Le ou les « service(s) aux usagers » (SAU : département auquel j’appartiens à Bibliothèque de Sciences Po) fait partie des dernières préconisations en matière d’activités des bibliothèques. Ils se retrouvent, par exemple au cœur des interventions de la Journée d’étude de l’ADBS, lors de l’i-Expo 2012.

Or, on retrouve cette préoccupation dans l’ouvrage d’Eugène Morel (1869-1934), « La Librairie publique », datant de 1908 et cité dans l’article de Lydie Ducolomb « Eugène Morel et la section des bibliothèques moderne : une réflexion sur la formation professionnelle des bibliothécaires au début du XXe siècle », publié dans le BBF de février 2012.
Pour ce bibliothécaire visionnaire « Il faut exciter sans cesse le public, le fournir de renseignement de toute sorte, chercher pour lui [...], suivre l’actualité, dresser à chaque moment l’état des ressources de la librairie sur les sujets les plus diveers : une guerre, des tarifs douaniers, une loi sociale, une invention nouvelle … »

On retrouve là les services « push » que les bibliothèques et centres de documentation peuvent mettre au service de touts les catégories de lecteurs : jeunes lecteurs ou étudiants grâce aux réseaux sociaux ou blogs, dossiers documentaires ; services au chercheurs aussi, comme il en ressort dans l’article d’Archimag de Juin 2012 « Chercheurs, technologies et bibliothèques universitaires : questions d’usages ». Guillaume Nuttin y interroge trois responsables sur les besoins des chercheurs en information scientifique et technique (IST). Jean-Michel Barbiche, conservateur à la Bibliothèque de l’Ecole Centrale de Paris souligne « La qualité d’une bibliothèque ne se mesure pas à la quantité de documents qu’elle propose, mais à l’aune des services proposés autour des ressources ».
Odile Hologne, directrice déléguée à l’Information scientifique et technique à l’INRA explicite cette révolution copernicienne de l’activité documentaire « Nous avons repositionné complètement l’offre de services en IST pour les scientifiques : veille, bibliométrie, gestion des connaissances. Au lieu de nous positionner sur la gestion du stoock de documents, nous nous orientons sur l’analyse de l’information ».
Mais, comme le fait remarquer Ghislaine Charton, professeure à L’INTD « les chercheurs, dans leur grande majorrité, ne veulent pas être formés, faute de temps ou à cause d’autres priorités liées à leurs recherches. [...] Il faut lever les barrières techniques et mmultiplier les services d’accompagnement de l’usager, en présentiel ou à distance ».

La formation des utilisateurs devient ainsi une des principales activités des professionnels de l’information qui retrouvent là leur mission de médiation.

Ce sont ces nouvelles compétences des « bib/docs » qu’explore Claudine Masse, Directrice de l’EBD, dans sa contribution « Nouveaux territoires pour les professionnels de l’information : l’évolution des compétences » Journée d’étude de l’ADBS, i-Expo 2012.
Elle insiste sur les compétences à acquérir ou approfondir dans le cadre de son école. Outre le management et la gestion de projet, l’architecture de l’information, la gestion et la production de contenus, les futures bibliothécaires et documentalistes devront acquérir des compétences dans la veille et des compétences transverses : langue (anglais), informatique, travail en équipe, communication écrite et orale.
L’exploitation de ces compétences permettra une maîtrise des bases de l’information-documentation (gestion et recherche documentaire, traitement, produits et services doc.) mais aussi le développement d’une expertise : architecture de l’information, veille, conduite de projet, archive et record management, communication/marketing, etc.

Ces expertises se retrouvent dans l’analyse de Loïc Lebigre à cette même journée d’étude à i-Expo « Vers un observatoire ADBS des fonctions « information » : opportunités et enjeux ».
De nouvelles fonctions émergen t pour les professionnels de l’information à partir du contexte des évolutions technologiques et sociétales :
- la fonction de « Coordination » pour les pratiques collaboratives
- Celle d’ »éditorialisation » (curation) et d’ »Analyse expertise métier » devant la surabondance des données accessibles et raccourcissement des cycles (R&D, production, valorisation)
- La « Maîtrise d’usage et gouvernance du SI » face à l’innovation technologique permanente et la diversité des solutions mobilisables.

Dans sa communication « Valeurs ajoutée des médiateurs » à cette même journée d’étude, Ghislaine Chartron identifie quatre pôles de compétences pour les professionnels de l’information : Gestion-Qualité ; Informatique ; Performance de l’activité principale et Communication-formation.

