Category: Médias et communication

Après le confinement, quel avenir pour le télétravail ?

cd580e_d6dfa6cd9d734264ad77a1151bb30499~mv2Pendant le confinement dû à la pandémie de coronavirus, un grand nombre de salariés et de travailleurs indépendants ont été obligés de travailler à distance, en général depuis leur domicile. Fin avril, la Ministre du travail avançait le chiffre de 5 millions de télétravailleurs depuis la mi-mars, soit près d’un quart des salariés français. La plupart avaient peu ou pas d’expérience de ce mode de travail, comme les enseignants du primaire ou les employés peu qualifiés. Sans oublier que pour beaucoup, leurs enfants étaient aussi confinés à la maison et qu’ils devaient partager avec eux les lieux et les outils (ordinateurs, connexion) nécessaires à leurs activités et souvent les aider dans leurs apprentissages ! (voir Prospectibles sur l’enseignement à distance).

Comment se dessineront le marché et l’organisation du travail après le confinement ? Quel part y occupera le télétravail ?

L’engouement pour le télétravail

D’après Wikipedia « Le télétravail est une activité professionnelle effectuée en tout ou partie à distance du lieu où le résultat du travail est attendu. Il s’oppose au travail sur site, à savoir le travail effectué dans les locaux de son employeur. Le télétravail peut s’effectuer depuis le domicile, un télécentre, un bureau satellite ou de manière nomade ».

Paradoxalement, cette activité à domicile, que certains avaient découvert pendant les grèves des transports de décembre 2019 et janvier 2020, a été plébicitée par 62% des Français si l’on en croit le sondage de l’étude Deskeo d’avril 2020. Bien sûr, l’élimination du temps de trajet domicile-travail y est pour beaucoup. C’est plutôt surprenant, car si le développement du travail à distance est évoqué depuis près de 20 ans, cette pratique a concerné très peu de personnes depuis en France. Selon une publication de la Dares, citée par Christophe Bys dans l’Usine Nouvelle, seuls 3% des salariés le pratiquent régulièrement, au moins une fois par semaine

Thierry Pech, directeur du think tank Terra Nova, interviewé par Philippe Minard dans la Dépêche, décrit ainsi la typologie des télétravailleurs « Ce sont plutôt des cadres, des professions intellectuelles supérieures (ingénieurs, professeurs etc.) qui vivent dans des métropoles et singulièrement en Ile-de-France. Ils travaillent majoritairement dans des grandes entreprises. Déjà avant la crise, la sociologie des télétravailleurs correspondait à des formations et des revenus plus élevés que la moyenne. ». On comprend que ces salariés ont de meilleures conditions à leur domicile qui leur facilitent leur activité à distance. De plus, ce sont en général des personnes plus autonomes qui organisent eux-mêmes leur travail. Ceux qui le pratiquaient avant le confinement n’y consacraient en général que 20% de leur temps de travail : une journée, deux jours au maximum par semaine … teletravail-sieste-travail-a-domicile-repos

En revanche, d’autres ont ressenti beaucoup plus de pénibilité. Ils concernent à 18%, des emplois moins qualifiés. Parmi les insatisfaits, on trouve des femmes de moins de 50 ans, chargées de famille, avec des enfants de moins de 12 ans et des ‘novices’, mal préparés et moins bien équipés. Comme le rapporte Amandine Caillol dans Libération, citant une personne répondant à l’enquête ‘Montravailadistancejenparle’ : « le télétravail ‘concon’ (confiné, contraint) est-il vraiment du télétravail ?». Dans ce cas le télétravail a été imposé à des salariés pas toujours habitués, formés ou volontaires pour ce type d’activité. Ils en ressentent plutôt les effets négatifs. Alors que le télétravail représente un gain de temps, la liberté d’organisation pour les uns, c’est l’isolement, l’empiètement sur la vie de famille pour les autres …

La sociologue Danièle Linhart analyse ces aspects négatif dans son interview dans Libération. « L’isolement des salariés en télétravail peut favoriser un climat anxiogène et nuire à la créativité stimulée par le collectif ». Avant la pandémie, les managers voulaient que les salariés soient ‘heureux au travail’ avec la création de ‘Chief Happiness officers’, mais aussi avec des contraintes et des contrôles à travers des ‘process’, des normes et des protocoles. Avec la personnalisation des objectifs des salariés, on a voulu invisibiliser les liens de subordination. Pendant la crise sanitaire, on a dit aux travailleurs de rester chez eux pour protéger leur santé, mais en même temps, on a développé la surveillance en ligne et la traçabilité numérique.

Le travail est déconnecté de sa finalité sociale : l’activité atomisée ne fait pas partie d’un tout. On a beaucoup évoqué l’autonomie du salarié en télétravail, mais pour le salarié non-cadre, le mécanisme du contrôle perdure. Il a du mal à influer sur une décision, c’est plus difficile pour lui de peser collectivement à distance.

C’est aussi ce que constate Christophe Degryse, chercheur à l’Institut syndical européen, dans sa tribune au Monde en soulignant les effets pernicieux et les conséquences sociales de la prétendue ‘libération des contraintes du télétravail. « En s’installant dans la durée, les nouvelles pratiques de télétravail commencent à révéler quelques signes d’un impact social plus profond que celui attribué à un déplacement du lieu de fourniture du travail. ». C’est le bien-être au travail qui est remis en cause. L’enquête britannique IES Working at Home Wellbeing d’avril 2020 recense une augmentation des douleurs musculo-squelettiques, une activité physique en baisse, des horaires de travails trop longs et irréguliers, mais surtout un manque d’interactions sociales, un déséquilibre entre vie professionnelle  et vie privée, un sentiment d’isolement. « Comme le note Neil Greenberg, spécialiste de la santé mentale au travail, les gens commencent à se demander s’ils travaillent à la maison ou s’ils dorment au bureau. ». photo-teletravail-e1489502939462-654x327

La souffrance au travail apparaît aussi dans l’article d’Anne Rodier dans Le Monde : « Pour beaucoup de salariés, le télétravail est devenu synonyme de tensions, de stress, de burn-out. Au bout de deux mois, il y a déjà un phénomène d’usure. » qui cite Eric Goata, directeur général du cabinet Eléas, spécialisé dans la prévention des risque psycho-sociaux : « Les salariés parlent d’abandon, de solitude, de surcharge cognitive liée au trop grand nombre d’informations à traiter, de surcharge de travail, d’un sentiment d’être surveillé à l’excès par les managers, des difficultés à coopérer avec les collègues et de l’impossibilité de concilier vie privée-vie professionnelle ».

Inégalités entre travailleurs : repenser l’organisation du travail

On l’a vu pendant le confinement, il y avait ceux qui pouvaient se mettre en télétravail et ceux qui ne le pouvaient pas. Un certain nombre de personnes ont continué de travailler sur site à leur poste de travail ou ont été mis en chômage partiel ou total : les soignants et les emplois essentiels, bien sûr, mais aussi d’autres professions. Comme le souligne Thierry Pech, « ll y a certainement une France qui rêve de télétravailler mais qui n’a pas accès à cette organisation. Dans notre échantillon, il y a peu d’ouvriers et d’employés et peu de petite classe moyenne. » C’est aussi ce qu’affirme François-Xavier de Vaujany, professeur de management dans sa tribune au Monde : « il ne faut pas oublier que plus de 90 % des travailleurs français sont des salariés (de plus en plus souvent en CDD) » A terme, ces catégories professionnelles pourraient y être inclues : la saisie de commandes, par exemple, pourrait aussi bien se faire à domicile.

Mais entre-temps, le confinement aurait mis 1,1 million de Français au chômage, comme le signale Maxime Vaudano dans Le Monde. Même s’il s’agit essentiellement de ‘reclassement’ de précaires en activité réduite, on constate néanmoins très peu de retour à l’emploi … Et  selon Cyprien Batut cité par Lomig Guillo dans Capital, 10% des emplois qualifiés pourraient être délocalisés ! Cela concernerait surtout des hommes et des jeunes : paradoxalement, ce sont les professions les plus intellectuelles qui sont menacées ! La Commission européenne prévoit néanmoins un taux de chômage supérieur à 10% pour la France pour fin 2020 …

teletravail_1Cela implique de repenser toute l’organisation du travail. La disparition du temps de transport domicile-travail représente un triple bénéfice écologique et économique, pour le salarié bien sûr, mais surtout pour l’entreprise et les collectivités locales. La perte de productivité du travail à distance n’a pas dépassé les 1% pendant le confinement. La généralisation du télétravail permettrait de désencombrer les villes et les entreprises auraient besoin de moins d’espaces de bureaux. PSA a déjà prévu que ses salariés du tertiaire, les commerciaux et la recherche-développement ne passeraient qu’une journée et demie par semaine sur le site.

Garder pratiquement la même productivité en travail à distance ? Pas si sûr, car sans contacts humains les relations manager-collaborateurs se dégradent. Le télétravail devrait pouvoir accélérer la mutation entre le management hiérarchique, vertical et contrôleur vers un management plus mature. Pendant le confinement, ce n’était pas vraiment du télétravail, plutôt une poursuite de l’activité à distance. Il n’y a pas eu de projets organisés et pilotés. La recherche sur le télétravail indique que l’on peut travailler deux ou trois jours au maximum à distance pour éviter l’isolement et maintenir la cohésion au sein des équipes. index-teletrPC

Le management à distance exige des compétences spécifiques. On ne peut pas reproduire à distance la même organisation qu’à proximité, le même nombre de réunions, les mêmes lignes de reporting… Comme le soulignent les deux managers Gauthier Franceus et Nicolas Saydé dans Le Monde, « le confinement est un excellent baromètre pour évaluer la manière dont circule l’information dans les équipes. Comment trouver un équilibre entre une surabondance d’informations pas toujours utiles et un manque de communication qui empêche l’équipe d’avancer ? ». Ils se posent aussi la question de la confiance dans le travail à distance « Pour certains managers, cela peut se traduire par un besoin de plus de contrôle […] D’autres managers en profitent au contraire pour lâcher prise, pour donner encore plus d’autonomie à leurs collaborateurs ».

Le rapport au temps et à l’espace de travail de même que les manières de travaille sont à repenser. Si la présence sur le lieu de travail est remise en question, c’est tout le référentiel de travail qui est à réinventer. Comme le rappelle Christophe Degryse, l’organisation industrielle du travail au 18e siècle emprunte les principes du théâtre classique : unité de lieu, de temps et d’action « Le travail humain se « fixe » dans un lieu précis (l’atelier, plus tard l’usine, les bureaux), pour une durée déterminée (la journée de travail), dans le cadre d’une unité d’action (les travailleurs sont collectivement impliqués dans un seul processus de production). ». Ces trois unités vont structurer le modèle social des pays industrialisés : amélioration des lieux de travail (santé, sécurité), encadrement du temps de travail, développement d’un esprit collectif (culture d’entreprise, négociations collectives).

C’est toute cette construction qui pourrait être remise en jeu « Avec le travail à distance s’érodent le lieu et les horaires de travail, les interactions sociales, voire l’esprit collectif. Les conséquences en seraient que toutes les protections liées à ces unités s’éroderaient elles aussi ». Il faut donc inventer de nouvelles unités structurantes pour un modèle social et numérique.

Mise en place de nouveaux « lieux de travail » virtuels où les télétravailleurs pourraient se réunir et partager leurs expériences ; des unités de temps compatibles avec la vie privée : droit à la déconnexion ; des unités d’action à réinventer : organisation du travail en équipe et organisation de la représentation collective …

Comme l’énonce Fanny Léderlin dans Libération, le télétravail devient « l’enfer sans les autres » ! « En évitant les ‘dérangements’ de la vie de bureau – les bavardages, les pauses café ou clope, les demandes de coup de main sur d’autres dossiers – le télétravail permettrait d’être plus performant ». […] « Libéré de toute entrave, le sujet performant n’écoute que lui-même ». Le télétravailleur s’expose ainsi, non pas à la tyrannie des managers, mais à la sienne propre !

C’est contre cette dérive que les syndicats s’élèvent sur France Inter « Le télétravail ne doit pas rester une zone de non-droit ». Pour la CGT les employeurs doivent prendre en charge les frais professionnels ; la CFDT, l’UNSA et la CFTC ont publié une liste de propositions communes : L’entreprise doit fournir les outils, respecter le droit à la déconnexion et 100% de télétravail n’est pas souhaitable. Le travail en équipe reste important pour éviter l’isolement pour FO. « Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, imagine, lui des espaces de coworking en bout de ligne RER. Le télétravail mérite en tout cas qu’on ouvre une discussion, en faisant attention, dit-il, à l’intérieur des entreprises, à ne pas opposer les cols bleus et les cols blancs. ». Même, Geoffroy Roux de Bézieux, le président du MEDEF, cité dans Le Parisien, estime que le télétravail ne devrait pas devenir la norme car « cette « solution » a  amené beaucoup de satisfaction pour certains salariés mais aussi des contraintes, des burn-outs, des problèmes de management au sein des entreprises ».

Une réflexion sur la mise en place du revenu universel s’impose aussi dans cette période de crise économique et sociale. L’Espagne l’a déjà adopté et l’idée progresse d’autres pays européens dont la France, comme l’indique France 24. Antoine Dulin, qui préside la Commission Insertion et jeunesse du Conseil économique social et environnemental (CESE) réclame par ailleurs l’extension du CSA aux moins de 25 ans « Les jeunes sont les outsiders du marché de l’emploi. Quand ce marché se contracte, ils en deviennent les variables d’ajustement. » interview par Laure Bretton dans Libération. securite-informatique1

Sécurité des outils et surveillance électronique

Comme pour l’enseignement à distance, la question de la sécurité des outils de communication se pose pour le télétravail.

Le service de visioconférence Zoom qui avait été critiqué pour ses failles de confidentialité et de sécurité a sorti une version chiffrée mais payante de son logiciel. Eric Yuan, Le PDG de cette société, cité dans Le Monde, justifie cette décision pour ne pas permettre à des criminels de passer à travers les mailles de la police … !

Philippine Kauffmann explique dans Libération « Depuis le confinement, de nombreuses entreprises ont fait installer à leurs salariés le logiciel américain Hubstaff, qui calcule leur «temps effectif» en enregistrant leurs mouvements de souris. Un exemple parmi d’autres du contrôle et des pressions subis par certains travailleurs à domicile. Une jeune analyste s’émeut du fait qu’elle n’ose plus lire un article ou aller sur twitter ; elle se demande si cette surveillance ne va pas continuer quand elle reprendra son travail au bureau … ». Gwendal Legrand, secrétaire adjoint de la CNIL reconnait dans une interview à Libération, « que les systèmes de ‘Keyloggers’ ces logiciels qui permettent d’enregistrer à distance toutes les actions accomplies sur un ordinateur sont en général hors limites ». Christophe Degryse le souligne aussi dans sa tribune « Si l’employeur accepte le travail à distance, c’est aussi parfois parce que les possibilités de contrôle de l’employé sont désormais infinies : surveillance non détectable de l’activité du clavier, de l’utilisation des applications, captures d’écran, activation de la webcam… La nouvelle normalité du télétravail, ici plutôt dystopique, peut aussi être celle d’un capitalisme de surveillance. »images-teletr

Serries, Guillaume. – Pour le Medef, le télétravail, ce n’est pas normal.ZDNet, 05/06/20

Dulin, Antoine ; Bretton, Laure. – Chômage « Pendant les crises, les jeunes sont les variables d’ajustement »: entretien. – Libération, 04/06/20

Kauffmann, Philippine. – Télétravaillez vous êtes fliqués. - Libération, 02/06/20

Bordet, Marie. – « Mon patron a piqué une gueulante et exigé le retour des salariés au bureau ». Le Point, 01/06/20

Cramer, Maria ; Zaveri, Mihir. – Working From Home Has Benefits Some Don’t Want to Lose. – The New York Times, 05/05/20 updated 31/05/20

Pech, Thierry ; Minard, Philippe. – « Le télétravail pointe la vétusté des relations professionnelles ». – La Dépêche, 30/05/20

Franceus, Gauthier ; Saydé, Nicolas. - Télétravail : les vices cachés de l’organisation. – Le Monde, 29/05/20

Degryse, Christophe. – « Les gens commencent à se demander s’ils travaillent à la maison ou s’ils dorment au bureau ». – Le Monde, 29/05/20

Jean, Aurélie ; Mouton, Robert. – « La numérisation professionnelle doit s’accompagner d’une régulation sociale ». - Le Monde, 29/05/20

Vaujany, François-Xavier de. – « Hommage au travail ‘ordinaire' ». – Le Monde, 29/05/20

Vaudano, Maxime. – Le confinement a-t-il vraiment mis 1,1 million de Français au chômage. – Le Monde, 29/05/20

Funes, Julia de. – « Le télétravail modifie notre rapport au travail. Il lui redonne sa juste place ». – FranceInfo (vidéo), 29/05/20

Lachaise, Alice. – Télétravail : mise en place, droits, obligations. – Juritravail, 25/05/20

Demas, Juliette. – Le télétravail à vie pourrait transformer Dublin. – Ouest-France, 24/05/20

Rodier, Anne. – « Je ne veux plus télétravailler », « Franchement, j’en ai ma dose » : les dégats du télétravail. – Le Monde, 23/05/20

Gérard, Aline. - Quand le télétravail bouscule les managers. – Ouest France, 23/05/20

Souffi, Emmanuelle. – L’économiste Gilbert Cette « L’essor du télétravail recèle des potentiels économiques énormes ». – Le Journal du Dimanche, 23/05/20

