Images du globe : histoire et sociologie politiques de ses représentations publiques Bartholdi : "Les grands soutiens du monde", Colmar. - Images du globe : histoire et sociologie politiques de ses représentations publiques
 
 

Bartholdi : « Les grands soutiens du monde », Colmar.

26 décembre 2010 par dcolas

En 1902 Auguste Bartholdi présenta au Salon une oeuvre allégorique, comme la célèbre statue de « La Liberté éclairant le monde », donnée aux Etats Unis en 1884 :  » Les Grands Soutiens du monde ». Si le monde n’est pas visible mais supposé par son titre  dans la statue installée sur une île à New York, celle de 1902 le représente comme une sphère pleine : un globe terrestre dont l’équateur est tracé et dont le pôle nord est marqué par l’extrêmité d’un axe. Le monde est tenu en l’air par trois personnages qui marchent  (Une structure qui évoque celle retenue par Carpeaux pour les Quatre parties du monde de la fontaine installée avenue de l’Observatoire à Paris). Aucun des soutiens du monde n’est dans une position de fléchissement ou d’accablement ni même d’effort : ce ne sont pas des variantes d’Atlas. Le globe semble échapper à la pesanteur. Il suffit des deux bras de la Justice, d’un bras du Travail et d’un bras du Patriotisme pour le faire tourner. Car c’est en mouvement que sont représentés des trois personnages (et on pense encore une fois à la statue de Carpeaux, installé depuis trente ans quand Bartholdi réalise la sienne).

Bien que Bartholdi fut un artiste célébré de son vivant et ayant reçu commande de nombreuses oeuvres, (le Lion de Belfort sur le place Denfert Rochereau entre autres) « Les Grands Soutiens du monde » ne fut pas installée dans l’espace public mais elle se trouve, accessible à tous, dans la cour du Musée Bartholdi à Colmar, ouvert en 1922 par legs de sa veuve de cette maison familiale. (Ce Musée  dispose d’un site internent mais qui,  fin décembre 2010, connait de nombreux dysfonctionnements).

Les trois personnages qui portent le monde sont des vertus :   la justice, le patriotisme et le  travail. Mais ils sont présentées sans ordre hiérarchique : tous les trois sont sur un même plan, jouant un rôle égal dans leur entreprise et comme l’oeuvre est une sculpture circulaire aucun n’est privilégiée pour celui qui regarde l’oeuvre, ce qui est rare dans les sculptures qui sont souvent frontales, comme les peintures.

Colmar, l'entrée du Musée Bartholdi, au fond "Les trois soutiens du monde", 1902, Bronze, (Cliché D. Colas)

Bartholdi, Le travail (de dos) et le patriotisme, Musée Bartholdi, Colmar, (Cliché D. Colas)

Bartholdi Le Patriotisme de face, le travail de dos (Cliche D. Colas)

Bartholdi, le travail, la justice à sa droite de dos, (Cliché D. Colas)

Bartholdi, La justice et le patriotisme (de dos), Musée Bartholdi, Colmar, (Cliché D. Colas)

Bartholdi, Le patriotisme, à sa gauche la justice (Cliché D. Colas)

Bartholdi, le patriotisme : hampe de drapeau, main droite sur la poignée d'un glaive, Musée Bartholdi, Colmar, (Cliché D. Colas)

Bartholdi, Le travail : main droite tenant un marteau devant un engrenage, livres dans la main droite Musée Bartholdi, Colmar, (Cliché D. Colas)

Bartholdi, La justice tenant une balance, Musée Bartholdi, Colmar, (Cliché D. Colas)

 
 
 

Laisser un commentaire