Equipe pédagogique

BRUNO LATOUR / Fondateur

Anthropologue et philosophe des sciences, il a enseigné jusqu’en 2007 à l’École des Mines de Paris. Il a ensuite été nommé directeur adjoint, directeur scientifique de Sciences Po. Récompensé par différents prix et auteur de nombreux ouvrages, dont les plus connus sont La Vie de laboratoire (1979), La Science en action (1987), Nous n’avons jamais été modernes (1991), Politiques de la nature (1999) et La fabrique du droit (2002), il a également été commissaire de deux grandes expositions internationales au Centre d’Art et Médias de Karlsruhe (ZKM), Iconoclash (2002) et Making Things Public (2005).

bruno-latour.fr

FREDERIQUE AÏT TOUATI / Directrice scientifique

Metteur en scène et historienne, elle explore les liens entre sciences, littérature et politique et s’intéresse en particulier aux fictions de la science. Elle collabore depuis une dizaine d’années avec le philosophe Bruno Latour et développe avec lui différentes formes d’écriture théâtrale et performative : des conférences-performances (« Tarde/Durkheim », 2007 ; « Face à Gaïa », 2015), le spectacle « Gaïa Global Circus » (2013-2016), la simulation du « Théâtre des Négociations » (théâtre Nanterre-Amandiers, avec Philippe Quesne, 2015). Chercheur au CNRS, elle a notamment publié Contes de la Lune, essai sur la fiction et la science modernes (Gallimard, 2011). Elle enseigne à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales et dirige SPEAP (Programme d’expérimentation en arts politiques), en résidence aux Amandiers depuis 2014.

JEAN-MICHEL FRODON
Jean-Michel Frodon est critique de cinéma, journaliste, écrivain et enseignant. Il a dirigé la rubrique cinéma du Monde et été rédacteur en chef des Cahiers du cinéma. Il publie aujourd’hui sur Slate.fr. Il est l’auteur de nombreux ou le directeur de ouvrages sur le cinéma, dont La Projection nationale, Le Cinéma et la Shoah, Deleuze et les images, Le Cinéma chinois, Le Cinéma français de la Nouvelle Vague à nos jours, Que fait le cinéma? Il est également enseignant à Sciences Po-Paris, à Saint Andrews University (Ecosse) et à la FilmFactory créée par Béla Tarr à Sarajevo.

ANTOINE HENNION                                                                                                                      Antoine Hennion est sociologue, directeur de recherche au CSI (Centre de Sociologie de l’Innovation) de l’Ecole Mines ParisTech. Il a mené des travaux en sociologie de la musique et de la culture, sur la publicité et le design, sur les médiateurs. Il a étudié la formation du goût pour la musique classique, en particulier à partir du cas de Bach en France au 19e siècle. Dans le fil d’une enquête sur les amateurs, il développe une analyse comparative de diverses formes d’attachement, qui s’intéresse notamment aux « humanités altérées » (handicap, alcool, vieillesse…) : « comment penser les fragilités de l’humain, au-delà de l’alternative stigmatisation-défense d’une identité ? ». Il a publié La Passion musicale (1993/2007), La Grandeur de Bach (2000), Figures de l’amateur (2000), et Le Vin et l’environnement (2010).

PHILIPPE QUESNE                                                                                                                        Depuis son premier spectacle La Démangeaison des ailes, Philippe Quesne traque le merveilleux, le minuscule, pousse à lʼextrême les expériences du quotidien, plonge ses acteurs dans un milieu et les regarde évoluer à la manière dʼun entomologiste. Il est co‐directeur de Nanterre‐Amandiers avec Nathalie Vimeux depuis janvier 2014. Il sʼintéresse plus particulièrement aux thématiques contemporaines, comme la sphère intime, lʼengagement politique, la prise de conscience écologique, la mélancolie urbaine invitant des auteurs, metteurs en scène et chorégraphes dʼaujourdʼhui qui tendent de nouveaux miroirs et mêlent les disciplines.

DONATO RICCI
Designer et chercheur dans le domaine de la visualisation des données et de l’information, Donato Ricci est docteur et maître de conférence en « Outils numériques et méthodes de visualisation » à l’université Polytechnique de Milan et professeur de « Representação e Conhecimento »(Savoir et Représentation) à l’Université de Aveiro (Portugal). Ses travaux ont été diffusés dans diverses conférences, expositions (Medialab Prado – Visualizar’08 ; siggraph’09 Conference; mit Humanities + Digital Conference, The Art of Network), et publications(Data Flow; Information Graphics; Visual Complexity; Visual storytelling).
En tant que membre du DensityDesign lab, il a remporté une médaille de bronze (2012) et d’argent (2013) à Malofiej-Awards.

 

MEMBRES DU COMITÉ PÉDAGOGIQUE LES ANNÉES PRÉCÉDENTES:

VALÉRIE PIHET

Valerie Pihet a dirigéle programme d’Experimentation en Arts et Politique entre 2010 et 2014. Collaboratrice de Bruno Latour depuis 2002, elle a notamment assuré les coordinations des expositions Iconoclash. Beyond the image wars in science, religion and art (ZKM, 2002) et Making Things Public. Atmospheres of Democracy (ZKM, 2005), ainsi que la création et le développement du Medialab de Sciences Po. Elle a également travaillé avec les artistes Pierre Huyghe et Thierry Fournier et collabore aujourd’hui régulièrement avec des artistes tels que Franck Leibovici, Armin Linke ou Sylvain Gouraud. Enfin, elle co-préside avec Emilie Hermant, depuis fin 2012, Dingdingdong – Institut de coproduction de savoir sur la maladie de Huntington.

