The political economy of voting: wealth, taxation, and redistribution, a new research project

The political economy of voting: wealth, taxation, and redistributionThe political economy of voting: wealth, taxation, and redistribution, a new research project from Sciences Po gets funding from Paris’ research program “Emergence(s)”.

Since the famous word of Bill Clinton « It’s the economy, stupid » in 1992, the impact of the economy on elections is a well-established fact. Political science and economics have proposed a theory of economic voting. This project aims at filing in some gaps of this literature. For instance, this project involves taking into account not only voters’ revenues but also voters’ wealth to understand individual vote choice. It considers issues linked to public policies in the field of the economy and taxation (is public debt a salient issue for voters? what are the preferences of voters about the balance among taxation of firms, individual revenues, wealth, or consumption?) and their importance for electoral outcomes.
To answer these questions, this project proposes an innovative methodological set-up, based on the conjunction of comparative cross-sectional opinion surveys and laboratory experiments.
This project thus develops a better understanding of electoral behavior and will contribute to public debates about the role of poverty and social exclusion in electoral outcomes as well as about the meaning of the mandate for the next French president in terms of expected levels of redistribution and inequalities.
The research program “Emergence(s)” of the City of Paris aims at supporting scientific excellence and innovation by funding young interdisciplinary teams. Sciences Po’s team, led by Nicolas Sauger, is one of the four teams selected for the human and social sciences. The grant amounts to € 270.000 over three years.

Les Avocats : Identité, culture et devenir, par Louis Assier-Andrieu

Louis Assier-Andrieu
Les Avocats, Identité, culture et devenir

Lextenso éds.

Les avocats sont à la croisée des chemins, tiraillés entre l’héritage toujours vivace de la défense des libertés publiques et l’emprise croissante des logiques économiques. Mais l’avocat n’est jamais véritablement un « marchand de droit » : il participe souverainement à la construction sans cesse renouvelée de l’État de droit qui instaure notre existence démocratique.
Cet essai met au jour la nature profonde de ce que l’avocat sert à faire dans la société, depuis les origines de la profession jusqu’à aujourd’hui. Il s’attache aussi à cibler les principaux enjeux et les principales contradictions devant lesquels cette activité de défense et de conseil d’autrui, originale entre toutes par son indépendance, résolument solidaire de l’intérêt général, se trouve placée dans la civilisation occidentale et dans la France de notre temps. En savoir plus.

Louis Assier-Andrieu est directeur de recherche au CNRS – Centre d’Études Européennes et professeur à l’École de Droit. Voir ses publications.

The European Research Council has awarded an ERC Starting Grant to Jenny Andersson

The European Research Council has awarded an ERC Starting Grant to Jenny Andersson for her research project : A political history of the future: knowledge production and future governance 1945-2010

Jenny Andersson is a research fellow CNRS at CERI. The ERC Starting Grants aim to support up-and-coming research leaders who are about to establish or consolidate a proper research team and to start conducting their independent research in Europe.
Her research project – A political history of the future: knowledge production and future governance 1945-2010 – FUTUREPOL – studies how contemporary societies engage with the future. It seeks to answer the fundamental question: How does the future become an object of governance?  See the website.

Karoline Postel-Vinay publie « Le G20, laboratoire d’un monde émergent »

Le G20, laboratoire d’un monde émergent
Karoline Postel-Vinay
Presses de Sciences Po, octobre 2011
Le G20 forme un aréopage hétéroclite à l’image de la métamorphose du monde. Ni groupe du Nord, comme le G8, ni groupe du Sud, comme le G77, il réunit des pays développés et des « émergents », des démocraties et des régimes autoritaires, des gouvernements laïcs et religieux. En diversifiant ses interlocuteurs – agences de l’ONU, monde des entreprises, partenaires sociaux –, il répond à une demande croissante de participation au plan international. Il a favorisé une redistribution du pouvoir, longtemps réclamée par le FMI. Pourrait-il aider aussi l’ONU à se réformer ? En savoir plus.

Karoline Postel-Vinay est directrice de recherche au CERIElle fait partie du comité de lecture de la revue d’études japonaises Ebisu et est co-éditrice de la collection « Global Order Studies » (Routledge). Elle appartient au réseau « Re-Thinking Europe in a Non-European World » de l’université d’Oxford et participe au projet IDEAS du Conseil Européen de la Recherche. Au CERI, elle est membre du comité éditorial de l’Encyclopédie des Violences de Masse. Elle assure l’animation scientifique du  site « G8/G20, Nouveau Monde, Nouveaux Débats ».

Économie du développement soutenable

Économie du développement soutenable L’OFCE édite le 1er numéro de sa série « Débats et politiques ». Réalisé sous la direction d’Éloi Laurent, il est consacré à l’économie du développement soutenable,

La question écologique redessine les frontières des disciplines scientifiques.La physique et la chimie, la biologie et la géologie se rapprochent, s’articulent et s’intègrent en une science de la Terre (Earth science) dont l’étude en systèmes (Earth systems) monte en puissance dans les meilleures universités du monde. Ce savoir nouveau ne pourra toutefois se muer en une véritable science de la soutenabilité qu’avec le concours des sciences sociales et des humanités, qui elles-mêmes commencent à organiser leur dialogue méthodologique sur le terrain écologique. La question de la place de l’économie dans cette recomposition fondamentale est donc aujourd’hui posée. Ce premier ouvrage de la série Débats et  politiques de la Revue de l’OFCE, entend, à sa mesure, contribuer à l’éclairer.

Télécharger le numéro

Profile of Laurent Lesnard, winner of CNRS Bronze Medal 2011

Laurent Lesnard

The Bronze Medal is awarded for a researcher’s first work, which heralds their arrival as a talented new specialist in their field. This accolade is an encouragement from CNRS to continue with research that is already ground-breaking and fruitful.