Guillo, Lomig. - « Avec le télétravail, 10% des emplois qualifiés pourraient être délocalisés ». – Capital, 22/05/20

Calignon, Guillaume de. – Sondage exclusif : les Français séduits par le télétravail. – Les Echos, 19/05/20

Chartier, Mathieu. – La Silicon Valley étudie la généralisation du télétravail pour le « monde d’après ». – Les numériques, 18/05/20

Caulier, Sophy. – Coronavirus : le télétravail met en danger la confidentialité des entreprises.Le Monde, 18/05/20

Fily, Hélène. – L’avenir du télétravail en France fait débat entre syndicats et patronat. – France Inter, 17/05/20

Léon, Emmanuelle. – Le Covid19 sonnera-t-il la fin du travail tel que nous le connaissons ?Slate, 14/05/20

Garric, Audrey ; Lemarrié, Alexandre. – Autonomie sanitaire, revenu universel, télétravail : les propositions citoyennes pour ‘le jour d’après’. – Le Monde, 13/05/20

Afshar, Vala. – Télétravail : la perte de productivité moyenne est de 1%. – ZDNet, 13/05/20

Télétravail ou travail confiné ? Observations et premiers constats. – Laboratoire d’Analyse et de Décryptage du Numérique – Mission Société numérique, 02/05/20

Cailhol, Amandine. – Télétravail : le boulot compresseur. – Libération, 29/04/20

Linhart, Danièle ; Mouillard, Sylvain. – Télétravail : « L’activité se trouve déconnectée de sa finalité sociale » : entretien. – Libération, 29/04/20

Plantey, Yvan ; Pétillon, Catherine. – Avec le Covid-19, un « télétravail forcé et dégradé ». – France Culture Hashtag, 17/04/20

62% de Français voudront faire plus de télétravail après le confinement. – Deskeo, 14/04/20

Bergeron, Patrice. – Le télétravail génère du stress chez les employés de l’Etat. – La Presse (Québec), 31/03/20

Bys, Christophe. – Le 100% télétravail en période crise, une organisation qui nécessite des process. – L’Usine digitale, 19/03/20

Bouthier, Baptiste. - Le télétravail, un truc de cadres parisiens ?Libération, 11/12/19

 

Maintenir la « continuité pédagogique » : l’expérience de l’enseignement à distance en période de confinement

elearning-02Depuis un mois en France, en raison du confinement institué pour restreindre l’extension du COVID19, tous les établissements scolaires sont fermés et le personnel enseignant a été encouragé à pratiquer la « continuité pédagogique » à travers un enseignement à distance. Pour l’enseignement du 1er et du 2nd degré, les parents d’élèves sont aussi invités à aider leurs enfants à pratiquer l’ « école à la maison ». Déjà en fin février, le Ministre de l’éducation nationale, J.M. Blanquer, cité par Lucile Meunier dans Uzbek & Rica, rassurait « Si [l’épidémie] devait prendre des proportions plus importantes, on serait capable de déclencher de l’enseignement à distance massif ». Il faisait allusion à Ma classe à la maison, la plateforme du CNED qui permet aux élèves d’accéder à des cours, vidéos, synthèses et visioconférences. Cet outil est un complément aux ENT (Environnement numérique de travail), grâce auxquels fonctionne notamment Pronote, un logiciel de gestion de vie scolaire, conçu comme une interface entre les professeurs, les élèves et leurs parents.

A part quelques succès de MOOCs dans l’enseignement supérieur et la formation continue, le e-learning n’a jamais vraiment décollé en France. Le CNED a mis longtemps à intégrer internet, et excepté quelques outils (tableau blanc interactif, cahier de correspondance en ligne), les enseignants n’utilisent pas beaucoup les nouvelles technologies. C’est pourquoi, lorsqu’il a fallu se mettre, d’un côté à l’enseignement à distance pour les professeurs, de l’autre à l’école à la maison pour les parents, sans aucune préparation préalable et avec des outils très peu rodés, on a assisté à une levée de boucliers de la plupart des enseignants. En revanche, certains y voyaient l’opportunité d’un renouveau pédagogique avec la mise en œuvre d’un enseignement 2.0 pour le 21e siècle … !

Fracture numérique et accentuation des inégalités elearning2-380x253

Mais surtout, comme l’a souligné Nathalie Mons, sociologue, professeur de politiques éducatives au CNAM, dans l’émission 28 minutes (Arte),  le système souffre d’une double fracture numérique : au niveau familial d’abord, avec des familles peu équipées, surtout en ce qui concerne les élèves des milieux populaires, et au niveau scolaire ensuite, en raison de l’impréparation des enseignants et des structures pédagogiques. L’école à la maison « va renforcer les inégalités sociales face à l’éducation, dans un pays parmi les plus inégalitaires. L’école étant également le lieu de socialisation, il faut sortir du fantasme de l’école du tout numérique, sans professeurs. »

C’est aussi ce que prévoyaient Pierre Ropert et Louise Tourret dès le 13 mars sur France Culture : « Mais malgré la bonne volonté du corps enseignant, la dématérialisation des cours va nécessiter une attention particulière des familles, ne serait-ce que pour s’assurer de la présence et du suivi des étudiants. L’enseignement à distance pose ainsi la question de l’égalité de l’enseignement, quand les familles ne sont pas toutes en mesure d’apporter le même soutien à leurs enfants ». « L’enseignement à distance, s’il venait à s’éterniser, pourrait donc accentuer les inégalités relevées par le classement PISA. Dans plusieurs rapports, déjà, le PISA a en effet relevé que le système éducatif français ne fait qu’accroître les inégalités pré-existantes ».

Impréparation de l’éducation nationale

C’est ce que constate Fanny Capel, professeur de lettres dans une tribune dans l’Obs : « Très rapidement, il est apparu que l’Education nationale n’était pas techniquement prête : les enseignants ont dû travailler avec leur matériel personnel, qui n’est pas forcément adapté ; les ENT (environnements numériques de travail) et les « classes virtuelles » conçues par le Cned n’ont pas supporté un usage massif. ». Les enseignants se sont ensuite « tournés vers les plateformes de discussion ou de visioconférence privées comme Skype, WhatsApp ou Zoom qui mettent en danger les données personnelles des élèves et la neutralité du service public ».

Face au flou des consignes officielles, les enseignants sont contraints à l’improvisation et adoptent des pratiques très diverses : échange de consignes et de copies par mail, cours en visioconférence ou vidéos en ligne. Du côté des familles, les parents en télétravail ou travaillant encore à l’extérieur se sont sentis vite dépassés et ont eu peur de n’en pas faire assez … Surtout que les conditions de l’étude à la maison (accès à un ordinateur, connexion à internet, logement, disponibilité des parents) n’ont pas été prises en compte.  Finalement les inspections ont rappelé que « le seul objectif était de maintenir un lien avec les élèves en leur proposant de exercices réguliers et la consolidation des compétences et des savoirs déjà acquis » ! 000000071588_zoom

Les enseignants se retrouvent dans un « état d’épuisement professionnel » et la plupart des élèves « vivent l’abandon scolaire et la rupture de leurs apprentissages, en dépit des efforts de leurs professeurs. » Pour Fanny Capel « il n’existe pas de classe virtuelle, seulement des individus à la fois, suprême paradoxe, surveillés et laissés à eux-mêmes. ».

C’est aussi l’avis des enseignantes interrogées dans l’article des Numériques : « L’école 2.0 ne remplacera jamais un prof« , annonce d’emblée Lucie, professeure de lycée en région parisienne. « On peut faire des sortes de cours magistraux, mais c’est à peu près tout« , continue celle qui doit s’occuper de ses deux enfants en primaire en parallèle. Isabelle, une contractuelle dans un lycée, abonde : « on nous vend une école 2.0, mais rien n’est fait pour faciliter la vie des profs et des élèves. » Les cours à distance exigent en effet beaucoup plus de travail pour une bonne partie du corps enseignant. « Au lieu de gérer une classe de 35 élèves, tu fais du cas par cas« , ajoute Isabelle. ». Là encore, l’inégalité est pointée : « S’il y a un mot à retenir, c’est inégalité. Tous les élèves n’ont pas toujours l’appareil et la connexion qu’il faut, certains parents se demandent comment on fait pour enregistrer des documents sur l’ENT, certains élèves ne savent pas se servir des outils informatiques« , s’inquiète Isabelle. ».

Un autre danger de l’enseignement à distance, l’’absentéisme numérique’ : Certains sont partis le vendredi pré-confinement « en se disant qu’ils étaient en vacances« . Mais là encore, cela dépend beaucoup de l’âge et du niveau social. « En 3e, avec des enfants issus de familles défavorisées, j’ai un taux de réponse de 50 à 60 % à mes mails« , explique Célia qui fait désormais cours depuis sa maison en Seine-et-Marne. ».  C’est aussi la question que pose Pascal Plantard, professeur d’anthropologie des usages des technologies numériques à l’Université Rennes 2, en se demandant dans une tribune au Monde « Qui sont les 800 000 élèves perdus ? » : la fracture numérique ne peut pas à elle seule expliquer le ‘décrochage’ de 5 à 8% des élèves depuis le début du confinement.

 

indexUn laboratoire de nouvelles pratiques

Alors que les outils institutionnels s’avèrent insuffisants pour faire face à la demande, certains enseignants en profitent pour expérimenter des solutions alternatives, proches des pratiques des jeunes, comme les jeux-vidéos ou les plateformes de réseaux sociaux. Lucile Meunier, dans son article sur Usbek & Rica, cite le cas d’un professeur de mathématique qui « a eu l’accord de sa direction pour développer des serveurs Discord. Cet outil ludique, bien connu de ses élèves fans de jeux vidéo, permettra d’héberger cours et exercices ». Une linguiste remarque aussi, qu’en l’absence d’ordinateur à la maison « certains outils non institutionnels semblent être plus adaptés à l’usage du smartphone: « Je ne vois pas le mal à faire un cours sur Snapchat, car tout le défi pédagogique est d’arriver à tirer le meilleur d’un outil. Par exemple, les langues requièrent de la spontanéité et de la vitesse, ce qui est très adapté à Snapchat ». Avec sa chaîne « Maths et Tiques » sur YouTube qui compte plus de 700 000 abonnés et 103 millions de vues, Yvan Monka, prof de maths au Lycée de Haguenau, est devenu incontournable depuis le confinement. Si l’élève peut progresser à son rythme, comme le constate Zineb Dryef dans le Monde « L’élève a la possibilité de revenir en arrière ou de cliquer sur pause, de fonctionner à son rythme. », la chaîne d’Y. Monka est très éloignée des standards des poids lourds de YouTube «  Ici, pas de montages sophistiqués, de décor soigné, d’animations rigolotes […] S’il glisse ici et là une blague de matheux, il ne fait pas de vulgarisation à grands renforts de références pop et de potacheries : il enseigne. ».

En ce qui concerne les élèves, « même si la salle de cours n’existe plus en tant que telle, il se recrée « un microcosme de classe » dans les boucles WhatsApp de certains établissements, explique Lucie à Corentin Béchade dans les Numériques. « Les élèves profitent de ce point d’ancrage, ils s’entraident et discutent« , renchérit celle qui cumule en plus le rôle de représentante des parents d’élève. « Il y a une vraie solidarité, ça a complètement changé la dynamique entre les profs et les élèves. Certains ont même créé un forum de discussion pour partager plus facilement des documents. »

« Il faut faire confiance aux élèves, assure François Taddei, cité par Lucile Meunier. Si l’un d’entre eux propose un outil, et que le professeur décide de lui faire confiance en lui disant : “Fais, tu connais mieux que moi”, on aura déjà fait un grand pas. Et ensuite, il faudra mettre en commun et partager ces nouvelles méthodes ».

Les aspects positifs de l’enseignement à distance transparaissent aussi dans la tribune de Roger-François Gauthier dans le Monde. Pour cet ancien inspecteur général, l’école pourrait aussi sortir renforcée de cette crise. Face à ceux qui déplorent « Que ce confinement des élèves dans les familles préfigurait une privatisation définitive de l’éducation et un éclatement de l’école face à la multiplication des acteurs qui interviennent dans l’enseignement à distance, », il fait le pari que d’autres espoirs sont possibles. « Qui dit que les élèves ne percevront pas plus clairement, après l’expérience du confinement, que leurs apprentissages individuels ne se construisent vraiment que confrontés aux apprentissages des autres ? […] Qui dit que les enseignants communiquant par exemple au téléphone avec leurs élèves ne leur seront pas en bien des cas apparus plus disponibles que dans la classe ordinaire ? ».

Cette crise pourrait aussi l’occasion de mieux former les enseignants, comme l’espère Christine Develotte « Ce serait super de pouvoir embrayer sur une formation numérique plus approfondie, pour les professeurs qui le souhaiteraient, pour revenir sur cette première expérienceSouvent, les enseignants ne sont pas formés à l’informatique donc ils ne voient pas l’enjeu qu’il y a à laisser la main à des spécialistes de conception de plateformes et non de pédagogie ». Mais encore faudrait-il disposer d’un budget, car, comme le souligne l’article d’Usbek et Rica : « Selon l’OCDE, les enseignants français ont moins accès aux formations continues (83%) que ceux des autres pays de l’OCDE (94%). ».

Il faudrait aussi arriver à mettre au point des méthodes plus créatives « Selon une étude PISA menée en 2017, les élèves français ont un niveau de collaboration très faible par rapport aux autres pays, notamment la Finlande. »..

 

Après les difficultés de l’enseignement pendant le confinement, les affres des choix du déconfinementformationnumerique2

Le gouvernement ayant pris conscience des inégalités provoquées par l’école à la maison en période de confinement, le Président de la République a annoncé que les établissements d’enseignement réouvriraient ‘progressivement’ à partir du 11 mai, date prévue du déconfinement pour une majorité de Français et d’activités économiques. On risque un « revers de confinement », similaire au ‘revers de l’été’, bien connu des chercheurs en éducation comme l’explique Céline Darnon dans The Conversation : alors que pendant l’année scolaire, les enfants de familles défavorisées affichent des gains assez similaires à ceux des familles avantagées, pendant les mois d’été, en revanche, de grandes disparités apparaissent. Celles pourraient expliquer en parties les grandes différences de réussites scolaires dans l’enseignement secondaire et les choix de filières dans l’enseignement supérieur.

Mais certains voient dans cette rentrée précipitée plus une nécessité économique (les parents doivent reprendre le travail, qui va garder les enfants ?) qu’une mesure pédagogique. D’autres, comme le chercheur en sciences de l’éducation Benoît Urgelli dans son interview au Monde, invite à « considérer cette période particulière à l’échelle de toute une scolarité » « Les enfants vont perdre deux mois d’école, peut-être plus, est-ce vraiment un drame ? ». Et surtout redoutent les conséquences sanitaires d’une telle reprise.

D’un point de vue épidémiologique, les enfants seraient relativement peu touchés par le virus du COVID19 (de moins de 1% pour les moins de 10 ans à 1% pour les 10 à 19 ans) et contrairement à ce que l’on croyait au début de la pandémie, aussi moins contagieux, d’après une étude de chercheurs français sur le cluster de Haute-Savoie, cité par Natalie Raulin dans Libération.

Malgré la prudence des propos du le premier Ministre lors de la conférence de Presse du 19 avril, la « bonne méthode sera progressive », a-t-il répété. « Les écoles n’ouvriront pas partout le 11 mai et ne fonctionneront pas partout dans les conditions dans lesquelles elles fonctionnaient » avant le confinement. parents et enseignants restent sur leurs gardes : « Le discours est plus prudent, sur cette date du 11 mai, que ce que laissait entendre Emmanuel Macron, salue Frédérique Rolet, secrétaire général du syndicat enseignant SNES-FSU  dans l’article du Monde. On ne pourra faire de rentrée tant que les conditions de sécurité sanitaire pour les élèves et les enseignants ne seront pas remplies. » Pour Hubert Salaün, porte-parole de l’association des parents d’élèves PEEP, interviewé par RTL « Pour des questions d’organisation, on ne peut pas aujourd’hui remettre 50 élèves dans un bus, 600 élèves en une heure à la cantine. Donc ça va être progressif et bien discuté avec les parents d’élèves, les mairies, les collectivités locales et les enseignants ».

