Archive for the 'Non classé' Category

13 avr« Perception and Misperception 40 years later: Reputation in IR », Robert Jervis (Columbia University), Lundi 28 Avril 2014

Perception and Misperception 40 years later: Reputation in IR

Robert Jervis (Columbia University)

In the almost 40 years since Perception and Misperception, was published, there has been an enormous amount of relevant research in psychology and political psychology. While I think little of it contradicts what I said, it does move in directions that I didn’t explore or that I implied were dead ends. The most important, I believe, concerns the role–or rather the roles–of emotion. First of all, it is clear that the previous habit of contrasting emotion to reason (and exalting the latter) is badly misleading. It is also clear that perceptions can be driven by psychological needs, and what are called « motivated biases » can be very powerful. Indeed I think it is fair to say that psychological and political needs share pride of place with expectations as the prime determinants of perceptions in the political realm (see my « Understanding Beliefs » in the journal Political Psychology).

Another important development is Prospect Theory, which argues that people are much more risk-acceptant when they are in the realm of losses than they are when they are in the realm of gains, something that may be a part of human nature, as I argued in another Political Psychology article. This means that wars are particularly likely when both sides believe they are in the realm of losses, a danger compounded by the difficulty of understanding that the adversary feels it is in this situation.

Work on the biological roots of perception and behavior in the forms of genetics and the neurobiology of the brain hold promise, but also are in the early stages of development and some skepticism is in order.

For many years, much work in IR and other fields was based on a rational choice theory of reputation. Indeed, this was the approach I used in my first book, The Logic of Images in International Relations. The books by John Mercer and Daryl Press have cast this into doubt, although Gregory Miller’s recent book reasserts the older view with better research. The topic is without doubt extremely important and deserves deeper conceptualization and research. But I think it is clear that there is much to the point made by Snyder and Diesing 40 years ago–leaders are very concerned about their own reputations but pay much less attention to those of others. Contrary to the American preoccupation (shared with other countries?), backing down in one instance does not automatically lead to a reputation for being weak or irresolute.

Discussant: Gloria Origgi (CNRS, ENS-EHESS)

Lundi 28 Avril 17.00-19.00
Lieu: Sciences Po, salle 511, 199 blvd St. Germain (rez-de-chaussée)

06 avr » Éthique, défense, sécurité et agents artificiels autonomes », Jean-Gabriel Ganascia (Paris 6), Jeudi 24 Avril 2014

Éthique, défense, sécurité et agents artificiels autonomes

Jean-Gabriel Ganascia (Paris 6, Pierre et Marie Curie)

Les agents artificiels autonomes prennent une part de plus en plus grande dans la vie quotidienne, que ce soit dans le monde physique, avec la robotique manufacturière, la robotique de service ou les drones, ou dans le monde virtuel, avec les « bots », les « malwares » (maliciels en français), etc. S’ils procurent puissance et confort, ces agents sont aussi source de nouvelles vulnérabilités. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce qu’ils acquièrent de plus en plus d’importance dans le monde de la défense et de la sécurité. Après avoir rapidement passé en revue les applications militaires et policières actuelles de ces agents, nous verrons en quoi on peut évoquer des questions d’ordre éthique à propos de leur comportement. Nous montrerons ensuite comment approcher la programmation de ces agents en s’inspirant des cadres conceptuels posés par certaines approches philosophiques de l’éthique. Ce faisant, il se trouve que la notion de conflit, centrale pour l’éthique, provoque des incohérences logiques que doivent surmonter les programmes d’intelligence artificiel qui supervisent ces agents. Cela conduit à l’introduction de formalismes de représentation non monotones que l’on évoquera. Nous montrerons ensuite, comment ces modélisations ont pu être mises à profit par des roboticiens comme Ron Arkins pour légitimer la réalisation de « robots soldats » qui se substitueraient aux hommes dans les théâtres d’opérations. Nous conclurons en indiquant les limitations intrinsèques de ces approches et en proposant d’autres perspectives qui précisent la part des agents artificiels dans la prise de décision.

