Christophe Jaffrelot publie « L’Inde contemporaine ».

Christophe Jaffrelot (dir.)
L’Inde contemporaine
Fayard, mars 2014

Avec une décennie d’avance, l’Inde a fait une entrée remarquée dans le XXIe siècle. Depuis 1990 en effet, le renforcement du fédéralisme, de nouvelles alliances internationales, la libéralisation économique, une politique de discrimination positive mise en place en faveur des basses castes et la polarisation religieuse grandissante ont transformé le visage du sous-continent. À ces phénomènes qui conditionnent aujourd’hui encore la trajectoire indienne s’en ajoutent d’autres, à la temporalité plus lente : transition démographique, urbanisation croissante et effort de défense nationale accru. Autant de facteurs qui, analysés dans cet ouvrage par quelques-uns des plus éminents spécialistes, font de l’Inde une grande puissance émergente avec laquelle il faut désormais compter.

Christophe Jaffrelot is CNRS research director at CERI where he served as director from 2000 to 2008 and teaches South Asian politics and history. Arguably one of the world’s most respected writers on Indian society and politics, he has published many works, including The Hindu Nationalist Movement and Indian Politics, 1925 to the 1990sIndia’s Silent Revolution: The Rise of the Lower Castes in North India; and Dr. Ambedkar and Untouchability: Fighting the Indian Caste System. All publications.

Le 1er Prix Brienne du livre géopolitique a été décerné à François Godement pour son ouvrage « Que veut la Chine? de Mao au capitalisme »

François Godement est le premier lauréat du prix créé par l’association «Lire la société» en partenariat avec le ministère de la Défense.

Le premier Prix Brienne du livre géopolitique a été décerné, mardi 24 septembre 2013, à François Godement pour son ouvrage Que veut la Chine? de Mao au capitalisme, paru aux éditions Odile Jacob.

François Godement est historien, professeur des universités à Sciences Po et a fondé en 2005 Asia Centre, association de recherche indépendante. Il dirige également le programme Chine de l’European Council on Foreign Relations, un influent think tank européen, et est membre associé du Carnegie Endowment for International Peace.

Stéphanie Balme publie « La Tentation de la Chine : nouvelles idées reçues sur un pays en mutation »

La Tentation de la Chine : nouvelles idées reçues sur un pays en mutation

Stéphanie Balme
Avril 2013, Le Cavalier Bleu Editions
Ce livre puise à la source de notre imaginaire et du rapport de la Chine à elle-même pour analyser la nature de son pouvoir et la réalité de sa puissance. Il propose un panorama approfondi des grandes problématiques du pays du nouveau dirigeant Xi Jinping, au-delà des clichés orientalistes et des jugements hâtifs sur la menace ou le miracle chinois.
Stéphanie Balme est chercheure au CERI, responsable du programme « Droit, justice et société en Chine » et professeur à l’École des Affaires internationales (PSIA) de Sciences Po. Elle a vécu plus de dix ans en Chine, entre Shanghai, Hong Kong et Pékin. Ancienne membre de l’équipe Chine de Médecins du Monde, elle est consultante pour diverses institutions internationales et chinoises, auteur de travaux qui sont parus en français, en anglais et en chinois. Voir ses publications.

Inde, l’envers de la puissance Inégalités et révoltes

Inde, l’envers de la puissance : Inégalités et révoltes
Christophe Jaffrelot
CNRS Editions, novembre 2012

La spectaculaire montée en puissance de l’Inde fait désormais de ce pays-continent un acteur de poids de l’économie mondiale.
Son dynamisme remarquable ne permet pas cependant à l’Inde de sortir totalement du sous-développement : sa croissance ne s’accompagne pas d’un progrès équitablement bénéfique pour l’ensemble de la société indienne. Alors que la libéralisation économique a permis à l’élite urbaine de s’enrichir rapidement, le nombre des laissés pour compte n’a pas pour autant diminué dans les campagnes. Ce creusement des inégalités – à la fois sociales et géographiques – est l’un des facteurs des fragilités inquiétantes qui pèsent sur l’avenir du pays. Il est, par exemple, la cause de l’essor d’une guérilla maoïste particulièrement active qui constitue la menace la plus importante pour la sécurité intérieure du pays. Dans cet essai percutant, l’auteur, spécialiste reconnu de l’Inde et de ses castes, met en évidence les causes et les conséquences d’un déséquilibre économique qui menace la prospérité de la « plus grande démocratie du monde ».

