Images du globe : histoire et sociologie politiques de ses représentations publiques Unisphere à Columbus Circle et à Flushing Meadows : un globe dans le Queens - Images du globe : histoire et sociologie politiques de ses représentations publiques
 
 

Unisphere à Columbus Circle et à Flushing Meadows : un globe dans le Queens

1 juin 2011 par dcolas

A Columbus Circle se trouve une sculpture en métal, très brillante, qui est une reproduction à petite échelle d’une sculpture monumentale érigée dans le Corona Park, dans le Queens en 1964, dont de l’United States Steel à l’occasion de la la World’s Fair . En 2009 j’ai fait des photographies à Columbus Circle et en 2011 j’ai quitté Manhattan pour le Queens où se trouve Flushing Meadows. Trajet : métro depuis le MET jusqu’à Grand Central Station puis la ligne 7. Je me suis contenté de regarder sur Google Map qui indiquait un itinéraire à pied entre Queens et Flushing Meadow.

Trois jours avant j’ai vu l’ Unisphere dans un taxi qui me conduisait de JFK à la 72e rue W. En fait arrivé à la station Flushing Main Street dans le Queens je ne trouve pas d’indication et, surtout, j’ai compris pas le trajet en métro aérien que la distance était grande. Donc après être resté dans cette ville chinoise où je n’ai pas l’impression que je pourrais trouver de l’aide pour me diriger dans une foule affairée à faire des emplettes,  je repars et descends à la station 111 rue d’où me fiant à mon sens de l’orientation je vais vers l’Unisphere qui m’apparait peu à peu et grossit.

(En bas à droite JFK, au centre tâche verte du Corona Park où se trouve Flushing Meadows, à gauche La Guardia Airport. La ligne 7 est de couleur pourpre).

J’en fait une série de photos. La première depuis la ligne 7 du métro où l’on aperçoit l’Unisphere sur la droite après la station Junction Boulevard.

Unisphere depuis la ligne de métro 7 dans le Queens. Elle est entre deux stades (photo D.Colas)

 

Revenu en arrière depuis le terminus de la ligne 7 je vais de la station de métro 111 à pied jusqu’à l’Unisphere qui m’apparait d’abord à travers des branches d’arbre. Pour l’Exposition de 1939 puis celle de 1964 on a planté des arbres : je vois des pruniers et de belles allées de platanes et l’Unisphere au milieu d’un bassin, comme s’il y avait eu des jets d’eau qui ne fonctionnent plus (en tout cas pas en permanence) et que je retrouve sur des photos  : ils devraient faire apparaître la sphère comme flottant dans l’espace. (Comme les balles de ping-pong dans les stands de tir dans les foires ?)

 

L'Unisphere à Corona Park, Queens (Photo D. Colas)

Puis elle se voit plus clairement dans toute sa taille.

 

Pas très loin un musée de l’astronomie qui montre des fusées spatiales. Dans le parc autour beaucoup de familles et des équipes improvisées de football : pas de joueurs de base ball comme on voit à Central Park : ceux qui fréquentent le Park en ce jour de Dimanche sont des familles venus d’Amérique latine. Je pense qu’il n’y a aucun touristes. J’entends parler espagnol.

 

La différence avec le modèle réduit à Columbus Circle est forte.

Unisphere vers 5h du soir. Flushing Meadows Queens, (Photo D Unisphere, Corona Park, (Photo D. Colas, avril 2011)

 

 

 

Unisphere à Columbus Circus (Photo D. Colas, avril 2009)

On peut maintenant donner quelques indications sur cette oeuvre ou plus exactement ces deux oeuvres. Je reprends le passage en anglais du texte qui a servi de base à ma communication à la convention de  l’ASN 2011.

 

A few dozen meters away [from the angel at the base of the Columbus monument] , still on the Circle, at the base of the Trump International Hotel and Tower,  we find another earthly globe, this one apparently devoid of any religious or metaphysical content or allusions. It is much greater than the first and made of shining steel; like the reflecting surface of Trump Tower, it draws attention to itself. This globe is in fact a reduced model of an immense sphere—32 meters in diameter—designed by the landscape architect Gilmore David Clarke for the 1964-65 New York World’s Fair. It is known as the Unisphere.

 

Though smaller than the original, it can be seen from any point on Columbus Circle. On it we see cut-outs of the continents positioned on a curved grid representing the earth’s latitude and longitude lines. The sphere itself is surrounded by three circles that figure the orbits of two of the world’s first astronauts—the Russian Gagarin, the American Glenn—and the first satellite. Images of the Unisphere can be found on CD packages and in television series, video games, films: in the 1997 film Men in Black, the Unisphere gets destroyed by flying saucer. It’s a sort of pop culture icon.

 

The Unisphere, then, unlike the globe near by associated with Columbus, does not belong to the world of science but is instead a kind of gaudy ornament. By dematerializing it—representing the oceans by emptiness—air, the artist produced a transparent vision of the world. From some spots we can see a continent  as if from inside the earth. In general, the artist’s way of proceeding results in an “airy,” ventilated earth, an effect intensified by the space orbits around it. The whole works to evoke “the conquest of space”—imagined by some as a continuation of Columbus’s discovery of America—a conquest identified above all as an American one, especially by Americans.

 

Note : The Unisphere at Columbus Circle actually works as an advertisement  for the hotel, which owns it (see http://www.trumpintl.com/.).  The building, designed by Philip Johnson, provoked significant controversy at the time it went up; cf. the following comment by the New York Times architecture  critic Herbert Muschamp (November 1995): “There’s also the suggestion of historical allegory in the placement of this mirrored object in Columbus Circle: venality led to the European discovery of this continent, and we haven’t outgrown our desire for territorial conquest; only now we call it real estate.” (http://www.nytimes.com/1995/11/19/arts/architecture-view-going-for-the-gold-on-columbus-circle.html?pagewanted=1)

 

Dominique Colas, « Iconography of the Globe: an Analytic and Historical Typology » paper for the 2011, ASN, Convention, Columbia University, April 2011.

 

 
 
 

Laisser un commentaire