Discutantes : Amélie Ferey, Marine Guillaume

Jeudi 24 Avril, 17.00-19.00

Salle du Conseil, Sciences Po, 13, rue de l’Université – 5ème étage

05 mar« Droit international et théorie politique internationale », Jean-Marc Coicaud (Rutgers University), Mercredi 19 Mars 2014

Jean-Marc Coicaud, Droit international et théorie politique internationale : comprendre le present, revisiter le passé et offrir une vision pour le futur

Cette présentation s’inscrit dans le cadre d’un livre en cours que Jean-Marc Coicaud développe actuellement sur le thème de la justice globale pour Cambridge University Press. Elle se concentrera sur les relations entre le droit international et la justice internationale et la justice globale. De ce point de vue, l’accent sera mis sur trois questions: les défis que le droit international rencontre aujourd’hui dans le contexte de la globalisation; une vision alternative de l’histoire du droit international; une critique philosophique du droit international; et quelques pistes de recherche pour le passage du droit international inter-étatique a un droit international plus cosmopolite.

Mercredi 19 Mars 17.00-19.00
SALLE DU CONSEIL, 13, rue de l’Université, 5ème étage

Discutant : Andrei Poama (Sciences Po)

02 juin« The War to End War », Oona Hathaway (Yale), Mardi 25 Juin 2013

Oona Hathaway (Yale), The War to End War

Attached are portions of a book manuscript that I am writing with my colleague, Professor Scott Shapiro. I have provided you with the introduction, which attempts to set the stage and preview the argument of the book, and the fourth chapter. Those who are pressed for time should focus on the introduction alone.
The first three chapters of the book (which are not included here) describe what we call the Old World Order—a system that relied on war as the linchpin of law. The first chapter centers on Grotius and the legal order he established. The second chapter shows that war was a source of legal redress and legal rights. The legal rights to territory, people, and goods were decided by war—even one that was entirely unjust. The third chapter examines what followed from the legality of war and of conquest and how those rules in turn shaped the international legal system that persisted for hundreds of years.
The second part of the book—also comprised of three chapters, of which I have given you the first—tells the story of what we argue is a deep shift in the legal meaning of war. It describes the end of the Old World Order and the beginning of something fundamentally new. This shift, we argue, has consequences not just for states’ recourse to war, but for international law and the international system as a whole.
The third part of the book will examine our modern international legal system and the ways in which international law can and cannot shape state behavior. This part of the book will draw on our article on “outcasting” as a mechanism for enforcing international law (Hathaway & Shapiro, Outcasting: The Enforcement of Domestic and International Law, Yale Law Journal (2012)).

Discussant: Ariel Colonomos (CNRS, Sciences Po), Christopher Kutz (Berkeley Univ.)

Mardi 25 Juin, 17.00-19.00
Salle Jean Monnet, Ceri

24 novChristian Reus-Smit (European University Institute), « Struggles for Individual Rights: Global Change, Normative Implications », Lundi 12 Décembre (Lieu : Sciences Po, 13, rue de l’Université)

Christian Reus-Smit (EUI)

Struggles for individual rights played a key role in the globalization of the present system of sovereign states. From its original kernel in sixteenth century Europe, the system expanded through five great waves; the most significant were those associated with the Westphalian settlement, the independence of the Americas, and post-1945 decolonization. In each case , empires suffered crises of legitimacy as new ideas about rights were mobilized to challenge established regimes of entitlements. When empires proved incapable of accommodating the new rights claims, subject peoples embraced the sovereign state as the institutional alternative. This history challenges not only conventional understandings of the relation between individual rights and sovereignty, but also opens up new possibilities for the normative justification of human rights. This seminar sets out the historical and theoretical argument in greater detail, and sketches, in a very preliminary fashion, its implications for normative theory. Overall, it offers an example of how empirical and normative enquiry can be brought into productive dialogue.