Voir le site de l’éditeur

Christophe Jaffrelot is CNRS research director at CERI where he served as director from 2000 to 2008 and teaches South Asian politics and history. Arguably one of the world’s most respected writers on Indian society and politics, he has published many works, including The Hindu Nationalist Movement and Indian Politics, 1925 to the 1990sIndia’s Silent Revolution: The Rise of the Lower Castes in North India; and Dr. Ambedkar and Untouchability: Fighting the Indian Caste System. See his publications.

Capitalismes émergents : économies politiques comparées par François Bafoil

Capitalismes émergents
Économies politiques comparées, Europe de l’Est et Asie du Sud-Est
François Bafoil
Presses de Sciences PoLes pays qui ont rompu avec le colonialisme ou le communisme inventent de formes nouvelles de capitalisme : prébendier, d’État socialiste, libéral, post-colonial et, plus rarement, de marché. Malgré l’absence d’institutions et de sources de développement endogènes, ils tirent leur force de l’ouverture de leur marché aux investissements étrangers – ouverture conditionnée par des négociations avec les ensembles régionaux que sont l’UE et l’Asean.
Comparant plusieurs trajectoires nationales en Europe de l’Est et en Asie du Sud-Est à différentes périodes de l’histoire, cet ouvrage examine les interactions entre le marché, la bureaucratie et les formes de domination politique. Il montre comment se construisent les marchés économiques sous l’effet de la violence exercée par les coalitions politiques, souvent en relation avec des partenaires étrangers. Voir le sommaire.

François Bafoil est sociologue, directeur de recherche CNRS au Centre d’études et de recherches internationales (CERI). Il enseigne la sociologie du communisme et du postcommunisme dans le cadre du Premier Cycle de Sciences Po à Dijon, ainsi qu’ en Master à Sciences Po et à Berlin, au Centre international de formation européenne (CIFE). Voir ses publications.

 

The Indian Members of Parliament and Legislative Assemblies

The Indian Members of Parliament and Legislative Assemblies

A Research Project conducted by Christophe Jaffrelot, Senior Research Fellow CNRS at the CERI  – Centre for International Studies and Research

This project aims at developing a database of the Indian Members of Parliament (MPs) and Members of Legislative Assemblies (MLAs), the assemblies elected at the state level throughout the Indian Union. This database is bound to become a reference for the quantitative/qualitative research on Indian political personnel.
Five dimensions will be explored:

  1. Gender and religion belonging of elected representatives
  2. The emergence of political dynasties
  3. The local networks
  4. The impact of the positive discrimination policy
  5.  Corruption and criminalisation

It is intended to build on the results of the collaborative work that has already been accomplished by researchers of the CSDS (New Delhi), CSH (New Delhi), CERI and the CDSP in the years 1999-2008. This team of researchers has collected socio-demographic data regarding the Members of the Lok Sabha (the lower house of the Indian Parliament) who have been elected in the Hindi-speaking states and the Members of the Legislative Assemblies of 16 of the largest Indian states between 1952 and 2007.
The caste background of these elected representatives has been the key variable of this first phase of data collection. Consequently, the edited volume that has resulted from this collective endeavour has focused on caste issues. This book has been published in the prestigious series of Mukulika Banerjee, “Exploring the Political in South Asia”. After the book came out, the data have been processed by the CSDS and the CDSP, two institutions which are gradually making them available to the public.

