Séminaire Etats Educateurs: Le processus de Bologne et ses conséquences sur l’éducation 14/10/2010

15 novembre 2010 par Communication scientifique

Les échelles d’analyse des politiques éducatives – Séance 1

« Le processus de Bologne et ses conséquences sur l’éducation »

Jeudi 14 octobre 2010 (17h-19h)

Institut d’études politiques de Paris – Salle Goguel (5e étage) – 56, rue des Saints-Pères, Paris 7ème

Le lancement du processus de Bologne en 1998-1999, visant initialement à construire un espace européen de l’enseignement supérieur avant 2010, marque incontestablement l’apparition d’un nouvel échelon de décision en matière de politique éducative et de production de normes. Se développant de façon concomitante à plusieurs transformations importantes de la gouvernance des systèmes d’enseignement supérieur (classements internationaux d’universités, méthode ouverte de coordination, MOC, déclaration de Lisbonne), il fait l’objet de nombreuses lectures critiques relatives notamment à la marchandisation de la connaissance.

Sans remettre en cause ni la légitimité politique ni le bien-fondé éventuel de ces lectures, cette première séance propose de revenir, à la lumière de travaux de science politique et de sociologie, sur la mise en œuvre de ce processus, sur ses enjeux politiques et sur ses effets sur la politique éducative de manière générale. Comment fonctionne ce nouvel échelon de décision ? Peut-on comparer ce processus à d’autres qui affectent plus directement les politiques scolaires comme la MOC ?
Pour répondre à ces questions, Pauline Ravinet analysera la phase de construction de ce nouvel espace européen de l’enseignement supérieur pour interroger ses éventuels points communs avec la MOC en éducation. Sarah Croché abordera pour sa part les rapports entre les États et la Commission européenne dans le domaine de l’enseignement supérieur pour proposer ensuite une analyse des effets des orientations de la Commission sur les politiques nationales d’enseignement supérieur et secondaire en Belgique.

Le processus de Bologne : les dynamiques paradoxales de construction d’un espace européen d’enseignement supérieur Pauline Ravinet (CERAPS, Lille 2)

Pauline Ravinet est maître de conférences en science politique à l’Université Lille 2, chercheuse au Centre d’Études et de Recherches Administratives, Politiques et Sociales (CERAPS, Lille 2-CNRS), et chercheuse associée au Centre de sociologie des organisations (Sciences-Po-CNRS). Collaboratrice scientifique au CEVIPOL (Université Libre de Bruxelles), elle est l’auteure de plusieurs articles sur le processus de Bologne.

Les politiques d’éducation entre l’Europe et les États Sarah Croché (FNRS, FUCaM)

Sarah Croché est chargée de recherches du F.R.S.-FNRS (Fonds National de la Recherche Scientifique) aux Facultés universitaires catholiques de Mons (Académie universitaire Louvain). Docteur en sciences politiques et sociales et docteur en sciences de l’éducation depuis 2009, sa thèse a porté sur le rôle de la Commission européenne dans le processus de Bologne. Elle vient de publier un ouvrage sur Le pilotage du processus de Bologne (Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, 2010).

 
 
 

Laisser un commentaire