Pascal Perrineau publie « La France au Front : Essai sur l’avenir du Front national ».

La France au Front : Essai sur l’avenir du Front national
par Pascal Perrineau
Fayard, février 2014

Le Front national est-il en passe d’accéder au statut de « grand parti » ? Après avoir prospéré pendant près de trente ans sur les désillusions, les rejets et les inquiétudes, il aspire aujourd’hui à sortir de cette enclave. Le moment est propice : plus que jamais, la crise économique et sociale accentue le discrédit qui touche les deux grandes forces de gouvernement autour desquelles s’organisent les alternances depuis des décennies.  Pascal Perrineau propose une analyse de la stratégie du FN depuis sa création et de son évolution sur la longue durée. Décryptant les ressorts de sa dynamique actuelle, il montre comment l’appropriation des thèmes de la République et de la laïcité, le renouveau générationnel en son sein ou encore l’effort de « respectabilisation » lui confèrent une influence électorale croissante. Soigneusement lissée, l’image de son leader, Marine Le Pen, ne cesse de s’améliorer, et nombre d’idées véhiculées par le parti attirent une audience de plus en plus large.
Alors, la France va-t-elle au Front ? Quels que soient les scénarios pour l’avenir, le FN est désormais une force avec laquelle le pays doit compter. Avec une certitude : la grande échéance présidentielle de 2017 rebattra les cartes du pouvoir.

Voir le site de l’éditeur

Professeur des universités à Sciences Po et directeur, jusqu’en 2013, du Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof), Pascal Perrineau est l’un des meilleurs analystes de la vie politique française, du vote, et particulièrement de l’extrême droite. Il est notamment l’auteur du Symptôme Le Pen  et du Choix de Marianne.

Voir l’ensemble de ses publications.

Vincent Tiberj (dir.) publie « Des votes et des voix. De Mitterand à Hollande. »

Des votes et des voix. De Mitterand à Hollande. Les français et les urnes. Des voix derrière les urnes
sous la direction de Vincent Tiberj
Editions « Champs social », juillet 2013

Baisse de la participation électorale dans l’Hexagone en général, et dans les quartiers dits sensibles en particulier, désaffection des catégories populaires vis-à-vis des partis de gauche, montée des votes protestataires, inscription durable du Front national dans le paysage politique : sont les symptômes les plus évidents d’une société et d’un lien électoral et politique tous deux sous tension. Pourtant, on assiste dans le même temps faits à une modification en profondeur du rapport au politique, entraînant dans son sillage  avec à la fois des aspects négatifs, bien connus, mais aussi des conséquences positives. Ainsi, si les citoyens sont plus critiques et défiants,  mais c’est parce qu’ils sont plus également plus exigeants et mieux informés. Ils votent moins par sentiment de « devoir », mais peuvent en revanche s’impliquer davantage participer plus d’autres manières et par via d’autres canaux.

En savoir plus et lire les annexes 

Vincent Tiberj est chargé de recherche FNSP au Centre d’études européennes. Spécialisé dans les comportements électoraux et politiques en France, en Europe et aux Etats-Unis et la psychologie politique, ses travaux portent sur les modes de raisonnement des citoyens « ordinaires », la sociologie politique des inégalités sociales et ethniques, la sociologie de l’immigration et de l’intégration, l’explication du vote et les méthodes quantitatives. Voir l’ensemble de ses publications.