 

Coronavirus : les premières pistes du gouvernement pour le déconfinement. – Le Monde, 20/04/20

Déconfinement des écoles : « Il va falloir beaucoup de pédagogie » estime la Peep. – Le Journal RTL, 20/04/20

Raulin, Nathalie. – Les enfants, étonnamment peu vecteurs de la maladie. – Libération, 19/04/20

Mons, Nathalie. – L’école à distance creuse-t-elle les inégalités. – 28 minutes – ARTE – YouTube, 16/04/20

Urgelli, Benoît ; Morin, Violaine. – École à la maison : « Les enfants vont perdre deux mois d’école, peut-être plus, est-ce vraiment un drame ? ». – Le Monde, 15/04/20

Capel, Fanny. – Enseignement à distance : « Le danger d’une école sans humanité ». – L’Obs, 15/04/20

Poupée, Mathilde ; Le Guellec, Gurvan. – Moi prof confiné : « ne nous dédouanons pas de notre immense tâches sous de mauvais prétextes ». – L’Obs, 13/04/20

Watrelot, Philippe. - Confinement : « L’enseignement, c’est d’abords une relation et de l’accompagnement » : Chat. – Le Monde, 08/04/20

Plantard Pascal. – Ecole à la maison : « Qui sont les 800 000 élèves « perdus » ? » - Le Monde, 07/04/20

Roder, Iannis. – Enseignement à distance : « Allez on se connecte tous à 8h55″ ou presque ... – Le Monde, 07/04/20

Augusto, Hadrien. – Cette application pour apprendre une langue fait un carton pendant le confinement.Presse-citron, 07/04/20

Darnon, Céline. – Inégalités scolaires : des risques du confinement sur les plus vulnérables. – The Conversation, 31/03/20

Gauthier, Roger-François. – Le confinement pourrait permettre « le sursaut dont l’éducation a besoin en France et ailleurs ». – Le Monde, 31/03/20

Treilles, Clarisse. – #JeTravailleChezMoi : « les cours ont une meilleure saveur quand on a du temps devant soi ».  – ZDNet, 31/03/20

Dryef, Zineb. - Yvan Monka, le prof de maths sur YouTube devenu incontournable depuis le confinement. – Le Monde, 26/03/20

Béchade, Corentin. – Confinement : « L’école 2.0 ne remplacera jamais un professeur ». – Les Numériques, 21/03/20

Meunier, Lucie. – « Pendant le confinement, je ne vois pas le mal à faire un cours sur Snapchat.Uzbek & Rica, 20/03/20

Chartier, Mathieu. – Coronavirus : une première journée d’école à la maison très perturbée. – Les Numériques, 16/03/20

Ropert, Pierre ; Tourret, Louise. – Enseignement à distance : « On peut craindre un élargissement des inégalités » dans l’éducation.France Culture, 13/03/20

Bergen, Alain. – Pour l’application Zoom, plus dure sera la chute. – L’Express, 13/04/20

CNED. – Ma classe à la maison : Comment s’organise la continuité pédagogique avec « Ma classe à la maison » ?. – CNED, cop. 2020.

Video conferencing, web conferencing, webinars, screen sharing – Zoom

 

Défiance du public, concurrence des réseaux sociaux et fin du modèle économique : quel avenir pour le journalisme ?

kisspng-freedom-of-the-press-journalism-news-media-freedom-5af8ca43afa019.5199593915262541477194Alors qu’en France les médias sont attaqués de toutes part, aussi bien par les partis extrêmes et le mouvement des « Gilets Jaunes » que par le Président de la République sans parler du scandale de la « Ligue du LOL », au Royaume Uni, un rapport commandé par le gouvernement, s’inquiète de l’avenir de ce secteur et préconise un certain nombre de mesures « pour un futur durable du journalisme ».

Si elle se révèle aujourd’hui de façon criante, la crise de cette profession existe depuis plusieurs années. En 2004, nous avions réalisé à la Bibliothèque de Sciences Po un dossier documentaire sur ce sujet, présentant déjà des préoccupations semblables : éthique et déontologie, émergence de nouveaux médias, fragilisation du modèle économique. « Manipulateur-manipulé, le journaliste dispose-t-il encore du pouvoir dont on le crédite ? Participe-t-il à cette fabrique de l’opinion où tous les sujets sont passés au tamis du système médiatique ? […] Comme dans d’autres secteurs, celui des médias subit une restructuration qui fragilise l’emploi et se traduit par une précarisation de la profession. L’évolution technologique touche au cœur même du métier ».

L’impact de l’internet et la fin du modèle économique des médias traditionnels

Le rapport Cairncross, du nom de la journaliste chercheure chargée de sa réalisation, souligne l’impact de l’arrivée d’internet sur le modèle économique de la presse en Grande-Bretagne : « Avec la baisse drastique des revenus publicitaires sur format papier, elle a encore du mal à compenser les pertes sur le numérique. Les revenus publicitaires étant principalement captés par les géants du web, elle a dû faire des économies. C’est-à-dire au détriment des investissements qu’elle aurait pu faire pour accompagner sa transformation digitale ou encore en rognant sur les coûts de l’information (- 6000 journalistes depuis 2007 au Royaume Uni). » (Alexandre Bouniol dans Meta-Media). Les deux types de journalisme les plus touchés sont le journalisme d’investigation (trop cher) et la presse locale. On constate une contraction des contenus locaux, donc une baisse d’implication dans la vie politique et sociétale … L ’arrivée du smartphone s’accompagne d’une baisse drastique de la distribution des quotidiens nationaux qui passent de 11, 5 millions d’exemplaires en 2008 à 5,9 millions en 2018. Le nombre de quotidiens locaux passe de 1303 à 982 entre 2007 et 2017. réseaux-sociaux-et-journalisme

L’émergence des ‘pure players’ comme Buzzfeed ou le Huffpost de même que le passage par des plateformes d’information comme Google News, Apple News et Facebook, changent complètement le comportement des lecteurs pour accéder à l’information. En passant par ces plateformes, le lecteur n’a plus accès à un ‘panorama’ de l’information comme dans un journal. L’accès se fait article par article suivant un algorithme construit à partir des données de l’utilisateur. « Les informations d’intérêt public sont celles qui émergent le moins sur les plateformes. Les algorithmes ne sélectionnent pas la pertinence d’un contenu mais récompensent les contenus qui se partagent le plus. ». Cette ‘désagrégation de l’information’ « fait que les adultes britanniques passent de moins en moins de temps à s’informer et se sentent submergés par le flot de l’information ».

En France aussi, la presse et les médias traditionnels intéressent de moins en moins le grand public. Le dernier Baromêtre de la Croix le confirme. Dans cette enquête, les Français montrent une vraie défiance envers les médias. La télévision recule de 10 points (38%), la radio de 6 points (50%) et la presse écrite de 8 points (44%%). Quant à internet, il est jugé fiable par 25% des sondés… Comme le souligne Thierry Wojciak de Cbnews, « l’étude met au jour un paradoxe « les médias auxquels les Français accordent le moins de confiance sont ceux qu’ils utilisent le plus pour s’informer. » La télévision reste en tête (46% des sondés) devant internet (29%). Mais ce qui est inquiétant c’est que moins de la moitié des jeunes 18-24 ans prêtent intérêt aux nouvelles, alors que près des trois quarts des plus de 65 ans (74%) s’y intéressent encore. L’enquête a aussi étudié la perception du traitement médiatique du mouvement des Gilets jaunes. Moins d’un tiers du panel (32%) se disent satisfaits de la couverture médiatique du mouvement, alors que 51% la jugent mauvaise. Il leur est reproche d’avoir « dramatisé les évènements » (67%), trop laissé s’exprimer un point de vue extrême (52%), ne pas avoir permis de « bien comprendre » (54%). La violence envers les journalistes est justifiée pour 23% des personnes interrogés, tandis que 32% la condamnent et 39% ne la jugent pas « vraiment justifiée ».

Par ailleurs, pour nombre de « Gilets jaunes », seuls deux médias, en dehors de leurs cercles sur les réseaux sociaux, ont grâce à leur yeux, RT, la chaîne d’information d’influence russe, et Brut, une chaine vidéo aux commentaires très ‘factuels’.

Lutte contre les infox et déontologie de l’information MédiasNePasAvalerDésinfoBON

Le rapport Cairncross dénonce aussi le manque de clarté pour distinguer les informations vérifiées des infox. Pour remédier à cela le rapport propose plusieurs solutions : rendre responsables juridiquement les plateformes, que la rapporteuse trouve elle-même assez délicat ; introduire dans l’algorithme un quota d’informations de bien public afin que tout le monde ait accès à ce genre de contenus ; mettre en place une instance de régulation qui rendrait compte de la qualité d’information diffusée sur ces plateformes.

On retrouve cette préoccupation en France, où le Président Macron voudrait introduire un contrôle des médias, comme le rapporte Claude Askolovitch dans Slate. Le Président voudrait « s’assurer de la neutralité et vérifier l’information dans les médias, en créant des structures financées par l’Etat qui contrôleraient médias publics et privés, structures nantis de journalistes qui seraient les ‘garants’ de l’affaire ». Claude Askolovitch continue en ironisant « Notre Président veut mettre le journalisme sous tutelle, telle une classe sociale assistée […] La liberté s’épanouira sous la contrainte ? Son organe de vérification s’imposera-t-il à la presse ? Les journalistes qui lui seront affrétés deviendront-ils nos supérieurs et nos gardiens, nos censeurs, les auxiliaires du pouvoir, de l’Etat ? ». Cela risque, comme pour la loi sur les Fake news, de remettre en cause de la liberté d’expression en introduisant une dose de censure et surtout se pose la question « qui va contrôler les contrôleurs ? ».  images

Plus concrètement, des syndicats de journalistes ainsi que d’autres instances de l’édition, notamment l’Observatoire de la déontologie de l’information préconisent la création d’un  Conseil de presse. Ce projet, qui réunirait aussi bien des journalistes, des éditeurs et des représentants du public, aurait comme objectif de gérer et instruire les plaintes mais aussi de proposer des orientations en matière de déontologie. Il  pourrait s’appuyer sur le rapport, « Autorégulation de l’information : comment incarner la déontologie ? », réalisé en 2014 par Marie Sirinelli et le Ministère de la Culture. Cette idée est encore controversée dans le milieu journalistique et les médias, mais est soutenu par une personnalité comme Jean-Luc Mélenchon qui déplore qu’on ne dispose que de la justice pour « faire appliquer une sanction pour dissuader de recommencer ».

Or, ce sont souvent les rédactions qui s’opposent à la mise en œuvre d’une telle instance, c’est ce que soulignent les intervenants  de l’émission « Faut-il noter les journalistes ? » (Du grain à moudreFrance Culture) alors que souvent il existe déjà une charte déontologique dans les organes de presse (Les Echos, Radio France). « C’est à chaque rédaction de prendre son destin en main […] il faut que tous les rédacteurs soient capables de se défendre des pressions des actionnaires » soutient François Ernenwein, rédacteur en chef de La Croix, « Il faut donner aux rédactions les moyens de se défendre contre certaines pressions (loi Bloche, Secret des affaires) pour Leila de Cormamond, journaliste sociale aux Echos

charte-580x445Regagner la confiance du public et construire un journalisme de qualité

La crise des Gilets jaunes a révélé en France la défiance d’une importante partie du public vis-à-vis des médias et des journalistes. Certains se sont lancé dans une autocritique de leurs pratiques comme les rédacteurs réunis dans le dossier de Libération. Dans ce dossier, les journalistes se soumettent à un « examen de confiance ». Les 25 professionnels de l’information se demandent « s’ils ne méritent pas une partie de la méfiance qu’ils inspirent et que la terrible pression qui plombe le secteur des médias et contraint la bonne pratique du métier, ne sert pas d’argument refuge à tous les reproches ». Les journalistes ont conscience de leur uniformité sociale et culturelle, et que, hormis les pigistes et les CDD, il font plutôt partie de la couche moyenne-supérieure de la société (la fameuse ‘élite’ intellectuelle, honnie par le ‘peuple’). Cet ‘entre-soi’ pourrait aussi expliquer le succès de groupes comme la Ligue du LOL, où de brillants journalistes (blancs, males et très parisiens) harcèlent leurs consœurs sur les réseaux sociaux. Les journalistes reconnaissent qu’ils ne ‘s’adressent pas à la masse des gens’. Comme l’exprime Jean-Emmanuel Decoin, rédacteur en chef de l’Humanité «La presse écrite ne raconte pas la vraie vie des gens et on le prend en pleine gueule aujourd’hui. […] Où raconte-t-on la souffrance, la vie derrière les murs des entreprises ? ». De plus, la majorité des journalistes résident dans la région parisienne (20 000 des 35 000 cartes de presse). « Hors de Paris, la presse nationale se donne de moins en moins les moyens d’enquêter. dit Sylvain Morvan, de Médiacités. La presse régionale aussi ferme des antennes locales. Des villes petites et moyennes deviennent des déserts médiatiques. L’actualité locale est moins bien traitée, les journaux perdent en qualité. Il est probable que cela joue sur la défiance ».

Expliquer comment on travaille et on débat comme le suggère Amaelle Guitton de Libération, c’est aussi l’objectif de Pierre Ganz de l’ODI. « Beaucoup de gens ne savent pas comment on fabrique l’information. Les choix éditoriaux sont libres et différents de problèmes de déontologie. ». Car s’il existe un besoin de représentation et d’explication dans le public, il existe aussi un besoin d’interpellation.  « Le désir de noter les journalistes vient de personnes qui estiment que les journalistes traitent trop peu souvent de leurs vies, de leurs combats. Il a fallu que les Gilets jaunes descendent dans la rue pour qu’on parle d’eux. Il faudrait pas laisser le soufflé tomber » souligne Pierre Ganz. Le public identifie l’ensemble des journalistes à quelques personnalités : il faut diversifier la formation des journalistes et par exemple développer le journalisme scientifique comme le préconise Olivier Dessibourg dans Meta-média. « Beaucoup de journalistes considèrent que leur rôle est de dire le bien et le mal, comment il faut penser » remarque Natacha Polony, directrice de Marianne. C’est aussi l’avis de Brice Couturier, chroniqueur à France Culture « Avant, nous avions le monopole de l’information. Désormais, l’information nous devance sur les réseaux sociaux. Nous avons réagi en idéologisant à mort, en devenant des directeurs de conscience. Mais en réalité, un journaliste a peu de compétences, il est généraliste, car on n’approfondit pas les sujets en école de journalisme ».

Une des nouvelles pistes possibles est le ‘journalisme de données’. L’analyse qualitative de données est encore peu courante dans le journalisme, comme le constate Bruno Breton dans Les Échos. A l’exception de quelques initiatives pionnières comme « les Panama Papers ou les Paradise Papers à l’occasion desquelles  l’ICIJ (consortium international des journalistes d’investigation) a agrégé des millions de données pour épingler certains paradis fiscaux, la presse reste frileuse. ». L’utilisation des données publiques, issues par exemple, des réseaux sociaux pourrait être un atout éditorial puissant dans le travail des journalistes, surtout si elles ont été traitées avec des outils adéquats. Cet argument est aussi avancé dans l’émission Soft Power de Frédéric Martel sur France Culture. « Avec la généralisation d’internet, l’accumulation exponentielle des données et la puissance inédite des réseaux sociaux, on assiste à une démultiplication des sources numériques disponibles. Les journalistes s’en emparent : ce sont de nouveaux outils de recherche ; de nouveaux terrains d’enquêtes ; de nouveaux types d’enquêtes et d’écritures. »

 « Il faut en revenir aux faits » comme le soutien Géraldine Mulhmann dans une interview sur Rue89 « Il ne s’agit pas d’invoquer un idéal d’’objectivité’ sans précaution ni doutes.[…] Il s’agit juste de dire que le ‘je’ d’un reporter entre en compte d’une manière toute à fait différente, dans son reportage, que le ‘je’ d’un éditorialiste ». Cela ne signifie par autre chose que l’impératif pour le journalisme, de « faire du journalisme et de le faire bien ». Retrouver le rapport tangible aux faits au lieu de se contenter d’un rapport souvent ‘virtuel’.  « Il est important que le public comprenne qu’il y a une différence entre un lieu de pure expression ou d’opinion et un lieu qui veut donner de l’information. […] Faire voir à quel point il y a un monde entre une rumeur même très puissante sur internet et une enquête minutieuse et soigneusement racontée ».

On retrouve ce manque d’analyse sérieuse dans les menées de la « Ligue du Lol ». Comme le souligne la linguiste Laélia Véron dans la table-ronde d’Arrêt sur images « Ces gens qui sont censés maîtriser la langue ne les ont jamais attaqués sur le fond. Il n’y a jamais eu de débat d’idées ».

Les journalistes pourraient aussi s’inspirer du succès de Rémy Busine, le créateur de Brut, très populaire auprès des Médias-1Gilets jaunes, comme le fait remarquer Nicolas Bequet du quotidien Belge l’Echo « Proximité, écoute, humilité et simplicité, voilà ce qui caractérise son attitude face aux manifestants. L’exercice du ‘live’ façon Brut est une forme de retour aux sources, une interprétation des nombreuses missions dévolues aux journalistes : regarder, s’étonner et restituer. Le tout à hauteur d’homme. Une approche à l’antithèse de la perception qu’ont les classes populaires des médias dits traditionnels ».