Complete description of the project

La question foncière en Afghanistan : anthropologie des normes

La question foncière en Afghanistan : anthropologie des normes
Projet de recherche conduit par Fariba Adelkhah, directrice de recherche Sciences Po au Centre d’études et de recherches internationales- CERI

L’importance de la question agraire et des conflits qu’elle provoque est largement délaissée par les études disponibles. Les problématiques en vogue privilégient les thématiques du droit en termes de «bonne gouvernance», de «transparence» ou de «droits humains». Mais, dans l’état actuel des choses, elles ne reposent pas sur des recherches empiriques de terrain. En outre, elles restent prisonnières de biais normatifs qui peinent à saisir le droit islamique ou les normes islamiques dans leur positivité, plutôt que sur le mode politique ou orientaliste d’une altérité radicale. Enfin, elles isolent les logiques du conflit militaire (ou de la recherche de la paix) des autres facteurs sociaux qui souvent débordent le cadre du seul territoire afghan.
Notre recherche entend donc réintroduire dans l’analyse du conflit afghan et de sa dimension agraire les perspectives de l’anthropologie sociale, religieuse et politique en tenant notamment compte des dynamiques suivantes :

* Les remises (remittances) financières et sociales des émigrés et des réfugiés qui constituent aujourd’hui une diaspora étroitement intégrée à la société afghane et pèsent de tout leur poids dans la question agraire ou foncière
* La réactivation d’espaces transnationaux de circulation qui articulent l’Afghanistan à son environnement régional, singulièrement au Golfe, à l’Iran et à l’Asie centrale et influent sur la formation de la valeur du foncier
* Le renouveau islamique, indissociable de l’insertion de l’Afghanistan dans son environnement régional – notamment pakistanais pour les sunnites et iranien pour les chiites – et qui met en jeu ses propres acteurs fonciers, par exemple les madrasas en tant que waqf (bien de mainmorte), très présents dans la restructuration urbaine de certains quartiers, et qui contribue à « juridiciser », donc à réguler, la question de la propriété de manière relativement autonome par rapport aux relations sociales dites coutumières ou aux relations patriarcales de genre, ce en l’absence de tout cadastre
* La combinatoire entre l’esprit d’asabiyya (qawm), l’appartenance ethnique et le sentiment national dans le cadre de l’Etat afghan, combinatoire qu’ont recomposée la guerre, l’émigration et l’intervention occidentale de 2001

Voir la description complète du projet

Christophe Jaffrelot & al. publish « Muslims in Indian Cities: Trajectories of Marginalisation »

Muslims in Indian Cities: Trajectories of Marginalisation
Edited by Laurent Gayer and Christophe Jaffrelot
May, 2012

Numbering more than 150 million, Muslims constitute the largest minority in India, yet they suffer the most politically and socioeconomically. Forced to contend with severe and persistent prejudice, India’s Muslims are often targets of violence and collective acts of murder.

While the quality of Muslim life may lag behind that of Hindus nationally, local and inclusive cultures have been resilient in the south and the east. Within India’s cities, however, the challenges Muslims face can be harder to read. In the Hindi belt and in the north, Muslims have known less peace, especially in the riot-prone areas of Ahmedabad, Mumbai, Jaipur, and Aligarh, and in the capitals of former Muslim states—Delhi, Hyderabad, Bhopal, and Lucknow. These cities are rife with Muslim ghettos and slums. However, self-segregation has also played a part in forming Muslim enclaves, such as in Delhi and Aligarh, where traditional elites and a new Muslim middle class have regrouped for physical and cultural protection. More information.

Christophe Jaffrelot is CNRS research director at CERI where he served as director from 2000 to 2008 and teaches South Asian politics and history, Arguably one of the world’s most respected writers on Indian society and politics, he has published many works, including The Hindu Nationalist Movement and Indian Politics, 1925 to the 1990sIndia’s Silent Revolution: The Rise of the Lower Castes in North India; and Dr. Ambedkar and Untouchability: Fighting the Indian Caste System. See his publications.

Christophe Jaffrelot publie « Politique et religions en Asie du Sud : Le sécularisme dans tous ses états ? »

Politique et religions en Asie du Sud
Le sécularisme dans tous ses états ?
Christophe Jaffrelot & Aminah Mohammad Arif (eds.)
Éditions de l’EHESS, Février 2012
Rares sont les ouvrages dévolus au lien entre le politique et le religieux qui comparent les différentes communautés religieuses et les différents pays d’Asie du Sud. Historiens, sociologues, anthropologues et politologues comblent ce fossé en étudiant l’importante sécularisation des institutions.