Vincent Tiberj & alii. publish « Developments in French Politics » , 5th edition

Developments in French Politics
5th edition
Edited by Alistair Cole, Sophie Meunier and Vincent Tiberj
 Palgrave Macmillan, May 2013

Developments in French Politics 5
provides a systematic assessment of French politics following the 2012 presidential and parliamentary elections. Bringing together an entirely new set of specifically-commissioned, its central theme is whether the discourse of reform – initiated by Sarkozy – has been translated into tangible change.
Table of contents
1. From Sarkozy To Hollande: The New Normal?; Alistair Cole, Sophie Meunier, Vincent Tiberj
2. The French Presidency; Robert Elgie
3. The ‘New’ French Parliament: Changes And Continuities; Sylvain Brouard, Olivier Costa, Eric Kerrouche
4. Politics And Justice; Yves Surel
5. Local And Regional Governance; Alistair Cole And Romain Pasquier
6. Political Parties: The Ump And The Right; Florence Haegel
7. Political Parties: The Socialists And The Left; Frederic Sawicki
8. The Media; Raymond Kuhn
9. Interests And Collective Action; Arthur Goldhammer
10. Elections In France: Electoral Disorder In A Realignment Era; Florence Gougou, Simon Labouret
11. The Evolution Of Political Attitudes And Policy Preferences In France; James Stimson, Vincent Tiberj, Cyrille Thiebaut
12. France In Crisis? Economic And Welfare Policy Reform; Timothy B. Smith
13. Contested Citizenship In France: The Republican Politics Of Identity And Integration; Patrick Simon
14. France And The European Union; Helen Drake
15. France And The Global Economic Order; Sophie Meunier
16. French Foreign And Security Policy: In Search Of Coherence And Impact; Jolyon Howorth

 

Vincent Tiberj is Associate Research Professor FNSP since 2002, where he specialises in comparative electoral behaviour (France, United States and Europe), the political psychology of ordinary citizens, the sociology of inequalities, the politics of immigration and integration and survey research and methodology. He has been visiting scholar at Stanford University and Oxford University. He also co-ordinates the methodological curricula in the PhD program of Sciences Po. More about his publications.

La politique étrangère de Jacques Chirac

La politique étrangère de Jacques Chirac
Sous la direction de Christian Lequesne et Maurice Vaïsse
Riveneuve Editions, janvier 2013

Que reste-t-il des douze années de présidence de Jacques  Chirac (1995-2007) dans le monde ? Une politique étrangère  active et pragmatique, que le président a toujours considérée comme au coeur de ses responsabilités : la suspension de  la conscription, l’arrêt des essais nucléaires dans le Pacifique,  l’opposition résolue à la guerre des Etats-Unis en Irak, le soutien au projet de Constitution européenne malgré le rejet de  la population française. Les contributions de ce livre – écrites par les meilleurs spécialistes – s’appuient sur les archives, les mémoires et les témoignages des acteurs. Elles illustrent la densité d’une période  marquée par l’attentat du 11 septembre, les guerres d’ex-Yougoslavie et d’Irak, la cohabitation en France.
Pendant le premier mandat de Jacques Chirac, la France semble reculer en Europe face à l’élargissement et au poids grandissant de l’Allemagne et elle est paralysée par la pesanteur de  vieilles pratiques diplomatiques avec l’Afrique. Placé davantage sous le signe de la politique étrangère, le deuxième mandat est celui de l’opposition de Jacques Chirac à l’intervention  en Irak, une décision qui divise l’Europe mais rehausse aussi
le prestige de la France dans le monde non occidental.

Christian Lequesne est directeur du Centre d’études et de recherches internationales (CERI) et professeur de politique européenne à Sciences Po. Voir ses publications.
Maurice Vaïsse est professeur émérite des universités à Sciences Po, spécialiste de l’histoire des relations internationales.

Les Droites en fusion.Transformations de l’UMP

Les Droites en fusion .Transformations de l’UMP
Florence Haegel
Presses de Sciences Po, novembre 2012

Lorsque l’UMP est créée en 2002, après le choc du 21 avril, beaucoup doutent de sa longévité. Cette refondation en forme de fusion va pourtant transformer la droite française en l’espace de dix ans. L’organisation du nouveau parti, très indexée aux cycles électoraux, s’appuie sur une forte professionnalisation et sur la mobilisation des outils marketing.

