Images du globe : histoire et sociologie politiques de ses représentations publiques L'Europe englobante (et trois autres continents) sur la façade de The National Museum of the American Indian, New York - Images du globe : histoire et sociologie politiques de ses représentations publiques
 
 

L’Europe englobante (et trois autres continents) sur la façade de The National Museum of the American Indian, New York

25 mai 2011 par dcolas

Le MNAI (The National Museum of the American Indian : http://www.nmai.si.edu/) a des bâtiments à Washington et New York. Ceux-ci sont ironiques car ils sont installés dans l’ancien immeuble des douanes de la ville, One Bowling Green, tout en bas de Manhattan.

« Opened in October 1994, the George Gustav Heye Center of the National Museum of the American Indian, at the historic Alexander Hamilton U.S. Custom House in lower Manhattan, serves as the National Museum of the American Indian’s exhibition and education facility in New York City. Permanent and temporary exhibitions, as well as a range of public programs—including music and dance performances, films, and symposia—explore the diversity of the Native people of the Americas and the strength and continuity of their cultures from the earliest times to the present. »

The National Museum of the American Indian ancien Alexander Hamilton U.S. Custom House, 1907, (Photo D. Colas) avril 2011

Le bâtiment, fin XIXe siècle, était celui des Douanes de New York.
Il s’inscrit dans l’histoire étatique américaine (« In 1860, customs revenue represented 90% of all federal funds deposited in the U.S. Treasury » http://www.oldnycustomhouse.gov/history/). L’édifice  a été inauguré e n 1907  et il a été construit pas l’architecte  Cass Gilbert. Sur la façade la statue des quatre continents au niveau de la rue, et plus haut une série de statues mythologiques. (vidéo : http://www.gsa.gov/portal/content/147021). Les quatre continents sont dus à Charles Chester French (dont on connait la fameuse statue de Lincoln dans le Memorial qui lui est consacré à Washington).

Ces statues obéissent à un code figuratif qui véhicule des stéréotypes sur les continents, comme pour l’Afrique, une femme lasse (tout le contraire de celle de Carpeaux). Elles sont toutes assisses ce qui les immobilise, et elles portent un couvre chef ce qui augmente leur caractère spécifique.

Alexander Hamilton U.S. Custom House. Les quatre continents. Au début de Broadway. Sur la droite on se dirige vers Battery Park (photo D. Colas).

 

La sculpture qui représente l’Europe est celle d’une femme accompagnée de tout un ensemble de symbole, objets, figures humaines, comme pour l’Asie, l’Amérique et l’Afrique. (http://nyc-architecture.com/LM/LM012-ALEXANDERHAMILTONCUSTOMHOUSE.htm) Celle-ci au visage de femme noire, endormie, a sur le côté droit un sphinx et à sa gauche un lion.  (http://www.yeodoug.com/resources/dc_french/continents/dcfrench_africa.html). C’est la seule statue qui montre une femme largement dévêtue : indolence et état de nature.

Africa sur la façade Alexander Hamilton U.S. Custom House, par French 1904 (photo D. Colas)

America qui porte un flambeau est associé àun aigle, symbole des Etats-Unis, dans un ensemble où on trouve aussi un indien américain tandis qu’elle a une gerbe d’épis de maïs sur les genoux. Un travailleur (Labor) utilise une roue ailée pour aiguiser un outil (http://www.yeodoug.com/resources/dc_french/continents/dcfrench_america.html).

America, Alexander Hamilton U.S. Custom House, par French 1904 (photo D. Colas)

 

Le trône de l’Asie, qui a une divinité sur ses genoux, repose sur des crânes dont on voit les orbites sous ses pieds. (http://www.yeodoug.com/resources/dc_french/continents/dcfrench_asia.html).

Alexander Hamilton U.S. Custom House, par French 1904 (photo D. Colas

Asia, Alexander Hamilton U.S. Custom House, par French 1904 (photo D. Colas)

 

L’Europe est coiffée d’une forme de couronne de remparts, un symbole de la Cité et de la civilisation (Voir  Dominique Colas, An Icon of the Republic: Statues of Rampart-Crowned Women in Paris, Prague and Italy in Dominique Colas and Oleg Kharkhordine, eds., The Materiatlity of Res publica. How to Do Things with PublicsCambrigde Scholars publishing).

Et parmi les attributs de l’Europe un globe terrestre surmonté d’un livre sur lequel elle s’appuie.

Europa sur la façade du Alexander Hamilton U.S. Custom House, par French 1904 (photo D. Colas).

Sur la gauche de l’Europe une proue de navire, une ancre et plus haut un lion et un aigle. Le bras du siège est orné par la frise du Parthénon.

 

Europa, côté droit sur la façade du Alexander Hamilton U.S. Custom House (photo D. Colas)

La frise du Parthénon se retrouve de l’autre côté. Mais on voit surtout un homme la tête couverte d’un drap et qui tient une sphère qui porte un laurier. Enigmatique. Mais dans ces sculptures qui mêlent symboles, citations et programme on peut savoir ce que l’artiste voulait représenter par ses déclarations  : cet homme est censé représenté l' »histoire ancienne ». Il lit un rouleau. Et la sphère qu’il tient est un crâne !

Europa, côté gauche, sur la façade du Alexander Hamilton U.S. Custom House (photo D. Colas)

 

De face on voit une sphère de grand volume  : un globe terrestres sur lequel on discerne les limites des terres immergées.

Le globe dans la statue de l'Europe, détail. On reconnait l'Europe occidentale. (photo D.Colas)

Le globe dans la statue de l'Europe, détail. On reconnait l'Europe occidentale. (photo D.Colas)

L’Europe a ainsi un privilège : elle comprend tous les autres continents et se comprend elle-même. Et même si elle est sur le même plan que les autres, traité avec la même esthétique académique et symbolique, elle surpasse les autres figures.Elle est englobante.

 

Cet ensemble acquiert une signification rétrospective forte par un jeu à la fois métonymique et métaphorique avec la Sphere de Fritz Koenig, qui était devant le World Trade Center et qui se trouve maintenant à quelques dizaines de mètres à Battery Park. Et alors que l’ancien bâtiment des douanes ne semble pas attirer les spectateurs pour sa façade mais des visiteurs pour le musée qu’il abrite, la Sphere, qui agit comme un mémorial pour l’attaque du 11 septembre 2001, attire des visiteurs qui viennent la regarder et certains paraissent y méditer.

La Sphere de Fritz Koenig autrefois devant le World Trade Center, derrière le Alexander Hamilton U.S. Custom House (photo D. Colas), avril 2011

 

 

 

 

 
 
 

Laisser un commentaire