Ce numéro de « Purushartha » s’attache à comparer les relations qu’entretiennent politique et religion(s) en Asie du Sud . Le sujet, tel qu’ il est abordé, revêt un intérêt particulier pour trois raisons principales. Premièrement, il traite d’une région où le processus de sécularisation n’a pas eu la même ampleur qu’en Occident.
Deuxièmement, la zone abrite toutes les grandes religions du monde et permet donc de tester la part des variations revenant à la culture. L’islam domine dans trois pays (Pakistan, Bangladesh et Afghanistan), l’hindouisme dans deux autres (Inde et Népal) tandis que le bouddhisme joue un rôle prépondérant à Sri Lanka et important au Népal et en Inde. Quant à la minorité chrétienne, elle est présente presque partout.
Enfin, la diversité des trajectoires suivies par les régimes sud-asiatiques dans leur rapport à la religion offre une large palette à la comparaison.

Christophe Jaffrelot is CNRS research director at CERI where he served as director from 2000 to 2008 and teaches South Asian politics and history. Arguably one of the world’s most respected writers on Indian society and politics, he has published many works, including The Hindu Nationalist Movement and Indian Politics, 1925 to the 1990sIndia’s Silent Revolution: The Rise of the Lower Castes in North India; and Dr. Ambedkar and Untouchability: Fighting the Indian Caste System. See his publications.

Romain Bertrand publie « L’Histoire à parts égales »

L’Histoire à parts égales, Récits d’une rencontre, Orient-Occident (XVIe-XVIIe siècle)
Romain Bertrand, CERI, Seuil

S’il n’a jamais été autant question d’«histoire-monde », c’est souvent la même histoire du monde qui s’écrit : celle de l’Europe et de son « expansion » en Afrique, en Asie et aux Amériques. Pour Romain Bertrand, il n’est d’autre remède à cet européocentrisme obstiné qu’une histoire à parts égales, tramée avec des sources qui ne soient pas seulement celles des Européens. C’est ce qu’il propose dans ce texte, en offrant le récit détaillé des premiers contacts entre Hollandais, Malais et Javanais au tournant du XVIIe siècle. Il montre que l’Europe ne détenait alors aucun avantage sur les sociétés du monde insulindien, que ce soit en matière de compétences nautiques et cartographiques, de grand négoce ou de technologies militaires. En savoir plus.

Prix
Pour cet ouvrage Romain Bertrand a reçu  le Grand Prix des Rendez-Vous de l’histoire 2012 et  le Prix du livre des Mémoires de la Mer 2013 décerné par le Centre International de la Mer.  Le Prix Mémoires de la Mer récompense un ouvrage explorant avec talent et originalité « les mondes de la mer ». Quel que soit le genre du livre, il doit ainsi présenter une ouverture originale sur la diversité des pratiques humaines liées à la mer et une mise en perspective historique des données.

Parmi les nombreuses recensions dans la presse :
Dans Le Monde des Livres du 29 septembre 2011, Patrick Boucheron, historien, débute sa critique de la façon suivante: « On ne se méfie jamais assez de son propre talent. Les dix premières pages du livre de Romain Bertrand sont si éblouissantes que certains risquent de s’en contenter. Car en peu de mots tout est dit : les ruses de l’européocentrisme qui nous font prendre pour radicalement autres les sociétés lointaines ; l’insuffisance d’une histoire du monde se réduisant à envisager l’Europe projetée au loin ou vue de loin ; le fait que cette « histoire globale » qu’on enseigne aujourd’hui est parfois aussi locale qu’un gentlemen’s club aux portes closes : elles s’entrouvrent lorsqu’il s’agit de s’enivrer d’enluminures persanes ou d’épices indiennes, mais se referment « dès qu’il est question de choses sérieuses »

Romain Bertrand est directeur de recherche au CERI. Spécialiste de l’Indonésie moderne et contemporaine, il a consacré de nombreux travaux à la question des dominations coloniales européennes en Asie du Sud-Est. Voir ses précédentes publications.