 

ÉMILIE HACHE

Emilie Hache est philosophe et maitre de conférences à l’UniversitéPARIS X Nanterre. Elle s’intéresse àélaborer une philosophie pragmatique àl’aune de problématiques actuelles telles que l’ecologie et certaines pratiques militantes (Act up, Dingdingdong…) Elle est notamment l’auteur de Ecologie politique, Communautés, cosmos, milieux (dir.), Editions Amsterdam, 2012, Ce à quoi nous tenons. Propositions pour une écologie pragmatique, Les Empêcheurs de penser en rond / La Découverte, 2011 et de « Pour une (in)fidelité responsable », in Vacarme n° 46, hiver 2009.

 

ÉMILIE HERMANT

Écrivain, psychologue clinicienne et parfois photographe. Elle a travaillé avec Bruno Latour au Centre de Sociologie de l’Innovation de l’École des Mines de Paris, avec lequel elle a realisé le livre de sociologie photographique Paris Ville Invisible (Les Empêcheurs de penser en rond, 1999), avant de rejoindre l’équipe de Tobie Nathan au Centre Georges Devereux (centre d’aide psychologique, Universitéde Paris 8) pendant près de quinze ans. Elle est l’auteure d’un essai de psychologie, Clinique de l’infortune — la psychothérapie à l’épreuve de la détresse sociale (Les Empêcheurs de penser en rond, 2004) et de quatre romans, dont deux publies: Réveiller l’aurore (Le Seuil, 2009) et Pas moi (Lanceur, 2010). Elle est présidente de Dingdingdong.

 

SOPHIE HOUDART

Anthropologue au CNRS, membre du Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative, elle a réalisé plusieurs enquêtes sur le thème de la création et de l’innovation, notamment au Japon. Elle a publiéentre autres La Cour des miracles. Ethnologie d’un laboratoire japonais (CNRS Editions, 2008), et Kuma Kengo. Une monographie décalée (Ed. Donner Lieu, 2009), et de nombreux articles consacres aux pratiques scientifiques et architecturales. Elle a récemment menéune étude sur le grand collisionneur de particules (LHC), au CERN, auprès de ceux, physiciens, ingénieurs, opérateurs, en charge de la maintenance de la machine. Elle a entame, à l’automne 2012, une nouvelle recherche sur le post-Fukushima.

 

MYRIAM LEFKOWITZ

Artiste chorégraphique nee en 1980, elle vit et travaille a Paris. Depuis 2010, sa recherche se focalise sur les questions d’attention et de perception. Recherche qu’elle developpe au travers de différents dispositifs immersifs pour un spectateur et un performeur. Son travail a étéprésentéàla 55e Biennale de Venise dans la cadre de l’exposition «Oo» (Pavillon lituanien et chypriote), au CAC (Vilnius), pour Le Mouvement (Biel), pour le Creative Time Summit (Stockholm)… Elle est régulierèment invitée à enseigner àOpen School East (Londres), au Royal Institute of Art de Stockholm, à l’ERG (Bruxelles). Elle est actuellement en résidence aux Laboratoires d’Aubervilliers.

 

FRANCK LEIBOVICI

Poète et linguiste, il est notamment l’auteur de quelques storyboards (2003), 9+11 (2005), des documents poétiques (2007), portraits chinois (2007). travaille depuis 2008 à un mini-opera pour non musiciens portant sur les « conflits de basse intensité». Il développe une enquête sur l’écologie de l’art et ses pratiques (Centre Pompidou, 2009 ; Laboratoires d’Aubervilliers, 2011- 2012 ; Villa Arson, 2011-2012 ; Tate Modern, Tate National, 2011-2012).

 

SIMON RIPOLL-HURIER

Artiste et musicien, diplomé des Beaux-Arts de Paris en 2008, son travail a depuis été montré dans de nombreux contextes (expositions, concerts, radios, festivals…) et dans de nombreux pays (France, Ecosse, Espagne, Italie, Bosnie, Venezuela, Cambodge, Corée…). A la croisée de la musique et des arts visuels, il se concentre sur des questions de montage, de synchronisation, et de traduction. Il développe un projet avec l’association des radioamateurs de Paris, en lien au radiotélescope de La Villette. Il est également guitariste dans Les Agamemnonz, groupe de surf music. Il a co-fondé *DUUU, une radio d’artiste sur internet.

 

SÉBASTIEN THIÉRY

Politologue, concepteur en design et architecture, il enseigne notamment à l’Ensad ainsi qu’àl’Ecole d’architecture de Paris Malaquais. En 2012, il fonde avec Gilles Clement le PEROU – Pole d’exploration des ressources urbaines, laboratoire de recherche-action sur des situations de grande précarite urbaine. La même année, avec l’architecte Patrick Bouchain, il fonde l’UniversitéForaine s’appliquant àexplorer les délaissés urbains afin de leur donner de nouvelles destinations. Chroniqueur de la revue Mouvement et membre de son comité de rédaction, il est auteur de plusieurs ouvrages en collaboration notamment avec le designer Ruedi Baur et le photographe Laurent Malone.