Dans la conclusion de son article, Lydie Ducolomb souligne que « l’héritage d’Eugène Morel [consiste] en une conception globale du rôle du bibliothécaire dans la société : informer, communiquer, rendre service, permettre l’accès de tous à la culture »

Table ronde « Nouveaux territoires pour les professionnels de l’information » animée par Elisabeth Gayon, présidente de l’ADBS, sur le salon i-expo 2012 – Journée d’étude, 14 juin 2012

Ducolomb, Lydie. – Eugène Morel et la section des bibliothèques modernes : une réflexion sur la formation professionnelle des bibliothécaires au début du XXe siècle ». – Bulletin des bibliothèques de France. – (20012/02)t.57:n°1, p.35-38

Nuttin, Guillaume. – Chercheurs, technologies et bibliothèques universitaires : questions d’usages. – Archimag. – (2012-06)n°255, p. 21-22.

Fab Labs et Bibliothèques

Je ne pensais revenir sur les Fab Labs après mon dernier post, surtout dans le cadre des bibliothèques. J’ai d’ailleurs été surprise par certains commentaires, l’un liant ces pratiques au champ du politique, et l’autre me proposant d’organiser un événement « Fab Lab » à la Bibliothèque de Sciences Po …

J’ai retrouvé le thème des « Fab Labs » et des « makers » dans l’actualité récente des blogs d’information.
Dans « Made in ma bibliothèque », Sabine Blanc d’Owni, évoque les initiatives de deux bibliothèques américaines, celle de Wesport et la « La Fayetteville Free Library », qui, la première avec un « makerspace » et la seconde avec un « Fabulous Laboratory » permettent à leurs usagers d’exprimer leur créativité … ;-)

Lassés du virtuel, les lecteurs se plongent ainsi dans la fabrication concrète d’objets – aidés toutefois d’outils numériques : imprimantes 3D, découpe laser, etc…

Ces clubs de bricolage du 21e siècle deviennent parfois des pépinières de starts-up, grâce à l’esprit de partage et de coopération d’internet …

Ce sont ces espaces de coopération pour « travailler, se former et échanger » que veut développer « Artesi » (devenu depuis la Fonderie) le « groupe de travail international francophone sur les Tiers Lieux ».
Table interactive, table à graver et projections - Artilect-Fablab ToulouseIssue des « Rencontres d’Autrans 2012 » (11-13 janvier), cette initiative veut regrouper des « lieux passerelles coopératifs » : espaces de coworking, fab labs, hackers spaces, Espaces publics numériques, etc.
Pour en revenir aux bibliothèques comme « Tiers lieux », Claire Margeron, dans Préfiguration d’un méta-modèle de la bibliothèque du 21e siècle (ENSSIB Brèves, 11/07/12), cite le projet ArtilectFabLab accueilli à la Médiathèque de Toulouse en juin 2012.

La face concrète de l’innovation numérique : les « Fab Labs »

Depuis quelques semaines, les « Fab Labs » sont à l’honneur : le 20 mars 2012, la Fing y a consacré un de ses « Carrefour du possible » ; le projet « Fab Lab Squared » a été retenu dans le cadre de l’appel à projets « Prototypes Technologiques », lancé par la région Ile de France et Cap Digital et le Centre Pompidou a prévu une conférence à l’RI (Institut de Recherche et d’innovation) le 20 juin dans la cadre de « Futur en Seine » (14-24 juin 2012), mais les Fab Labs se retrouvent aussi dans l’exposition « Multiversités créatives » qui aborde le côté créatif de l’innovation (du 3 mai au 6 août 2012).

Mais, qu’est-ce donc qu’un Fab Lab ? Le « Fab Lab » – abréviation de « Fabrication Laboratory » – est une plate-forme ouverte de création et de prototypage d’objets physiques, « intelligents » ou non. Il s’adresse aux entrepreneurs (ou aux bricoleurs) qui veulent passer plus vite du concept au prototype… (FING)
Initié en 2004 par le MIT, le réseau des Fab labs ne cesse de se développer. Dans ces ateliers postmodernes, différentes machines (découpes laser, fraiseuses, imprimantes 3D) sont contrôlées par des logiciels de conception et de fabrication assistés par ordinateurs et permettent de fabriquer rapidement des prototypes …

On trouve des Fab labs, aussi bien dans les centres de recherche du Nord que dans les pays du Sud où l’innovation comble le retard industriel. C’est le cas, notamment du « LED Project » de « Fairtrade Electronic », une ONG qui a coordonne la fabrication de diodes électroluminescentes (LED) « open source » dans une processus de commerce équitable, qui s’appuie sur des pratiques et des philosophies de production émergentes dites “industrie de proximité” dans des pays comme la Mauritanie.