Ces transformations calquées sur le modèle de l’entreprise n’ont pas conduit à l’effacement des cultures et des idéologies partisanes. Bien au contraire, le peuple de droite existe toujours et l’UMP en constitue un creuset où prime un ordre social traditionnel fondé sur une hiérarchie des genres et des générations et où s’exprime aussi une fibre populaire.

Avec le sarkozysme, la droite partisane française a opéré une radicalisation idéologique qui s’explique autant par les stratégies nationales déployées à l’égard du FN que par l’existence de certaines cultures politiques locales proches de l’univers de l’extrême droite

Florence Haegel est directrice de recherche-FNSP au Centre d’études européennes. Ses recherches actuelles s’inscrivent dans les domaines d’étude des partis politiques et des processus de politisation. Voir toutes ses publications.

Pierre-André Taguieff publie « Le nouveau national-populisme »

Le nouveau national-populisme
Pierre-André Taguieff
CNRS Editions, janvier 2012

Tenus à l’écart du pouvoir politique par une stratégie défensive recourant à la diabolisation, les nouveaux populismes identitaires ou protestataires sont voués à corrompre les démocraties représentatives de l’intérieur. Ils représentent pour elles un défi qu’elles doivent relever avec lucidité et courage.

Parmi les échos dans la presse :

Dans Le Monde des livres, 9 février 2012.
« Expert de ce qu’il a défini comme un « style politique », qu’il observe et analyse depuis plus de trente ans, l’auteur présente, dans ce texte court et incisif, une caractérisation des nouveaux partis populistes européens. Il propose d’« apprivoiser » le néopopulisme en acceptant de discuter avec lui, plutôt que de s’épuiser à le diaboliser sans parvenir à le réduire »

Philosophe, politologue et historien des idées, Pierre-André Taguieff est directeur de recherche au CNRS, rattaché au Centre de recherche politique de Sciences Po (CEVIPOF). Ses domaines de recherche vont du racisme et de l’antisémitisme au nationalisme, au populisme et à l’eugénisme. Il a aussi publié des études sur l’idée républicaine et le devenir de la démocratie, les problèmes posés par le multiculturalisme et le communautarisme, la question du pluralisme, les interprétations de l’histoire, l’idée de progrès, la bioéthique et le mythe du complot mondial. Voir ses publications.

Yann Algan & al. publient « La fabrique de la défiance…et comment s’en sortir »

La fabrique de la défiance …et comment s’en sortir
Yann Algan, Pierre Cahuc, André Zylberberg
Albin Michel, février 2012

Hiérarchie, inégalités et défiance : telle est la véritable devise de la société française ! Hiérarchisée à l’excès, élitiste, conflictuelle, cette organisation de notre société mine les relations sociales mais aussi la confiance en l’avenir et la croissance. Diffusée à l’ensemble du corps social (entreprises, salariés, partenaires sociaux, Etat…), cette logique empêche pour l’instant la France de sortir de l’engrenage du déclin annoncé. Depuis 10 ans, ses effets pervers sont accentués par le manque de transparence du gouvernement, de capacité intégratrice du système scolaire et la mauvaise qualité des relations sociales. Autant d’entraves à l’économie française. Pourtant, le déclin n’est pas une fatalité : les nombreuses réformes menées à l’étranger offrent des pistes  pour sortir de l’ ornière. Voir le site web consacré à l’ouvrage.

Cet ouvrage s’appuie en grande partie sur les résultats du projet de recherche TRUST, financé par un ERC Starting Grant attribué par the European Research Council à Yann Algan.

Parmi les échos dans la presse :

Le livre du jour, Le Monde, 8 février 2012 -  Cinq ans après la sortie de leur premier livre commun, La Société de défiance (Ed. Rue d’Ulm, 2007), salué par la critique, Yann Algan et Pierre Cahuc revisitent, avec leur confrère André Zylberberg, le pessimisme français. A partir des résultats d’une série d’enquêtes internationales comme le World Values Survey ou européennes comme l’European Social Survey, et des travaux de recherche en sciences humaines les plus récents sur le capital social, les auteurs insistent sur l’ampleur du mal-être des Français, qui « grandit »….Lire la suite

Sur France Culture, dans Rue des écoles, 8 février 2012. Ecouter.