Nouveau terrains, nouvelles pratiques pour le journalisme. – Soft PowerFrance Culture, 03/03/19

Faut-il noter les journalistes ?Du grain à moudre- France Culture, 28/02/18

Bouniol, Alexandre. – Les principales leçons du rapport britannique sur l’avenir du journalisme. – Méta-Média, 22/02/19

Doctor, Ken. - The New York Times’Mark Thompson on how he’d run a local newspaper: « Where can we stand and fight?NiemanLab.org, 22/02/19

Ganz, Pierre. – Un débat citoyen sur les médias. – Observatoire de la Déontologie de l’Information, 20/02/19

« Il ne faut pas jeter le LOL avec l’eau du bain ». – Arrêt sur image, 15/02/19

The Caincross Review: a sustainable future for journalism/Department for Digital, Culture, Media & Sport. – Gov.UK, 12/02/19

Lamy, Corentin. – Journalistes, réseaux sociaux et harcèlement : comprendre l’affaire de la Ligue du LOL. – Le Monde, 10/02/19

Askolovitch, Claude. – Emmanuel Macron, le journalisme de cour et le contrôle des médias. – Slate, 03/02/19

Littau, Jeremy. – The Crisis Facing American Journalism did not start with the Internet. – Slate, 26/01/19

Carasco, Aude. – Baromètre médias, les journalistes sommés de se remettre en cause. – La Croix, ma 25/01/19

Ferney, Jeanne. – Actualité : entre jeunes et séniors, le grand écart. – La Croix, 24/01/19

Wojciak, Thierry. – La confiance des Français dans les médias: la TV, la radio et la presse écrite pointées. – CBNews, 23/01/19

Ce que pourrait être un Conseil de presse : les propositions de l’ODI. – Observatoire de la Déontologie de l’Information, 23/01/19

Autocritique des médias : l’examen de confiance. – Libération, 19/01/19

Lefilliâtre, Jérôme. – De la critique des médias à la passion de l’immédiat. – Libération, 04/01/19

Bellanger, Anthony. – Un projet controversé de Conseil de presse en France. – Le Monde diplomatique, décembre 2018

Cahier de tendance Automne-Hiver : bientôt l’ère des post-news ?Meta-Media, 17/12/18

Dessibourg, Olivier. – Pourquoi il faut miser sur le journalisme scientifique. – Meta-Media, 17/12/18

Géraldine Mühlmann : « Revenir aux fondements du journalisme moderne ». – Rue89, 16/11/18

Breton, Bruno. – Le data journalisme, une chance pour la presse. – Les Échos, 24/05/18

Autorégulation de l’information : comment incarner la déontologie/Marie Sirinelli ; Ministère de la culture et de la communication. – Rapports publics – La Documentation française, février 2014

Quel avenir pour le journalisme ? Crise structurelle ou évolution de la profession. – Dossier documentaire. – Sciences Po – La Bibliothèque, Juin 2004

 

Une loi contre les « fake news » : quelle efficacité ?

fake_news_facebookAnnoncée par le Président de la République lors des vœux à la presse en janvier 2018  la proposition de loi relative à la lutte contre la manipulation de l’information a été adoptée à l’Assemblée nationale le 7 juillet mais rejetée par le Sénat le 26 juillet. Ce projet de loi a pour objectif de lutter contre la diffusion de fausses informations, particulièrement lors des campagnes électorales. L’expérience de diffusion massives de ‘fake news’ qui ont pu influencer les électeurs lors de la campagne présidentielle américaine en 2016 et du referendum sur le Brexit en Grande-Bretagne, (voir le post de Prospectibles), a amené les démocraties à réfléchir aux mesures à prendre pour lutter contre la désinformation et la manipulation de l’information.

La Commission européenne recommande, après la publication d’une communication sur la désinformation en ligne, un code bonnes pratiques et le soutien à un réseau indépendant de vérificateurs de faits. En Allemagne, une loi récente contraint les réseaux sociaux à une modération réactive. Au Royaume-Uni, une commission d’enquête mise en place en 2017 a pour objectif de lutter contre la diffusion de fausses nouvelles en impliquant les GAFA.

En France, comme le constatait dans son avis du 19 avril le Conseil d’Etat, le droit français contient déjà plusieurs dispositions visant à lutter contre les fausses informations : la loi de 1881 sur la liberté de la presse permet de » réprimer des propos sciemment erronés, diffamatoires, injurieux ou provocants ». La Loi de 2004 pour la confiance de l’économie numérique les a rendus applicables aux services de communication publique en ligne. Le code électoral contient aussi des dispositions visant à garantir le bon déroulement des campagnes électorales en luttant aussi bien contre la diffusion des fausses nouvelles que contre la publicité commerciale à des fins de propagande électorale.

La proposition de loi

Le gouvernement explique la nécessité d’une nouvelle loi en raison du changement d’échelle de la diffusion des fake news permis par les outils numériques et les réseaux sociaux. Comme le souligne Françoise Nyssen, Ministre de la culture et de la communication « Les fausses informations ne sont pas nécessairement plus nombreuses qu’avant, mais elles sont relayées plus rapidement et plus massivement. Elles se propagent jusqu’à six fois plus vite que les informations vérifiées. Elles font donc plus de dégâts ».

Dans la proposition de loi « Toute allégation ou imputation d’un fait inexacte ou trompeuse constitue une fausse information ». Les opérateurs de plateformes en ligne sont tenus de fournir à l’utilisateur, outre une information sur l’identité des fournisseurs de contenus, « une information loyale, claire et transparente sur l’utilisation de ses données personnelles dans le cadre de la promotion d’un contenu d’information se rattachant à un débat d’intérêt général ».

Elle crée un nouveau référé, pendant les trois mois précédant une élection, pour faire cesser la diffusion artificielle et massive de fausses informations destinées à altérer la sincérité du scrutin. Il s’agit de lutter contre les contenus sponsorisés et les systèmes robotisés, les « fermes à clics », qui véhiculent ces fausses informations et qui le feraient sciemment, en sachant que l’information est fausse.

Mais surtout, le juge des référés peut, « à la demande du ministère public, de tout candidat, de tout parti ou groupement politique ou de toute personne ayant intérêt à agir, et sans préjudice de la réparation du dommage subi, prescrire aux personnes physiques ou morales toutes mesures proportionnées et nécessaires pour faire cesser cette diffusion. » Comme le souligne le dossier d’actualité Vie publique « Un candidat ou un parti pourrait saisir le juge des référés pour faire cesser la diffusion de ces « fausses informations » quand il s’en estime victime. Le juge statuerait dans un délai de 48 heures. » Le CSA se voit confier de nouvelles compétences et devient le garant du devoir de coopération des plateformes. Outre son pouvoir de sanction à l’encontre des services de communication audiovisuelle (radio, télévision, vidéos à la demande publics et privés) en cas de non-respect de leurs engagements, le CSA pourra aussi « refuser le conventionnement ou résilier une convention d’une chaîne liée à un État étranger ou sous son influence. » Il peut aussi » suspendre la convention d’une chaîne pendant une période électorale ou pré-électorale si elle participe à une entreprise de déstabilisation en diffusant de façon délibérée des fausses informations de nature à altérer la sincérité du scrutin. »

Enfin, le projet de loi comprend aussi des dispositions portant sur le renforcement de l’éducation aux médias et à l’information pour l’acquisition d’une citoyenneté numérique dans le cadre de l’enseignement moral et civique.

censorship-550x206Le débat

La proposition de loi a fait l’objet d’un débat houleux à l’assemblée avant son adoption, notamment en ce qui concerne la définition de fausse information qui s’est achevé par l’adoption d’un amendement remplaçant l’idée de « mauvaise foi » par celle d’intention « délibérée ». Les oppositions de droite et de gauche ont exprimé leurs réticences « Pour les élus de l’opposition, la proposition de loi serait synonyme de censure et de contrôle de l’information, voire d’une dérive autoritaire du pouvoir. Christian Jacob (député LR) craint une « police de la pensée », Marine Le Pen (FN) dénonce un texte « liberticide », Boris Vallaud (PS) une « loi de circonstances ». (Dossier Vie Publique). Pour Jean-Luc Mélenchon (LFI), le CSA, autorité administrative, n’est pas légitime pour juger si un média étranger outrepasse sa fonction …

Des juristes et des médias critiquent aussi ce texte, comme Christophe Bigot, avocat en droit de la presse, interviewé sur RT France, qui trouve ces méthodes archaïques ; ou Me Thierry Vallat, avocat au barreau de Paris qui dans un interview sur RT France, s’interroge sur la notion de fausse information, qui renvoie plutôt à ‘bon ou mauvais journaliste’ : pour lui le gouvernement cible la chaîne RT France. En ouvrant au CSA la porte d’internet, on ignore ce qui risque de se passer après. Comment pourra-t-il réguler les plateformes ? Cette loi « inapplicable et dangereuse » ouvrirait la boite de Pandore. Sur son blog du Figaro, Alain Bensoussan, avocat à la Cour d’appel de Paris et expert en droit des technologies de l’information suggère « Plutôt que légiférer dans l’urgence, il faut repenser le texte en encadrant le rôle des plateformes et des robots logiciels dans la diffusion de fausses informations. »

De la propagande à l’architecture du faux : les différents canaux du ‘fake’

La prolifération des fausses nouvelles ne date pas d’hier : Patrick Chastenet, professeur de science politique à Bordeaux, le rappelle dans son article de The Conversation ; la propagande et la manipulation de l’information ont été utilisées par le tyran Pisistrate au Vie siècle avant J.C.  Comme le remarque un partisan du Brexit, les électeurs préfèrent que l’on s’adresse à leurs tripes plutôt qu’à leur raison … Aux Etats-Unis, les messages politiques mensongers n’ont pas commencé avec Trump. Déjà, en 2008, Sarah Palin, candidate à la vice-présidence, répandit l’idée que la réforme du système de santé prévoyait des ‘death panels’ où des comités gouvernementaux décideraient du sort des personnes âgées ou handicapées ! Près de 30% des américains ont cru que ces « panels » faisaient partie de la réforme … Le site Politifact révèle que 70% des déclarations de Trump « étaient principalement fausses, fausses ou de pure invention ».  A présent, comme l’indique l’article du Washington Post, c’est Donald Trump lui-même qui s’estime victime de ‘fake news’ de la part des médias et même du moteur de recherche Google qui ne remonterait sur lui que des informations négatives si bien qu’un de ses conseiller économique propose de ‘réguler’ ces recherches !

Les Américains sont-ils donc plus crédules que les autres ? Ils sont surtout plus connectés et plus nombreux à s’informer en ligne et principalement sur les réseaux sociaux. La nouveauté réside dans le caractère viral des informations, vraies ou fausses, relayées sur les réseaux sociaux et les forums de discussion. Contrairement aux théories généreuses des pionniers du web, les internautes ne bénéficient pas de « démocratie numérique » fondée sur un accès égal pour tous à la connaissance. Alors que la masse d’information n’a jamais été aussi vaste et rapidement disponible, l’information non filtrée par des algorithmes devient plus rare en raison de nos choix antérieurs. En effet, nos recherches antérieures et nos choix sur les réseaux sociaux (likes, RT, etc.) nous enferment dans des boucles de filtres qui produisent un cercle vicieux dont nous ne sommes souvent pas conscients … 1d162bf19fb6e1f83aa71ed060459d59d872aee3-thumb-500xauto-64860

Comme le souligne Olivier Ertzscheid dans son post, les plateformes constituent « une architecture toxique au service du faux […] Et cette architecture est celle, visible, de la promiscuité des profils dans Facebook, comme elle est aussi celle, invisible, de l’orchestration algorithmique de la viralité qui unit les GAFAM. ». Cette ‘promiscuité’ sur les plateformes implique qu’il est impossible de ne pas propager de fausses informations, comme il est impossible de ne pas y être confronté ou exposé …

Cette architecture du faux, qui se double aussi d’une architecture de l’invisibilisation – les ‘Shadow Profiles’ (utilisateurs malgré eux des réseaux sociaux) et les ‘Dark posts (publicités ciblées sur Facebook à partir des données personnelles). Seule une architecture technique autorisant d’autres usages, comme un index indépendant du web, en remettant les ressources documentaires au centre à la place des personnes. La disparition de Google Reader et la fin programmée des fils RSS n’est pas un hasard et est corrélée avec des logiques de désinformation.

Les biais cognitifs et la question de la confiance

51fmZrX204L._SX195_Olivier Ertzscheid pointe aussi une autre raison : nos biais cognitifs « Nous avons une appétence, une gourmandise presque « naturelle » pour le faux, la tromperie et l’illusion. Et c’est de cette appétence dont l’architecture technique se repaît ».

C’est aussi ce que souligne Katy Steinmetz dans un article de Time. Dans une expérience menée par le chercheur en psychologie de l’Université de Stanford Sam Wineburg, un professeur d’université devant évaluer une publication scientifique de l’American College of Pediatricians, est abusé par un site web qui comporte toutes caractéristiques d’un site officiel. Le « .org » à la fin de l’url, la liste de références scientifiques, le design sobre du site, tout l’amène à la crédibilité. Or le site en question représente un groupe qui a est le produit d’une scission conservatrice de l’organisation officielle : il a été accusé de promouvoir des politiques homophobes et est classé comme discriminatoire (hate group). L’équipe de Wineburg a trouvé que des Américains de tous âges, des adolescents ‘digital natives’ aux universitaires de haut niveau, ne se posent pas les questions importantes au sujet des contenus qu’ils trouvent sur le web, ajoutant encore à la crédulité numérique. C’est aussi ce qui amène les internautes à retweeter des liens sans les ouvrir et à se reposer sur les moteurs de recherche. Pour Wineburg, la consommation d’information sur internet « C’est comme si on conduisait des voitures sans avoir de permis ». Même si des lois et des services de renseignement pouvaient débusquer tous les mauvais acteurs du bout de leurs claviers, il serait imprudent de nettoyer l’internet de toutes ses affirmations trompeuses … Dénoncer une information comme ‘fake news’ peut même la rendre plus populaire, C’est ce que Facebook a constaté lorsque le réseau social a alerté ses utilisateurs que certains posts pouvaient être des ‘hoaxes’ (canulars) avant de réaliser que cette approche ‘immunisante’ pouvait être contre-productive …

On retrouve cet aspect contre-productif du ‘débunkage’ (démystification) des ‘hoaxes’ avec le service de fact-checking de l’AFP. Aurore Gayte relate dans son article du Monde comment ce service a réussi à démystifier une vidéo très partagée sur internet censée représenter la mise en scène de migrants en train de se noyer (on voit des personnes sur la plage filmant des hommes et des femmes voilées émergeant à peine de l’eau). Les journalistes de l’AFP ont pu retrouver, grâce à une analyse détaillée de la vidéo, l’origine de ce document : il s’agit d’un documentaire tourné en Crête par une réalisatrice grecque sur un événement en Turquie en 1922, quand les Grecs ont fui l’incendie d’Izmir. Et pourtant, « même en étant une référence mondiale, et même après avoir expliqué point par point le raisonnement derrière un fact-checking, ils sont nombreux à ne toujours pas vouloir croire ce que dit l’AFP. »

Olivier Ertzscheid désigne aussi une autre raison : les ‘régimes de vérité’ de chaque plateforme : « la popularité pour Google (est « présenté comme vrai » ce qui est populaire), la vérifiabilité sur Wikipédia, et sur Facebook ce que l’on nomme « l’engagement » ou le « reach » c’est à dire une forme singulière, perverse et paroxystique de popularité. Ainsi ce qui est faux sur Google ou sur YouTube peut être vrai dans Wikipédia ». Avec ces différents régimes, il est difficile de départager le vrai du faux et aussi dangereux de se servir de l’un, par exemple Wikipedia pour en démentir un autre, par exemple YouTube … Pour le chercheur « Le dé-référencement à la hussarde est aussi efficace qu’il est à manier avec une extrême précaution tant il renforce là encore un régime d’arbitraire limité à la seule décision de la plateforme ».

L’éducation à l’information et aux médias semble être la principale solution à long terme. L’initiative de la journaliste Aude Favre avec sa chaîne YouTube « WTFake » contre la désinformation sur internet, signalée par Vincent Manilève dans Libération constitue une première réponse au niveau du grand public. Pour les étudiants, les ateliers comme celui des BU de Rennes sur l’évaluation de l’information et le problème des fake news en bibliothèque, rapporté par Damien Belveze (Doc@rennes) devrait pouvoir se multiplier. Comme l’a formulé Edward Snowden dans une interview citéé dans le Fil d’Actu « la réponse aux mauvais discours n’est pas la censure, mais plus de discours ».

xfakenews_0.jpg.pagespeed.ic_.232PSP6q2x

Pour l’avocat Christophe Bigot, « la loi sur les fakes news correspond à des méthodes archaïques. - RT France, 04/04/18

Parce que notre ligne éditoriale ne convient pas au pouvoir en place, serons-nous bientôt censurés ?RT France, 06/04/18

Ertzscheid, Olivier. - Fifty Shades of Fake. Le jour des fous et des mensonges. Et les 364 autres.Affordance.info, 22/04/18

Kodmani, Hala. – Russia Today, Sputnik … Un mois d’intox passé au crible. – Libération, 03/05/18

Deschamps Christophe. – Des faits alternatifs à la « Deep Fake Reality » ou comment on fabrique de la poudre aux yeux. – Outils froids, 04/05/18

Loi contre les fausses informations : l’avis du Conseil d’Etat. – Les Crises, 05/05/18

Belvèze, Damien. – Compte-rendu de l’atelier : comment aborder l’évaluation de l’information et le problème des fake news en bibliothèque ? (17/05/18). – Doc@Rennes, 23/05/18

Casilli, Antonio ; Devilliers, Sonia. – Comment se fabriquent les « fake news » ?France Inter, 08/06/18

Chastenet, Patrick. – Fake news, post-vérité … ou l’extension du domaine de la propagande. - The Conversation, 12/06/18

Fausses nouvelles, manipulation de l’information : comment lutter contre les fake news ? Dossier d’actualité - Vie publique, 20/06/18

Manilève, Vincent. – Aude WTFake pedago contre la désinformation sur Internet.Libération, 02/07/18

Proposition de loi relative à la lutte contre la manipulation de l’information : texte adopté n° 151. – Assemblée Nationale, 03/07/18

Les enjeux de la loi contre la manipulation de l’information. – Ministère de la Culture, 04/07/18

Vallat, Thierry. – La loi anti-fake news, une loi « liberticide » : entretien. – RT France via YouTube, 04/07/18

Bensoussan, Alain. -Diffusion de fausses nouvelles par des robots logiciels, enjeu de la loi Fake news. – Droit des technologies avancées – Le Figaro, 20/07/18

Steinmetz, Katy. – How your brain tricks you into believing fake news. – Time, 09/08/18

Gayte, Aurore – Comment fonctionne le « fact-checking » à l’AFP ?Le Monde, 23/08/18

Romm, Tony. – Trump’s economic adviser : ‘We’re taking a look’ at wether Google searches should be regulated.The Washington Post, 23/08/18

 

Affaire Cambridge Analytica : qui a peur des réseaux sociaux ?

