Préhistoire une énigme moderne, rencontre avec Maria Stavrinaki

couv catalogue

Sur l’ombre que je suis déjà gravite la charge du passé. Elle est infinie.

C’est sur ce vers de Jorge Luis Borges que s’ouvre l’exposition Préhistoire une énigme moderne, présentée au Centre Pompidou du 8 mai au 16 septembre 2019. Face à Borges, le crâne d’un Homme de Croc-Magnon vieux de 28 000 ans, découvert aux Eyzies, toise le visiteur.

Cette entrée spéculative, métaphysique, illustre l’intention des trois co-commissaires de montrer comment la découverte de l’histoire longue de l’humanité, invention du XIXe siècle, si elle a bouleversé le monde de la connaissance, a influencé durablement les artistes.

Maria Stavrinaki, professeure d’histoire de l’art à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, a accordé à SPEAP le privilège d’une visite commentée. A la fois précise et didactique, la co-commissaire a pris soin, tout au long de la visite, de mettre en perspective l’évolution de l’histoire de l’art et celle des découvertes scientifiques. Selon elle, l’invention du temps de la Préhistoire, instable par nature et sans cesse remodelé, doit être comprise dans sa dialectique avec le présentisme et l’accélération qui caractérisent le progrès, particulièrement à partir du XIXe siècle : « Cette histoire longue remet en cause ce que nous sommes et notre rapport au monde ».

À lire, à voir :
> Maria Stavrinaki, Saisis par la préhistoire : Enquête sur l’art et le temps des modernes
471p, Les Presses du réel, mai 2019
> Le catalogue de l’exposition est à feuilleter ici. https://bit.ly/35FAze1
> Une visite filmée (14 min.) de l’exposition par Maria Stavrinaki est visible ici. https://www.centrepompidou.fr/cpv/live/ExpoPrehistoire

 

 Préhistoire 12_09_19
Préhistoire 12_09_19_2