Sciences Po, Salle du Conseil, 13, rue de l’Université, 17.00-19.00

Discussant: Richard Beardsworth (AUP)

24 septGeoffrey Pleyers (UCL, FNRS), « Devenir acteurs à l’âge global : Explorations, enjeux et limites du mouvement altermondialiste », Mardi 8 Novembre 2011

Geoffrey Pleyers (UCL, FNRS)

Autour du livre « Alter-Globalization. Becoming actors in the global age
», Cambridge, Polity Press, 2011.

La mondialisation a considérablement transformé la capacité d’agir des citoyens. Explorer de nouvelles manière de devenir acteurs dans et face à cette mondialisation constitue l’enjeu central du mouvement altermondialiste. Comment des citoyens peuvent-ils avoir un impact sur les décisions publiques dans un monde global ? Les réponses des altermondialistes furent multiples. « Alter-Globalization » montre qu’elles se sont principalement construites autour de deux logiques d’action. La première s’appuie sur la connaissance et l’expertise, la seconde sur la subjectivité et la créativité. Cet ouvrage propose une analyse de ce mouvement sur la base d’une recherche empirique menée depuis 1999 lors de sept Forums Sociaux Mondiaux et d’innombrables mobilisations internationales ainsi que dans des mouvements locaux à Liège, Paris, Mexico et Buenos Aires. Dix ans après le premier Forum Social Mondial à Porto Alegre, il revient sur les apports et les évolutions de l’altermondialisme. Geoffrey Pleyers dresse un bilan général de ce mouvement et des enjeux qu’il a porté à partir d’analyses d’expérimentations menées par des acteurs qui ont non seulement contesté la tournure néolibérale que prenait la mondialisation mais aussi proposé des politiques différentes et mis en place des alternatives dans la vie quotidienne comme dans la manière d’organiser leurs mouvements. Au-delà de l’altermondialisme, ce livre fournit une grille d’analyse qui permet de mieux comprendre les mouvements contestataires et les acteurs de la société civile qui émergent en ce début de 21e siècle et explore les pistes d’une citoyenneté globale.

CERI, 17.00-19.00 (salle de conférences)

Discutant: Patrick le Gales (CNRS-CEE)

13 maiBertrand Badie (Sciences Po), « La diplomatie de connivence », Mardi 14 Juin

Bertrand Badie (Sciences Po), La diplomatie de connivence

La Chute du Mur a laissé le système international sans nom : en le tenant pour « post-bipolaire », on parle de son passé , alors qu’on hésite entre l’idée d’ « unipolarité » , battue en brèche par l’impuissance américaine, et celle de « multipolarité » qui s’accorde mal à la faible attractivité des puissances moyennes…Derrières ces imprécisions, se dissimule une continuité profonde : l’entêtement oligarchique de la communauté des Etats, amorcée dès 1815 par une diplomatie de concerts qui n’a jamais disparue, même si elle a fait alterner moments de force et périodes d’infortune…On la retrouve aujourd’hui à travers le G8, puis le G20 qu’on nous présente médiatiquement comme les nouveaux directoires du monde, alors qu’ils collectionnent les blocages et renouvellent leur impuissance. Sa persistance révèle la manière dont la diplomatie de connivence est, depuis longtemps et sous des formes diverses, au centre du jeu international : limitée dans ses performances, défensive de ses privilèges, intermédiaire entre la compétition et la coopération, elle est surtout excluante dans ses pratiques. En soulevant des formes diverses de contestation, elle brouille le jeu international au lieu de l’ordonner. Phénix médiocre qui renait toujours de ses cendres, la diplomatie de connivence est examinée ici dans son histoire, ses fonctions, et ses échecs. Bonne manière d’explorer aussi la notion obscure de système international.