Relation-client-online-reseaux-sociaux-plus-performants-que-mail-FDepuis près de trois mois, le scandale Facebook Cambridge Analytica défraie la chronique : tous les médias, la ‘blogosphère’ et les réseaux sociaux résonnent de commentaires et d’analyses sur ce ‘cambriolage’ d’identités numériques 3.0 …

Facebook a reconnu le mois dernier que le réseau avait ‘partagé’ les données personnelles de 87 millions d’utilisateurs avec une entreprise britannique, Cambridge Analytica, qui, sous prétexte de recherche socio-linguistique, vendait ces informations aussi bien à des firmes publicitaires qu’à des groupes politiques. L’élection de Donald Trump aussi bien que le referendum sur le Brexit auraient bénéficié de ces manipulations numériques. Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook, est allé personnellement faire amende honorable devant le Congrès des Etats-Unis.

Que sont ces réseaux sociaux et comment ont-ils pris autant d’importance dans notre vie quotidienne ? Partis d’une idée de partage et d’échange de ‘pair à pair’, ils sont devenus en moins d’une quinzaine d’années les ‘géants du net’, des entreprises multinationales qui comptent des milliards d’usagers ! Or, comme l’explique dans son post Thierry Crouzet, « nous avons négligé une loi mécanique des réseaux décentralisés : le ‘winner-take-all’, (le gagnant rafle tout) autrement dit des nœuds deviennent plus gros que tous les autres, concentrant un nombre faramineux de connexions, et de fait ils recentralisent le réseau, donc limitent l’intelligence collective. » amour-amitie-solidarite-les-petits-miracles-des-reseaux-sociaux

Certains psychologues reprochent aux réseaux sociaux de s’éloigner d’une ‘sociabilité originaire’ (où l’on se retrouve pour des ‘rencontre en dur’) comme Jean Twenge, professeure de psychologie citée dans Slate : les jeunes adolescents ne sortent plus et passent leur vie penchés sur leurs smartphones : « La patinoire, le terrain de basket, le bassin de baignade de la ville, le spot de pêche du coin –ils ont tous été remplacés par des espaces virtuels accessibles par les applications et le web.».

Doit-on donc « effacer Facebook » et les autres médias sociaux de notre vie numérique, ou est-il encore possible d’en tirer des effets bénéfiques ou positifs ? Ces médias sont, d’autre part, devenus indispensables aux enseignants-chercheurs et aux professionnels de l’information et de la communication qui peuvent exploiter leur potentiel pour s’informer et échanger avec leurs pairs.

Transfert de donnesLes socionautes 

Kamel Lefafta, consultant en marketing digital dresse le portrait-robot du socionaute français en 2018. En France, 60% des femmes et 59% des hommes utilisent les réseaux sociaux ; les 12-39 forment la masse critique des usagers avec un taux d’utilisation de 87% mais l’écart générationnel se réduit et les plus de 60 s’y retrouvent de plus en plus. 65% des personnes habitant l’agglomération parisienne les utilisent contre 57% résidant dans une commune rurale ; 70% de cadres et presque autant d’employés (68%) et d’ouvriers (67%), mais seulement 29% de sans diplômes. Les socionautes passent en moyenne 82 minutes par jour sur les réseaux et utilisent essentiellement trois plateformes : Facebook, YouTube et Twitter. Contrairement aux Américains, qui, comme le souligne le site BBCNews, restent ‘loyaux’ à Facebook malgré le scandale Cambridge Analytica, les usagers français sont de plus en plus méfiants vis-à-vis des réseaux sociaux. Comme le résume Kamel Lefafta : « A la fois accro et méfiant, le socionaute français vit une relation paradoxale avec ses réseaux sociaux préférés. Il s’y rend principalement pour échanger, garder le lien avec ses proches, s’informer et se divertir. »

Il est évident que les activités diffèrent en fonction du type de réseaux employé : Facebook, WhatsAppp et Instagram pour les échanges avec la famille et les amis ; YouTube pour se divertir ; LinKedin pour les relations professionnelles, Twitter pour suivre l’actualité et la recherche, Meetic ou Tinder pour les rencontres. Mais il arrive aussi que la frontière se brouille entre le privé et le professionnel. C’est ce que souligne Mathilde Saliou dans son article de Numérama.  « Vous voyez bien que vos collègues likent ». C’est la réflexion d’une chef de service lors d’une réunion, s’étonnant que certains membres de l’équipe n’ont pas partagé ou ‘liké’ un post de l’entreprise sur Facebook … Une autre personne ne sait quoi répondre à un supérieur qui lui demande d’être ami sur Facebook … Pour pouvoir accéder à une association « Je n’aime pas du tout mélanger le professionnel et le personnel, donc ça m’a gênée ». Certain.e.s, dont le travail tournent autour de la communication, sont obligé.e.s de se créer un deuxième profil, complètement professionnel. De plus en plus, les entreprises se dotent d’une charte informatique pour définir et organiser les rapports numériques au sein des entreprises. D’après une juriste spécialisée « « Légalement, aucun employeur n’a de contrôle sur les éléments personnels de l’employé, sauf à ce que ceci ne fasse partie intégrante du contrat. Mais dans ce cas, ils n’ont de pouvoir que dans la limite de la transparence et de la proportionnalité. »

Les usages professionnels des réseaux sociaux

images_resocComme on l’a vu, les réseaux sociaux sont utilisés par les marques commerciales pour entretenir l’intérêt et toucher de nouveaux usagers. Les « Community managers »(CM) sont censé.e.s animer les pages de l’entreprise et aussi répondre aux questions des socionautes. Ces communicant.e.s sont beaucoup plus efficaces pour résoudre un problème que les services clients des organisations. En exposant un contentieux sur une page lue par un large public, on risque de ternir l’image de la firme : on vous propose tout de suite de passer en message privé pour traiter le problème ! Certaines entreprises ont quasiment remplacé leur service clients par un CM sur Facebook !

Mais les médias sociaux peuvent être aussi des ressources précieuses pour les enseignants, les chercheurs et les professionnels de l’information. Comme l’explique Pierre Levy, professeur de communication à l’Université d’Ottawa « Dans mes cours, je demande à mes étudiants de participer à un groupe Facebook fermé, de s’enregistrer sur Twitter, d’ouvrir un blog s’ils n’en n’ont pas déjà un et d’utiliser une plateforme de curation collaborative de données comme Scoop.it, Diigo ou Pocket. » Les étudiants sont ainsi plongés dans le flux de ces outils de communication et comprennent mieux leur fonctionnement. Ils apprennent aussi l’importance de l’indexation avec les tags qui permettent de classer et de catégoriser les informations. Les plateformes de curation permettent d’organiser une veille collaborative, indispensable aux futurs chercheurs. La participation et le travail collaboratif sur les réseaux sociaux est d’ailleurs quasiment obligatoire dans les MOOCs.

Organiser et partager sa veille avec des collègues et des lecteurs est aussi un des objectifs des bibliothécaires sur les réseaux sociaux. Cela fait partie d’un programme plus vaste de médiation numérique qui aboutit à l’éditorialisation de contenus, à travers des blogs, par exemple. Comme l’explique les diapositives Les réseaux sociaux en bibliothèque : « La Bibliothèque dissémine ses contenus pour mieux les réintégrer dans ses propres dispositifs ». Mais comme les entreprises ou les collectivités locales, les bibliothèques doivent animer leurs communautés d’usagers sur les réseaux.

La structure des réseaux et la connectivité

Un réseau est « un ensemble d’individus reliés entre eux par des liens créés lors d’interactions sociales » Thomas Laigle, Le Réseau pensant. Cette définition semble induire que les individus ont librement décidé d’interagir socialement et que la communauté ainsi créée ne dépend que de leur seule volonté. Or, quand on analyse la participation des socionautes sur les réseaux, l’activité développée est plutôt réduite. La courbe de participation se traduit par la distribution 90/9/1 : 90% de simple lecteurs, 9% de contributeurs occasionnels et 1% de contributeurs actifs. On est loin de la l’utopie des pionniers d’internet qui voulaient édifier un réseau décentralisé où chacun collabore !

Thierry Crouzet rappelle cette espérance dans son post : « Lors de l’avènement d’Internet, nous avons été quelques utopistes à croire et à prédire que la complexité toujours croissante ainsi que les possibilités technologiques nous aideraient à créer des réseaux toujours plus décentralisés, avec ce rêve que les hiérarchies seraient toujours moins présentes, donc les étoiles toujours plus petites. »  Contrairement à Rezonance, réseau social citoyen limité à la Suisse romande, les réseaux sociaux sont tombés dans le trou noir du ‘winner-take-all’, « L’information circule alors à sens unique. Elle irrigue les hubs et elle assèche les nœuds périphériques. » On a choisi la facilité en allant tous au même endroit au même moment. Plutôt que de réguler l’internet en limitant les connexions, on a fait confiance aux mêmes distributeurs, les GAFAM … mentions-legales-réseaux-sociaux

Les plateformes et le capitalisme de surveillance

Sur l’internet recentralisé, les plateformes deviennent les intermédiaires obligées pour les transactions économiques (acheter, vendre). Elles ont gagné la bataille de la distribution et sont devenues plus performantes. La publicité sur Facebook est un des leviers incontournables pour les entreprises. Le modèle économique de Google et Facebook repose essentiellement sur la revente des données personnelles à des ‘data brokers’, comme le développe Benjamin Sontag dans l’émission de France Inter Comme un bruit qui court. Si Facebook se présente comme une plateforme communautaire (ce qu’il est), il ne faut pas oublier les 30 millions d’utilisateurs actifs en France métropolitaine ! « Un atout indéniable pour l’ensemble des secteurs industriels tous confondus qui pourront utiliser les nombreuses données récoltées et segmentées pour un ciblage Facebook efficient auprès des bonnes personnes. » comme le souligne Arnaud Verchère dans son article du Siècle digital.

La Quadrature du Net, qui mène en ce moment une action de groupe contre les GAFAM en application de la nouvelle loi européenne (RGPD) explique comment Facebook arrive à récolter des informations grâce à ses techniques de traçage, même pour des personnes qui n’ont pas de compte Facebook. En plus des contenus publics, message privés, liste d’amis, de pages, de groupes, likes, commentaires et réactions diverses, les informations sur l’appareil qu’on utilise et de la localisation GPS, le réseau social utilise des cookies, des pixels invisibles (images transparentes qui transmettent des informations de connexions) le login de Facebook que certains sites ou applications utilisent comme outil d’authentification des utilisateurs … Les personnes ciblées sont rarement informées et leur consentement n’est pas sollicité … On peut néanmoins les détecter en installant des traceurs sur le navigateur comme UBlock ou Privacy Badger. GDR

« De l’analyse de toutes ces données résulte un nouveau jeu d’informations, qui sont les plus importantes pour Facebook et au sujet desquelles l’entreprise ne nous laisse aucun contrôle : l’ensemble des caractéristiques sociales, économiques et comportementales que le réseau associe à chaque utilisateur afin de mieux le cibler. » A partir d’un test de personnalité et des seuls ‘j’aime’ d’un échantillon de 58 000 utilisateurs, l’université de Cambridge a réalisé une étude en 2013 qui lui a permis d’estimer « leur couleur de peau (avec 95 % de certitude), leurs orientations politique (85 %) et sexuelle (80 %), leur confession religieuse (82 %), s’ils fumaient (73 %), buvaient (70 %) ou consommaient de la drogue (65 %). » « Au bout de 100 clics, on peut connaître quelqu’un mieux que sa famille » (Benjamin Sontag). Et ce n’est même pas la puissance publique, l’Etat, ce ‘big brother’ qui nous espionne à tous les instants, ce sont des sociétés privées multinationales, ce que la Quadrature net appelle le ‘capitalisme de surveillance’. reseauxsociaux

Les manipulations cognitives des notifications : l’écologie de l’attention

Depuis quelques mois on a vu des cadres des GAFAM venir dénoncer les pratiques des géants du numérique. « Depuis Chamath Palihapitiya et Sean Parker (respectivement cadre et ancien président de Facebook) à Loren Brichter (ancien codeur de Twitter), en passant par Tristan Harris (ex salarié de Google auteur du virulent manifeste « Comment la technologie pirate l’esprit des gens »), tous ces repentis du digital pointent du doigt les manipulations cognitives que leur ex employeurs n’ont cessé d’utiliser et de perfectionner depuis des années, dans le but de captiver l’attention de leurs utilisateurs et de s’accaparer leur « temps de cerveau disponible ». Hervé Monier analyse dans son post, comment la captologie, cette nouvelle discipline théorisée par le psychologue américain Brian J. Foggs maintient « les niveaux d’attention et d’engagement des internautes au plus haut degré d’excitation possible » grâce à une combinaison « des enseignements de la psychologie et des neurosciences avec les dernières avancées de l’informatique ». Les plateformes utilisent cinq biais cognitifs pour capter notre attention. A commencer par les notifications, ces signaux auditifs ou visuels qui apparaissent sur nos écrans pour nous signaler la nécessité d’une mise a jour ou d’une mention sur nos réseaux sociaux favoris, puis les gratifications représentées par les ‘likes’ et les retweets qui déclenchent le ‘circuit de la récompense’ avec l’activation de la dopamine, le fameux  neurotransmetteur, sans oublier les interactions sociales dont notre cerveau est si friand !

Mais si les socionautes sont hantés par les ‘informations à ne pas manquer’ (FOMO : Fear of Missing Out), ils ne sont pas pour autant ‘accros’ aux écrans et aux applis … « Pour les addictologues Joël Billieux (professeur à l’université du Luxembourg) ou bien Michel Lejoyeux (chef du service de psychiatrie et d’addictologie à l’hôpital Bichat), l’addiction aux écrans et aux réseaux sociaux par exemple est en elle-même plutôt marginale. » Certains symptômes (manque ou habituation) ne s’appliquent pas vraiment, internet représente davantage un moyen supplémentaire de satisfaire une addiction existante (pornographie, jeu d’argent ou jeu vidéo). De même, aucune étude scientifique n’a vraiment constaté des dégâts cognitifs permanents chez les plus jeunes, liés à un usage excessif des réseaux ou des plateformes … De même, comme le souligne Antonio Casilli dans une émission de France Culture, la sociabilité ‘intermédiée’ qui fonde les réseaux sociaux n’est pas apparue avec les technologies de l’information, mais a toujours existé : on retrouve cette dimension symbolique autant dans les œuvres de fiction (romans, théâtre, poésie) que dans la presse écrite ou les récits oraux (rapsodes).

Plutôt que de prôner la déconnexion et l’abstinence dans l’usage des réseaux sociaux et services en ligne qui constituent malgré tout de formidables outils de socialisation et d’apprentissage, ces experts mettent en garde contre la perte de contrôle face à la technologie. Là encore, on retrouve le problème de la gouvernance de l’internet et de la régulation des plateformes.

640_img_8987

Données personnelles : gare aux GAFAM/Giv Anquetil, Antoine Chao, Charlotte Perry. – Comme un bruit qui court – France Inter, 12/05/18

Verchère, Arnaud. – Le ciblage Facebook, c’est bien plus que des centres d’intérêt. – Le Siècle digital, 11/05/18

Frenkel, Sheera. – Scholars Have Data on Millions of Facebook Users. Who’s Guarding It. – The New York Times, 06/05/18

Calimaq. – L’anti-protection sociale de Facebook et le « providentialisme de plateforme ». – S.I.Lex, 06/05/18

Monier, Hervé. – Réseaux sociaux et plateformes : après des années de manipulations cognitive, vers une écologie de l’attention. – Le blog des marques et du branding, 06/05/18

Facebook privacy: Survey suggest continuing US loyalty. – BBC New, 06/05/18

Casilli, Antonio ; Tisseron, Serge. - Splendeurs et misères des réseaux sociaux. – Matières à penser – France Culture, 27/04/18

Audureau, William. – Comment les réseaux sociaux accentuent l’enfermement dans ses idées. – Le Monde, 24/04/18

Ertzscheid, Olivier. – Pourquoi je ne quitte pas (encore) Facebook ?Libération, 24/04/18

Brunfaut, Simon. – Antoinette Rouvroy : « A mon sens,Zuckerberg est dépassé. – L’écho, 23/04/18

Pourquoi attaquer Facebook ?La Quadrature du Net, 19/04/18

Le premier réseau social a 20 ans. – Thierry Crouzet, 19/03/18

Saliou, Mathilde. – « Vous voyez bien que vos collègues likent » : les profils perso au service du boulot, une fatalité ?Numérama, 19/03/18

Alberti, Xavier. – Twitter, Facebook et les « braves gens ». – Xavier Alberti, 26/02/18

Levy, Pierre. - Comment j’utilise les médias sociaux dans mes cours à l’université. – Red.Hypothèse.org, 22/02/18

Réseaux sociaux : portrait robot du socionaute en 2018. – LK Conseil, 113/02/18

Gaudion, Anne-Gaëlle. – Réseaux sociaux en bibliothèque : support de la formation donnée les 7 et 8 septembre 2017. Bibliothèque départementale de la Mayenne. – Slideshare.net, 11/09/17

Audouart, Marie-Françoise ; Rimaut, Mathilde ; Wiart, Louis. - Des tweets et des likes en bibliothèques. – Paris ; Editions de la Bibliothèque publique d’information, 2017. – Coll. Etudes et recherche. – OpenEdition Books, 11/12/17

Panfill, Robin – Les smartphones ont-ils détruit la génération « iGen » ? – Slate.fr, 04/08/17

 

 

Evolution des bibliothèques : où en est-on ?