Yann Algan est professeur d’économie à Sciences Po.

Pascal Perrineau publie « Le choix de Marianne pourquoi, pour qui votons-nous ? »

Le Choix de Marianne : pourquoi, pour qui votons-nous ?
Pascal Perrineau
Fayard, Février 2012

Les Français vont bientôt se rendre aux urnes pour élire le président de la République. Leur choix sera l’expression de plusieurs fractures (ou « clivages ») qui traversent la société française. Certaines sont anciennes et ne mettent plus toujours aujourd’hui en scène un affrontement politique lisible et fort : l’affrontement biséculaire de la droite et de la gauche, le conflit des classes sociales ou encore la partition politique des territoires. D’autres sont plus neuves mais ne parviennent pas encore à faire naître des oppositions politiques claires : les conceptions antagonistes de l’Europe et de son avenir, les lectures divergentes de la crise économique et de la mondialisation, le choc des valeurs ou des cultures.

Cliquez sur l’image pour voir la vidéo
Pascal Perrineau est professeur des Universités à Sciences Po. Il dirige le CEVIPOF devenu, en janvier 2004, le Centre de recherches politiques de Sciences Po. Ses recherches portent principalement sur la sociologie électorale, l’analyse de l’extrême droite en France et en Europe ainsi que sur l’interprétation des nouveaux clivages à l’œuvre dans les sociétés européennes.  Voir toutes ses publications.

Dominique Reynié présente son ouvrage « Populismes, la pente fatale » pour lequel il a reçu 2 prix

Dominique Reynié, professeur des Universités à Sciences Po et chercheur au CEVIPOF, a reçu le prix de livre politique et le prix des députés pour son ouvrage « Populismes, la pente fatale » (Plon), décernés au Palais Bourbon à l’occasion de la  21e édition de la journée du livre politique organisée par Luce Perrot, présidente de Lire la politique.

Lire une interview de Dominique Reynié qui répond aux questions suivantes : A quoi ressemble le populisme européen actuel et quels sont les facteurs qui favorisent sa forte poussée ? Le populisme européen est-il une fatalité ? Marine Le Pen au second tour des prochaines élections présidentielles, vous y croyez ?

Le contexte politique à six mois de l’élection présidentielle – The political context Six months out from the election

Le contexte politique à six mois de l’élection présidentielle
The political context Six months out from the election TriElec 2012

Résultats du sondage  TNS SOFRES  pour TriElec 2012 : Le contexte politique à six mois de l’élection présidentielle
Results of the TNS SOFRES poll for TriElec 2012: the political context six months out from the presidential election. 

Réalisé les 20 et 21 octobre dernier auprès d’un échantillon de 1009 personnes interrogées par téléphone, ce sondage met en évidence un intérêt renouvelé des Français pour la politique et la campagne électorale. Dans un contexte économique difficile, qui se traduit par de fortes attentes vis-à-vis de l’Etat, François Hollande arrive en tête des intentions de vote. Il devance de loin Nicolas Sarkozy qui rassemble la majorité des sympathisants UMP. Selon l’enquête, François Hollande incarne le mieux le changement devant Marine Le Pen.
Conducted on the 20 and 21 October with a random sample of 1009 people surveyed by telephone, this poll highlights the renewed interest of French people in politics and the election campaign. In a difficult economic context, characterised by strong expectations of the state, François Hollande leads in voting intentions. He far outstrips Nicolas Sarkozy, who leads among UMP supporters. According to the poll, François Hollande beats Marine Le Pen as preferred agent of change.

Sur le site de TriElec http://www.trielec2012.fr/ vous trouverez les résultats de cette enquête et les analyses.
You can find the results of this survey and related analysis at the TriElec websitehttp://www.trielec2012.fr/.