Laurent Lesnard is a sociologist of time in contemporary societies. He studies questions of individual and domestic working hours and the transformation of social ties.
This young sociologist has developed a quantitative method that takes into account the chronological dimension of everyday activities, previously understood only in terms of time-budgets and durations. Thanks to this method, Laurent has shown that many couples today have highly desynchronised working days. The effects on family relationships has led him to speak of “disarticulated families.”

A former student of the École Nationale de la Statistique et de l’Administration Economique (ENSAE) and the École normale supérieure of Cachan, Laurent Lesnard is a researcher at CNRS, a member of the Observatoire sociologique du changement (OSC) and Director of the Centre de données socio-politiques (CDSP), units of Sciences Po/CNRS. He is also an associate researcher at the Laboratoire de sociologie quantitative du Centre de recherche en économie et statistique (CREST-INSEE) and the Centre for Time Use Research (OxfordUniversity).

Gilles Favarel-Garrigues publishes « Policing Economic Crime in Russia: From Soviet Planned Economy to Privatization »

Policing Economic Crime in Russia: From Soviet Planned Economy to PrivatizationPolicing Economic Crime in Russia: From Soviet Planned Economy to Privatization
Gilles Favarel-Garrigues
Columbia University Press, October 2011

Gilles Favarel-Garrigues explores the management of economic crime in Russia, from the time of Leonid Brezhnev to Boris Yeltsin, recasting the history of the « criminal problem » that has tainted Russian politics since the late 1980s. In the closing decades of the Soviet regime, shortages of goods and services precipitated a rapid increase in black market and underground practices, visible to all yet wholly illegal. Favarel-Garrigues explains why certain cases were selected for prosecution and why particular funds and manpower were deployed to combat « economic crime. » Law enforcement agencies were also charged with stemming the fallout from Mikhail Gorbachev’s liberal economic reforms. Russia’s judicial framework proved too obsolete to deal with far-reaching economic change, tempting many in law enforcement to privatize their professional know-how. Drawing on firsthand research with both criminals and policemen, Favarel-Garrigues scrupulously investigates the changing face of criminal law and its practice before and after the fall of the Soviet state. More information and reviews.

Gilles Favarel-Garrigues is a CNRS researcher at CERI, specializing in Russian law enforcement and the global drive to stop transnational crime. He serves on the editorial board of Critique Internationale, Cultures and Conflicts, and International Political Sociology, and is the coauthor of Crime and StatesSee his publications.

Genre, Inégalités, Discriminations : un nouveau réseau de recherche financé par la Région Ile de France

La Région Île-de-France a sélectionné le projet de constitution d’un réseau inter-institutionnel et interdisciplinaire de recherche intitulé « Genre, Inégalités, Discriminations », dont Sciences Po est partie prenante.

Il sera financé dans le cadre des projets relevant des Domaines d’Intérêt Majeur, retenus pour la période 2012-2015 par la Région. Le réseau sera constitué en deux pôles : un pôle Genre, animé par l’Institut Émilie du Châtelet, et un pôle Discrimination animé par un Groupement d’Intérêt Scientifique réunissant les institutions partenaires. Parmi les activités de ce réseau figurent l’octroi d’allocations de recherche doctorales et post-doctorales, la création d’un « Observatoire des discriminations », le soutien à des manifestations scientifiques et à des publications ainsi que le financement de chaires d’accueil et d’une chaire d’excellence.

La participation de Sciences Po à ce réseau s’inscrit dans le prolongement d’initiatives internes :

Worker’s Women (MST), during the protest at the World March of Women - © Tatiana Cardeal

La direction s’appuiera sur un comité de pilotage composé de François Héran (INED, co-président), Florence Rochefort (EPHE/CNRS, co-présidente), Michel Bozon (INED), Gwénaële Calvès (Cergy-Pontoise), Éric Fassin (ENS), Jacqueline Laufer (HEC), Yannick L’Horty (Paris-Est), Catherine Louveau, (Paris Sud), Frédérique Matonti (Paris 1), Dominique Meurs (Paris 10), Pascale Molinier (Paris 13), Pascale Petit (Evry-Val-d’Essonne), Frédérique Pigeyre (Paris-Est-Créteil), Christian Poiret (Paris Diderot-Paris 7), Daniel Sabbagh (Sciences Po) et Patrick Simon (INED).

L’OFCE ouvre un blog dédié aux débats économiques des élections 2012

Les chercheurs de l’Observatoire français des conjonctures économiques ouvrent un blog dédié à la campagne 2012 www.ofce.sciences-po.fr/blog2012.
L’analyse en continu des questions de politiques économiques permet à l’OFCE de remplir en ligne une de ses missions : animer le débat public, susciter la réflexion, poser des questions et apporter, quand cela est possible, les réponses que suggèrent la théorie économique et les travaux empiriques. L’OFCE est désormais présent dans la blogosphère et s’installe dans les campagnes électorales pour observer afin d’influencer, pour analyser afin de contribuer ; tout cela avec un effort constant de clarté indispensable aux choix des citoyens.
L’OFCE n’est pas monolithique, il s’exprime – en toute indépendance et sans esprit partisan – par la voix de ses chercheurs. Il n’y a pas de pensée unique de l’OFCE. Derrière la diversité des approches et la variété des sujets qui seront abordés dans ce blog, la seule unité est celle que donne la rigueur de l’analyse économique.
Et parce que nous n’imaginons pas un discours unilatéral, le blog de campagne OFCE 2012 est un moyen efficace pour dialoguer avec toutes celles et tous ceux qui considèrent qu’une campagne électorale française mérite un débat économique.

Philippe Weil, président de l’OFCE