4175783446_7e32581cf5_bLa fin des bibliothèques, souvent annoncée (presque autant que la fin du travail !), ne semble pas  encore réalisée. Au contraire, la dernière Enquête sur les publics et les usages des bibliothèques municipales du Ministère de la culture indique une augmentation de la fréquentation des bibliothèques publiques (40% des Français de plus de 15 ans contre 35% en 2005). Si toutes les bibliothèques ne sont pas devenues des ‘learning centres’ ou des ‘leisure centres’ comme dans d’autres pays, un certain nombre de mutations sont à l’œuvre, aussi bien dans les bibliothèques universitaires et de recherche que dans les BM et les médiathèques grand public.

Ces évolutions concernent autant l’offre d’activités des bibliothèques que les transformations plus profondes des métiers et des pratiques de l’information-documentation.

L’innovation est le maître-mot, comme le rappelle Clémence Jost dans Archimag en évoquant le thème central du Congrès de l’ABF en 2016 « L’innovation en bibliothèques ». Pour repenser la bibliothèque, Christine Tharel-Douspis, cite dans le BBF la « Bibliothèque en [r]évolution », thème de la Journée Régionale de la Commission lecture publique de Mobilis organisée en partenariat avec l’ENSSIB. Au programme, réseaux sociaux, usages différents et mouvants, BiblioRemix, co-construction, design thinking, expérience utilisateur, etc.

Diversification et offre de pratiques innovantes

Un certain nombre de bibliothèques ont introduit de nouveaux outils ou de nouvelles pratiques à destination des publics. Outre les incontournables ‘fablabs’, on trouve aussi :

  • Un kiosque qui distribue de courtes nouvelles rédigées par les étudiants à la Penn State University Library
  • Des « feuilletoirs» numériques (écrans tactiles insérés dans les rayonnages donnant accès aux 132 000 documents des collections en magasins) à la Bibliothèque Alexis de Toqueville à Caen
  • Des animations de réalité virtuelle avec casques à la Médiathèque Federico Fellini de Montpellier et à la bibliothèque de la Manufacture de Nancy FabLab
  • « Les Yeux docs », plateforme de vidéos documentaires à la BPI
  • Labo2 : laboratoire des usages numériques à la BM de Nantes : écriture, jeux vidéo, créations numériques, outils cartographiques
  • Une « grainothèque» à la BM Aimé Césaire de Villeneuve-La-Garenne : chacun peut apporter son sachet de graines dans un espace dédié où d’autres « semeurs » peuvent se servir gratuitement.
  • Un concours de « Bibtubeurs» à la BM de Bègles où de jeunes lecteurs réalisent des « Booktubes » : petite vidéo résumant un livre que l’on veut partager avec d’autres lecteurs. Donner en 5 minutes envie de lire le livre et apprendre à maîtriser les bases techniques de la réalisation vidéo.
  • La plateforme de photos Instagram d’étudiants sur des livres ou des activités de la bibliothèque. Comme La New York Public Library des d’autres BU américaines, la bibliothèque de la « London School of Economics” lance sa plateforme Instagram pour sa « Review of Books ».

Comme le souligne l’enquête sur les bibliothèques municipales « l’usage des équipements [de lecture publique] évolue également : autrefois axé sur l’emprunt et le livre, il s’est fortement diversifié, en lien avec la richesse des services proposés par les bibliothécaires, sur place, en ligne et hors les murs ».

Les transformations en profondeur des métiers de l’information et de la 6232096-9311528documentation

L’impact du numérique et de la communication n’est pas récent dans ces métiers et remonte bien à plus d’une trentaine d’années, mais les mutations se font surtout sentir depuis une dizaine d’années. Elles se traduisent par un certain nombre de transformations dans la vie professionnelle du domaine.

  • Mise à jour de la terminologie en sciences et techniques de l’information (Archives 21)
  • Le rôle des bib-docs dans la lutte contre la désinformation et les Fake news. L’importance de la formation à l’’information literacy’ dans la construction des savoirs.
  • La contribution à l’encyclopédie Wikipédia, aussi bien en tant que professionnel avec l’évènement 1Bib1Ref (Un bibliothécaire, une référence), qu’en tant que médiateur pour faire connaître cette entreprise « Creative common » aux lecteurs. Comme le souligne Sylvain Machefert, auteur de ce chapitre, « Wikipédia peut aussi être le point de départ à une sensibilisation du public aux questions en lien avec le droit d’auteur », en raison de sa licence libre.
  • Le rôle croissant de la communication interne au sein de l’institution, notamment à travers les outils collaboratifs et les réseaux sociaux d’entreprises, comme Slack ou Teams.
  • Le rôle des bibliothèques de recherche dans le développement des Humanités numériques. Le rapport des Research Libraries UK souligne le rôle que pourraient avoir ces bibliothèques dans la création, l’archivage, la curation et la préservation d’outils pour la recherche en Humanités numériques. Le RLUK veut comprendre le rôle joué par ces bibliothèques dans la représentation numérique pour identifier les zones spécifiques à valoriser et aussi pour faciliter le partage des bonnes pratiques. 497671-rea-197588-011-580x310
  • Les nouvelles appellations des métiers de la documentation. Comme le relève E. Barthe dans son blog, cité par H. Girard dans la Gazette des Communes, le mot documentaliste, tel que le définit le code du Répertoire opérationnel des métiers et des emplois (ROME), ne correspond plus à la réalité du métier. Depuis le début des années 2000, on a vu émerger des knowledge managers, des gestionnaires de bases de données et de ressources numériques, des community managers et autres webmasters … Ces nouveaux métiers qui portent aussi sur la gestion des documents et de l’information n’apparaissent pas dans le code ROME 1601. Or, on trouve de nombreux emplois et postes pour ces dénominations … Cette évolution des métiers a été cartographiée par l’ADBS en 2013. Mais comme le remarque Archimag dans son 2e Baromètre sur l’emploi et le compétences (2016), d’autres compétences complémentaires sont nécessaires, comme le numérique ou la communication.
  • L’importance de la présence des bibliothèques sur les réseaux sociaux. Les bibliothèques se sont majoritairement investies dans les deux principaux réseaux sociaux Facebook et Twitter où se retrouvent la plupart des utilisateurs. Mais comme on l’a vu plus haut, certaines bibliothèques choisissent de participer à des activités plus ciblées sur certains réseaux, comme Instagram ou YouTube pour développer l’aspect prescripteur des lecteurs. Sur les réseaux sociaux dédiés aux livres qui remontent aux années 1990, on est passé des pionniers (Zazieweb), aux start-ups et à la professionnalisation (Babélio) pour atteindre une certaine concentration avec la pérennisation de certains sites (Sens critique) et une polarisation de la prescription avec la quasi disparition de la ‘longue traîne’. Comme le souligne Louis Wiart, dont l’étude est citée par Christine Tharel-Douspis dans son article du BBF, les réseaux sociaux ont un effet de caisse de résonnance : les best-sellers et les livres les plus cités concentrent le plus de visibilité, tandis que les catégories intermédiaires sont moins représentées … « Les réseaux sociaux ne bouleversent pas les champs des pratiques, mais fortifient le lien entre professionnels et usagers ».
  • Le « BiblioRemix » et le « nouveau paradigme de la participation ». Cette démarche veut accompagner l’évolution des bibliothèques vers le ‘3e lieu’ et rompre avec l’image stéréotypée de ces établissements. Elle implique la participation du public dans une démarche de décision et de gouvernance plus citoyenne. Il s’agit de repenser la bibliothèque avec les usagers, de co-concevoir les politiques publiques. Avec BiblioRemix, on passe du service public aux services aux publics. De nombreux exemples de projets sont cités dans l’article du BBF, dont les 4C aux Champs libres à Rennes (Création, collaboration, connaissance et citoyenneté).

Ces différentes tendances dessinent une nouvelle configuration des bibliothèques, où professionnels et usagers se retrouvent dans des pratiques où l’information passe par différents canaux comme la communication interne et extérieure, la formation, la participation, ou des outils comme les humanités numériques, la curation et l’échange aussi bien « in real life » que sur les réseaux sociaux.

communs

Mollett, Amy ; Mc Donnell, Anthony. – Five ways libraries are using Instagram to share collections and draw public interest. – Impact of Social Sciences, 16/04/14

Enquête sur les publics et les usages des bibliothèques municipales en 2016. – Ministère de la Culture et de la Communication – Livre et lecture, 16/06/16

Barclay, Donald A. – The challenge facing libraries in an era of fake news. – The Conversation, 05/01/17

Jost, Clémence. - Innovation : les bibliothèques, laboratoires de réinvention. – Archimag, 02/05/17

Machefert, Sylvain. – “Wikipédia et bibliothèques : agir en commun” dans Communs du savoir et bibliothèques/Lionel Dujol. – Paris, Cercle de la Librarie, 2017. Via Hal-archives ouvertes, 31/05/17

Tharel-Douspis, Christine. « Bibliothèque en (r)évolution ». – Bulletin des bibliothèques de France  n° 11. – 23/06/17

Kamposiori, Christina. – The role of Research Libraries in the creation, archiving, curation, and preservation of tools for the Digital Humanities. RLUK Report. – Research Library UK, cop. July 2017. Pdf.

La communication interne en bibliothèque : expérimentation de Teams, le Slack de Microsoft. – Hortensi-us, 15/07/17

Girard, Hélène. – Documentaliste : le poids du mot face aux mutations des fonctions.La Gazette des communes, 03/08/17

Enis, Matt/ – Penn State Libraries launch short stories dispensers. – Library Journal, 04/08/17

Ducharme, Daniel. – Un projet de mise à jour de la terminologie de base en sciences de l’information. – Archives 21, 15/08/17

L’inventivité en bibliothèque : les bibtubeurs, le concours de Booktube. – Actualitté, 29/08/17

Dillaerts, Hans.- Créer, gérer et animer un dispositif de Fab Lab au sein d’une bibliothèque publique : entretien avec Julien Amghar, créateur de l’espace Kénéré le Lab. – DLIS.Hypothèses.org, 06/09/17

 

 

Présidentielle 2017 : quel bilan pour les civic-tech ?

1249b0949cb30954e2effc2017a51af1_originalCette élection présidentielle se présentait comme l’occasion d’expérimenter des technologies qui permettraient d’avoir une approche plus participative et plus pertinente que les campagnes précédentes. Les sondages traditionnels, qui ont montré leurs limites lors des derniers scrutins au Royaume Uni et aux Etats-Unis, seraient remplacés par l’analyses des mégadonnées et l’intelligence artificielle permettant de prédire les résultats au plus près du vécu de l’électeur. Et surtout, par l’utilisation massive de diverses plateformes de participation citoyenne et des réseaux sociaux.

Que ce soit avec  la plateforme citoyenne de la Primaire.org (qui permet aux citoyens de choisir leurs candidat(e)s et de co-construire les projets politiques), les comparateurs en ligne de programmes électoraux, les chatbots pour discuter sur les messageries instantanées ou les applications de réalité virtuelle, la campagne électorale a expérimenté un certain nombre de ces nouveaux outils ou services, les civic-tech.

Définition(s)

La newsletter Civictechno propose plusieurs définitions de ces dispositifs « à la croisée de l’innovation, d’un gouvernement ouvert et de l’engagement du citoyen » (Rapport de la Knight Foundation, 2013). On y retrouve le désir « de rapprocher les citoyens des collectivités et des Etats », de « rendre les gouvernements plus accessibles et plus efficaces » et de permettre « à des individus ou à des groupes d’influer sur la scène publique ».

Comme le rappelle Dominique Cardon dans son intervention  « Démocratie et internet » (Nouvelles citoyennetés), « Peu d’innovations technologiques ont autant été investies de promesses politiques que ne l’a été internet. ». La contre-culture qui a entouré les pionniers de l’internet a influencé cette articulation entre technologie et politique. L’infrastructure réticulaire et la décentralisation (le réseau distribué, idiot au centre, intelligent à la périphérie) remettent en cause la démocratie représentative. L’utopie libertaire des pionniers inspire les premières communautés virtuelles : l’’empowerment’ et les communautés électives devraient permettre de « changer la société sans prendre le pouvoir ».

Néanmoins, la démocratie représentative s’est aussi emparée de ces outils, notamment lors des campagnes électorales, comme par exemple lors de la campagne d’Obama en 2008 avec des réseaux de mobilisation de bénévoles et des financements de la campagne par micro-dons (badges de fierté).

La participation citoyenne civic-tech

Ségolène Royale avait initié cette idée en 2007 avec son site « Désirs d’avenir », devenue depuis desirs-davenir.eu, laboratoire d’idées, citoyen et participatif, qui fonctionne avec la page Facebook de la Ministre de l’environnement. L’objectif était de recueillir des idées, des expertises et des témoignages venant de la base pour élaborer un programme sans passer par le parti. Le résultat fut mitigé malgré la considérable production militante, comme le souligne Patrice Flichy  Internet et le débat démocratique, (2008).

On retroette participation militante dans l’élaboration de la Loi numérique, où 21 330 citoyens ont co-écrit le projet de loi, comme l’indique le document du Ministère de l’économie présenté par Axelle Lemaire.

Outre l’expérience de la Primaire.org qui a réussi à désigner une candidate à la présidentielle (Charlotte Marchandise n’a finalement obtenu que 135 parrainages sur les 500 nécessaires pour se présenter à l’élection), de nombreuses initiatives se sont multipliées pour inventer de nouvelles formes d’engagement citoyen.  D’autres mouvements ont mis en œuvre des plateformes participatives à commencer par des candidats (Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon). On les retrouve dans l’article du Monde : « Les civic-tech ou le B-A BA de la démocratie ».

MaVoix, vise les législatives et a pour objectif de « hacker l’Assemblée Nationale en faisant élire des citoyens volontaires, formés et tirés au sort qui voteront pendant 5 ans sur toutes les lois comme leurs électeurs le décideront. ». Quant à la ‘boite à outils’ citoyenne voxe.org, elle ne se contente pas de comparer simplement les programmes des candidats ; cette application permet aussi de s’informer sur la campagne, d’interpeler les candidats et aussi de se rencontrer IRL (dans la vraie vie) pour débattre d’un sujet, par exemple sur la valeur travail dans un café de Strasbourg. La Fabrique de la Loi (Medialab + CEE Sciences Po) permet d’explorer l’évolution des textes de loi au fil de la procédure.

index

Les plateformes des candidats

Le mouvement de Jean-Luc Mélenchon la France Insoumise est celui qui se présente comme le plus équipé au niveau numérique. Il dispose de deux outils pour interagir avec ses militants : la plateforme La France insoumise (plus de 500 000 participants) et la messagerie instantanée très sécurisée Discord Les Insoumis qui permet des conférences en ligne dans différents ‘salons’ pour discuter du programme. Enfin le portail Insoumis.online rassemble tous les outils et les réseaux sociaux où interviennent JLM et les insoumis : les sites internet proches de la FI ; les chaînes YouTube de JLM et d’autres militants et médias ; les comptes twitter des diverses militants et communautés FI ; les comptes Facebook, complétés par des jeux vidéo engagés et d’autres ressources (bande dessinée, banque d’images, outils de simulation et … concours de photos de chats et de chiens sur twitter !). Et évidemment l’’hologramme’ (en fait une projection vidéo) de Mélenchon qui lui a permis de tenir jusqu’à 6 meetings simultanément … !

Le candidat Benoît Hamon propose aussi des outils de participation : le Conseil citoyen où on peut participer au programme sur 10 thèmes (éducation, travail, santé, environnement, discriminations) et la plateforme Expression « ouverte à toutes les initiatives de la société civile, elle est alimentée par des textes, des vidéos, des photos, des films d’animation et des infographies pour éclairer les expérimentations et projets qui construisent aujourd’hui le monde de demain. ».

La plateforme Marine2017 est beaucoup plus classique : à part un compte à rebours pour le jour de l’élection, elle ne propose que des soutiens pour la candidate, sur la plateforme et sur les réseaux sociaux twitter et Facebook, accompagné par un lien vers le site : actualités, programme, blog de Marine Le Pen, vidéos, photos, boutique et formulaire de procuration en ligne ! Mais la plupart des militants proches du FN se retrouvent sur des fils de forums comme la ‘Taverne des patriotes’ ou  4chan liés à l’’altright’ américain sans oublier, bien sûr les médias russes.