Discutant : Christian Lequesne (CERI)

CERI, salle de conférences, 17.00-19.00

13 marNicolas Guilhot (CNRS), « La théorie des relations internationales entre décisionnisme et choix rationnel », Mardi 19 Avril

La théorie des relations internationales entre décisionnisme et choix rationnel

Nicolas Guilhot

La théorie des relations internationales prend forme au cours des années 1950 à partir d’une approche dite « réaliste » des phénomènes politiques et se distingue au départ par son refus d’être une « science » et sa méfiance vis-à-vis de toute approche rationaliste du politique. En l’espace de quelques années, elle va toutefois prendre un chemin apparemment inverse en appliquant aux problèmes de la décision politique la théorie des jeux et l’analyse des systèmes. Comment expliquer ce retournement? Si l’histoire conventionnelle de la discipline en fait un moment de rupture marqué par un « grand débat, » une analyse plus serrée des discussions, des acteurs, et des logiques à l’oeuvre au cours de cette époque-charnière permet au contraire de souligner les continuités souterraines et de suggérer que, loin de représenter un retour au rationalisme politique, la théorie des jeux et la notion de « système » international ont permis au réalisme le plus classique et à sa métaphysique de la souveraineté de se présenter sous les couleurs du « choix rationnel ».

CERI : 17.00 – 19.00 – salle de conférences

Discutants : Bastien Irondelle

Tags:

02 marDario Battistella (Sciences Po Bordeaux – Ehess), « Un monde unidimensionnel », Mardi 5 Avril

Un monde unidimensionnel

Dario Battistella (Sciences Po Bordeaux – Ehess)

Où en est l’ordre politique international vingt ans après la fin de la guerre froide? Dans son dernier ouvrage, Dario Battistella propose la thèse d’ « Un monde undimensionnel », inspirée par un réalisme critique appliquant au monde contemporain les écrits de l’entre-deux-guerres d’Edward Carr et de Carl Schmitt mettant l’accent sur la domination en termes de puissance pour le premier et en termes de normes pour le second. L’essai part des pronostics établis il y a une vingtaine d’année pour mieux analyser le monde de l’après-guerre froide comme une unipolarité enveloppée d’hégémonie : la distribution unipolaire de la puissance sur le plan matériel du système interétatique est intériorisée comme réalité par les grandes puissances et débouche sur le triomphe du libéralisme international au niveau de la praxis prévalant au sein de la société internationale. Concrètement, au sein du système interétatique prévaut le bandwagoning plus que le balancing, alors que la société internationale pratique la surveillance des Etats faillis et la punition des Etats voyous.

Discutant : Bertrand Badie (Sciences Po)

Mardi 5 Avril – 17-00 – 19.00
Ceri, Salle Jean Monnet

Tags:

21 janJean-Michel Chaumont (Université Catholique de Louvain), « La responsabilité des experts », Vendredi 4 Février 2011

La responsabilité des experts : la convention internationale de 1949 sur la répression de la traite des êtres humains et l’exploitation de la prostitution

Jean-Michel Chaumont (UCL)

A propos de son ouvrage : Le mythe de la traite des blanches, La Découverte, 2009

Le Rapport du Comité spécial d’Experts sur la question de la traite des femmes et des enfants publié en deux parties (1927) par la Société des Nations offre l’exemple d’une mystification historique pleinement réussie. Aujourd’hui comme hier, il est donné comme un rapport scientifique sans équivalent (parce que rédigé au terme d’une enquête menée sur le terrain, grâce à des enquêteurs infiltrés notamment, dans 28 pays d’Europe et d’Amérique pendant deux ans) et dont les conséquences objectives furent majeures : il est censé d’une part avoir établi définitivement l’existence même de la traite des femmes, d’autre part le rôle causal majeur de la réglementation de la prostitution dans ce phénomène criminel et esclavagiste. A ce double titre, il fut une condition nécessaire de la Convention Onusienne de 1949 sur la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution. L’examen des archives, tant des 7 sessions du Comité d’Experts que de l’enquête proprement dite, révèle que les experts ont manipulé leurs données afin, surtout, de réaliser leurs objectifs idéologiques de lutte contre la prostitution.
A partir de ce constat, de nombreuses questions se posent relatives à l’expertise, à l’histoire de la protection internationale des droits humains et à la détermination des « formes modernes d’esclavage ».

Discutant : Emmanuel Decaux (Paris II)

CERI : 11.00 – 13.00 (salle du conseil)