Des Fab Labs, ouverts à tous, se sont aussi créés dans des centres de recherches ou des universités, comme le « Fac Lab » de Gennevilliers au sein de l’Université de Cergy-Pontoise. « Le FacLab est une communauté de personnes d’horizons très divers : designers, artistes, ingénieurs, artisans, étudiants, chercheurs, enseignants, citoyens, enfants, … réunis par l’envie de matérialiser une idée. »
C’est aussi un lieu d’innovation pédagogique, qui décloisonne les filières traditionnelles et propose des formations axées sur la fabrication numérique.

A l’autre bout de la « société de la connaissance », « La Paillasse« , laboratoire de passionnés en biologie (étudiants, chercheurs et amateurs), est un espace « DIY Bio-Hackerspace », qui s’essaie à de nouvelles approches, ouvertes et contradictoires de la biologie, comme le « DNA barcoding », dont « le but sera d’utiliser les techniques de base de Biologie Moléculaire pour identifier les micro-organismes, les espèces végétales et les animaux qui nous entourent. On tentera même de la detection d’OGM !  »

Ces pratiques de « science citoyenne » comme la fabrication numérique, redessinent les frontières de la propriété intellectuelle, de l’économie participative, de la relocalisation des savoir-faire et des outils de production.

De nouveaux modèles économiques s’esquissent à la croisée des compétences, du savoir, de la matière et de l’immatériel.

La valeur ajoutée des Bibliothèques pour la recherche

L’ABDU (Association des Directeurs et personnels de direction des Bibliothèques Universitaires et de la Documentation) vient de faire traduire un rapport « The value of libraries for research and researchers » publié en mars 2011 par le Research Information Network (RIN) et Research Libraries United Kingdom (RLUK) du Royaume-Uni. « Valeur des bibliothèques pour la recherche et les chercheurs » présente les conclusions d’une étude, reposant sur l’analyse des données statistiques de 67 établissements d’enseignement supérieur du Royaume Uni ainsi que sur une analyse qualitative menée auprès de bibliothécaires et de chercheurs de neuf institutions d’enseignement supérieur britanniques, basée sur des entretiens et des « focus groups ». Il s’agissait de déterminer s’il existe une corrélation entre l’activité de la bibliothèque et les performances en matière de recherche de l’établissement.

Avec la numérisation des ressources, les chercheurs ne se déplacent plus pour fréquenter la Bibliothèque et ne considèrent celle-ci que comme comme un intermédiaire pour accéder aux documents. Comment re-fidéliser ces usagers spéciaux que sont les chercheurs et quels services leur proposer ?

L’étude recense 11 attitudes et bonnes pratiques recommandées pour adapter les services des bibliothèques aux besoins des chercheurs. Outre les compétences en information et organisation et une bonne maîtrise des sujets, il faut : des professionnels de l’information « proactifs », une forte culture de service, une bibliothèque ouverte sur son environnement, des ressources documentaires solides, un catalogue accessible au public, des espaces flexibles, un dépôt institutionnel, une position neutre dans l’institution et enfin arriver à faire percevoir la bibliothèque comme le « lieu » du savoir.

Ces attitudes conduiraient à une bonne connaissance de l’environnement extérieur en resserrant les liens entre chercheurs et bibliothécaires. Avec des services axés sur la recherche, la bibliothèque jouerait un rôle plus important dans l’institution. Cela améliorerait les pratiques documentaires des chercheurs dans un meilleur environnement de recherche.

En augmentant la visibilité et la réputation de la bibliothèque, ces aspects rejailliraient sur l’établissement universitaire. Ces bonnes conditions favoriseraient les financements et les bourses de recherche tout en accroissant le potentiel et la qualité de la recherche. Qui permettront, à leur tour, un meilleur recrutement et maintien de chercheurs qualifiés.

Les nouvelles tendances de l’organisation des connaissances : thème du colloque de l’ISKO

« Stabilité et dynamisme dans l’organisation des connaissances », c’est le thème du 8e Colloque de l’International Society for Knowledge Organization (ISKO) qui se tiendra les 27-28 à l’Université Charles-de-Gaulle Lille 3.
Le débat portera autant sur l’évolution des langages contrôlés à l’ère du ‘web sémantique’ et sur les mutations dans les pratiques professionnelles (pratiques collaboratives, transformation des formes documentaires, dématérialisation, nouvelles formes éditoriales et nouveaux modes de représentation et de circulation de l’information et des connaissances) que des nouvelles pratiques des usagers et des usages de nouveau outils de classification et de catégorisation (folksonomies).

Staypressed theme by Themocracy