Sur le site d’En Marche !, seul un fil d’actualités avec un moteur de recherche présente une revue de presse sur la campagne et les dernières déclaration d’Emmanuel Macron. En fait l’équipe informatique du candidat, dirigée par Mounir Mahjoubi, ex-directeur du Conseil national du numérique, est surtout occupée de contenir les piratages de ses serveurs et de faire la chasse aux ’fake news’ comme on l’a vu à la fin de la campagne avec l’affaire du compte aux Bahamas et les MacronLeaks où une somme de documents du mouvement En Marche ! a été publiée sur le forum  4Chan puis relayée sur les réseaux sociaux …

digital surveillanceL’effet bulle

Mais il existe aussi un côté obscur de ces instruments … Le dessinateur Joann Sfar en a fait récemment la cruelle expérience. S’apprêtant à voter Mélenchon, l’auteur du « Chat du rabbin » a été choqué par les prises de position du leader de la France Insoumise en matière de relations internationales (adhésion à l’Alliance bolivarienne, approbation du soutien de la Russie à Bachar El Assad en Syrie). Il a donc posté quelques dessins critiques sur les réseaux sociaux … Mal lui en a pris, les militants FI ont commencé à le harceler sur les réseaux sociaux « J’ai vu débarquer sur Facebook, Instagram et Twitter des centaines de pseudos dont je n’avais jamais entendu parler et qui venaient me « désintoxiquer ». J. Sfar explique ensuite la méthode des Insoumis : la création de centaines  de faux comptes twitter et de l’utilisation de la plateforme Discord pour planifier les attaques de ‘désintoxication’.

Ces réactions résultent aussi des ‘bulles de filtres’ (filter bubble) qui fonctionnent sur les réseaux sociaux. Ces algorithmes vous montrent surtout les pages des personnes avec qui on a le plus d’interaction. On reste dans sa bulle et on ne connaît pas les positions des autres groupes (ex : conservateurs contre libéraux). D’où les réactions en chaîne quand un autre sonde cloche résonne dans la bulle … C’est cet aspect psychologique qui a été exploité par la firme Cambrige Analytica, une société de communication stratégique utilisant l’analyse de données et le ‘sentiment analysis’ qui a influencé aussi bien le referendum britannique que l’élection de Trump aux États-Unis comme l’explique Carole Cadwalladr dans son article du Observer.

L’analyse Big data pour remplacer les sondages ?

Les sondages ont été incapables de prédire deux scrutins très importants en 2016. Jusqu’au dernier moment, les instituts de sondage soutenaient la victoire du « Remain » au référendum britannique sur le maintien dans l’Union européenne de même que Hillary Clinton était donnée victorieuse à l’élection présidentielle américaine.

Pour remédier à cette carence des outils traditionnels, un groupe d’étudiants du master spécialisé Big data de Télécom Paris Tech ont lancé le projet « Predict the President » qui avait pour objectif de « prédire le résultat du premier tour en mixant de nombreuses données (sondages, occurrences sur twitter et Google, cartes électorales, etc.) ». Le 18 avril, Le Point publiait leur prédiction (valable au 15 avril) : un duel Fillon-Le Pen ! Dix jours plus tard, les étudiants reviennent dans le Point sur leur prédiction. Même s’ils ont pu produire une deuxième estimation plus pertinente le 21 avril, ils tiennent à tirer les leçons de cette première estimation. Leur principale erreur a été de constituer des ‘blocs’ politiques. En intégrant « des données sociodémographiques sur plusieurs années … afin d’estimer les réservoirs de voix des grandes familles politiques ». Ils ont ensuite « ajusté les scores des données issues d’internet et les intentions de vote des instituts de sondage. […] Les données du web incluaient les recherches sur Google et le sentiment exprimé dans les tweets. ». Les étudiants reconnaissent que « l’estimation des grands blocs politiques souffrent du fait que les couleurs politiques des candidats sont difficiles à classer ». Emmanuel Macron classé au centre gauche (sans prendre en compte les voix captées au PS et à LR ?) et le score de Marine Le Pen reposant presque uniquement sur l’historique de cette « dynastie » de candidats …

Le projet a aussi souffert d’un biais avec la ‘sentiment analysis’ sur Twitter. Les tweets anti-Fillon étaient très nombreux et ont, en réaction généré beaucoup de tweets positifs, ce qui a surévalué les points positifs pour le candidat … La prise en compte du contexte semble très importante dans l’analyse très délicate de l’opinion sur les réseaux sociaux. Comme le souligne Eric Scherer (France Télévision), interrogé dans Télérama ces nouvelles méthodes d’estimation d’opinion n’ont pas vocation à remplacer les sondages, mais à agir en complément. « Le big data n’a pas su répondre à ces questions lors de l’élection, mais il ne faut pas l’enterrer pour autant car il est l’avenir des sondages. »… blogimage_KnightFoundCivicTech

Désintermédiation versus médias traditionnels

En dehors de cette initiative, cette campagne électorale a connu peu d’innovations technologiques. C’est ce que confirme Xavier de La Porte (France Culture), dans le même article de Télérama,  «Les deux grandes tendances de cette campagne sur Internet étaient déjà apparentes, il s’agit de l’intensification du fact-checking (vérification méthodiques des faits et des affirmations) et l’usage massif des réseaux sociaux quasiment en direct. ». Cela confirme la tendance à la désintermédiation, les mouvements politiques produisant eux-mêmes leurs propres produits d’information comme les chaînes YouTube de la France Insoumise au détriment des médias de même que les débats télévisés se doublent de discussions en direct sur les réseaux sociaux.

Si les civic-techs n’ont pas tenus les promesses que l’on espérait, « le numérique chamboule tous les espaces confrontés de près ou de loin à la question démocratique : les villes bien sûr, mais aussi les entreprises et organisations sous toutes leurs formes » comme le souligne Dominique Cardon. De plus, cette élection présidentielle comportait un facteur souvent oublié des analyses électorale, les émotions. Comme le souligne Martial Foucault du Cevipof, dans un article du Monde « La raison ne peut suffire. L’électeur, en tant que citoyen sentimental, est traversé par un ensemble d’émotions, allant des expériences, des souvenirs positifs ou négatifs aux réactions plus immédiates face à un événement. ». Malgré des avancées indéniables, le numérique n’est pas encore en mesure de prendre pleinement en compte ce facteur. 20inscritsCivicTheque-300x251

Flichy, Patrice. - Internet et le débat démocratique. – Réseaux vol.150:n°4, 2008/04 – via Cairn-info

Flichy, Patrice ; Bougnoux, Daniel ; Cardon, Dominique. - Internet, nouvel espace démocratique ? – Table-ronde animée par Caroline Broué. – La vie des Idées – Réinventer la démocratie – Granoble, 09/05/09

Cardon, Dominique ; Williamson, Audrey. – Internet, nouvel espace démocratique ? Entretien. – La vie des idées, 07/07/09

Cardon, Dominique. – La démocratie Internet : promesses et limites. – La République des idées, 2010

The Emergence of Civic Tech: Investments in a growing field. – Knight Foundation, December 2013

Projet de loi pour une République numérique : 21330 citoyens ont co-écrit le projet de loi/Axelle
Lemaire (ed.). – Ministère de l’économie, de l’industrie et du numérique ; Secrétariat d’Etat au numérique, 2016. (pdf).

Gombert, François. – C’est quoi la Civic Tech ? – Civictechno, 16/01/16

La Fabrique de la loi : les parlementaires font-ils la loi ?

La Primaire.org

Mavoix : nous sommes celles et ceux que nous attendions

Voxe.org : vous allez adorer les élections

Volontat, Adrien de. – La civic-tech invente la démocratie 2.0.- La Croix, 26/06/16

Cardon, Dominique ; Taboy, Thierry. – Démocratie et Internet. – Forum Nouvelles démocraties – Digital Society Orange, 15/11/16

Joann Sfar :  « Les méthodes des partisans de Mélenchon sont dégueulasses ». – Le Monde, 20/04/17

Schott, François. – Les « civic tech » ou le b-a ba de la démocratie 2.0.Le Monde, 26/04/17

Jeanticou, Romain. – Présidentielle et médias : La grande baudruche de l’innovation. – Télérama, 28/04/17

« Predict the President » : retour sur une prédiction. – Le Point, 29/04/17

Tual, Morgane ; Untersinger, Martin. - Macron et l’évasion fiscale : itinéraire d’une rumeur de 4Chan aux plateaux télé. – Le Monde, 04/05/17

Foucault, Martial ; Marcus, George E. ; Valentino, Nicholas ; Vasilopoulos, Pavlos. – Election présidentielle : « Nos émotions façonnent nos réaction à l’environnement ». – Le Monde, 06/05/17

Delmas, Aurélie. – « Macronleaks » : tentative de déstabilisation de dernière minute. – Libération, 06/05/17

Cadwalladr, Carol. – The great British Brexit robbery: how our democracy was hijacked. – The Guardian, 07/05/17

Fake news, désinformation, post-vérité : quel rôle pour les professionnels de l’information ?

truth-lies-wallpaper__yvt2-550x412La victoire de Donald Trump à l’élection présidentielle aux Etats-Unis a fait émerger une nouvelle notion dans l’univers des actualités et de l’information : l’idée de ‘vérité alternative’. Dès son installation à la Maison Blanche, une polémique s’est développée autour du nombre de participants à la cérémonie d’investiture du Président : comme le rappelle l’article du Guardian, Kellyanne Conway conseillère à la Maison Blanche a défendu la version du porte-parole du Président Sean Spicer , « la plus importante cérémonie d’investiture en terme d’audience » en déclarant que celle-ci se basait sur des ‘faits alternatifs’ (alternative facts). Depuis, la ‘post-vérité’ triomphe aux Etats-Unis dans une atmosphère quasi-orwellienne où la « majorité des journalistes sont malhonnêtes » …

La fabrique des fake news et la contre-offensive des médias

L’utilisation des réseaux sociaux et de certains médias pour répandre ces faits alternatifs (« Le Pape François soutient D. Trump ») a été particulièrement importante lors de cette campagne électorale comme lors de la campagne pour le ‘Brexit’. On leur a surtout reproché l’usage de robots logiciels et d’intelligence artificielle (‘bots’) pour manipuler les électeurs. Mais comme le souligne le sociologue Antonio Casilli dans sa conférence sur Infobésité et fake News et algorithmes politiques (Numa, Paris) : aujourd’hui, les entreprises de désinformation sur le net sont loin d’utiliser uniquement des algorithmes et autres ‘chatbots’ pour influencer les internautes. Si Facebook a effectivement utilisé un effet de ‘bulle de filtre’ en faisant circuler un même type d’information à l’intérieur d’un cercle d’amis, (si quelqu’un est de droite, il ne va voir que des informations venant de la droite), la plupart des ‘Likes’ et retweets ont été effectués par des humains dans des ‘usines à click’ de pays émergents (Philippines, Mexique,etc.). Ce ‘digital labor’, comme le Mechanical Turk d’Amazone, est payé quelques centimes le click, un peu plus pour les femmes au foyer de l’Amérique profonde … !

A la veille de l’élection présidentielle en France, un certain nombre de médias et géants du Net se posent la question de vérification des informations. Plusieurs initiatives ont vu le jour depuis quelques semaines pour décrypter ces attaques, notamment le Décodex, outil mis au point par le Monde, mais aussi une alliance de plusieurs médias français avec Facebook et Google. Vreuz0Z4aYsXhAor0wG05Tl72eJkfbmt4t8yenImKBVvK0kTmF0xjctABnaLJIm9

Que valent ces outils et peut-on véritablement dénicher les fausses informations qui se multiplient sur la Toile ? Déjà un certain nombre de critiques sont portées à l’égard du Décodex. En cherchant à labelliser la crédibilité des médias en fonction de points de vue subjectifs (Valeurs actuelles a pignon sur rue, tandis que Fakir est une feuille militante), cet outil effectue un biais comme le souligne Vincent Glad dans son article dans Libération : « le Monde se donne le rôle de censeur et de vérificateur du web, de CSA de l’information en ligne ». C’est aussi le point de vue de SavoirCom1, cité par Blog Univesrdoc, blog de veille des chefs de projets à l’INTD-CNAM  « Le collectif SavoirComun1 (1) – un groupement de bibliothécaires engagé pour les libertés à l’ère numérique et la libre dissémination des savoirs – ne dénigre pas l’utilité de Décodex dans le contexte actuel, mais partage son inquiétude sur ce type d’application d’évaluation, qui gérée par des plate-formes privées, voire par l’Etat pourrait amener à des formes de censure. ». Le Monde par la voix de Samuel Laurent (Les Décodeurs) s’est engagé pour sa part à faire évoluer son outil, notamment en distinguant les informations factuelles des commentaires. Mais si certaines mesures ont été prises concernant les sites d’opinion (Les crises, Valeurs actuelles), apparemment cela n’a pas empêché la requalification d’un site comme Doctissimo auparavant classé en orange (site imprécis, ne citant pas ses sources), et passé en vert le 21 février … Serait-ce parce que le groupe Le Monde et Doctissimo lançaient ce jour-là le magazine Sens et Santé (voir Les Echos) comme le souligne Olivier Berruyer dans Les Crises ?

La désinformation dans l’histoire

L’IFLA, de son côté, nous rappelle que ce travail de vérification et de filtrage de l’information est le propre de professionnels de l’information avec son infographie, en collaboration avec Wikipedia, « How to spot fake news »  posté sur Facebook et twitter et explique sur son blog comment les bibliothèques peuvent aider leurs utilisateurs à trouver des faits qui ne sont pas alternatifs … L’exemple de Wikipedia avec ses millions d’utilisateurs qui vérifient les articles peut être une garantie de bonnes pratiques informationnelles tout comme les ‘peer reviews’ des revues scientifiques. Le rôle historique des bibliothécaires dans l’’information literacy’ (formation à l’information) est aussi rappelé dans l’article de Donald Barclay de Conversation « The Challenge facing libraries in the era of fake news ». La désinformation n’a pas commencé avec les réseaux sociaux. Barclay cite le cas de la campagne menée par l’industrie du tabac dans les années 1960 qui s’appuyant aussi bien sur la presse populaire que sur des pseudo-revues scientifiques, sans parler du soutien de Barry Goldwater qui assimilait la dénonciation des effets du tabac sur la santé à un complot communiste !

media_image3Antonio Casilli a aussi rappelé que la manipulation de l’information ne date pas d’hier : la propagande, largement utilisée au 20e siècle, a été créée par l’Eglise catholique au 15e siècle (De propaganda fidei : sur la propagation de la foi) ! Le reste des fausses nouvelles passaient par la littérature de colportage et les complots, souvent en lien avec des puissances surnaturelles, se retrouvaient dans les écrits apocryphes et les mystères ….

Depuis les années 1970, la complexification des sources et des supports de l’information (bases de données, microfilms, informatisation), a rendu crucial le rôle des bibliothécaires universitaires pour former l’esprit critique des étudiants. Cette formation ne se limite plus à localiser des ouvrages ou des documents sur des étagères, mais à » identifier, organiser et citer des informations ». Aujourd’hui avec le foisonnement de l’internet, il ne suffit plus aux étudiants de savoir distinguer une revue scientifique comme Nature d’un magazine grand public, ils doivent différencier les articles de périodiques véritablement scientifiques de ceux de revues ‘prédatrices’ ou pseudo-scientifiques … Sans parler des données et des résultats faussés par les chercheurs eux-mêmes !

Un défi pour les professionnels de l’information

Devant l’incertitude qui entoure la fiabilité des données et dans un environnement universitaire de plus en plus changeant, où les étudiants sont plus souvent créateurs de nouveaux savoirs que consommateurs d’information, l’ACRL (Association américaine de bibliothèques de recherche) a lancé son « Framework for Information Literacy in Higher Education », cette charte pour la formation à l’information dans l’enseignement supérieur reconnaît que l’évaluation de l’information n’est pas une chasse au trésor ou les ressources identifiées seraient ‘bonnes’ ou ‘mauvaises’. L’autorité est construite et contextuelle et fait appel aux enseignants et aux bibliothécaires pour une approche de l’autorité et de la crédibilité à partir du contexte de l’information et non pas dans l’absolu. Pour D. Barclay cette position est beaucoup plus stimulante pour les étudiants que d’accepter l’autorité d’une source sans discussion ou de réfuter toute autorité comme anachronique au nom de la post-vérité !

C’est une approche semblable qu’a pris le Collectif SavoirCom1 en considérant la question de l’information sous l’angle des ‘Communs de la connaissance’ : en prenant l’exemple de Wikipédia, il montre qu’»un espace de publication constitué comme un commun résiste mieux aux fausses informations ». Le collectif veut favoriser l’émergence d’une communauté de ‘vigilance informationnelle autour du Décodex » : elle permettrait que les outils de vérification soient eux-même vérifiables, que les règles de contribution et de régulation soient clairement énoncées, que les sites évalués puissent faire appel de leur évaluant en démontrant leur mode d’élaboration et de transmission de l’information et enfin que les acteurs de l’information (organes de presse ou prestataires de services informationnels) s’impliquent dans la formation aux médias et à l’information des citoyens. On retrouve ici l’importance de la co-construction de l’information et du contexte prôné par l’ACRL dans son Framework.

 

Framework for Information Literacy for Higher Education/Association  of College & Research Libraries. - Ala.org, 11/01/16

Swaine, Jon. – Donald Trump’s team defends ‘alternative facts’ after widespread protests. – The Guardian, 22/01/17

L’annuaire des sources du Décodex : mode d’emploi/Les Décodeurs.Le Monde, 23/01/17

Dorf, Michael C. ; Tarrow, Sidney. – Stings and scams: ‘Fake news’, the First Amendment and the New Activist Journalism. – Cornell Legal Studies Research Paper n°17602, 26/01/17

Alternative Facts and Fake News : Verifiability in the Information Society. - Library Policy and Advocacy Blog [IFLA Blog], 27/01/17

How to spot fake news ? IFLA in the post-truth society. – Ifla.org, 01/02/17

Delcambre, Alexis ; Leloup, Damien. - La traque ardue des « fake news ». – Le Monde, 02/02/17

Yeh, Alexandra.- Les citoyens n’ont jamais été aussi méfiants envers les médias.Méta-média, 03/02/17

Glad, Vincent. – Qui décodera les décodeurs ? De la difficulté de labelliser l’information de qualité. – Libération, 03/02/17

Barclay, Donald A. – The Challenge facing libraries in an era of fake news. – The Conversation, 05/02/17

Bounegru, Liliana. - Three ways in which digital researchers can shed light on the information politics of the post-truth era. – Impact of Social Sciences, 06/02/17

Ertzscheid, Olivier. – La vie en biais. – Affordance.info, 07/02/17

Controverses autour du Décodex, un outil contre la désinformation ?Docs pour Docs, 07/02/17

Seabright, Paul. – Les « fake news », « quelques gouttes d’eau dans une cascade de propagande ». – Le Monde, 08/02/17

Decodex : on s’engage dans une guerre contre les ‘fake news’. S. Laurent (Le Monde), F. Ruffin (Fakir), L. Merzeau (SavoirCom1) débattent. – Arrêt sur image, 10/02/17

Lacour, Sophie. - Image, ma belle image, montres-tu la vérité ? – Usbek & Rica, 10/02/17

Manach, Jean-Marc. - Il est trop tard pour s’alarmer d’une cyber-guerre électorale. - Slate, 14/02/17

« Fake news » : les profs américains ajoutent l’éducation à l’information dans leurs cours. – VousNousIls, 15/02/17

Décodex, la controverse. – Blog UniversDoc, 20/02/17

[Tellement prévisible] Décodex victime d’un conflit d’intérêts patents …Les-crises.fr, 21/02/17

 

 

 

Surveillance : le tour de vis occidental

fingerprint with bar codeOn assiste, depuis quelques semaines, au renforcement de la surveillance de masse en Europe et dans les pays occidentaux. La vague d’attentats et le repli sécuritaire qui touche les démocraties pourraient expliquer ce phénomène.

En France, après le vote de la loi Renseignement en juillet 2015, nous avons eu début novembre l’annonce de la création du fichier TES qui devrait rassembler dans une seule base de données « les informations personnelles et biométriques de la quasi-totalité de la population » (Numérama).  Au Royaume Uni, le nouveau projet de loi sur le renseignement Investigatory Powers Act « qui marque un durcissement de la surveillance et légalise des pratiques déjà exercées en dehors de tout cadre juridique par les services de renseignement » (Le Monde). Avec cette loi, un certain nombre d’institutions et d’organismes britanniques – finances publiques, Agence de l’alimentation, Commission des paris, services de santé – en plus des services de police et de renseignement de tout le Royaume, pourra avoir accès à toutes les connections et enregistrements internet des citoyens et résidents en Grande-Bretagne (Independent).

Outre-Atlantique, la situation est aussi inquiétante : aux Etats-Unis, le FBI a passé un accord avec la société Dataminr pour accéder en temps réel aux 500 millions de publications quotidiennes de Twitter. Comme on le lit dans Les Echos, « Ce spécialiste du croisement des données (data mining) permet à ses clients (médias, banques, fonds d’investissements) d’obtenir des informations liées aux menaces terroristes, aux troubles sociaux et politiques etc.. ».  Après la victoire de Trump, la messagerie sécurisée Signal, a con a connu une augmentation de 400% de téléchargement comme le souligne Buzz Feed News. Le site Intercept a aussi interrogé les multinationales de l’internet pour savoir si elles étaient prêtes à collaborer pour mettre en place le « fichier des musulmans » préconisé par Trump : seul Twitter a refusé cette collaboration …

Et le Monde vient de révéler, suite aux derniers documents publiés par Snowden, que les smartphones des passagers d’Air France étaient espionnés en plein vol au profit de la NSA ou du GCHQ (services secrets britanniques) …

Au Québec, les services de police de la Ville de Montréal mettent sur écoute des journalistes comme Patrick Lagacé de la Presse, informe le blog Veille pour un(e) bibliothécaire engagé(e)Security camera

Néanmoins, un certain nombre d’institutions et d’organismes réagissent à ce tour de vis.

En France, le Conseil national du Numérique et la Cnil se montrent réservés vis-à-vis du Fichier TES. Le CNNum a carrément demandé la suspension de ce fichage généralisé de la totalité des Français …

Au niveau de l’Union européenne, une eurodéputée néerlandaise a attaqué devant le Conseil d’Etat la loi sur la surveillance internationale des communications électroniques, qui complète la loi sur le renseignement. « Sophie In’t Veld du groupe libéral ADLE a décidé de déposer 2 recours devant le Conseil d’Etat pour contester l’une de ces lois » écrit Julien Lausson dans Numérama.

Comment en est-on arrivé là ?

Nous avions évoqué les systèmes de surveillance massive dans des posts précédents, notamment l’intrusion de la NSA dans les communications électroniques, mais depuis la vague d’attentats en France et la mise en place de l’état d’urgence, un certain nombre de mesures de sécurité ont été renforcées.

La Loi Renseignement, votée en 2015, avait été partiellement retoquée par le Conseil Constitutionnel, notamment en ce qui concerne le volet surveillance internationale des communications électroniques. Ce texte, destiné à encadrer le renseignement à l’étranger, écarte explicitement les personnes résidant en France. Or deux députés socialistes, Patricia Adam et Philippe Nauche, ont déposé, à la demande du gouvernement en septembre 2015, une proposition de loi visant à combler « le seul trou laissé par le Conseil constitutionnel » comme  l’exprime Guillaume Champeau de Numérama. En facilitant l’interception massive des communications sur internet et les conversations téléphoniques, ce texte vise à « tranquilliser les agents de la DGSE qui agissent actuellement dans la plus grande illégalité, faute de loi encadrant leur surveillance ».  Le texte « aménage un régime spécial pour les services de renseignement qui souhaitent collecter et analyser massivement des communications électroniques depuis l’étranger ». Mais il concerne aussi les écoutes de communications émises « depuis l’étranger » ou si les personnes sont déjà « identifiées comme  présentant une menace au regard des intérêts fondamentaux de la Nation ». Donc, si des personnes résidant en France communiquent avec des personnes situées hors du territoire français, c’est le régime de cette proposition de loi qui s’appliquerait, comme le souligne Guillaume Champeau . Pour Sophie In’t Veld, cette loi malmènerait les droits dont bénéficie n’importe quel citoyen européen. Ses propres communications vers et depuis l’étranger – elle se rend souvent au Parlement européen à Strasbourg en tant qu’eurodéputée – « sont susceptibles d’avoir été interceptées ». En questionnant la légalité de ces mesures de surveillances, ces recours visent à obtenir la suppression des données personnelles collectées entre 2008 et 2015 (avant la loi sur la surveillance internationale) et ensuite démontrer qu’il existe une sorte de discrimination entre les Français et les autres citoyens de l’UE, ce qui va à l’encontre de la Charte des droits fondamentaux. postcard-surveillance-webversion1

Contenu et métadonnées : que surveille-t-on au juste ?

On a beaucoup évoqué le chiffrement des données pour échapper au piratage ou à la surveillance des communications électroniques. Mais le chiffrement porte généralement sur le contenu des communications et plus rarement sur les métadonnées, ces données techniques qui permettent le bon acheminement des communications (origine, destinataire, date, position géographique, etc.). Le Conseil national du numérique s’est penché sur le problème du chiffrement dans un article d’approfondissement, et plus précisément sur le chiffrement des métadonnées. S’il existe de manière de masquer certaines métadonnées, avec des réseaux de type Tor, la plupart des applications grand public, « assurent la confidentialité des contenus, mais ne peuvent pas garantir l’anonymat des utilisateurs ou des terminaux utilisés ».

Alors que traditionnellement les services de renseignement s’intéressaient au contenu des communications, on privilégie aujourd’hui de plus en plus le traitement automatisé des métadonnées. Ce passage du contenu au contenant, s’explique par plusieurs raisons. D’abord, l’analyse des métadonnées se prête mieux à une surveillance généralisée et automatisée : les métadonnées sont plus difficilement sécurisables et l’analyse des contenus implique un traitement individuel, donc plus coûteux. En plus, les contenus surveillés ne sont généralement pas explicites : les terroristes ne vont jamais dire « Rendez-vous à tel endroit pour placer la bombe » comme l’explique Rémi Récio délégué général à la Commission générale de contrôle des interceptions de sécurité (CNCIS), cité par le CNNum. « en revanche, il est plus important de reconstituer un réseau, donc des données techniques sont plus importantes que ce que vont dire les gens ».

Mais que faire avec ces quantités énormes de données ? Va-t-on analyser tous les renseignements collectés ? En fait, en prenant exemple sur la veille stratégique et l’intelligence économique, le système vise  « à débusquer les signaux faibles d’une activité criminelle ou terroriste par une surveillance généralisée des réseaux. Surveiller pour prévenir, mais aussi pour prédire ».

Une fois traitées par de puissants algorithmes, les données collectées en masse vont servir à l’établissement de ‘graphes sociaux’ (cartographie de réseaux de connexions et de relations entre individus en lien avec leur activité sur internet). Combinés à des outils statistiques, ces graphes sociaux vont aider à la constitution de patterns ou modèles de comportements, afin d’anticiper les risques d’une attaque terroriste. C’est ce que prévoit la Loi Renseignement de Juillet 2015, avec l’utilisation des fameuses ‘boites noires’ pour détecter les comportements ‘signants’.

arton15480-47b03Cette attitude est très dangereuse, car tout algorithme a une marge d’erreur et va donc identifier des personnes sans intention terroriste (des ‘faux positifs’). Si la marge d’erreur est de 1% (considérée comme faible), cela pourrait faire 600 000 personnes sur une population de 60 millions ! Alors que si le nombre de vrais terroristes est de 60, ils ne représentent que 0,01% …

Cela peut amener à des dérives, comme le fait de condamner à deux ans de prison ferme une personne ayant consulté de façon répétée des sites faisant l’apologie du terrorisme [quelle que soit la radicalisation effective du suspect, qui s’est révélée être assez importante]. Comme le souligne Olivier Ertzschied dans son post « De la confidentialité de l’acte de lecture », l’année où Mein Kampf entre dans le domaine public, « serait-il possible de condamner à deux ans de prison ferme un homme pour lecture régulière et répétée de Mein Kampf ? » Qu’y a-il de différent entre « la lecture répétée de brochure papier faisant l’apologie du terrorisme distribuées (et lues) en divers endroits de la planète et la lecture répétée de sites faisant l’apologie du terrorisme ? ». Pour le chercheur, « la confidentialité de l’acte de lecture est l’un des fondements essentiels de toute démocratie ». Encore une fois, c’est privilégier une idée de la sécurité au détriment des libertés fondamentales. « Pénaliser la lecture […] c’est condamner une intentionnalité supposée, c’est un ‘effet cigogne'[corrélation plutôt que causalité]». surveillance-electronique

Malheureusement, cette condamnation d’une intentionnalité de la lecture est en train de se concrétiser aux États-Unis, comme on le découvre dans le post de Thomas Fourmeux dans Biblio Numéricus « Bibliothécaires, agissez maintenant pour protéger vos utilisateurs (avant qu’il ne soit trop tard) ». Cette transcription d’un article de l’EFF (Electronic Frontier Foundation) appelle les bibliothécaires à protéger leurs usagers les plus fragiles (adolescents, sans-abris, chômeurs, migrants) contre les agents du gouvernement qui viendraient enquêter sur les livres empruntés ou consultés et les mots-clés recherchés en ligne. Comme après la mise en place du « Patriot Act », les bibliothécaires américains s’inquiètent de la future administration Trump. « Les bibliothèques pourraient recevoir de la part du gouvernement des demandes de renseignements sans précédent sur les usagers »…

digital surveillance

 

Loi 2015-912 du 24 juillet 2015 relative au renseignement. – Légifrance, 27/07/15

Repenser l’impact de la surveillance après l’affaire Snowden : sécurité nationale, droits de l’homme, démocratie, subjectivité et obéissance/Zigmunt Bauman, Didier Bigo, Paulo Esteves, Elspeth Guild et al. – Cultures et conflits, 2015/2 via Cairn.info

Rees, Marc. - Renseignement : l’exécutif annonce une proposition de loi sur la surveillance internationale. – NextInpact, 02/09/16

Champeau, Guillaume. – Surveillance internationale : ce que prévoit la proposition de loi. – Numérama, 10/09/15

Chantrel, Flavien. – Tristan Nitot « Une société sous surveillance n’est plus une société libre ». – Blog du modérateur, 05/07/16

De la confidentialité de l’acte de lecture : les algorithmes en prison. – Affordance.info, 14/08/16

Nitot, Tristan. – Surveillance : // Les libertés au défi du numérique : comprendre et agir. – Paris : C&F éditions, Blogcollection, 2016

Rees, Marc. – Loi Renseignement : un an après, où en est la centralisation des données . – NextInpact, 10/10/16

Conseil National du Numérique. – Communiqué de presse : Fichier TES : le CNNum appelle le gouvernement à suspendre sa mise en oeuvre et s’autorise à examiner des alternatives techniques plus modernes et respctueuse des lois et des libertés. – Paris, 07/11/16

Rees, Marc. – Le CNNum demande la suspension du fichage 60 millions de Français. – NextInpact, 07/11/16

Lausson, Julien. - Le CNNum demande la suspension du fichage biométrique des Français. – Numérama, 07/11/16

Il faut renoncer à l’extension de la collecte des données biométriques /Un collectif. – Libération, 20/11/16

Grondin, Anaelle. - Plus aucun tweet n’échappera au FBI. – Les Echos, 17/11/16

Surveillance : ce que contient la nouvelle loi sur le renseignement britannique. – Le Monde, 21/11/16

Griffin, Andrew. – Everyone can now see your entire internet history. – The Independent,  24/11/16

Investigatory Powers Act - Parliament UK, 29/11/16 :

Untersinger, Martin ; Follerou, Jacques. – Espionnage des avions, d’Israël et de l’Autorité palestinienne : nouvelles révélations de Snowden. – Le Monde, 07/12/16

Fourmeux, Thomas. - Bibliothécaires, agissez maintenant pour protéger vos utilisateurs (avant qu’il ne soit trop tard). – Biblio Numericus, 08/12/16

 

 

Numérique : quelques prévisions pour 2016

mail-delivery-what-1900-french-artists-thought-the-year-200-would-be-likeRien de particulièrement révolutionnaire dans les différentes prédictions pour 2016. Les principales tendances amorcées ces dernières années se confirment : prépondérance des appareils mobiles, cloud et mégadonnées, automatisation et intelligence artificielle, notamment avec l’internet des objets et les villes connectées. On retrouve l’essentiel des prédictions tech/médias du rapport Deloitte pour 2015, cité par Barbara Chazelles dans Méta-média : abandon de la télévision par les jeunes au profit des vidéos sur mobiles et généralisation des paiements mobiles ; renouvellement des smartphones (phablettes) ; internet des objets, imprimantes 3D et drones (surtout pour les entreprises). En revanche, les e-books ne décollent toujours pas, le livre papier conservant la préférence des lecteurs !

objets-connectesLa sécurité des protocoles et des applications va devenir le grand défi dans le contexte des mégadonnées et de l’internet des objets comme le souligne Mike Martin, responsable de la société d’engineering internet Nfrastructure, dans l’interview accordée à ITBriefcase.

Au niveau de l’enseignement et de la formation, les Moocs et la formation en ligne et à distance investissent la formation professionnelle. L’intelligence artificielle pénètre aussi le champ de l’éducation avec la présence d’algorithmes qui vont intégrer l’école et l’Université pour évaluer la progression des apprenants tout en recueillant une quantité importante de données personnelles, comme l’évoque Audrey Watters dans The algorithmic future of education

1200px-france_in_xxi_century._school1Enfin, les représentations visuelles évoluent aussi, c’est ce que démontre la banque d’image Getty Image avec les tendances 2016 Creative in Focus, expliqué par Alice Pairo dans Méta-Média : 6 types d’images se profilent pour 2016 : l’outsider, le divin, l’homme augmenté, le disgracieux, la solitude et le surréalisme ….!

Bonnes fêtes et meilleurs voeux pour 2016 !

prédictions-1900-futur-e1365458441758

Chazelle, Barbara. – 10 prédictions tech/médias pour 2015 (Deloitte). – Méta-média, 04/02/15

Watters, Audrey. – The Algorithmic Future of Education. – Hackeducation, 22/10/15

IT Briefcase Exclusive Interview : Top IOT Trends and Predictions for Organizations in 2016. – IT Briefcase, 02/12/15

Pairo, Alice. – Social media : 10 tendances pour 2016. – Méta-média, 06/12/15

Les villes intelligentes connecteront 1,6 milliards d’objets communicants en 2016. – L’embarqué, 08/12/15

Économie du numérique : Axway dévoile 10 prévision pour 2016. – Axway, 08/12/15

Noirfontaine, Elisabeth. – L’internet des objets, allié des ressources humaines ou outil de déshumanisation du travail ?Usine digitale, 22/12/15

Larcher, Stéphane. – Google travaille sur une messagerie instantanée dopée à l’IA et aux chatbots. – L’informaticien, 23/12/15

Cavazza, Frédéric. – Mes 10 prédictions pour 2016. – FredCavazza, 23/12/15

Pairo, Alice. – 6 tendances visuelles pour 2016. – Méta-média, 23/12/15

Ezratty, Olivier. – Méta-prédictions pour 2016. – Opinions libres, 27/12/15

Staypressed theme by Themocracy